⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Cyrille Isaac-Sibille

Séance en hémicycle du mercredi 29 juillet 2020 à 15h00
Bioéthique — Article 1er

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCyrille Isaac-Sibille :

Je voudrais tout d'abord remercier l'ensemble de nos collègues pour la tenue des débats autour d'un sujet aussi important. Les Français peuvent être fiers de l'Assemblée nationale.

J'ai été marqué, lors du travail en commission, par l'audition d'une psychologue qui nous alertait sur le risque que la famille du défunt puisse exercer une pression sur la femme. Bien évidemment, la femme peut faire son deuil – c'est même essentiel – mais ses beaux-parents, sa belle-famille, ne le feront sans doute jamais et pourraient presser la femme de poursuivre ce projet parental pour avoir un petit-enfant.

Le délai durant lequel la PMA post mortem pourrait être réalisée après le décès du conjoint est un autre problème. Certains évoquent une durée de six mois, d'autres de dix-huit mois. La Belgique a retenu deux ans. Pour quelle raison ? Nous n'en savons rien.

Par ailleurs, la légalisation de la PMA post-mortem poserait en effet un problème d'égalité, entre les couples mais aussi entre les hommes et les femmes. Pourquoi les couples stériles recevraient-ils un traitement de faveur par rapport aux couples fertiles ? Pourquoi les hommes ne bénéficieraient-ils pas du même régime que les femmes ?

Enfin, notre société a besoin de repères. En l'espèce, ceux dont il est question aujourd'hui sont la naissance, la vie et la mort. En acceptant la PMA post mortem, nous nierions le repère fondamental de la mort.

Notre société nie la mort et veut la rendre invisible. La PMA post mortem s'inscrit dans cette logique en considérant que la vie peut être possible après la mort. Pour toutes ces raisons, je serai défavorable à ces amendements.

1 commentaire :

Le 10/08/2020 à 10:18, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"Les Français peuvent être fiers de l'Assemblée nationale."

99 % des Français se soucient comme d'une guigne des débats à l'assemblée, il faut revenir sur terre. Vous voteriez contre la Pma pour toutes que cela indiffererait les Français de la même façon. Il n'y a que les excités des associations qui donneraient de la voix.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion