Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Véronique Louwagie
Question N° 2202 au Ministère de la culture


Question soumise le 24 octobre 2017

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

e-mail
par e-mail

Mme Véronique Louwagie attire l'attention de Mme la ministre de la culture sur la musique en France. Elle s'interroge sur les évolutions de la musique française dans les programmations des scènes lyriques, festivals ou salles de concerts. Cette information n'est pas de nature à porter atteinte au libre choix par les responsables des programmations, mais à savoir de quelle manière la musique française est diffusée dans les programmations, par rapport aux musiques italienne, germanique, russes et autres. Aussi souhaite-t-elle savoir si des critères permettent de connaître l'évolution de la part de la musique française dans les programmations et, si oui, quelle est cette évolution.

Réponse

Cette question n'a pas encore de réponse.

1 commentaire :

Le 24/10/2017 à 12:46, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"mais à savoir de quelle manière la musique française est diffusée dans les programmations, par rapport aux musiques italienne, germanique, russes et autres."

Il est très bizarre de constater que la musique anglaise ou américaine, bref anglophone, ne fait pas partie des musiques susceptibles de concurrencer gravement la musique française. Il y a certes le mot "autres", mais vu l'usage excessif, injustifié et injustifiable de cette musique anglophone (qui est le plus souvent de très faible qualité, avec des paroles largement incompréhensibles même pour qui connaît un peu l'anglais), il est quand même paradoxal de la classer dans "autres", si encore elle en fait partie dans l'esprit de Mme la députée.

Donc il est urgent de remédier au problème posé par la musique anglophone en France, et notamment voir si on ne peut pas diminuer son impact absurde auprès des jeunes générations. Leur fait-on apprendre (quasiment de force !) l'anglais en primaire, au collège et au lycée uniquement pour les familiariser avec cette musique ? car il faut bien reconnaître que l'usage de cette langue ne leur sera pas d'une grande utilité à l'âge adulte, sauf pour une petite minorité. Mais peut-on détruire l'un des fondements de l'identité nationale française, la musique française, au nom d'une petite minorité ?

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion