⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Sébastien Chenu pour ce dossier

10 interventions trouvées.

Effectivement, les conditions d'un débat serein ne sont pas réunies. Vous nous avez donné des chiffres exceptionnels – le nombre d'amendements, le nombre d'heures – qui correspondent à la situation exceptionnelle que nous vivons. Si nos travaux sont bloqués, c'est parce que nous vivons une situation exceptionnelle, une crise de régime. Les dépu...

Là aussi, il y a visiblement des priorités ! Le Premier ministre ne serait-il pas mieux ici, en train de nous livrer un certain nombre d'explications ?

Mes chers collègues, vous avez les clés pour sortir de ces difficultés. Arrêtez de vous comporter comme des lapins pris dans les phares d'une voiture…

… et qui ne savent plus où ils en sont ! Vous avez les clés pour vous en sortir : il suffit que le ministre de l'intérieur ou le Premier ministre vienne devant nous immédiatement.

Nous nous rendons bien compte que la séance n'avance pas, que le temps passe, et nous ne voyons pas apparaître un seul des ministres dont nous réclamons la présence – on peut d'ailleurs se demander pourquoi. Qu'est-ce qui empêche les ministres de venir répondre aux questions que veulent leur poser les parlementaires ? Ils sont planqués, absents...

L'atmosphère est surréaliste ! Chacun se rend bien compte que la quiétude qui devrait présider à nos débats n'est plus de mise. La représentation nationale ne peut évidemment pas travailler sur la réforme constitutionnelle dans des conditions satisfaisantes. La France a découvert deux choses. D'abord, elle a découvert la gravité d'un certain n...

… laquelle a donné tant de leçons aux autres en arrivant dans cette assemblée, laquelle a tant méprisé ce qui avait été fait par le passé par les différentes majorités qui se sont succédé. Aujourd'hui, La République en marche se prend les pieds dans le tapis.

J'apprends d'ailleurs qu'une deuxième garde à vue est en cours dans le cadre de l'affaire qui occupe en ce moment la classe politico-médiatique et les Français. Nous avons découvert les mensonges et les contradictions des ministres devant la représentation nationale – ce qui est indéfendable. Nous avons découvert les contradictions entre la ga...

Je termine, monsieur le président. Pourquoi, disais-je, ne pas avoir sanctionné l'individu ? Qui a donné l'autorisation ? Qui est ce type ? Y a-t-il une police parallèle ?

Je termine d'un mot. Vous vous enfoncez heure après heure, chers collègues. Il n'est plus possible de travailler dans ces conditions. Grandissez-vous, permettez à cette commission d'enquête de se réunir dans les meilleurs délais.