⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de André Chassaigne pour ce dossier

9 interventions trouvées.

Monsieur le président, madame la garde des sceaux, ministre de la justice, monsieur le rapporteur général de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République, mes chers collègues, mon rappel au règlement se fonde sur l'article 58, alinéa 1. Nous nous sommes réunis cet après-midi pour ...

Poursuivre la discussion serait le signe d'une dérive regrettable de notre fonctionnement législatif. Ayant eu la chance de passer une journée à l'extérieur de cette marmite,

j'ai pu voir que ce qui, aujourd'hui, intéresse les citoyens, ce n'est pas notre débat, mais l'exigence de transparence et de vérité.

Quel serait l'intérêt d'une discussion dans le climat que nous connaissons depuis plusieurs jours ? Une phrase de Victor Hugo, dans Notre-Dame de Paris, m'est revenue à la mémoire : « La grand'salle n'était plus qu'une vaste fournaise [… ], où chaque bouche était un cri, chaque oeil un éclair, chaque face une grimace, chaque individu une postur...

Je demande une suspension de séance après les carabistouilles que Mme la garde des sceaux vient de nous raconter !

Monsieur le président, après avoir écouté une intervention qui tient de la carabistouille, je demande une suspension de séance !

Madame la garde des sceaux, vous avez mis en accusation les députés avec des mots très durs, déclarant que nous nous mêlerions d'une affaire individuelle. Mais, individuelle, entre qui et qui cette affaire le serait-elle ? Considérez-vous qu'il s'agit d'une affaire individuelle entre le Président de la République et M. Benalla ?

Vous avez, à mes yeux, formulé un jugement très grave à l'encontre du Président de la République. Vous sous-entendez que le Gouvernement n'est pas concerné, que seul le Président de la République le serait.

Voulez-vous dire, par vos propos, qu'il faudrait actionner l'article 68 de la Constitution en raison d'un manquement du Président de la République à ses devoirs ? Voulez-vous dire que cette affaire serait individuelle, qu'elle ne concernerait que le Président de la République et M. Benalla, et pas nous ? Voulez-vous dire que qu'elle serait donc...