Frédérique Lardet

, députée LREM de la 2ème circonscription de Haute-Savoie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

  Présences détectées     Participations     Questions orales    Vacances parlementaires   Médiane des députés    Lire plus d'explications

Informations

Contact

  • Par e-mail :
  • Par courrier :
    • Assemblée nationale, 126 Rue de l'Université, 75355 Paris 07 SP 01.40.63.74.60
  • Collaborateurs :
    • M. Thomas Buttin
    • M. Benoît Rudinger
    • Mme Kheidi Bentamra

Responsabilités

Travaux législatifs

Ses derniers dossiers

Tous ses dossiers

Ses interventions

Consulter ses travaux en commissions

Consulter ses travaux en hémicycle

Consulter toutes ses interventions

ProposésSignés
199Total1786
12adoptés458
47rejetés276
15tombés96
77retirés557
27non soutenus202
14irrecevables131
7en attente66

Suivre l'activité de la députée

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS
Flux rss
sur mon site

Champ lexical (sur 12 mois)

Productions parlementaires

Ses derniers rapports

Tous ses rapports

Ses dernières propositions de loi

Cette députée n'a déposé aucune proposition de loi.

Toutes ses propositions de loi cosignées

Questions au gouvernement

Ses dernières questions orales

Toutes ses questions orales

Ses dernières questions écrites

Toutes ses questions écrites

Historique des fonctions et mandats

Derniers commentaires concernant les travaux de Frédérique Lardet Flux rss

Texte de la commission annexé au Rapport N° 2206 - À propos de l'amendement n°706, B Perrier a dit le 07/09/2019 :

Avatar par défaut

La rédaction initiale était calamiteuse et constituait un très mauvaise nouvelle pour ceux qui se battent pour que les Préfets des décident enfin à faire respecter la servitude de marchepied. Il aurait suffit pour les Préfets (grands défenseurs des intérêts des riverains) d'invoquer la protecti...

Lire dans le contexte Voir tous ses commentaires

À propos d'une question écrite du 27/02/2018, Adam MacKie a dit le 02/05/2018 :

Avatar par défaut

Les personnes dans ce cas ont forcément subi des traumatismes grave souvent suivi de stress post-traumatique. Comment expliquer qu'on les laisse dans le doute, ou pire, que l'on diminue ainsi la valeur de leur indemnité ? Et on ne répond même pas à la question ! Le CGI a été abrogé mais le Bofip ...

Lire dans le contexte Voir tous ses commentaires