La séance

Source

La séance est ouverte à quinze heures.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Monsieur le Premier ministre, chers collègues. Depuis une semaine, la Nouvelle-Calédonie traverse une crise d'une exceptionnelle gravité. Le dernier bilan est particulièrement lourd : six morts, dont deux gendarmes, et une centaine de blessés recensés parmi les forces de l'ordre et la population.

En notre nom à tous, je tiens à saluer l'engagement total du Gouvernement, des agents de l'État et des collectivités locales, ainsi que des forces de sécurité et de secours, pour rétablir l'ordre et porter assistance à chacun. Saluons aussi les élus de Nouvelle-Calédonie, qui, unis dans leur diversité, ont tous appelé au calme et condamné les exactions. Je veux souligner enfin la résilience de la population dans cette épreuve. Nous sommes témoins de tous les gestes de solidarité et de partage, des mains tendues si représentatives de ce territoire.

Le texte des accords signés à Matignon le 26 juin 1988 commençait ainsi : « Les populations de Nouvelle-Calédonie ont trop souffert, dans leur dignité collective, dans l'intégrité des personnes et des biens, de plusieurs décennies d'incompréhension et de violence. » L'année dernière, l'Assemblée nationale a honoré la mémoire de Jacques Lafleur et de Jean-Marie Tjibaou en donnant leurs noms à l'une de nos salles. Soyons collectivement à la hauteur de ce qu'ils ont su construire.

Monsieur le Premier ministre, l'Assemblée nationale jouera pleinement son rôle dans la période difficile qui s'est ouverte. Tous les groupes politiques se joignent à moi pour appeler à l'apaisement et pour œuvrer au retour du dialogue et de la paix.

En mémoire de ceux qui ont perdu la vie et en signe de solidarité avec leurs familles, je vous demande de bien vouloir observer une minute de silence.

Mmes et MM. les députés et les membres du Gouvernement observent une minute de silence.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

« Les communautés de Nouvelle-Calédonie ont trop souffert, dans leur dignité collective, dans l'intégrité des personnes et des biens, de plusieurs décennies d'incompréhension et de violence. […] L'affrontement de ces deux convictions antagonistes a débouché jusqu'à une date récente sur une situation voisine de la guerre civile » ; « Pour que la paix civile soit établie de manière durable, la vie publique doit être fondée sur le respect mutuel et organisée selon les principes nouveaux » : ces mots sont ceux des accords de Matignon, que Mme la présidente vient également de mentionner.

Après plus de trente ans de paix civile fondée sur « l'identité dans un destin commun » et l'organisation des trois référendums prévus par l'accord de Nouméa, nous devons collectivement retrouver le chemin du consensus sur l'avenir politique et institutionnel du Caillou, territoire unique du fait de la richesse de son histoire et de sa place dans la République française. La construction de ce nouveau chemin impose avant tout l'apaisement. Le groupe Horizons et apparentés souhaite, à ce titre, saluer l'action des forces de sécurité qui rétablissent l'ordre public en Nouvelle-Calédonie et permettent aux habitants de retrouver le calme dans leurs quartiers. Toutefois, renouer durablement avec l'ordre public nécessite d'abord de rétablir la cohésion du peuple calédonien. Comme en 1998, l'État doit être prêt à accompagner la Nouvelle-Calédonie dans cette voie, la voie d'un accord global tenant compte de l'irréversibilité des accords de Matignon, mais aussi de la volonté du peuple calédonien de rester au sein de la République française.

Monsieur le Premier ministre, eu égard à la situation sur le terrain et à la décision du Président de la République de se rendre en Nouvelle-Calédonie dans les prochaines heures, comment entendez-vous accompagner la construction d'un accord respectueux de chacun, offrant à tous les jeunes calédoniens un avenir porteur d'espoir ?

Applaudissements sur les bancs du groupe HOR et sur plusieurs bancs des groupes RE et Dem.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Au nom du Gouvernement, je veux à mon tour rendre hommage aux victimes des violences de ces derniers jours. Les deux gendarmes qui ont perdu la vie portaient l'uniforme de la République et protégeaient les populations et la terre de Nouvelle-Calédonie. Ils s'étaient engagés pour la France et sont morts en la servant. La République ne les oubliera jamais et sera présente, attentive, auprès de leurs familles, de leurs proches et de leurs frères d'armes. La gendarmerie a perdu deux hommes, mais c'est toute la France qui est en deuil. Notre reconnaissance est infinie.

Je veux rappeler que les premières victimes des émeutes et des violences sont les Calédoniens. Quatre personnes ont perdu la vie à l'occasion des émeutes et des pillages.

Mme Mathilde Panot s'exclame.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Beaucoup ont été blessés. Au nom du Gouvernement, j'exprime mon soutien aux proches et aux familles des personnes qui ont perdu la vie. Je ne me résoudrai jamais à ce que des jeunes, parfois très peu âgés, perdent la vie dans une spirale de violences.

Vous avez raison, la Nouvelle-Calédonie est frappée par des violences d'une rare intensité, qui portent le souvenir amer des déchirements sanglants du Caillou il y a quarante ans. Les élus et les responsables politiques calédoniens, qu'ils soient indépendantistes ou non, les ont unanimement condamnées, appelant au retour au calme. Je salue l'esprit de responsabilité qui anime l'ensemble des forces politiques calédoniennes.

Depuis le début de la crise, notre priorité est le retour à l'ordre, préalable au dialogue.

Exclamations sur quelques bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Le Président de la République a convoqué à trois reprises un Conseil de défense et de sécurité nationale (CDSN). J'ai moi-même présidé à cinq reprises des cellules de crise interministérielles pour suivre la situation en temps réel et coordonner l'action de l'État. À la demande du Président de la République, l'état d'urgence a été décrété, le couvre-feu maintenu et les rassemblements interdits. Avec le ministre de l'intérieur et des outre-mer et la ministre déléguée chargée des outre-mer, nous suivons jour et nuit l'évolution de la situation.

Ce week-end, un pont aérien a permis le déploiement de 1 000 personnels des forces de sécurité intérieure supplémentaires, venus renforcer les 1 700 effectifs déjà présents sur place. Ces 2 700 policiers et gendarmes accomplissent un travail exceptionnel dans des conditions très difficiles. Je veux, avec vous, rendre hommage à leur courage.

Applaudissements sur les bancs des groupes RE, Dem et HOR, ainsi que sur quelques bancs des groupes RN, LR, SOC, Écolo – NUPES et LIOT.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Ils ont déjà accompli plusieurs missions périlleuses, notamment en dégageant la route entre Nouméa et l'aéroport – 76 barrages ont été détruits –, et sont appuyés par des militaires, qui les aident à sécuriser l'aéroport, les ports et les bâtiments publics.

Le retour au calme passe aussi par la fermeté à l'égard des auteurs d'exactions. C'est la raison pour laquelle le ministre de la justice a pris une circulaire demandant une réponse pénale ferme face aux pillards et aux émeutiers.

Les violences ont des conséquences très graves sur la vie quotidienne des habitants de Nouvelle-Calédonie. Nous mettons toute notre énergie dans le rétablissement de l'ordre, mais nous sommes également mobilisés pour assurer la continuité de la vie quotidienne des Calédoniens. J'ai réuni une cellule interministérielle de crise spécifique sur le sujet des produits alimentaires et sanitaires acheminés grâce au pont aérien. Par ailleurs, nous travaillons déjà à la reconstruction avec Bruno Le Maire, qui a reçu l'ensemble des acteurs économiques.

Grâce à ces moyens et aux décisions prises sans délai, la situation commence à s'améliorer, mais, nous le savons, elle est encore fragile et notre vigilance reste entière. Nous devons rechercher une solution politique durable et globale pour ce territoire.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Nous ne la trouverons que par le dialogue entre les forces politiques locales.

Le Président de la République décolle ce soir pour la Nouvelle-Calédonie. Il se rend au contact de nos compatriotes et échangera avec l'ensemble des forces vives calédoniennes, les acteurs politiques, bien sûr, mais aussi les acteurs de la société civile, de la jeunesse, de la vie économique et des affaires coutumières. L'objectif est d'être à leurs côtés et de préparer la reconstruction. Le Président de la République entend renouer le fil du dialogue. Les personnalités qui l'accompagnent permettront de réunir les acteurs locaux et d'avancer vers l'accord politique global que nous appelons tous de nos vœux.

Le Président de la République a toujours été clair – je vous renvoie au discours qu'il a prononcé il y a un an en Nouvelle-Calédonie :

M. Manuel Bompard s'exclame

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

l'avenir du territoire passe par des évolutions institutionnelles, en vertu des résultats des différents référendums, mais, plus globalement, par la recherche d'un chemin du pardon permettant à tous les habitants de vivre en paix. Le Gouvernement est pleinement mobilisé en ce sens.

Applaudissements sur les bancs des groupes RE, Dem et HOR.

Situation en Nouvelle-Calédonie

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Monsieur le Premier ministre, monsieur le ministre de l'intérieur et des outre-mer, le Président de la République vient de vous désavouer !

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES et sur quelques bancs du groupe Écolo – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous n'êtes plus en charge du dossier de la Nouvelle-Calédonie. Nous en sommes donc réduits à tenter de comprendre ce qui peut bien se passer dans la tête d'Emmanuel Macron. L'adoption du projet de loi constitutionnelle portant modification du corps électoral pour les élections au Congrès et aux assemblées de province de la Nouvelle-Calédonie a mis le feu aux poudres dans ce territoire en proie à de graves difficultés sociales et économiques.

Mêmes mouvements.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les conséquences de ce passage en force sont dramatiques et votre responsabilité est immense : les violences ont causé la mort de six personnes et en ont blessé plus d'une centaine. Tout ceci était prévisible. Depuis des mois, La France insoumise, mais aussi tous les spécialistes du sujet et toutes les personnalités politiques et associatives que nous avons rencontrées dans l'archipel, alertaient sur le caractère explosif de la situation. Fidèles à votre arrogance habituelle, vous avez passé outre et fait adopter votre réforme brutalement, avec les voix de l'extrême droite, au détriment de la paix civile et du processus de décolonisation en cours depuis trente-cinq ans.

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES et sur quelques bancs du groupe Écolo – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La répression n'y fera rien. Cent soixante et onze ans de colonisation n'ont pas réussi à briser les aspirations légitimes du peuple kanak à l'émancipation et à l'autodétermination. La seule voie raisonnable est celle du dialogue et du consensus, pour l'avenir du peuple calédonien dans son ensemble.

Mêmes mouvements.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Le président Macron part donc ce soir en Nouvelle-Calédonie pour y « installer une mission », sans plus de précision. Depuis le début de la crise, nous demandons la création d'une telle instance. Elle est indispensable après que le Gouvernement s'est totalement discrédité en prenant fait et cause pour le camp non indépendantiste. Toutefois, cette mission n'a pas de sens sans le report du Congrès ou le retrait du texte.

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES et sur quelques bancs des groupes Écolo – NUPES et GDR – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

C'est ce qu'ont demandé quatre présidents de régions dites ultramarines, des personnalités toutes désignées pour composer cette mission nécessairement transpartisane. Telles sont les conditions sine qua non d'un retour à la paix civile.

Monsieur le Premier ministre, le Président de la République saura-t-il pour une fois se hisser à la hauteur de la situation…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…en remettant sur les rails le processus de Nouméa…

Mme la présidente coupe le micro de l'oratrice, dont le temps de parole est écoulé. – Les députés du groupe LFI – NUPES se lèvent et applaudissent. – Applaudissements sur quelques bancs des groupes Écolo – NUPES et GDR – NUPES. – M. Jean-Charles Larsonneur fait un geste du pouce vers le sol.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre de l'intérieur et des outre-mer.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Je regrette le ton polémique et politicien

M. Maxime Minot chantonne « Comme d'habitude »

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

que vous avez utilisé pour parler de ce sujet. Comme l'a fait le Premier ministre, je tiens à réitérer notre soutien aux forces de l'ordre ;

Applaudissements sur les bancs du groupe RE

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

quatre-vingt-quatre blessés ont été dénombrés chez les gendarmes et les policiers. Vous l'avez dit, madame la présidente de l'Assemblée et monsieur le Premier ministre, les forces de l'ordre ont été bien présentes et ont eu à subir la mort de deux gendarmes.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

De toute évidence, vous n'avez pas écouté Mme Obono !

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Depuis plusieurs jours et plusieurs nuits, elles travaillent de façon dangereuse et harassante. Ce ne sont pas les tirs des policiers et des gendarmes qui ont causé des morts, mais ce sont ceux des émeutiers qui ont causé la mort des gendarmes.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE.

Debut de section - Permalien
Un député du groupe LFI – NUPES

Qu'il démissionne !

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

J'insiste sur ce point, parce qu'en Nouvelle-Calédonie, les forces de l'ordre et l'État tout entier tiennent, afin de protéger tous les Calédoniens, quelle que soit leur couleur de peau ,

Exclamations sur les bancs du groupe LFI – NUPES

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

quel que soit le quartier où ils habitent et quelles que soient leurs opinions politiques. Nous devrions tous suivre le chemin tracé par ces policiers et ces gendarmes : celui de la protection de tous.

Mme Danielle Brulebois applaudit.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Ce soir, en compagnie de la ministre Marie Guévenoux et du ministre Sébastien Lecornu, j'aurai l'honneur de me rendre sur place avec le Président de la République.

Exclamations sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Comme l'a dit M. le Premier ministre, nous aurons sans doute l'occasion non seulement de remercier les forces de l'ordre, mais aussi d'installer une mission de dialogue et de reconstruction économique. J'espère que nous y trouverons moins de politiciens. Là-bas, nous rencontrerons des gens qui aiment leur terre ; ils n'utilisent pas des arguments politiques pour faire plaisir à La France insoumise, mais pour respecter la France.

Applaudissements sur les bancs des groupes RE et Dem. – Vives exclamations sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Protestations sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

On a voulu brûler une synagogue en France. C'est arrivé à Rouen, vendredi dernier, mais malheureusement, cela aurait pu arriver ailleurs. Quel terrible retour au tragique du XXe siècle ! Avons-nous oublié les 80 millions de morts de la seconde guerre mondiale, dont 6 millions de juifs, victimes de la Shoah ?

Je souhaite rendre hommage aux quatre policiers et aux six pompiers, qui sont intervenus très rapidement pour neutraliser l'auteur des faits et éteindre l'incendie.

Mmes et MM. les députés et les membres du Gouvernement se lèvent et applaudissent.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet incendie volontaire s'inscrit dans une tendance alarmante. Depuis le début de l'année, les actes antisémites ont augmenté de 300 % ; 370 faits ont été enregistrés rien qu'au premier trimestre 2024. Ces chiffres ne sont pas que des statistiques, ils sont le reflet d'une haine rampante qui menace notre vivre ensemble et la fraternité si consubstantielle à ce que nous sommes, nous Français.

Chaque acte antisémite est une attaque contre notre République et contre notre humanité commune. Il est de notre devoir de faire en sorte que jamais l'ombre de l'antisémitisme n'obscurcisse la lumière de notre liberté et de notre fraternité.

Applaudissements sur les bancs du groupe RE. – MM. Antoine Léaument et Paul Vannier applaudissent également.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Aucun acte ne doit rester impuni ; aucun antisémite ne doit avoir l'âme tranquille. Nous devons faire preuve d'une fermeté exemplaire à chaque agression, à chaque menace et à chaque insulte. Cette fermeté doit s'accompagner de notre unité : ensemble, nous devons protéger ceux qui sont ciblés par la haine et réaffirmer haut et fort que la France restera toujours unie dans sa diversité. C'est notre devoir envers nos concitoyens, envers notre histoire et envers notre avenir.

Monsieur le ministre de l'intérieur, après cet incendie et face à la montée des actes antisémites, la communauté juive, à Rouen comme dans toute la France, est inquiète. Pouvez-vous, monsieur le ministre, nous faire un point sur la situation, notamment sur l'inquiétante intensification des actes antisémites en France ?

Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre de l'intérieur et des outre-mer.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Je vous remercie d'avoir salué les policiers et les sapeurs-pompiers qui sont intervenus très rapidement, alors que l'incendiaire de la synagogue était encore sur les lieux. Celui-ci a d'abord agressé les sapeurs-pompiers qui éteignaient le feu et qui ont heureusement permis de limiter les dégâts dans cette magnifique synagogue située en pleine ville de Rouen. Il a ensuite attaqué au couteau les policiers. Un jeune policier adjoint de 24 ans, après les sommations nécessaires, a utilisé son arme, à bon droit, pour neutraliser l'assaillant qui fonçait sur lui avec son couteau et n'était plus qu'à quelques centimètres. Permettez-moi de le remercier et de le féliciter à nouveau ici, après que j'ai fait le déplacement dans votre ville dès lundi pour le décorer immédiatement.

Applaudissements sur les bancs des groupes RE, RN, LR, Dem et HOR.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Comme je le dis depuis plus de deux ans et singulièrement depuis l'ignoble attentat terroriste du Hamas du 7 octobre dernier, les Juifs en France sont sous la menace d'actes antisémites particulièrement graves et qui se sont multipliés ; c'est le cas partout dans le monde, mais particulièrement en France.

Parce que nous avons organisé la protection des lieux de culte, la synagogue de Rouen a bénéficié des moyens de l'État pour installer des caméras de vidéoprotection qui nous ont aidés à intervenir ; les patrouilles de sécurité, présentes dès six heures du matin, ont pu circonscrire le feu en quelques secondes et empêcher l'incendiaire de s'en prendre à d'autres personnes dans la rue avec son couteau.

Parce que nous savons que cette menace est extrêmement forte, la police et la gendarmerie sont fortement mobilisées partout en France pour protéger tous nos compatriotes juifs et leurs biens, à commencer par les lieux de culte. La haine du Juif, c'est la haine de la France, c'est la haine de l'autre

M. Meyer Habib applaudit

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

et, si j'ose dire, c'est la haine de soi-même.

Applaudissements sur les bancs des groupes RE, LR, Dem et HOR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Chers collègues, je suis heureuse de souhaiter en votre nom la bienvenue à une délégation de l'Assemblée populaire nationale de la République populaire de Chine, conduite par M. Yang Zhenwu, président du groupe d'amitié Chine-France.

Mmes et MM. les députés et les membres du Gouvernement se lèvent et applaudissent.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Madame la ministre du travail, qu'avez-vous fait pour les salariés après la honteuse réforme des retraites, dont l'objectif était d'économiser 19 milliards sur le dos des femmes, des seniors, et au-delà, de tous les travailleurs ? M. Olivier Dussopt, puis vous-même, vous aviez promis une grande loi travail sur la prévention des risques professionnels et la santé au travail, sur les seniors et le marché de l'emploi. Au lieu de cela, après avoir supprimé les comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), vous avez enchaîné les réformes de l'assurance chômage, toujours en défaveur des salariés.

Vous nous aviez promis le plein emploi et la révolution France Travail, avec des moyens décuplés pour l'insertion. Au lieu de quoi on découvre, au détour d'un décret d'annulation de crédits, des économies de 1,1 milliard sur la mission "Travail emploi" . En réalité, vous n'aimez pas le travail

Exclamations sur les bancs des groupes RE et Dem

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

et vous détestez les salariés ; vous leur préférez les actionnaires et les rentiers, que vous refusez obstinément de taxer.

Applaudissements sur les bancs du groupe Écolo – NUPES et sur quelques bancs des groupes LFI – NUPES et GDR – NUPES.

Debut de section - Permalien
Un député du groupe RE

Le droit à la paresse !

Debut de section - Permalien
Un député du groupe RN

Le droit à la paresse !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ce serait possible d'arrêter les caricatures ?

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Personne n'est à l'abri du chômage ; vous avez beau stigmatiser les chômeurs prétendument fainéants pour faire passer la pilule aux salariés en poste, ce sont bien les droits de l'ensemble des travailleurs et des travailleuses que vous attaquez et appauvrissez sans cesse.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

En raison de votre politique libérale d'augmentation de la précarité, ils se retrouvent en situation d'insécurité sociale. Pouvez-vous quand même nous donner des éléments, notamment des détails de la nouvelle punition collective que vous préparez contre les salariés dans votre prochaine réforme de l'assurance chômage ?

Applaudissements sur les bancs du groupe Écolo – NUPES et sur quelques bancs du groupe GDR – NUPES. – Mme Danièle Obono applaudit aussi.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme la ministre du travail, de la santé et des solidarités.

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Il nous faut revenir tout de suite sur certains éléments. En ce qui concerne l'emploi, le gouvernement qui a mis fin au chômage de masse est bien celui dont les membres sont issus de cette majorité !

Applaudissements sur les bancs des groupes RE et Dem.

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Depuis 2017, plus de 2 millions de personnes ont retrouvé le chemin de l'emploi ; c'est absolument indéniable.

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

La réforme de France Travail, qui concerne l'accompagnement, a d'abord été expérimentée dans dix-huit départements. Les premiers résultats ayant été particulièrement intéressants, le Premier ministre a décidé, dès le mois de février dernier, de passer de dix-huit à quarante-sept départements, afin d'apporter immédiatement aux femmes et aux hommes les plus éloignés de l'emploi des réponses : une immersion de quinze heures ou la découverte, dans les entreprises, des métiers vers lesquels ils ou elles souhaitent s'orienter.

Nous devons en effet parler de l'assurance chômage : qu'auriez-vous dit si nous n'en avions pas parlé ! À l'automne dernier, les partenaires sociaux ne sont pas parvenus à un accord : le Gouvernement a accepté de prendre un décret de jointure, qui prend fin le 30 juin prochain. Par conséquent, si nous n'avançons pas sur ce sujet, il n'y aura plus aucune réponse à compter du 1er juillet.

Il nous faut être capables d'œuvrer à une évolution de l'assurance chômage et d'apporter aux Français des réponses ; nous le leur devons et c'est ce que nous faisons.

M. Benjamin Lucas-Lundy s'exclame.

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Après huit mois de négociations, les partenaires sociaux ne se sont pas parvenus à se mettre d'accord. Le Gouvernement travaille sur ce sujet, avec deux principaux objectifs : le travail doit être plus rémunérateur ; les Françaises et les Français les plus éloignés de l'emploi doivent être accompagnés.

Applaudissements sur les bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les partenaires sociaux, particulièrement le patronat, n'avaient aucun intérêt à trouver un accord, puisqu'ils savaient très bien que vous en profiteriez pour taxer une fois de plus les salariés. C'est exactement votre stratégie !

Debut de section - Permalien
Prisca Thevenot, ministre déléguée chargée du renouveau démocratique, porte-parole du Gouvernement

N'importe quoi !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous parlez de la fin du chômage de masse, mais il y a encore 7,5 % de chômeurs en France, c'est-à-dire des centaines de milliers de personnes, sans parler de la potion « précarité, précarité, précarité » que vous administrez aux gens !

Applaudissements sur les bancs du groupe Écolo – NUPES et sur quelques bancs des groupes LFI – NUPES et GDR – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Quand la gauche était au pouvoir, il n'y avait pas de précarité peut-être ?

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Vous oubliez une chose dans votre démonstration : toutes les entreprises qui n'arrivent pas à recruter.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Eh oui !

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Vous croyez qu'elles ont vraiment intérêt à ne pas être en mesure de recruter ? Est-ce comme ça qu'on va développer l'économie ?

Applaudissements sur les bancs des groupes RE et Dem.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Monsieur le garde des sceaux, il y a une semaine jour pour jour, l'administration pénitentiaire payait un lourd tribut lors de l'escorte d'un détenu : deux agents assassinés et trois grièvement blessés.

Je ne reviendrai pas sur les propos abjects de la présidente du groupe LFI – NUPES, qualifiant ces assassinats d'accidents du travail. Ce drame absolu a plongé dans le deuil des familles, des proches, des collègues et l'ensemble des agents de l'administration pénitentiaire. Nous pensons à eux.

Au-delà des hommages, monsieur le garde des sceaux, il faut désormais prendre des mesures pour assurer davantage la sécurité des agents. Nous vous en avons proposé certaines ici même, mais elles ont toujours été rejetées.

Il est temps de faire preuve de fermeté : nos prisons sont des passoires par lesquelles entrent des téléphones servant à gérer le trafic de stupéfiants ou à préparer une évasion ; des passoires par lesquelles entrent chaque jour plusieurs kilos de drogue ; des passoires par lesquelles entrent des armes, notamment des couteaux en céramique mettant en danger le personnel.

Nous vous demandons de tout faire pour intercepter ces objets qui entrent aisément grâce aux drones et aux projections par les parloirs. Pour cela, il faut davantage de moyens humains et financiers. La directive européenne interdisant les fouilles systématiques des détenus, notamment à leur retour du parloir, appliquée depuis le quinquennat Sarkozy, plonge le personnel pénitentiaire dans l'insécurité la plus totale. Nous appelons au retour de ces fouilles, car la sécurité doit primer.

Celle-ci doit aussi être davantage garantie aux agents exerçant des missions à l'extérieur des murs. À ce sujet, je vous alerte sur les risques que prennent les agents assurant les escortes médicales, qui n'ont aucun armement. Le risque zéro n'existe pas, mais il est de notre devoir à tous d'agir pour limiter au maximum ces risques.

Monsieur le garde des sceaux, pouvez-vous vous engager à prendre l'ensemble des mesures nécessaires à la sécurité des agents de l'administration pénitentiaire ?

Applaudissements sur les bancs du groupe RN. – M. Nicolas Dupont-Aignan applaudit également.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le garde des sceaux, ministre de la justice.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Oui, je peux m'y engager fermement.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Je l'ai d'ailleurs fait auprès de l'intersyndicale, quelques heures après cette tragédie, cet ignoble drame. Deux agents pénitentiaires ont été tués dans l'exercice de leurs fonctions et trois autres ont été gravement blessés ; leur pronostic vital a un temps été engagé.

Il y a quelques minutes, j'ai signé avec toutes les organisations syndicales un relevé de décisions qui compte une trentaine de mesures – nous en avions convenu préalablement, après deux heures et demie d'échanges. Ces mesures vont de la possibilité de défloquer les véhicules à l'armement demandé par les agents pénitentiaires.

Nous n'avions pas connu un tel drame depuis 1992 ; l'analyse que nous en faisons nous oblige à prendre des mesures qui n'avaient pas toutes été envisagées alors.

Parmi ces mesures figurent également la lutte contre l'utilisation des téléphones portables – un véritable fléau – et le renforcement de la sécurisation. Celle-ci a déjà considérablement progressé, mais sans votre aide, je dois bien le dire : en 2021, en 2022 et en 2023, vous n'avez jamais voté les budgets !

Applaudissements sur les bancs du groupe RE. – Vives exclamations sur les bancs du groupe RN.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous n'avons pas pu voter, vous avez préféré appliquer le 49.3 !

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Enfin, comme je m'attendais à votre question, j'ai voulu prendre connaissance de ce que vous aviez proposé, notamment dans le cadre de votre journée d'initiative parlementaire. Laissez-moi le dire clairement, vous n'avez rien proposé du tout !

Applaudissements sur les bancs du groupe RE. – Exclamations sur quelques bancs du groupe RN.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Non, non, non !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…car, il y a quelques mois, lors de l'examen du projet de loi de finances (PLF) pour 2024, j'ai voulu augmenter les crédits de l'administration pénitentiaire ,

M. le garde des sceaux fait un geste de dénégation

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

afin d'améliorer la lutte contre l'usage de drones ou les projections, mais tous mes amendements ont été rejetés par votre majorité.

Applaudissements sur les bancs du groupe RN.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Un mensonge de plus !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hier, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a requis des mandats d'arrêt pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité contre le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et son ministre de la défense…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…ainsi que contre trois responsables du Hamas. Ces réquisitions constituent un premier pas et font naître l'espoir d'une justice pour toutes les victimes de ces crimes.

Applaudissements sur les bancs du groupe GDR – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les Palestiniens demandent depuis si longtemps que la justice s'applique à tous !

Il a plusieurs mois déjà – avec Sabrina Sebaihi et d'autres députés de l'intergroupe NUPES –, nous avions déposé une proposition de résolution réclamant que la France saisisse elle aussi la CPI.

Car face à la guerre génocidaire à Gaza, certains choisissent de s'indigner des accusations portées à l'encontre d'un gouvernement d'extrême droite, plutôt que des atrocités commises par ce même régime !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

C'est insupportable ! Madame la présidente, faites respecter le règlement !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Chaque jour qui passe charrie son lot de morts et d'atrocités, face auquel toute paralysie est complice. La France devrait agir, prendre une initiative inspirée par la justice et le droit international, mais voilà que des entreprises israéliennes qui participent à ces crimes s'apprêtent à exposer au salon Eurosatory 2024 qui se tiendra sur son sol. Parmi ces sociétés, des géants de l'industrie israélienne de l'armement comme Elbit Systems, mais également des représentants du ministère israélien de la défense.

Mme Francesca Pasquini se lève et désigne M. Meyer Habib, qui tient devant lui son téléphone portable.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Depuis longtemps, ces entreprises ont fait des territoires palestiniens le laboratoire du développement de nouvelles technologies militaires et répressives.

M. Jean-Paul Lecoq désigne M. Meyer Habib

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

et vous ne dites rien, madame la présidente !

Exclamations sur les bancs des groupes GDR – NUPES et Écolo – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Après chaque offensive – celle menée actuellement à Gaza ne faisant pas exception –, les ventes d'armes israéliennes s'envolent et ces entreprises présentent à leur clientèle internationale leurs dernières innovations, en se vantant de les avoir testées sur le champ de bataille.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Gaza est déjà un tombeau pour l'humanité. Nous ne pouvons pas accepter, en France, des marchands de mort qui vantent l'efficacité d'armes mises au service d'un processus de nettoyage ethnique. Monsieur le ministre des armées, comptez-vous prendre vos responsabilités et annuler la venue des exposants israéliens au salon Eurosatory 2024 ?

Applaudissements sur les bancs des groupes GDR – NUPES, LFI – NUPES et Écolo – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il est interdit de photographier ou de filmer les interventions que font vos collègues dans l'hémicycle, ce rappel étant de portée générale.

La parole est à Mme la secrétaire d'État chargée des anciens combattants et de la mémoire.

Debut de section - Permalien
Patricia Mirallès, secrétaire d'État chargée des anciens combattants et de la mémoire

Je vous prie tout d'abord d'excuser l'absence du ministre des armées. Permettez-moi ensuite d'affirmer une vérité très simple : la France ne vend pas d'armes à Israël. Elle exporte, d'une part, de petits composants de matériel défensif – des roulements à billes, des vitrages, des systèmes de refroidissement ou des amortisseurs de chocs –, des éléments qui ne sont pas eux-mêmes des armes.

Debut de section - Permalien
Patricia Mirallès, secrétaire d'État chargée des anciens combattants et de la mémoire

Nous assumons d'exporter des pièces qui entrent dans la composition du système de défense aérienne dit dôme de fer, au moment où Israël est visé par les roquettes du Hamas : cette politique pourrait, je le crois, faire consensus.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Qu'y aurait-il de honteux à vendre des armes à Israël ?

Debut de section - Permalien
Patricia Mirallès, secrétaire d'État chargée des anciens combattants et de la mémoire

D'autre part, la France exporte, mais à des fins de réexportation, des composants de systèmes et dans ce cas, les licences d'exportation accordées par la France interdisent l'utilisation de ces équipements par l'armée israélienne.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Des excuses, encore des excuses : pourquoi ?

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Y en a marre, il a le droit de faire ce qu'il veut madame la présidente !

M. Jean-Paul Lecoq désigne M. Meyer Habib.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

C'est scandaleux ce que vous faites avec lui !

M. Jean-Paul Lecoq quitte l'hémicycle.

Debut de section - Permalien
Patricia Mirallès, secrétaire d'État chargée des anciens combattants et de la mémoire

L'organisateur du salon international Eurosatory 2024 est une société privée, qui autorise la participation d'industriels israéliens lesquels comptent nombre d'Européens parmi leurs partenaires. Ni dans le cadre de ce salon ni dans un autre la France ne vend d'armes à Israël.

Mme Elsa Faucillon quitte à son tour l'hémicycle.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les îles Wallis et Futuna connaissent déjà, en temps normal, d'importantes difficultés d'approvisionnement : le transport de passagers et le fret, qu'ils soient aériens ou maritimes, sont irréguliers.

Depuis une semaine, la situation en Nouvelle-Calédonie coupe encore plus les habitants de Wallis-et-Futuna du reste du monde et singulièrement de la métropole. Ils s'étaient préparés à cet isolement et avaient, par précaution, constitué des stocks d'une dizaine de jours, mais ceux-ci seront bientôt épuisés.

En tout premier lieu, c'est la situation des malades et des évacués sanitaires qui est préoccupante. Alors que la situation du Médipôle de Nouméa inquiète et que les transports sont incertains, que pouvons-nous faire de nos malades ? Que pouvons-nous faire de nos dialysés ?

Le sort de Wallis-et-Futuna ne saurait être définitivement hypothéqué par la situation que connaît la Nouvelle-Calédonie. Aujourd'hui, nombre de passagers sont bloqués par l'absence de liaisons aériennes, depuis ou vers Wallis ; les rayons de nos commerces sont vides. Pouvez-vous nous présenter les moyens que le Gouvernement engagera pour venir en aide aux résidents de Wallis-et-Futuna ?

Plus encore, le sort des évacués sanitaires vers Nouméa, de leurs accompagnateurs et des étudiants est très préoccupant, car le plus souvent, ils sont isolés et se terrent. Madame la ministre, que faites-vous pour les Wallisiens et les Futuniens, victimes collatérales du conflit qui a éclaté en Nouvelle-Calédonie ?

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme la ministre déléguée chargée des outre-mer.

Debut de section - Permalien
Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des outre-mer

Vous m'interrogez sur les répercussions de la crise calédonienne sur Wallis-et-Futuna et je tiens à vous dire tout d'abord que la situation s'améliore en Nouvelle-Calédonie, bien qu'elle reste précaire. Cette amélioration, nous la devons bien évidemment à la mobilisation des services de l'État et des forces de sécurité intérieure, aux policiers et aux gendarmes. Je tiens d'ailleurs à rendre hommage au gendarme Molinari et à l'adjudant-chef Salou, qui ont perdu la vie dans les émeutes survenues en Nouvelle-Calédonie.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE. – Mme Stéphanie Kochert, M. Éric Ciotti et M. Philippe Vigier applaudissent également.

Debut de section - Permalien
Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des outre-mer

Je veux également vous dire que le territoire de Wallis-et-Futuna est au cœur des préoccupations du Gouvernement et du Président de la République, comme il est au cœur des vôtres – vous me l'avez encore rappelé la semaine dernière dans les locaux de mon ministère, en présence du président Muli'aka'aka. Du reste, le sort de l'archipel et de ses habitants a été évoqué lors de chaque réunion de la cellule interministérielle de crise et lors de chaque réunion du conseil de défense.

Wallis-et-Futuna reste ravitaillé en produits alimentaires, en matériaux et en carburant, depuis les îles Fidji. Ce ravitaillement n'est pas menacé par la situation calédonienne.

Les évacuations sanitaires (Evasan) se poursuivent – une a eu lieu la semaine dernière et une autre encore la nuit dernière. Les urgences sont donc bien prises en charge. Les patients wallisiens ou futuniens actuellement présents en Nouvelle-Calédonie sont quant à eux suivis et peuvent accéder – parfois avec difficulté, certes – au Médipôle. Toutes les dialyses programmées ont pu être réalisées. Enfin, les médicaments et des produits de soin manquants ont été recensés par l'autorité de santé de Wallis-et-Futuna : ils seront livrés avant la fin de la semaine à Wallis.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

C'est largement insuffisant madame la ministre !

Debut de section - Permalien
Marie Guévenoux, ministre déléguée chargée des outre-mer

Enfin, vous m'interrogiez sur la situation des lycéens et étudiants présents à Nouméa. Une cellule de veille a été ouverte, leur sécurité est assurée et ils sont ravitaillés. C'est vous dire l'engagement total du Gouvernement pour que les Wallisiens et les Futuniens soient protégés, où qu'ils se trouvent.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Lorsqu'il a eu lieu, à une heure tardive de la nuit, nous savions déjà que le vote du projet de loi constitutionnelle portant modification du corps électoral pour les élections au Congrès et aux assemblées de province de la Nouvelle-Calédonie ne mettrait pas fin à la situation chaotique de l'archipel, pas plus qu'il n'empêcherait son embrasement. Depuis ce vote, six personnes sont mortes et d'autres seraient décédées faute d'avoir pu accéder aux soins dont elles avaient besoin. Mes pensées vont donc vers les familles et les proches des Calédoniens et des gendarmes qui ont perdu la vie, dont fait malheureusement partie l'adjudant-chef finistérien Xavier Salou.

En tant que membre d'une force politique républicaine, je ne peux me résoudre au fait que le vote d'une loi provoque des morts. Les priorités du groupe Socialistes sont de restaurer la paix civile, la paix et la cohésion nationale, mais sans laisser s'écrire le scénario du pire.

Applaudissements sur les bancs du groupe SOC.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Or l'exécutif a tardé à prendre ses responsabilités, alors qu'il avait lui-même contribué à réunir les conditions du cauchemar que vivent en ce moment même les Calédoniens.

Pour cette raison, nous prenons acte – avec soulagement mais sans renoncer à notre vigilance – de la décision du Président de la République de se rendre enfin sur place pour y installer une mission. Ces derniers jours, une grande partie des formations politiques de cette assemblée vous ont exhorté, monsieur le Premier ministre, à tout mettre en œuvre pour apaiser la situation – le retrait du processus constitutionnel, la reprise en main par Matignon ou encore la création d'une mission impartiale.

Alors que votre majorité au Congrès n'est plus assurée, il ne peut plus suffire de rétablir l'ordre. Il est indispensable de faire cesser les violences, mais vous savez aussi que l'accalmie n'adviendra qu'au sein d'un cadre de compromis et de consensus politique. Artisan majeur des accords de Matignon en 1988, Louis Le Pensec avait eu des paroles lumineuses en affirmant « s'apercevoir que la parole politique peut parfois faire taire les fusils. »

Il n'est plus l'heure de soutenir ceux qui prônent le passage en force, mais celle de marcher dans les pas de ceux qui vous ont précédé, de ceux qui ont bâti, grâce à des accords, un destin commun et l'espoir d'une paix durable.

Les escadrons de gendarmerie et les renforts militaires ne peuvent suffire. Aussi, comment comptez-vous renouer le dialogue empreint de patience qui se conclura sur la paix civile en Nouvelle-Calédonie ?

Applaudissements sur les bancs du groupe SOC.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre de l'intérieur et des outre-mer.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Comme l'a dit le Premier ministre et comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire en réponse à une question précédente, il faut d'abord saluer, comme vous l'avez fait, le travail accompli par les forces de l'ordre en Nouvelle-Calédonie. Il faut également considérer que la reprise du dialogue est conditionnée au retour à la paix civile et à l'ordre public républicain, retour que nous n'obtiendrons qu'en restaurant la liberté de circulation et faisant cesser les menaces de morts qu'essuient les élus, indépendantistes ou non. Pour cette raison, vingt-trois unités de force mobile (UFM) et des agents du Raid (recherche assistance intervention dissuasion) et du GIGN (groupe d'intervention de la gendarmerie nationale) seront bientôt dépêchés en Nouvelle-Calédonie. De très nombreux fonctionnaires du ministère de l'intérieur, du ministère des armées et d'autres ministères y interviendront également, afin de participer à la reconstruction et de concourir au retour à la normale en Nouvelle-Calédonie, territoire de la République à part entière.

J'entends votre question politique, madame la députée, mais vous ne semblez pas avoir tiré les conclusions des trois référendums qui ont déjà été courageusement organisés sous l'autorité du Président de la République.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Si vous allez dans cette direction, ça ne va pas le faire !

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Par trois fois, les Calédoniens se sont prononcés contre l'indépendance.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il fallait organiser le troisième référendum à une autre date !

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Que faut-il faire d'autre que de constater leur expression libre, démocratiquement recueillie à l'occasion des référendums prévus par les accords de Matignon et de Nouméa. Ces accords, vous les citez sans cesse, mais faites fi de leur conclusion, à savoir le refus, répété trois fois, de l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie.

Il faut désormais organiser des élections provinciales, car les Calédoniens, comme tous les Français, ont le droit d'exercer le plus beau droit qui soit, celui de voter. J'espère que vous soutiendrez cette démarche, qui n'est que la manifestation de notre démocratie.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE.

Situation en Nouvelle-Calédonie

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Depuis dix jours maintenant, la Nouvelle-Calédonie est méconnaissable, elle est à feu et à sang. On y dénombre déjà six morts, dont des gendarmes, des centaines de blessés. Des dizaines de bâtiments, publics ou privés, des entreprises et des commerces sont visés par les émeutiers, pour être pillés ou vandalisés, tandis que les barrages, encore nombreux, bloquent les déplacements, notamment aux alentours de l'aéroport international. Des zones de non-droit s'étendent encore sur des quartiers entiers. Le spectre d'une pénurie de nourriture et de médicaments n'a pas encore été éloigné.

Nos concitoyens, de toutes origines, ont peur. Ils s'organisent pour se protéger et protéger leurs proches. De nombreux observateurs mettent plus particulièrement en cause la Cellule de coordination des actions de terrain (CCAT), qui aurait échappé à son initiateur, l'Union calédonienne : elle se rend coupable d'émeutes racistes, je crois qu'il n'y a pas d'autres mots.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ces événements prennent place dans un contexte démographique et géographique d'autant plus préoccupant que l'on tient compte de l'état de l'industrie du nickel : elle est le cœur d'une économie déjà chancelante, dont le pouls atteste toujours plus nettement de la mort clinique.

Je n'oublie pas non plus les ingérences étrangères que nous dénonçons. La priorité absolue doit bien sûr être de rétablir l'ordre républicain : ne laissons pas le champ libre aux radicaux et à ceux qui profitent du chaos pour semer la terreur dans ce territoire. Concomitamment, nous devrons renouer les fils du dialogue et le dialogue lui-même.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'esprit des accords de Matignon et de Nouméa doit perdurer, tout comme l'esprit du destin commun.

Nous avons appris, en fin de matinée, que le Président de la République partait ce soir pour Nouméa. Dès lors, pouvez-vous nous indiquer ce qu'il compte faire ? Quelles initiatives entendez-vous prendre ? Où en sont les échanges relatifs à un accord global ? L'état d'urgence sera-t-il prorogé au-delà des douze jours ? Les forces de l'ordre sont-elles en nombre suffisant ? Le Congrès sera-t-il bientôt convoqué ? Les élections européennes pourront-elles se tenir ? Vous l'avez compris, nous souhaitons que vous fassiez un point complet, voire que vous organisiez un débat parlementaire au titre de l'article 51-1 de la Constitution. Je vous remercie de vos éclairages dont nous avons besoin. Nous le devons aux Néo-Calédoniens.

Applaudissements sur les bancs du groupe LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre de l'intérieur et des outre-mer.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

D'abord, permettez-moi de vous remercier, ainsi que votre groupe et le président Olivier Marleix, pour le soutien apporté aux forces de l'ordre et à l'action gouvernementale, au sens large du terme, dans ce dossier. Vous avez toujours été cohérents, vous n'avez jamais changé de position entre le vote et les événements.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

À cet égard, nous pouvons saluer votre famille politique.

La commission des lois m'a invité pour échanger, après la séance de questions au Gouvernement. Bien entendu, j'ai répondu favorablement à cette invitation.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ce n'est pas une invitation, c'est une convocation !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ce n'est pas une invitation, c'est une convocation !

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Je finirai de répondre à vos questions en commission si la minute et les vingt secondes de temps de parole qui me restent ne me permettent pas d'apporter tous les éléments.

Le Président de la République part ce soir en Nouvelle-Calédonie. Il a invité le président de la commission des lois de chaque assemblée – celui du Sénat, François-Noël Buffet, est membre de votre famille politique – à se joindre à lui pour ainsi témoigner en direct de l'action menée par le Président de la République à la suite de ses annonces.

Nous avons jusqu'à lundi pour tirer les conclusions de l'état d'urgence, déclaré par voie réglementaire. Il appartiendra au Président de la République de décider de sa prorogation par voie législative.

L'effectif des forces de l'ordre est désormais suffisant puisque, d'ici à quarante-huit heures, quatre avions atterriront en Nouvelle-Calédonie, portant le nombre de policiers et de gendarmes à 3 000, comme l'a annoncé M. le Premier ministre.

Lors du troisième référendum, qui a provoqué le plus de tensions, quinze unités de force mobile furent déployées sur place. Les forces de l'ordre sont désormais très nombreuses, ce qui explique le retour au calme relatif, notamment à Nouméa.

Le Président de la République aura l'occasion de s'exprimer sur la convocation du Congrès en vue d'adopter la révision constitutionnelle. La mission de reconstruction et de dialogue politique sera lancée par le Président de la République lors de sa venue, avec la ministre déléguée chargée des outre-mer.

J'aurai l'occasion de revenir sur d'autres points que vous avez évoqués, notamment sur les élections européennes. Bien entendu, nous organiserons les élections européennes en Nouvelle-Calédonie. Nous imprimerons même les bulletins de vote à Paris ; ils seront envoyés très prochainement sur place, dans le cadre de l'organisation concrète des élections européennes qui s'y tiendront, comme sur tout le territoire national.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Le procureur général de la Cour pénale internationale (CPI) a requis un mandat d'arrêt pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité contre trois dirigeants du Hamas, et contre Benjamin Netanyahou et son ministre chargé de la défense, qui avait qualifié les Palestiniens d'« animaux humains ». Aux soutiens inconditionnels de Netanyahou, aux irresponsables qui nient le génocide en cours à Gaza, aux indignés à géométrie variable : tenez-vous le pour dit.

Les dirigeants israéliens et leurs amis en France, qui avaient déjà qualifié l'ONU et la Cour internationale de justice d'« antisémites », ont fait savoir qu'ils ne comptent pas pour autant s'arrêter là. M. Séjourné, Mme Braun-Pivet et M. Larcher : rappellerez-vous au ministre israélien, que vous accueillez aujourd'hui, le bilan à Gaza ?

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Au moins 40 000 Palestiniens ont été tués sans compter les personnes sous les décombres ; les attaques à Rafah, où sont coincées 1,5 million de personnes,…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ce sont les chiffres du Hamas ! La France intifada ! Vous êtes les porte-paroles du Hamas !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…ainsi que les offensives en Cisjordanie se poursuivent ; l'aide humanitaire est bloquée par le gouvernement israélien aux portes de Gaza.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Quarante-deux citoyens français ont été tués ! Vous ne dites pas un mot des otages !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

À La France insoumise, nous n'avons pas défendu autre chose que ce que les instances de droit international ont mis sous les yeux de tous.

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Depuis le 7 octobre, nous demandons la condamnation de tous les criminels de guerre.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pour avoir défendu le respect du droit international, de la justice, du cessez-le-feu, cela nous a valu, à nous, les Insoumis, d'être la cible d'odieuses campagnes de diffamation médiatiques et politiques

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Notre présidente de groupe, ainsi qu'une candidate aux élections européennes, ont été convoquées pour apologie du terrorisme.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La décision du procureur de la CPI exige une réaction bien plus ferme que votre timide communiqué.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Affirmerez-vous sans équivoque, comme l'a fait la ministre des affaires étrangères belge, que les crimes commis à Gaza doivent être poursuivis au plus haut niveau, quels que soient leurs auteurs ? Cesserez-vous enfin les livraisons d'armes à Israël et prendrez-vous des sanctions contre le gouvernement israélien ?

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Reconnaîtrez-vous, comme l'ont fait 140 États dans le monde, l'État de Palestine…

La présidente coupe le micro de l'oratrice dont le temps de parole est écoulé. – Vives exclamations sur les bancs du groupe LFI – NUPES

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous me coupez la parole alors qu'ils m'ont interrompue !

L'oratrice désigne les bancs des groupes RN et LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je ne vous coupe pas la parole, votre temps de parole est épuisé depuis cinq secondes.

Vives exclamations sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ils m'ont coupé la parole et je n'ai pas pu finir !

Protestations sur les bancs du groupe LFI – NUPES. – Huées et claquements de pupitres sur quelques bancs des groupes RN et LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre de l'Europe et des affaires étrangères.

Vives exclamations sur les bancs du groupe LFI – NUPES. – Mme Nathalie Oziol, restée debout, continue à protester.

Debut de section - Permalien
Stéphane Séjourné, ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Madame la députée, je vous réponds…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Si vous ne souhaitez pas entendre la réponse de M. le ministre, tant pis pour vous ! En revanche, elle nous intéresse !

Debut de section - Permalien
Stéphane Séjourné, ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Rappelons, sans outrance, quatre principes. Le premier, c'est que la France reconnaît l'indépendance de la Cour pénale internationale. C'est un principe de droit qui est peut-être évident pour vous tous, en votre qualité de parlementaire.

Deuxième principe : ces demandes de mandat d'arrêt simultanées ne doivent pas conduire à mettre un signe d'équivalence entre le Hamas et Israël.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Très bien !

Debut de section - Permalien
Stéphane Séjourné, ministre de l'Europe et des affaires étrangères

D'un côté, il y a un groupe terroriste qui s'est félicité des attentats du 7 octobre, qu'il a revendiqués ; de l'autre, il y a un État démocratique, Israël, qui doit respecter le droit international, dans le cadre de la conduite d'une guerre qu'il n'a pas lui-même déclenchée.

Exclamations sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - Permalien
Stéphane Séjourné, ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Les juges de la CPI doivent désormais se prononcer sur la délivrance de ces mandats. Ils le feront en toute indépendance.

Le troisième principe, c'est la solidarité de la France envers les Israéliens et les Palestiniens. La France est engagée pour chercher une solution politique. C'est le seul horizon de paix possible et nous travaillons diplomatiquement à cette fin.

Debut de section - Permalien
Stéphane Séjourné, ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Le quatrième principe, que vous avez peut-être oublié, est celui de rigueur. Depuis des mois, vous donnez des leçons de droit et de morale sur cette question.

Nouvelles exclamations sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Et ce que dit le procureur de la CPI, c'est une leçon de droit ?

Debut de section - Permalien
Stéphane Séjourné, ministre de l'Europe et des affaires étrangères

Si vous avez écouté les propos du procureur, vous avez pu constater qu'il se tenait à très grande distance de la notion de génocide que vous agitez à des fins politiques depuis des mois. Vous devriez vraiment vous inspirer du principe de rigueur.

Applaudissements sur quelques bancs des groupes RE, LR et Dem. – Les exclamations se poursuivent sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Madame la ministre du travail, de la santé et des solidarités, à quelques semaines d'une échéance électorale majeure, nos concitoyens ne nous demandent pas moins d'Europe mais, au contraire, plus d'Europe : une Europe du concret, une Europe qui permette de faire face aux difficultés du quotidien, d'aujourd'hui et de demain.

Exclamations sur les bancs du groupe RN.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La disponibilité de certains médicaments est un des enjeux majeurs. Il y a quelques semaines, dans un grand journal du Sud-Ouest, vous avez évoqué un plan européen relatif aux maladies rares qui, rien qu'en France, touchent trois millions de personnes.

Avec mon collègue Philippe Berta, nous sommes convaincus de la pertinence de l'échelle européenne pour identifier suffisamment de malades pour chaque pathologie et inciter les laboratoires à développer de nouvelles solutions.

Le groupe Démocrate est, plus largement, convaincu qu'on ne peut parler d'Europe puissance ou d'Europe de la souveraineté sans parler d'Europe de la santé.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La santé ne se délègue pas. Nous ne pouvons dépendre d'approvisionnements aléatoires en médicaments, en provenance de pays lointains, susceptibles de remettre en cause la relation commerciale du jour au lendemain. Le Parlement européen vient justement de voter un paquet de mesures en ce sens.

Quelles mesures comptez-vous prendre pour renforcer nos politiques européennes en matière d'innovation en santé et de production de médicaments ? L'Airbus ou l'approvisionnement en vaccin contre le covid sont clairement mis à l'actif de l'Europe. Nous devons avoir l'ambition qu'elle devienne la championne du monde du médicament.

Applaudissements sur les bancs du groupe Dem.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme la ministre du travail, de la santé et des solidarités.

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Vous avez raison de le souligner : l'Europe de la santé s'est révélée vitale et concrète pendant la pandémie. En effet, nous avons commandé et distribué 1,7 milliard de doses de vaccin avant le mois de juin 2022 dans le monde entier, alors qu'une compétition féroce avait lieu.

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

L'OMS – Organisation mondiale de la santé – considère que 1,4 million de vies ont été sauvées sur le continent européen, ce qui est loin d'être neutre.

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Depuis, l'Europe a su tirer les conséquences de la pandémie, en créant une véritable Europe de la santé, avec une autorité européenne dédiée à la sécurité sanitaire, la constitution de stocks stratégiques de matériels d'urgence, et, enfin, l'élaboration d'un premier plan européen de lutte contre le cancer. Voilà des éléments concrets qui nous permettent de promouvoir un effort de recherche à l'échelle européenne.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il ne faudra pas oublier de l'inscrire dans les comptes de campagne !

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Nous devons aller plus loin. C'est le sens du discours prononcé par le Président de la République à la Sorbonne. Nous devons renforcer l'autonomie stratégique en matière de production de médicaments, en créant une alliance européenne en matière de relocalisation des médicaments critiques, ainsi qu'il en a été question lors du sommet Choose France 2024. Il faut réviser la législation pharmaceutique européenne et élaborer un plan de lutte contre les maladies rares, qui touchent trois millions de personnes en France et trente millions en Europe. Cela veut dire : renforcer les réseaux européens de recherche, adopter des recommandations européennes et mieux coordonner l'ensemble des travaux. Les familles l'attendent. Avec l'Europe, nous sommes capables de le faire.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Dans six semaines, les nouvelles règles de l'assurance chômage s'appliqueront aux habitants de notre pays. À six semaines de cette échéance, nous ne connaissons rien de ces nouvelles règles.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Contrairement à ce que vous avez dit tout à l'heure, madame Vautrin, au mois de novembre, syndicats et patronat avaient trouvé un accord sur les nouvelles règles. Le Gouvernement a refusé d'agréer cet accord, au motif qu'il était incomplet sur la question des seniors. Depuis l'entrée en fonction de M. Attal, beaucoup d'annonces ont été faites sur la question du travail. J'ai entendu parler de désmicardisation mais rien ne s'est passé.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Il y a un truc qui s'appelle le projet de loi de finances !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il paraît que vous voulez taxer le rachat d'actions, mais rien ne se passe. En revanche, sur la question de l'assurance chômage, vous avancez à grands pas nous dit-on, et les pistes sont nombreuses.

À six semaines de l'application cette réforme, auriez-vous l'extrême obligeance de bien vouloir éclairer la représentation nationale sur ses fondements, afin qu'elle soit enfin au fait des choix que vous ferez pour le pays ?

Applaudissements sur les bancs du groupe LIOT.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme la ministre du travail, de la santé et des solidarités.

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Vous avez parlé de six semaines, je vous réponds : huit mois. C'est le délai qui s'est écoulé entre le début de la discussion sur l'assurance chômage et sa fin ; elle n'a pas été conclusive. Vous le savez très bien, le 8 avril, les partenaires sociaux ont fait part de leur incapacité à trouver un accord. Nous sommes le 21 mai. La question de la responsabilité du Gouvernement se pose. Il doit procéder à une réforme, afin que le 1er juillet – c'est-à-dire, dans six semaines, je souscris à votre décompte calendaire –, les allocations soient versées aux bénéficiaires.

La question est celle du travail avec les partenaires sociaux. C'est la raison pour laquelle nous lançons un nouveau tour de consultations avec eux pour préparer la réforme de l'assurance chômage,…

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

…évoquée par M. le Premier ministre. Vous le savez, elle se fera par décret. Un décret de jointure a été publié. Il est désormais nécessaire de prendre un décret prévoyant les différents éléments. Vous comprendrez que son contenu soit d'abord présenté aux partenaires sociaux. Il fait l'objet des discussions que nous avons avec eux.

Oui, nous parlerons des séniors et des durées d'affiliation. Le sujet qui nous préoccupe est de ramener vers l'emploi tous ceux et celles qui le peuvent, en associant l'information – c'est le meilleur des moyens pour y parvenir – à l'accompagnement de celles et ceux qui ont perdu leur emploi. C'est en maintenant leur employabilité que nous les aiderons à retrouver un emploi.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Avec tout le respect que je vous dois, vous mentez. Vous aviez prévu d'organiser vendredi dernier un point presse pour annoncer les mesures de la réforme de l'assurance chômage ; à la mi-juin, vous consulterez la CGT, avant son application au 1er juillet. Si c'est votre conception du dialogue social, c'est une blague, permettez-moi de vous le dire ! Légiférer par décrets, marcher sur les corps intermédiaires et entraver le dialogue social, c'est la certitude de créer des tensions partout dans le pays !

Applaudissements sur les bancs des groupes LIOT, LFI – NUPES, SOC, Écolo – NUPES et GDR – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

C'est la raison pour laquelle le groupe LIOT a déposé une proposition de loi pour empêcher cette réforme, dont aucune des mesures n'est fondée sur un argumentaire solide ou une étude d'impact ! Rien ne démontre que vous atteindrez le sacro-saint plein emploi en fouettant les plus fragiles et les plus précaires ! C'est un mirage ! Cette réforme est strictement, simplement, tristement, budgétaire !

Mêmes mouvements.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les députés d'extrême gauche sont tellement nombreux qu'ils siègent même à droite de l'hémicycle !

Debut de section - Permalien
Catherine Vautrin, ministre du travail, de la santé et des solidarités

Les mots ont un sens. Je mens d'autant moins que j'ai rendez-vous dès demain – mon agenda est public – avec trois partenaires sociaux.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE. – M. Julien Bayou s'exclame.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Monsieur le ministre de la justice, à la veille de l'hommage rendu aux deux agents assassinés mardi dernier lors de la tuerie d'Incarville, vous êtes apparu sur tous les plateaux de télévision, visiblement ému et profondément affecté par le drame qui venait d'avoir lieu. En ce moment tragique, toute la France a pleuré avec vous.

Le devoir de la représentation nationale est néanmoins de poser les vraies questions, graves, que ce drame ne manque pas de susciter.

Votre ministère a manqué à toutes les règles de prudence pour protéger les surveillants pénitentiaires. Les détenus sont transférés dans des camions de livraison non banalisés qui s'affichent de manière imprudente sur les routes de France, ce qui est insensé en matière de sécurité. Un surveillant pénitentiaire a qualifié de pistolets à eau les armes de défense dont disposent ses collègues face à des assaillants munis d'armes de guerre. Un tel déséquilibre est plus que condamnable ; les surveillants sont exposés à des risques disproportionnés.

Le ministère de la justice a aboli la fouille intégrale automatique des détenus qui se présentent au parloir. La drogue et les portables circulent facilement dans les prisons, et vous fermez les yeux.

Debut de section - Permalien
Quelques députés du groupe LR

Eh oui !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Entendrez-vous enfin la colère des surveillants pénitentiaires, qui sont l'ultime rempart de notre liberté ?

Vous avez fait le voyage à Marseille, il n'y a pas si longtemps, pour recadrer les magistrats qui, sous serment, avaient osé dire devant la commission d'enquête du Sénat que « nous avons peut-être perdu la guerre contre la drogue ». Qui dit la vérité ? Vous, qui avez osé contredire cet aveu, ou bien les juges qui ont confié leur désarroi ainsi que la détresse de la justice ?

En d'autres temps, le Président de la République aurait eu la démission du garde des sceaux sur son bureau à la suite du drame du fourgon de l'Eure. Quand verrons-nous à nouveau en France une justice respectée, ferme et efficace ?

Applaudissements sur les bancs du groupe LR et sur quelques bancs du groupe RN. – M. Nicolas Dupont-Aignan applaudit également.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le garde des sceaux, ministre de la justice.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

J'accepte de recevoir des leçons. Cependant, lorsque nous avons examiné le projet de loi d'orientation et de programmation du ministère de la justice en commission des lois, vous n'avez déposé aucun amendement…

Protestations sur plusieurs bancs des groupes RN et LR.

Debut de section - Permalien
Plusieurs députés du groupe RN

Et alors ?

Debut de section - Permalien
Plusieurs députés du groupe LR

Et alors ?

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

En séance publique, vous en avez déposé deux, que vous n'avez pas soutenus ! « Y a qu'à, faut qu'on, faudrait » : voilà pour les leçons…

M. Jean-René Cazeneuve applaudit.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Et dire qu'à une époque, vous étiez presque respectable, monsieur le ministre…

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Je répondrai simplement que l'intersyndicale a signé avec moi, à chaud, sous le coup d'une émotion vive, après quelques heures d'échanges – deux heures trente, précisément –, un protocole comprenant plus d'une trentaine de mesures, dont j'ai dit tout à l'heure, en réponse au député Baubry, qu'elles seraient immédiatement appliquées. J'en tiens le détail à votre disposition.

Personne ne pouvait s'attendre à un tel drame.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Le dernier remonte à 1992, et il survint à l'intérieur des murs de la prison. Aussi les organisations syndicales ont-elles parfaitement compris – parfaitement ! – que certaines dispositions n'aient pas été prises. Elles étaient simples à prendre mais, je le reconnais, nous n'y avions pas songé.

Exclamations sur les bancs des groupes LR et RN.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Une trentaine de nouvelles règles de sécurité touchant, entre autres, à l'armement et aux véhicules – je n'ai pas le temps de les détailler – seront appliquées. Je m'y suis engagé auprès des organisations syndicales, et je m'y engage auprès de la représentation nationale.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vos réponses ne sont pas à la hauteur des enjeux. Ces mesures arrivent bien trop tard.

MM. Nicolas Dupont-Aignan et Antoine Vermorel-Marques applaudissent.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Aujourd'hui, les usagers de la SNCF ont été, une nouvelle fois, pris en otage. Le groupe Les Républicains pense à celles et ceux qui n'ont pas pu se rendre au travail ce matin.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Dans ma circonscription de Seine-et-Marne, de nombreux usagers de la ligne P – Paris-Provins –, ainsi que des lignes D, R et C, qui travaillent à Paris, rencontrent régulièrement des problèmes de train.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Depuis des mois, les grèves à répétition paralysent le déplacement quotidien de millions de voyageurs.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

À force de céder à tous les chantages, elles s'enchaînent !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Comment se déplacer sereinement dans de telles conditions ? Ces grèves provoquent un véritable sentiment de frustration et d'injustice chez les usagers. Ces derniers subissent des désagréments insupportables et ne peuvent, comme d'habitude, rien dire. Ils ne comprennent pas pourquoi le Gouvernement permet à cette situation de perdurer.

M. le Premier ministre sourit.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Voilà des semaines que votre gouvernement cède aux syndicats. Je pense notamment à l'accord sur les fins de carrières signé en avril, dont le financement est estimé à 35 millions d'euros.

Applaudissements sur les bancs du groupe LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Règne, finalement, la loi du plus fort. Vous ne faites qu'encourager les grèves à se multiplier et à durer plus longtemps. En France, le chantage est devenu un moyen efficace d'obtenir des avantages immédiats, et parfois irresponsables.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Le Gouvernement aurait facilement reculé sur les retraites !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cette dynamique perverse affaiblit non seulement l'autorité de l'État, mais elle encourage également les syndicats à utiliser la grève comme la principale arme de négociation, au détriment des usagers, de l'économie du pays et de l'intérêt général. Faire pression : voilà la nouvelle arme gagnante des syndicats.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ce n'est pas en tenant de tels propos que vous incarnerez une position alternative !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les Français travaillent dur, sans se plaindre, et ne font pas pression pour obtenir toujours plus d'avantages. Comment comptez-vous reprendre la main, afin de ne pas pénaliser ceux qui dépendent des transports en commun, et d'assurer un service public accessible, fiable et de qualité, sans alourdir encore un peu plus leurs impôts ?

Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre délégué chargé des transports.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Vous le savez, j'ai toujours défendu le dialogue social et le droit – légitime – de grève. Je l'ai rappelé au Sénat lors de l'examen de la proposition de loi de M. Hervé Marseille visant à concilier la continuité du service public de transports avec l'exercice du droit de grève.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Au sein des entreprises de transport, j'en ai toujours appelé à la responsabilité des acteurs : à celle de la direction, qui doit entendre les revendications légitimes des salariés ; et à celle des syndicats, pour qu'ils n'appellent à la grève que lorsque toutes les voies du dialogue social ont été éprouvées.

La grève de ce jour, francilienne, précède d'ultimes négociations pour déterminer la compensation dont bénéficieront les agents mobilisés durant les Jeux olympiques. Qu'elle fasse l'objet de discussions est légitime : certains agents devront annuler ou reporter leurs congés, tandis que d'autres seront fortement mobilisés. Cette grève, cependant, est préventive – vous avez raison – et elle n'est pas acceptable.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Très bien !

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

La grève pour faire pression n'entre pas dans ma conception des relations sociales responsables.

M. Jean-Pierre Taite applaudit.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Une négociation ne peut s'apparenter à une menace de sabotage d'un événement national tel que les JO.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Cette grève est contraire aux intérêts des entreprises de transport public, contraire aux intérêts des salariés, insupportable – vous l'avez dit – aux usagers et elle nuit à l'image du pays.

Mme Mathilde Panot s'exclame.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Il est donc urgent que les acteurs du mouvement social se reprennent, afin de ne pas substituer les travers corporatistes aux intérêts supérieurs du pays.

Applaudissements sur les bancs du groupe RE et sur quelques bancs du groupe Dem.

Debut de section - Permalien
Gabriel Attal, Premier ministre

Bravo !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Arrêtez de dire « très bien », il n'a rien dit !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ma question s'adresse au Premier ministre.

En tant que Marseillais, permettez-moi de rendre hommage à Jean-Claude Gaudin, qui a consacré sa vie à ses deux passions : Marseille et la politique.

Applaudissements sur les bancs des groupes RN et LR et sur quelques bancs du groupe RE.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Lui ne vous aimait pas !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pour tous les Marseillais, il restera avant tout, et pour toujours, « Monsieur le maire ». Là où il est, nous lui disons : « Adessias, monsieur le maire ».

Cette ville que Jean-Claude Gaudin a tant aimée n'en finit pas de sombrer. Deux mois après l'opération Place nette XXS ,

Sourires sur les bancs du groupe RN.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

notre devoir commande d'en faire le bilan : 4 000 hommes mobilisés et épuisés sur le terrain pour seulement 49 écroués – 6 % des interpellés. Cette opération, aussi éphémère que médiatique, n'aura fait que déplacer les trafics dans l'espace – dans la cité, le quartier, voire la commune d'à côté – et dans le temps – les règlements de comptes et les trafics ayant d'ores et déjà repris comme avant.

Sourires.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous avez pourtant les moyens de prendre les mesures qui s'imposent pour, enfin, rétablir durablement l'ordre et la justice à Marseille. Par la voix de Marine Le Pen, nous avons appelé à l'établissement d'un état d'urgence sécuritaire et migratoire et Marseille. Avec ma collègue Gisèle Lelouis,…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…nous avons proposé, par ailleurs, un plan de vingt-cinq mesures, intitulé « Marseille en ordre », que je tiens à votre disposition. Les Marseillais attendent de vraies solutions. Qu'attendez-vous pour véritablement agir ?

Applaudissements sur les bancs du groupe RN. – M. Marc Le Fur applaudit également.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre de l'intérieur et des outre-mer.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Je suis heureux de vous rencontrer, monsieur Allisio. Je suis venu quatorze fois à Marseille, ces dernières années, et je ne vous y ai jamais entendu parler du trafic de drogue…

Sourires sur les bancs du Gouvernement et sur les bancs du groupe RE. – Exclamations prolongées sur les bancs du groupe RN.

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Il est bon que nous puissions en parler. Tout le monde a souligné le travail des forces de l'ordre. Il suffit désormais de se rendre dans les quartiers de La Paternelle…

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

…ou de La Castellane…

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

…pour constater qu'il n'y a plus aucun point de deal. Au lieu d'être grincheux, remerciez les forces de l'ordre pour la réduction de 40 % du nombre de points de deal, les tonnes de drogues saisies et les très nombreux trafics démantelés !

En écoutant votre ode à Jean-Claude Gaudin, qui vous a toujours combattus politiquement,

Protestations sur les bancs du groupe RN

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

je comprends vos difficultés. Vous proférez bien des vilenies, …

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

…mais faire parler Jean-Claude Gaudin, que nous sommes nombreux à avoir connu, qui vous a battus à toutes les élections et qui a toujours combattu le Front national, c'est être capable de tout et n'importe quoi pour se faire entendre !

Applaudissements sur les bancs du groupe RE. – Mme Marie-Christine Dalloz et M. Nicolas Forissier applaudissent également.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Petite précision : M. Gaudin a dirigé la région Provence-Alpes-Côte d'Azur avec le Front national !

Debut de section - Permalien
Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des outre-mer

Je propose au député de venir avec moi, la prochaine fois, quand j'irai dans sa circonscription ; je peux l'y transporter !

Applaudissements sur les bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il y a une semaine, le capitaine pénitentiaire Fabrice Moello et le surveillant brigadier Arnaud Garcia ont été lâchement et sauvagement assassinés dans l'Eure. Trois autres de leurs collègues ont été grièvement blessés. Je ne peux commencer mon propos sans leur rendre hommage, au nom de tous ceux qui, partout dans le pays, ont été émus par leur sacrifice.

Applaudissements sur les bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Mes pensées et celles du groupe Renaissance vont aujourd'hui à leurs familles, à leurs collègues, et à leurs proches, à qui ils ont été arrachés trop tôt. Un hommage national leur sera rendu demain à Caen, en présence de M. le Premier ministre. Nous condamnons avec la plus grande fermeté l'acte barbare de ce commando et nous espérons que ses membres seront mis hors d'état de nuire le plus rapidement possible.

Cette extrême violence n'est pas nouvelle. Elle touche de plus en plus intensément nos policiers, nos gendarmes, nos agents pénitentiaires, et aussi nos pompiers, qui sont confrontés à des situations inqualifiables au quotidien : tirs, guet-apens, violences préméditées, refus d'obtempérer. Notre devoir est d'y apporter la réponse la plus ferme possible, et de donner aux forces de l'ordre tous les moyens d'exercer leurs missions sereinement et efficacement.

Des mobilisations de l'administration pénitentiaire ont eu lieu, ces derniers jours, dans des prisons partout sur le territoire, notamment dans les maisons d'arrêt de Villefranche-sur-Saône et de Lyon-Corbas, dans mon département du Rhône. Vous y avez répondu en menant un dialogue intense et exigeant avec les organisations syndicales. En passe d'aboutir, ce dialogue va dans le bon sens : les décisions prises, comme la dotation en armes longues ou le renforcement des escortes de niveau 3 par les forces de l'ordre, ont permis la levée de tous les blocages.

Monsieur le garde des sceaux, pouvez-vous – comme vous avez commencé de le faire – détailler les résultats des négociations menées avec les syndicats de l'administration pénitentiaire ?

Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le garde des sceaux, ministre de la justice.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Je vous l'annonce, le Président de la République se trouve en ce moment même auprès des familles,…

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

…que j'ai moi-même rencontrées et avec lesquelles je suis en contact permanent. La réponse que nous devons leur apporter doit être à la hauteur du drame incommensurable qu'elles ont vécu.

Merci de ne pas m'avoir posé une question polémique ; il est des sujets sur lesquels la petite politique n'a pas sa place .

Murmures sur quelques bancs du RN

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

C'est d'ailleurs ceux qui en ont fait le moins qui parlent le plus de ce qu'il aurait fallu faire – les « y'a qu'à, faut qu'on » permanents.

Sourires sur quelques bancs du groupe RN.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Cela me va particulièrement bien, madame la députée : vous regarderez les termes de l'accord signé, dans un délai très court, avec l'intersyndicale. Je profite de votre question, monsieur Rudigoz, pour rendre hommage aux agents pénitentiaires, à leur lucidité et à leur envie d'aller de l'avant. Ma priorité – ils le savent, et de longue date – est de mieux les protéger.

Applaudissements sur les bancs du groupe RE.

Debut de section - Permalien
Éric Dupond-Moretti, garde des sceaux, ministre de la justice

Nous avons fait, pour cette catégorie de personnel, ce qui n'avait pas été fait depuis vingt-cinq ans ; les agents de l'administration pénitentiaire le savent, et connaissent mon engagement – c'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles l'accord a été conclu rapidement. À quelles mesures avons-nous abouti ? Certaines, je l'ai dit, concernent le parc automobile, avec le déflocage de certains véhicules ; d'autres ouvrent l'accès à des armes plus puissantes. Je n'ai pas le temps de détailler les trente mesures, qui seront mises en œuvre très rapidement.

Nous avons également songé à des dispositions législatives, sur lesquelles je me suis engagé à travailler. Nous avons aussi abordé la question de la surpopulation carcérale, à la demande des syndicats – je les recevrai, à ce sujet, en premier. Nous nous tenons toutes et tous, aujourd'hui, aux côtés des victimes.

Applaudissements sur les bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Monsieur le Premier ministre, j'ai reçu dans ma boîte aux lettres votre projet « Nous avons besoin d'Europe », avec en couverture Valérie Hayer et Emmanuel Macron.

M. François Ruffin tient à la main une brochure.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sur seize pages, bien des délices sont promis à notre pays, et même à notre continent tout entier. Vous vous engagez notamment en faveur d'« une écologie à l'européenne, faite de croissance, de production et d'innovation », avec la promesse d'« un doublement de la part du fret ferroviaire ». Décidément, vous osez tout, et c'est à cela qu'on vous reconnaît.

Applaudissements sur les bancs des groupes LFI – NUPES, Écolo – NUPES et GDR – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Car que faites-vous, pour de vrai, avec l'Union européenne ? Vous cassez le fret ferroviaire en France. Vous le détruisez. Vous l'écrasez.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Ce n'est pas vrai !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Reprenons le dossier. L'an dernier, concurrence oblige, la Commission européenne a lancé une enquête sur l'entreprise Fret SNCF. Il n'y avait pas de deadline, pas de délai. Vous aviez des mois, voire des années, pour négocier – de quoi jouer la montre, plaider, contester. À la place, vous vous êtes précipité à Bruxelles et y avez signé aussitôt votre reddition : la liquidation de Fret SNCF au 31 décembre 2024. Ce seront, chaque année, 300 000 à 500 000 camions en plus sur les routes, et 200 000 à 400 000 tonnes supplémentaires de CO2 émis.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ce seront 500 cheminots sans boulot. Il est vrai que nous ne sommes plus à cela près : en vingt ans, Fret SNCF a perdu deux tiers de ses effectifs. C'est un naufrage.

Applaudissements sur les bancs des groupes LFI – NUPES et GDR – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La SNCF devrait être notre outil pour mettre les marchandises sur les rails, pour baisser nos émissions, pour diminuer la pollution. Cet outil, nous devrions le muscler, le soutenir, le renforcer. Mais cet outil, vous le broyez entre vos mains tandis que vos bouches promettent en vain. Aussi ne vous demande-t-on pas la grande révolution écologique – de vous, on n'attend plus grand-chose – mais exigeons-nous, au moins, un moratoire sur la liquidation de Fret SNCF.

Applaudissements sur les bancs des groupes LFI – NUPES, Écolo – NUPES et GDR – NUPES. – MM. Jean-Yves Bony et Julien Dive applaudissent aussi.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre délégué chargé des transports.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Vous le savez très bien, Fret SNCF fait l'objet d'une enquête de la part de la Commission européenne, pour avoir reçu 5 milliards d'euros d'aides de l'État.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Devant la quasi-certitude d'une décision défavorable, le Gouvernement n'a eu d'autre choix que de tenter d'éviter le pire.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

La solution à laquelle travaille le Gouvernement

M. Julien Bayou s'exclame

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

– et à laquelle a notamment travaillé mon prédécesseur, Clément Beaune – vise à respecter trois lignes rouges sur lesquelles nous pouvons, je pense, nous retrouver : l'absence de licenciement, l'absence de privatisation et l'absence de report modal.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

C'est la raison pour laquelle nous avons publié, dès vendredi, un appel à manifestation d'intérêt pour garantir la poursuite du train de primeurs entre Perpignan et Rungis ;…

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

…où seront construits deux terminaux de transport combiné. Car le fret ferroviaire français ne se résume pas à Fret SNCF, et le Gouvernement engage actuellement d'importants moyens en faveur du premier.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Il s'agit d'abord d'une augmentation de 178 millions d'euros des aides à l'exploitation des services de fret ferroviaire ; ensuite, d'un plan d'investissement de 4 milliards d'euros, d'ici à 2032, dans les infrastructures de fret ferroviaire

M. Jérémie Iordanoff s'exclame

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

– soit, ni plus ni moins, ce que demandait la filière. Je peux donc vous rassurer : le Gouvernement est mobilisé en faveur du développement du fret ferroviaire.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous sommes très loin d'être rassurés quand, ces dernières années, plus de 1 000 kilomètres de lignes de fret ferroviaire ont été fermées dans notre pays !

Applaudissements sur les bancs des groupes LFI – NUPES, Écolo – NUPES et GDR – NUPES.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Vous direz cela à tous les gouvernements qui nous ont précédés.

Exclamations sur les bancs des groupes LFI – NUPES, LR et GDR – NUPES.

Debut de section - Permalien
Patrice Vergriete, ministre délégué chargé des transports

Nous, au moins, nous investissons massivement !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ça fait sept ans que vous êtes au pouvoir !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Parler encore d'héritage au bout de sept ans, ça commence à faire un peu long !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Madame la ministre des sports, le relais de la flamme olympique, qui parcourt actuellement notre pays, est suivi par les Françaises et Français de tous les territoires – et, malgré les esprits chagrins qui prédisent le pire, l'engouement est palpable à soixante-sept jours du début de la compétition. Toutefois, c'est la date du 28 août que je souhaite évoquer, car dans quatre-vingt-dix-neuf jours débuteront les Jeux paralympiques de Paris 2024, durant lesquels 4 400 para-athlètes du monde entier, représentant vingt-deux sports et vingt-trois disciplines, viendront donner le meilleur d'eux-mêmes. Si ces sportifs sont avant tout des champions, ce sont aussi des ambassadeurs qui bénéficieront d'une visibilité médiatique inédite. Toutefois, il reste beaucoup à faire en faveur de la pratique sportive par les personnes en situation de handicap, qui ne concerne que la moitié d'entre eux en France. Je veux saluer l'engagement des nombreuses associations et clubs sportifs qui œuvrent en ce sens, dans tous les départements.

Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe RE. – Mme Blandine Brocard applaudit aussi.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je pense en particulier à une association de ma circonscription, Accueillir la différence, qui organise tous les ans une compétition autour du sport et du handicap, avec le soutien de quatorze communes du Finistère. Cette journée a réuni 1 000 participants autour d'une pratique sportive partagée entre personnes valides et personnes en situation de handicap. J'ai moi-même pu jouer au badminton ou encore au basket avec elles …

Exclamations sur quelques bancs du groupe RN

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…et ce fut l'une des plus belles journées de mon mandat de députée. C'est donc avec plaisir que j'assisterai aux Jeux paralympiques et je vous invite tous à faire de même.

Madame la ministre, si nous évoquons régulièrement l'héritage des Jeux olympiques, l'héritage des Jeux paralympiques pose question. Pourriez-vous détailler les moyens mobilisés par l'État pour faire de ces Jeux paralympiques un véritable succès, en matière tant de performance que de visibilité ? Enfin, comment faire de ce formidable événement un levier d'accélération en faveur d'une société plus inclusive ?

Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe RE. – Mme Blandine Brocard applaudit aussi.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme la ministre des sports et des Jeux olympiques et paralympiques.

Murmures sur quelques bancs du groupe RN.

Debut de section - Permalien
Amélie Oudéa-Castéra, ministre des sports et des Jeux olympiques et paralympiques

Merci beaucoup de mettre les Jeux paralympiques à l'honneur dans cet hémicycle. Au-delà de leur bonne organisation et sécurisation, nous nous sommes fixé un premier objectif, celui de la performance sportive : nos athlètes tricolores sont en forme et espèrent doubler leur nombre de médailles d'or.

Debut de section - Permalien
Amélie Oudéa-Castéra, ministre des sports et des Jeux olympiques et paralympiques

Nous sommes à leurs côtés : depuis 2017, nous avons multiplié par quatre les moyens dédiés à la délégation paralympique. Notre deuxième objectif est d'offrir aux Jeux paralympiques une visibilité sans précédent, avec 300 heures de diffusion sur l'ensemble des chaînes du groupe France Télévisions – y compris les plateformes numériques –, soit un triplement par rapport aux Jeux paralympiques de Tokyo. Nous avons également décidé d'inscrire les Jeux paralympiques sur la liste protégée par le décret du 22 décembre 2004 relatif aux événements d'importance majeure.

Notre troisième objectif est d'avoir des stades et des tribunes pleins, et un public nombreux pour encourager les para-athlètes du monde entier et leur permettre de se dépasser ; c'est la raison pour laquelle nous avons lancé une campagne de promotion sur les billets correspondants.

Debut de section - Permalien
Amélie Oudéa-Castéra, ministre des sports et des Jeux olympiques et paralympiques

Notre dernier objectif – et non des moindres – est de travailler sur l'héritage et l'accélération des transformations en faveur d'une société plus inclusive. C'est pourquoi nous avons lancé, avec Fadila Khattabi, Patrice Vergriete et Olivia Grégoire, un fonds territorial d'accessibilité, et pris plusieurs mesures pour la mise en accessibilité des arrêts de bus, des gares et des tramways.

Enfin, en ce qui concerne la pratique sportive, nous formons 3 000 clubs inclusifs à l'accueil des personnes en situation de handicap ; nous avons instauré un taux réduit de la TVA sur les matériels destinés au handisport – le Premier ministre vient également d'annoncer la hausse du remboursement des fauteuils sportifs – et nous déployons les trente minutes d'activité physique quotidienne dans les centres médico-sportifs. Par ailleurs, à chaque fois qu'un événement sportif se tient, nous souhaitons conditionner les crédits du ministère des sports à une démonstration des parasports. Tous aux Jeux paralympiques, rendons-les utiles au bénéfice de l'inclusion !

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RE. – Mme Blandine Brocard applaudit aussi.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Monsieur le ministre de l'agriculture, ces derniers jours, l'Aude a été sévèrement touchée par des intempéries d'une rare violence. Les vignobles du Limouxin et du Val-de-Dagne ont particulièrement souffert de ces catastrophes naturelles. Dans certains secteurs, comme à Montlaur, la situation est désastreuse : des parcelles ont été totalement anéanties. Je tiens à insister sur la gravité de ces épisodes climatiques localisés, dont les conséquences pourraient être sous-estimées depuis Paris. En effet, les premiers chiffres fournis par la chambre d'agriculture de l'Aude sont alarmants : plus de 1 000 hectares de vignobles ont été détruits. Ces pertes menacent la survie de nombreuses exploitations viticoles ainsi que l'économie locale, déjà fragilisée par la concurrence des vins espagnols. Je souhaite exprimer ma solidarité envers les jeunes viticulteurs qui, avec enthousiasme, se lancent dans ce métier et qui, aujourd'hui, ont tout perdu. Je pense également à tous les viticulteurs en fin de carrière, pour qui ce nouvel épisode d'intempéries pourrait constituer le coup de grâce.

Nous devons réagir rapidement. Dans l'urgence, il est impératif de déclencher le fonds de solidarité nationale, car le règlement de la Commission européenne du 18 décembre 2013, relatif à l'application des articles 107 et 108 du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne aux aides de minimis, limite considérablement les aides allouées à nos exploitations. Cela relève de votre compétence et nécessite un arrêté ministériel immédiat.

En complément, d'autres mesures sont nécessaires : l'exonération de la taxe foncière sur les propriétés non bâties ; l'exonération des cotisations sociales ; la création d'aides financières d'urgence. Dans tous les cas, il sera indispensable qu'un arrêté de catastrophe naturelle soit pris, énumérant les communes touchées. La balle est dans votre camp.

Par ailleurs, les viticulteurs tiennent à vous alerter à propos du système assurantiel fondé sur la moyenne olympique, qui n'est plus viable dans un contexte de sinistres répétés. En effet, relever les rendements des cinq dernières années – en retranchant la meilleure et la plus mauvaise – n'est plus pertinent quand vous subissez une année de sécheresse, une année de mildiou et une année de grêles et d'intempéries. Quelles mesures d'urgence entendez-vous prendre ? Comptez-vous réformer ce système assurantiel défavorable à tant de viticulteurs ?

Applaudissements sur les bancs du groupe RN.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Vous avez raison, les vignobles de l'Aude ont été particulièrement touchés par les épisodes de grêle – qui ont aussi affecté ceux de Chablis ou du Lot – avec environ un millier d'hectares endommagés sur les 60 000 hectares de viticulture que compte votre département. Une mission d'expertise a d'ores et déjà été mandatée et les services agricoles, notamment de l'État et des chambres d'agriculture, sont sur place pour évaluer les dégâts. Plusieurs réponses peuvent être apportées.

Il faut d'abord vérifier que les viticulteurs assurés puissent être indemnisés. Le système assurantiel n'a pas à être réformé, puisqu'il vient de l'être ; il tient désormais compte des dégâts liés à la grêle, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent. En revanche, il est nécessaire de travailler à l'échelon européen – vous avez tout à fait raison – sur deux points. D'abord, sur la règle de minimis, qui plafonne les aides pouvant être octroyées aux agriculteurs en cas de catastrophes naturelles ; nous avons, avec une large majorité d'États européens, demandé le relèvement du seuil des aides de minimis – j'ai bon espoir que nous obtenions satisfaction dans les mois qui viennent. Ensuite, sur la moyenne olympique, qui fonctionnait face à des dégâts climatiques classiques – si j'ose dire – mais qui se trouve profondément déstabilisée par le dérèglement climatique. Nous y travaillons, mais quelques mois sont nécessaires pour obtenir des résultats.

Les agriculteurs qui ne sont pas assurés et dont les pertes s'élèvent à plus de 50 % bénéficieront de la solidarité nationale : c'est un progrès du système assurantiel. Nous allons identifier ceux qui y sont éligibles.

Le système de dégrèvement sur le foncier non bâti et le système de report de charges de cotisations sociales, enfin, pourront être activés dès à présent pour un certain nombre d'entre eux. J'ai demandé à mes services d'examiner le cas de chacun des agriculteurs concernés – on en compte quelques dizaines, dans votre secteur et ailleurs en France.

Des mesures complémentaires pourront être prises : je pense en particulier au plan de prise en charge des cotisations sociales, qui a déjà été déployé, comme vous le savez, dans votre département.

L'État a toujours été au rendez-vous et le sera à nouveau pour ces viticulteurs qui, malheureusement, sont touchés une nouvelle fois.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous avons terminé les questions au Gouvernement.

Je vous informe qu'en raison de l'hommage national aux agents pénitentiaires tués en service la semaine dernière, le Premier ministre ne pourra être présent demain à la séance de questions prévue à quatorze heures.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cette séance se déroulera donc sous la forme d'une séance ordinaire de questions au Gouvernement ; en conséquence, une séance supplémentaire de questions au Premier ministre aura lieu le mercredi 5 juin.

Suspension et reprise de la séance

La séance, suspendue à seize heures trente, est reprise à seize heures quarante, sous la présidence de Mme Valérie Rabault.

Suite de la discussion d'un projet de loi

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'ordre du jour appelle la suite de la discussion du projet de loi d'orientation pour la souveraineté alimentaire et agricole et le renouvellement des générations en agriculture (2436, 2600).

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vendredi 17 mai, l'Assemblée a poursuivi la discussion des articles de la proposition de loi, s'arrêtant à l'amendement n° 4298 à l'article 3.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Julien Rancoule, pour soutenir l'amendement n° 4298 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet amendement vise à préciser que c'est l'agriculture française, avec sa spécificité vis-à-vis des autres modèles agricoles et ses particularités locales, qu'il faut permettre aux enfants de découvrir, et que c'est à celle-ci qu'il faut les sensibiliser.

Applaudissements sur les bancs du groupe RN.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Nicole Le Peih, rapporteure de la commission des affaires économiques pour les articles 1er à 4, pour donner l'avis de la commission.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez préciser que l'enseignement public agricole contribue à faire découvrir aux enfants la seule agriculture française.

S'il est évident que l'agriculture française sera au centre de cet enseignement, il ne faut pas, pour autant, en exclure d'autres modèles, si cela est justifié sur le plan pédagogique.

Notre agriculture est certes excellente, mais ce n'est pas une raison pour priver nos enfants de connaissances sur les systèmes agricoles étrangers. Avis défavorable.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire, pour donner l'avis du Gouvernement.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Même avis.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'article concerne la population en général, et tous les enfants scolarisés, sans se limiter à ceux qui sont dans les filières d'enseignement agricole. Il me semble donc nécessaire qu'ils soient sensibilisés à l'agriculture française, et non pas à un modèle général.

L'amendement n° 4298 n'est pas adopté.

L'amendement n° 4203 , repoussé par la commission et le Gouvernement, n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Julien Rancoule, pour soutenir l'amendement n° 4299 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet amendement vise à préciser que c'est à l'alimentation spécifiquement issue de la production nationale qu'il convient de sensibiliser la population et les enfants. Il est important de valoriser les produits français, les indications géographiques protégées (IGP) et les appellations d'origine contrôlée (AOC) de nos territoires.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez préciser que l'alimentation que l'on fait découvrir aux enfants dans l'enseignement agricole public est l'alimentation issue de la production nationale.

Pas plus que dans le cas de votre précédent amendement, je ne vois l'intérêt de cette précision : cet enseignement porte sur l'alimentation en général et, si la question de la provenance peut y être abordée, il n'est pas nécessaire de privilégier la production française à l'exclusion des autres. Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Je donne également un avis défavorable : il va de soi que c'est bien des productions françaises qu'il sera question dans ces sensibilisations.

L'amendement n° 4299 n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je suis saisie de quinze amendements, n° 153 , 576 , 699 , 2115 , 2898 , 3250 , 3510 , 3825 , 2367 , 3038 , 4021 , 4642 , 4620 , 106 et 4399 , pouvant être soumis à une discussion commune.

Les amendements n° 153 , 576 , 699 , 2115 , 2898 , 3250 , 3510 et 3825 sont identiques, de même que les amendements n° 2367 , 3038 , 4021 et 4642 .

La parole est à Mme Véronique Besse, pour soutenir l'amendement n° 153 , qui fait l'objet d'un sous-amendement n° 5446 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous sommes tous d'accord pour considérer qu'il faut rendre plus attractives les formations agricoles, afin d'orienter plus de jeunes vers les métiers agricoles.

Il faut donc multiplier les partenariats entre les pouvoirs publics, le secteur agricole et le milieu scolaire. Le regroupement de l'ensemble de ces acteurs a vocation non seulement à optimiser l'ouverture de classes, mais aussi à soutenir le système d'apprentissage.

Cet amendement, au service de la durabilité de notre agriculture, vise ainsi à ce que soient passés des contrats tripartites ayant pour objectif la revalorisation des formations agricoles ainsi que leur plus grande promotion auprès de l'ensemble des élèves.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Vincent Descoeur, pour soutenir l'amendement n° 576 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet amendement propose de promouvoir un partenariat entre les établissements scolaires d'enseignement général et agricole, l'État et les collectivités locales. Comme pour beaucoup d'amendements que nous avons présentés à cet article, il s'agit de revaloriser les formations agricoles et de renforcer l'attractivité de ces formations – et des métiers – pour relever le défi du renouvellement des générations.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Francis Dubois, pour soutenir l'amendement n° 699 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Mon amendement est identique à celui brillamment défendu par Vincent Descoeur. Il s'agit de mettre en place des contrats tripartites afin de revaloriser les formations agricoles, et de mieux les promouvoir auprès de tous les publics potentiellement intéressés.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 2115 de M. Fabrice Brun est défendu.

La parole est à M. Charles de Courson, pour soutenir l'amendement n° 2898 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'État et les régions ne sont pas les seules intéressées. Cela concerne aussi les départements, ainsi que les communes et leurs regroupements.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Emmanuelle Ménard, pour soutenir l'amendement n° 3250 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je compléterai ce que mes différents collègues ont déjà brillamment exposé. Il s'agit d'un amendement que les Jeunes Agriculteurs (JA) nous ont soumis. Ils ont raison : si le soutien à l'agriculture passe par la transmission des exploitations, encore faut-il trouver des agriculteurs pour les reprendre.

Dans certaines agglomérations, comme au sein de la communauté de communes Grand Orb dans l'Hérault, les organisations agricoles et les collectivités signent des conventions de partenariat pour organiser des animations dans les établissements scolaires. Cela permet de susciter des vocations en sensibilisant nos élèves aux différents métiers et techniques de l'agriculture. C'est donc un amendement de bon sens.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Romain Baubry, pour soutenir l'amendement n° 3510 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nos filières de formation agricole doivent être davantage connues et reconnues. C'est un enjeu majeur pour le renouvellement des générations. Nous croyons en une agriculture française et souveraine, portée par notre jeunesse. Il s'agit de revaloriser ces formations et de les rendre plus attractives. J'espère que vous réserverez une suite favorable à cet amendement.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Jean-Claude Raux, pour soutenir l'amendement n° 3825 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les partenariats que nous appelons de nos vœux dans cette discussion commune amélioreraient la qualité des programmes d'enseignement et attireraient les élèves vers ces formations, permettant ainsi l'ouverture de classes, leur remplissage et un soutien au système d'apprentissage, élément engageant pour tous les jeunes souhaitant se former.

Mme Marie Pochon applaudit.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Danielle Brulebois, pour soutenir le sous-amendement n° 5446 , aux amendements n° 153 et identiques.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Dans ce contexte tripartite, il ne faut pas oublier les communautés de communes, les agglomérations et les pays.

Exclamations sur les bancs du groupe LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Depuis quelques années, les collectivités sont de plus en plus nombreuses à s'investir dans des projets agricoles pour une production alimentaire locale. C'est grâce à la volonté locale que les projets peuvent émerger.

Nos communautés de communes et nos pays se sont engagés dans les projets alimentaires territoriaux (PAT). Le développement de nouvelles vocations et la valorisation des métiers agricoles sont un préalable à leur réussite.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Dans la discussion commune, nous passons à une nouvelle série d'amendements identiques.

La parole est à M. Inaki Echaniz, pour soutenir l'amendement n° 2367 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Dans la même logique, il s'agit de s'assurer que des partenariats sont développés entre les établissements scolaires, l'État et les régions.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Marc Le Fur, pour soutenir l'amendement n° 3038 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous reprenons nos débats sur un sujet majeur : la formation des jeunes – tant ceux qui se destinent à devenir agriculteurs que ceux qui feront autre chose. Ils auront tous été bien formés.

Le réseau de l'enseignement agricole, qui dépend de votre ministère, est singulier par rapport aux établissements du ministère de l'éducation nationale : il est beaucoup plus ouvert au monde, à l'extérieur, et à des partenaires. Cela se traduit d'ailleurs dans la composition des conseils d'administration.

J'appartiens à la fois au conseil d'administration d'un lycée de l'enseignement général et à celui d'un lycée agricole. Ce dernier est présidé par un élu, ce qui n'est pas le cas à l'éducation nationale, où le chef d'établissement préside.

Cette ouverture est une chance ; c'est une ouverture vers des partenaires, des maîtres de stage, voire vers des expériences à l'étranger. Il faut mettre cet aspect en valeur !

J'insiste sur l'importance du partenariat avec les régions. En tant que conseiller régional de Bretagne, je m'investis sur le sujet – et je ne suis pas le seul. C'est indispensable. Il faut donner la possibilité aux jeunes de découvrir le monde grâce à ces partenariats.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. David Taupiac, pour soutenir l'amendement n° 4021 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous plaidons également pour des partenariats entre les établissements de l'enseignement général et agricole, l'État et, bien sûr, les régions. Il faut un choc de d'attractivité pour sensibiliser le plus de jeunes possible aux métiers de l'agriculture.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Xavier Breton, pour soutenir l'amendement n° 4642 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'attractivité des formations agricoles est importante pour le renouvellement des générations dans l'agriculture, mais également pour tout le secteur de l'agroalimentaire et pour les activités gravitant autour de l'agriculture, qui rencontrent aussi un problème d'attractivité.

Il faut préserver la spécificité de l'enseignement agricole, qui est une richesse, sans que cette spécificité soit synonyme de fermeture : en effet, l'ouverture vers la société et l'économie est fondamentale.

À mon tour, j'insiste sur l'importance des liens avec les régions. Les conseillers régionaux font partie des conseils d'administration des lycées agricoles, mais ils ne doivent pas se cantonner à la simple gestion des bâtiments. Au contraire, ils doivent prendre en compte tous les besoins de formation.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Sylvie Bonnet, pour soutenir le sous-amendement n° 5456 , aux amendements n° 2367 et identiques.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je propose de préciser que les liens doivent être pérennes et réguliers, afin que cette sensibilisation aux métiers agricoles soit efficace. Pour attirer les jeunes, il est essentiel que les contacts soient suffisamment fréquents.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Danielle Brulebois, pour soutenir le sous-amendement n° 5447 , également aux amendements n° 2367 et identiques.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il s'agit d'insister sur l'importance d'associer l'ensemble des personnels à toutes les phases de la concertation, celle-ci ne pouvant se réduire à un dialogue à trois entre régions, directions régionales de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (Draaf) et chefs d'établissement.

La découverte d'exploitations agricoles proches, l'accueil des publics scolaires dans les exploitations, la consolidation des liens avec les établissements scolaires de l'éducation nationale et la découverte des métiers doivent être favorisés par des liaisons interétablissements, et surtout par l'association de tous les personnels.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 4620 de Mme Anne-Laure Babault est défendu.

La parole est à Mme Anne-Laure Blin, pour soutenir l'amendement n° 106 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Afin d'assurer le renouvellement des générations, il faut garantir l'attractivité des formations agricoles. Notre amendement vise donc à développer des partenariats avec les établissements scolaires de l'enseignement général et agricole, ainsi qu'avec les collectivités, qui jouent un rôle important en matière agricole.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. José Gonzalez, pour soutenir l'amendement n° 4399 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'attractivité des métiers agricoles dépend en grande partie des formations correspondantes. Pour garantir la qualité des programmes d'enseignement et attirer les élèves vers ces filières, une collaboration étroite entre les établissements scolaires de l'enseignement général et agricole est indispensable.

De tels partenariats permettront de maximiser les ouvertures de classes et les taux de remplissage, tout en soutenant le système d'apprentissage, qui représente une option attrayante pour les jeunes en quête de formation.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe RN.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Quel est l'avis de la commission sur l'ensemble des amendements et sous-amendements en discussion commune ?

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez inciter au développement de partenariats entre les établissements scolaires généraux et agricoles, l'État et les collectivités.

Évidemment, je partage votre intention, mais c'est une mission qui relève de l'échelon local.

Mme Anne-Laure Blin s'exclame.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

En outre, l'article L. 811-1 du code rural et de la pêche maritime, dont l'article 3 propose une nouvelle rédaction, dispose que les établissements d'enseignement agricole « contribuent à l'animation et au développement des territoires », ce qui inclut ces enjeux.

Enfin, le présent article précise déjà que les régions, de par leurs compétences, sont associées à la mise en œuvre de l'ensemble des missions de l'enseignement agricole. Vous avez raison, monsieur Le Fur, c'est bien un partenariat essentiel pour une région comme la nôtre, la Bretagne, qui vise 1 000 installations par an.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Demande de retrait ; à défaut, mon avis sera défavorable pour tous les amendements et sous-amendements.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

L'article 3 décline les missions de l'enseignement agricole. À plusieurs reprises, parce que vous êtes tous connaisseurs, vous avez souligné la nécessité de multiplier les partenariats entre l'enseignement agricole et les territoires. Mais, en vérité, ils existent déjà : comme vous, je l'ai constaté quand je siégeais au sein des conseils d'administration de ces établissements.

S'il convient de mettre l'accent sur le partenariat avec les régions, qui sont compétentes en matière de formation, l'article 3 le prévoit déjà.

Vous plaidez pour que les autres collectivités locales soient associées. Les articles précédents le précisent, ainsi que l'article 4 qui prévoit que les collectivités locales qui le souhaitent pourront être associées à la déclinaison territoriale des contrats de plan régionaux de développement des formations et de l'orientation professionnelles.

En l'état du droit et des modifications apportées par le projet de loi, vos amendements et sous-amendements ne sont donc pas nécessaires. Demande de retrait ; à défaut, mon avis sera défavorable car, je le répète, ces précisions sont superfétatoires.

En outre, elles risquent d'introduire une confusion entre les compétences de la région et celles des autres collectivités locales en matière de formation.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous me faites penser à de bons élèves qui font une belle dissertation, puis se plantent dans leur conclusion.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Puisque vous approuvez nos propos et notre analyse – en allant jusqu'à nous donner de nouveaux arguments –, vous auriez dû conclure en plaidant pour l'adoption de nos amendements !

Nous n'allons pas en faire un casus belli.

Sourires.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

M. de Fournas le souhaite !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il n'en demeure pas moins nécessaire de réaffirmer l'importance de tels partenariats. Vous me répondrez : « C'est superfétatoire. ». Certes, mais les trois quarts de ce texte sont une accumulation de portes ouvertes !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il est normal de réaffirmer ces principes,…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…c'est pourquoi l'un de ces amendements au moins pourrait être retenu.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous estimez que nos amendements sont satisfaits parce que ces partenariats existent déjà. Je suis d'accord, mais il faut pouvoir les promouvoir, et c'est l'objet de nos amendements.

Il sera plus facile de promouvoir ces partenariats si l'obligation est inscrite noir sur blanc dans la loi.

Vous nous dites que c'est à la région d'agir, car elle est l'interlocuteur privilégié des lycées. Soit, mais d'autres collectivités peuvent aussi être à l'origine de telles initiatives – c'est déjà le cas. Ainsi, la communauté de communes Grand Orb, dans l'Hérault, a noué un partenariat avec les Jeunes Agriculteurs, lesquels interviennent régulièrement dans les établissements scolaires pour promouvoir la culture de l'agriculture, si j'ose dire.

Pour soutenir le secteur, il faut faire en sorte que les exploitations trouvent des repreneurs ; il est donc impératif de soutenir l'enseignement agricole et de promouvoir les partenariats. Pour gagner en efficacité, nous devrions associer, en plus des régions, les communautés de communes et les communautés d'agglomération à la promotion de ces formations – et même les communes, si elles le souhaitent. Il faut que l'ensemble des établissements puissent en bénéficier, qu'ils relèvent de l'enseignement général ou de l'enseignement agricole.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Prenons l'exemple des départements – monsieur le ministre, vous avez été conseiller départemental, me semble-t-il…

M. le ministre fait un signe de dénégation.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ah non, conseiller régional seulement – cela manque à votre palmarès.

Sourires.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les départements sont chargés de l'aménagement du territoire ; l'installation des jeunes agriculteurs relève donc de leurs compétences –…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il a raison, ce sont des compétences partagées !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…d'ailleurs beaucoup de départements proposent des aides spécifiques. Vous l'avez dit vous-même, ces amendements ne mangent pas de pain : laissez-les passer, et venons-en à des dispositions qui ont une portée juridique plus importante.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Monsieur le ministre, je partage votre avis : la formation est une compétence des régions. Chaque jour, dans cet hémicycle, nous devons être des acteurs de la simplification – cela vaut pour ce projet de loi.

Quelqu'un a évoqué tout à l'heure les projets alimentaires territoriaux. Certains sont soutenus par des communautés de communes ; d'autres, par des pays, qui peuvent prendre la forme d'associations ; d'autres, enfin, par des départements ou des régions. Par ailleurs, le ministère de l'agriculture lance des appels à projets nationaux, tout comme les régions – tout le monde a besoin d'exister – et, parfois, les départements. En parallèle, il faut chercher des financements, qui peuvent être publics ou croisés. Le tout alimente une confusion généralisée.

En se mobilisant, les agriculteurs nous ont demandé d'être des acteurs de la simplification. Ces amendements tombent sous le sens : la formation est une compétence transversale, et il faut sensibiliser le public, en particulier les plus jeunes, aux questions agricoles, environnementales et de biodiversité, notamment dans le cadre scolaire. Il n'est toutefois pas utile de l'inscrire dans la loi.

Le sous-amendement n° 5446 n'est pas adopté.

Les amendements identiques n° 153 , 576 , 699 , 2115 , 2898 , 3250 , 3510 et 3825 sont adoptés ; en conséquence, les amendements n° 2367 , 3038 , 4021 , 4642 , 4620 , 106 et 4399 tombent, de même que les sous-amendements n° 5456 et 5447 .

Applaudissements sur quelques bancs du groupe LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Emeric Salmon, pour soutenir l'amendement n° 1151 , qui fait l'objet d'un sous-amendement n° 5460 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il s'agit de mettre l'accent sur l'importance de sensibiliser les élèves à la sécurité alimentaire.

L'alinéa 6 énumère les enjeux des filières agricoles – tous sont très importants. Nous proposons d'y ajouter la sécurité alimentaire, en soulignant notamment l'importance de l'autosuffisance alimentaire, les avantages de la consommation locale et la nécessaire valorisation économique des savoir-faire régionaux. C'est donc un amendement de bon sens.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Sylvie Bonnet, pour soutenir le sous-amendement n° 5460 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Le secteur biologique représente seulement 16 % de l'emploi agricole, mais la dynamique du secteur, en croissance, devrait permettre d'atteindre l'objectif de 18 % de surfaces en bio en 2027. Il y a donc urgence à sensibiliser davantage les jeunes à l'agriculture biologique, et ce dès le lycée.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez que l'enseignement agricole public sensibilise à la sécurité alimentaire, en mentionnant notamment les enjeux d'autosuffisance et de consommation locale. Or, comme il est ressorti de l'examen de l'article 1er , la souveraineté alimentaire, mentionnée à l'alinéa 6 de l'article 3, englobe bien la notion de sécurité alimentaire.

Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Je donnerai le même avis que la rapporteure : ces éléments apparaissant ailleurs dans l'article 3, il n'est pas nécessaire d'en faire mention à cet alinéa.

Avis défavorable.

Le sous-amendement n° 5460 n'est pas adopté.

L'amendement n° 1151 n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Lionel Vuibert, pour soutenir l'amendement n° 4317 , qui fait l'objet de deux sous-amendements n° 5457 et 5448 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous proposons d'associer les représentants de la profession, au sein du comité de suivi des cycles licence, master et doctorat, à la définition du référentiel des diplômes décernés par l'enseignement agricole – c'est le cas pour tous les autres diplômes nationaux.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Sylvie Bonnet, pour soutenir le sous-amendement n° 5457 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les chambres d'agriculture, en particulier dans la Loire, font un travail remarquable d'accompagnement des agriculteurs, qu'elles représentent et dont elles défendent les intérêts. Ces acteurs indispensables doivent être associés à la formation des agriculteurs.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Danielle Brulebois, pour soutenir le sous-amendement n° 5448 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous proposons d'associer les chambres d'agriculture à la formation des agriculteurs. En effet, elles proposent déjà une large gamme de formations. Pour les agriculteurs, il est essentiel de se former tout au long de la vie professionnelle, au-delà de la formation initiale et d'un cursus diplômant, afin de pouvoir faire face aux changements.

La formation continue permet d'approfondir les connaissances acquises, de maintenir et de parfaire les compétences existantes et d'en développer de nouvelles. Les acteurs de la formation initiale et de la formation continue doivent donc collaborer étroitement pour assurer la complémentarité des enseignements.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez préciser que les établissements d'enseignement agricole public dispensent leur enseignement en concertation avec les organisations professionnelles d'employeurs représentatives.

Nous avons déjà mentionné que les formations de l'enseignement agricole associent les professionnels des métiers : il n'est donc pas utile de le préciser de nouveau ici en parlant d'organisations professionnelles plutôt que de métiers.

Je donnerai donc un avis défavorable à cet amendement, ainsi qu'aux deux sous-amendements.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Nous avons déjà eu ce débat. Votre demande est satisfaite – nous étions tous d'accord sur ce point – par l'alinéa 5, qui précise qu'on associera à la formation « les professionnels des métiers concernés ».

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Il est donc inutile de répéter la même chose deux alinéas plus bas. Je vous demande de retirer votre amendement, à défaut de quoi je donnerai un avis défavorable.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'alinéa 5 répond en effet à la légitime préoccupation de nos collègues. Il s'agit néanmoins d'une question fondamentale. J'en reparlerai lors de l'examen de l'article 4, quand je défendrai un amendement relatif au contrat territorial pour le développement de la formation agricole : en certains points du texte, il faudra absolument mentionner la concertation des professionnels concernés, qui sera déterminante – c'est le cas ici.

Debut de section - Permalien
Un député du groupe LR

Très bien !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Mon expérience locale me rend assez dubitatif : un beau matin, le rectorat a décidé de supprimer plusieurs formations proposées par le lycée des métiers du bois d'Envermeu. J'ai alors essayé de mobiliser la filière du bois locale pour montrer que fermer des formations menant au bac professionnel ou à un CAP (certificat d'aptitude professionnelle) pour des raisons budgétaires était une connerie au regard des besoins.

Il est utile d'associer les filières à l'élaboration de la carte des formations en prenant en considération leurs besoins, notamment en se fondant sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). En revanche, il serait dangereux de les associer à la définition des référentiels des formations, car celle-ci relève des prérogatives de l'État !

M. le ministre hoche la tête en signe d'approbation.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Le risque – et ce n'est sûrement pas votre objectif –, c'est de faire perdre de leur valeur aux diplômes et d'accentuer les inégalités territoriales entre formations.

Le Medef ne doit pas déterminer le contenu des bacs professionnels ; de la même manière, les formations agricoles doivent rester de la responsabilité de l'État, lequel doit prendre en compte les besoins des filières sans agir sous leur contrôle.

« Tout à fait d'accord ! » sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Comme chacun sait, le contenu des programmes et l'organisation des formations relèvent bien de la responsabilité de l'État.

Madame Genevard, vous l'avez dit vous-même, il est déjà fait mention des professionnels à l'alinéa 5 : il est donc inutile de les évoquer à nouveau à l'alinéa 7 ! Vous avez anticipé la discussion que nous aurons à l'article 4 – il est toujours bon d'anticiper –, mais le contexte est différent : l'article porte sur l'organisation territoriale de la formation, en concertation avec les professionnels concernés.

Les sous-amendements n° 5457 et 5448 , successivement mis aux voix, ne sont pas adoptés.

L'amendement n° 4317 n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 2345 de M. Inaki Echaniz est défendu.

Quel est l'avis de la commission ?

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Défavorable : le sujet a déjà été évoqué et votre proposition est satisfaite.

L'amendement n° 2345 n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je suis saisie de plusieurs amendements identiques, n° 108 , 1318 , 1498 , 1881 , 2123 , 3045 , 3396 et 4643 .

La parole est à Mme Anne-Laure Blin, pour soutenir l'amendement n° 108 , qui fait l'objet d'un sous-amendement n° 5449 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous proposons d'associer à la formation agricole les professionnels du secteur. Pour que des liens soient noués entre les entreprises et les établissements de formation, il est primordial que ceux qui exercent le métier soient en contact direct avec les élèves et les étudiants. Ces professionnels sont en effet les plus à même de transmettre sans filtre leur savoir, leur passion et ce qui fait leur quotidien, car ils connaissent parfaitement leur métier. Pour ce faire, il faudrait que les professionnels de l'ensemble des métiers du secteur agricole soient représentés au sein des établissements scolaires ; c'est tout l'intérêt de cet amendement, par lequel nous proposons qu'une liste soit fixée par décret. Ainsi, les interventions des professionnels dans les établissements scolaires permettront aux élèves et aux étudiants de découvrir l'ensemble des métiers du secteur.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 1318 de Mme Julie Delpech est défendu.

La parole est à M. Vincent Descoeur, pour soutenir l'amendement n° 1498 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous proposons d'amender l'alinéa 8 pour associer à la formation l'ensemble des professionnels du secteur agricole, dont la liste pourrait être arrêtée par décret.

Je sais que cette proposition a été formulée à plusieurs reprises la semaine dernière, mais, pour être parfaitement transparent, cet amendement relaie une proposition de la fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT) – qui représente les entreprises de travaux agricoles, forestiers et ruraux –, qui aspirent légitimement à être associés au dispositif de formation.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 1881 de M. Julien Dive est défendu.

La parole est à M. Fabrice Brun, pour soutenir l'amendement n° 2123 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Qu'il s'agisse du lycée agricole Olivier-de-Serres à Aubenas ou de la maison familiale rurale (MFR) de Villeneuve de Berg, l'avenir des établissements d'enseignement agricole, publics ou privés, dépend d'un partenariat fort avec l'ensemble des métiers agricoles et du vivant. Cet amendement balaie de façon très large les métiers de l'agriculture, de l'agroalimentaire, du paysage, de la forêt, de l'eau, de l'aquaculture et de la pêche. De la production agricole à la sélection des plants, de la gestion de l'eau au déploiement de nouvelles technologies et de nouveaux agroéquipements, il est nécessaire d'accompagner l'agriculture d'aujourd'hui et de demain afin de répondre aux enjeux de productivité, de qualité et de respect de l'environnement. Les compétences concernées sont multiples, tout comme les métiers du vivant. Voilà pourquoi il nous paraît important de les associer très en amont, dans leur diversité, au grand projet agricole de la ferme France.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Marc Le Fur, pour soutenir l'amendement n° 3045 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ce serait une erreur d'estimer que les établissements de formation agricole ne forment que de futurs agriculteurs : ils jouent un rôle beaucoup plus large. Pour de nombreux jeunes, les métiers occupés en sortie de formation sont ceux de salarié d'une coopérative d'utilisation de matériel agricole (Cuma) ou de salarié d'une entreprise de travaux agricoles. Nous devons rendre hommage aux responsables de ces structures, qui sont des partenaires privilégiés des établissements d'enseignement agricole et au sein desquelles les jeunes peuvent apprendre beaucoup de choses. Par ailleurs, les établissements scolaires – je pense aux MFR et à d'autres, comme le lycée professionnel agricole Xavier-Grall à Loudéac, dans ma circonscription – forment également aux métiers du sanitaire et du social – celui d'aide-soignant, par exemple. Ainsi, les débouchés, loin de se limiter au secteur agricole, englobent les différents métiers du monde rural. Je défends cet amendement pour que cela figure explicitement dans le texte.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 3396 de M. Philippe Fait est défendu.

La parole est à M. Xavier Breton, pour soutenir l'amendement n° 4643 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pour renforcer les liens, dont nous connaissons l'importance, entre les établissements d'enseignement agricole et leur territoire, il est nécessaire de préciser que l'ensemble des métiers du monde agricole et rural doivent être associés à la définition des formations. Des liens existent parfois, mais ce n'est malheureusement pas toujours le cas. Il est donc important de leur donner une valeur législative.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Danielle Brulebois, pour soutenir le sous-amendement n° 5449 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Le projet de loi prévoit que les établissements de formation « ont pour objet d'assurer, en associant les professionnels des métiers concernés, une formation générale et une formation technologique et professionnelle dans les métiers de l'agriculture, de la forêt, de l'aquaculture, de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles ainsi que dans d'autres métiers dans les domaines des services et de l'aménagement de l'espace agricole, rural et forestier […] ». Cet amendement vise à préciser que les chambres d'agriculture représentent bien l'ensemble des métiers du secteur agricole et qu'elles sont les mieux à même de définir et d'anticiper les besoins de formation, voire de les compléter par la formation continue. C'est le cas pour d'autres chambres consulaires : les chambres des métiers, par exemple, ont leur mot à dire sur les cartes de formation pour l'apprentissage.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Quel est l'avis de la commission sur ces amendements identiques et sur le sous-amendement ?

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez préciser que les professionnels des métiers agricoles, qui seraient définis par décret, sont associés à la mission de formation des établissements d'enseignement agricole. Le principe de cette association est déjà mentionné à l'alinéa 5 pour l'enseignement agricole public dans son ensemble, et les métiers du monde rural sont déjà inclus. Il ne me semble donc pas utile de le repréciser ici. Avis défavorable pour les amendements et le sous-amendement.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Mon argumentation est la même que tout à l'heure. Il est indiqué à l'alinéa 5 qu'« ils ont pour objet d'assurer, en associant les professionnels des métiers concernés […] ». Cette formulation présente l'avantage de ne pas restreindre le champ des métiers considérés. Vos amendements visent les métiers du secteur agricole, ce qui est plus restrictif que la rédaction de l'alinéa 5. Les métiers forestiers et les métiers ruraux, que plusieurs d'entre vous ont évoqués, n'y figurent pas. Je propose d'en rester à la formulation de l'alinéa 5, qui est tout à fait lisible et correspond pleinement à ce que vous évoquez. Demande de retrait ou avis défavorable pour les amendements et le sous-amendement.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je me permets d'insister, car ce débat n'est pas complètement neutre. D'abord, nous ne devons pas alimenter l'idée que les lycées agricoles et les maisons familiales rurales seraient déconnectés des besoins du monde agricole : de façon générale, ils forment bien les jeunes – ceux qui en sortent deviennent de bons professionnels. En outre, la région, le département et le maire de la commune d'implantation désignent des représentants qui siègent au conseil d'administration des établissements d'enseignement agricole, notamment des lycées agricoles. Des personnalités qualifiées, qui reflètent souvent les réalités locales, peuvent également y siéger, ce qui apporte de la souplesse.

Je le répète, nous ne devons pas nourrir l'illusion que ceux qui siègent au conseil d'administration de ces établissements influent sur la nature des formations dispensées : ce n'est pas leur rôle et cela ne doit pas l'être. Leur rôle consiste à favoriser l'ancrage territorial de l'établissement pour faire en sorte que l'accueil des jeunes en stage ou en formation en milieu professionnel s'opère dans de bonnes conditions, à faire remonter les besoins de formations nouvelles des filières agricoles et à assurer leur prise en compte dans l'élaboration des cartes de formation, à l'échelle régionale ou nationale. Encore une fois, le caractère national des diplômes dispensés interdit de franchir cette frontière. Ce serait contre nature, y compris pour les jeunes concernés.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

J'abonderai dans le sens de mon collègue. Le texte indique que les établissements de formation ont une mission de formation. Il ne s'agit pas de définir le contenu des formations – il relève d'une autre compétence. Plusieurs de nos collègues ont indiqué qu'il s'agissait de participer à la définition du contenu des formations. Tel n'est pas le cas : il s'agit de la manière de les dispenser.

Ensuite, s'il est utile d'associer les agriculteurs, ce n'est pas parce qu'on est un bon agriculteur que l'on est capable de transmettre un savoir. Nous devons également respecter les métiers de la formation et de l'enseignement, dont c'est la mission. Si nous devons évidemment nous appuyer sur la pratique et nouer des partenariats, nous ne devons pas laisser entendre que les gestes professionnels seraient transmis sans formateur – sans médiateur du savoir. Il est important de conserver la dimension d'enseignement et de formation.

Mme Sandra Regol applaudit.

Le sous-amendement n° 5449 n'est pas adopté.

Les amendements identiques n° 108 , 1318 ,1498 ,1881 , 2123 , 3045 , 3396 et 4643 ne sont pas adoptés.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 2791 de M. Hendrik Davi est défendu.

Quel est l'avis de la commission ?

L'amendement n° 2791 , repoussé par le Gouvernement, n'est pas adopté.

L'amendement n° 2383 , repoussé par la commission et le Gouvernement, n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. David Taupiac, pour soutenir l'amendement n° 3975 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Le présent amendement vise à préciser qu'il est nécessaire de maintenir dans le projet de loi que l'enseignement et la formation professionnelle aux métiers de l'agriculture favorisent le développement personnel des élèves et assurent l'élévation et l'adaptation de leurs qualifications.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez rédiger différemment l'alinéa 9, qui a trait à la mission d'insertion des jeunes et des adultes mentionnée à l'article L. 811-1 du code rural, en faisant également référence au développement personnel, ainsi qu'à l'élévation et à l'adaptation de leurs qualifications. Si ces enjeux sont évidemment importants, ils sont couverts par le renvoi effectué, à l'alinéa 4 de l'article 3, aux principes généraux de l'éducation abordés dans le livre Ier du code de l'éducation. Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Demande de retrait ou avis défavorable. Les missions sont déjà ainsi définies.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je suis assez favorable à cet amendement, qui a le mérite d'évoquer les élèves, mais aussi les étudiants – dont nous avons tendance à oublier la présence au sein des établissements d'enseignement agricole – et les apprentis – je rappelle que ces établissements se sont beaucoup investis dans l'apprentissage, même si c'est relativement récent. C'est pourquoi nous devons adopter cet amendement. Au-delà des lycéens, les lycées agricoles forment d'autres catégories d'apprenants, ce qui est bien utile pour le pays.

L'amendement n° 3975 n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Hubert Ott, pour soutenir l'amendement n° 1804 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet amendement vise à compléter l'alinéa 9 par les mots « vers les filières correspondantes et structurées ». Il s'agit de renforcer le rôle des établissements dispensant un enseignement et une formation professionnelle dans le domaine agricole en incluant explicitement leur rôle dans l'orientation vers les filières correspondantes et structurées. Ces établissements ont pour mission de contribuer à l'insertion scolaire, sociale et professionnelle des jeunes, mais aussi à celle des adultes. Toutefois, il est crucial de préciser que cette contribution inclut également l'orientation des apprenants vers les filières professionnelles agricoles organisées et structurées. Cet amendement met en lumière le rôle essentiel des établissements d'enseignement agricole dans l'orientation vers les filières professionnelles organisées et leur contribution à une meilleure insertion professionnelle des jeunes et des adultes dans le secteur agricole.

Notre pays dispose d'un parc d'établissements d'enseignement agricole spécialisés. Dans ma ville, l'établissement les Sillons de Haute Alsace propose une palette de formations impressionnante, qui sont adaptées au double enjeu de la transition et de la transmission, comme M. le ministre aime à le rappeler. J'en veux pour preuve les évolutions récentes, notamment dans le monde viticole : l'établissement que j'ai cité, qui cultive un domaine viticole, a fait le choix de l'agriculture biologique. Il a fait de nombreuses émules, puisque le taux de conversion en agriculture biologique du vignoble alsacien s'élève à 35 % – à l'évidence, les deux phénomènes ne sont pas sans lien. L'une de nos collègues évoquait tout à l'heure le bio : tournés vers l'avenir, certains établissements d'enseignement agricole se situent dans cette logique. Je tenais à rappeler que ces formations sont structurées au sein d'établissements remarquables – les jeunes y suivent des études générales ou des formations qui suscitent des vocations. Ayant été enseignant en collège, j'ai constaté qu'il était nécessaire de poursuivre les efforts en matière d'orientation.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ajouter ici la notion de filières correspondantes et structurées ne me semble pas opportun, pour deux raisons. Tout d'abord, parler de filières « correspondantes » n'apporte aucune précision complémentaire. Ensuite, il me semble qu'il n'y a pas lieu de mentionner de manière exclusive les filières structurées, surtout dans la mesure où l'alinéa 9 évoque déjà les actions à mener pour répondre aux besoins d'emplois – ce qui, je crois, peut satisfaire l'intention de votre amendement. Demande de retrait, sinon avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

J'émettrai le même avis que Mme la rapporteure : demande de retrait ou avis défavorable. Premièrement, certaines filières, qui sont émergentes, ne sont pas encore structurées. Deuxièmement, l'enseignement agricole recouvre 200 formations différentes. La notion de filière correspondante ou de filière structurée est trop floue d'un point de vue législatif.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

En classe de troisième, les élèves effectuent un stage obligatoire de découverte du monde professionnel…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…pendant trois jours ou une semaine. En classe de seconde, un stage de deux semaines est désormais préconisé. Monsieur le ministre, si ce chiffre figure parmi ceux dont vous disposez, pouvez-vous nous préciser combien d'enfants effectuent leur stage dans l'agriculture ? Nous avons en effet évoqué les enjeux du renouvellement générationnel. Or, depuis Bourdieu, nous connaissons le rôle du patrimoine culturel, relationnel et social et le mécanisme de la reproduction sociale : les élèves sont souvent contraints d'effectuer leur stage dans l'environnement familial proche. Nous pouvons certainement améliorer la sensibilisation des jeunes générations aux métiers, beaux et divers, offerts par le secteur agricole. Comme l'État est parfois organisé en silos, je ne suis pas sûr que l'éducation nationale ait intégré les enjeux de renouvellement des générations dans sa réflexion pour les stages effectués en troisième et en seconde.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je reste convaincu qu'il faut offrir à chacun un parcours qui lui permettra de réaliser son destin et d'accomplir sa vocation. Néanmoins, je retire l'amendement.

L'amendement n° 1804 est retiré.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Inaki Echaniz, pour soutenir l'amendement n° 2354 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il devrait plaire non seulement à notre collègue Genevard, parce qu'il ne reprend pas le terme de genre, mais renvoie plutôt à la notion d'égalité entre les femmes et les hommes, mais aussi à M. le ministre, parce qu'il n'évoque pas les lycées agricoles, mais les filières de formation. L'amendement renvoie au débat de la semaine dernière, en visant un objectif de mixité scolaire…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…dans chaque filière, pour renforcer une présence féminine parfois trop faible. Et j'insiste sur ce point : nous ne reprenons pas le terme de genre, critiqué par Mme Genevard la semaine dernière, mais nous parlons bien des hommes et des femmes.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La précision que vous souhaitez inscrire est déjà incluse dans les missions générales de l'éducation. Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

J'ai noté toutes les précautions oratoires que vous avez prises, monsieur Echaniz, et je salue votre volonté de converger dans les termes utilisés. Cependant, votre amendement est déjà satisfait, notamment grâce à des amendements déjà adoptés. Je vous invite donc à le retirer ; à défaut, avis défavorable.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Comme nous frisons le fait personnel, je veux répondre à notre cher collègue Echaniz.

Sourires sur divers bancs.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Mes amendements débattus la semaine dernière étaient motivés par la volonté de sortir des déclarations de principe pour privilégier le concret et le réel – c'est ce qu'attendent les agriculteurs – en traitant des droits des agricultrices, notamment en matière d'accès à l'information, de rémunération et de services de remplacement. Si l'on suivait votre volonté d'introduire l'obligation d'égalité dans l'accès à la formation et l'obligation de mixité par la parité, il faudrait l'imposer pour toutes les formations délivrées dans notre pays : on ne s'en sortirait pas.

L'amendement n° 2354 n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Chantal Jourdan, pour soutenir l'amendement n° 2409 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet amendement, dont le principe a été approuvé en commission, vise à compléter les actions en faveur du renouvellement des générations, en favorisant les liens et les échanges entre les habitants des espaces ruraux et des espaces urbains. Ils permettraient de mieux connaître les différents milieux de vie et de susciter des vocations, notamment agricoles.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez préciser que les établissements d'enseignement agricole doivent contribuer à susciter des vocations agricoles parmi différents publics, notamment les personnes en reconversion professionnelle ou en recherche d'emploi. Cependant, la lecture combinée de l'alinéa 9 – qui mentionne l'insertion professionnelle – et de l'alinéa 13 – qui mentionne l'enjeu de répondre aux besoins en emploi – permet de constater que votre souhait est satisfait. Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Même avis.

L'amendement n° 2409 n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sur l'amendement n° 657 , je suis saisie par le groupe Socialistes et apparentés d'une demande de scrutin public.

Le scrutin est annoncé dans l'enceinte de l'Assemblée nationale.

Je suis saisie de deux amendements identiques, n° 1930 et 2796 .

La parole est à Mme Mélanie Thomin, pour soutenir l'amendement n° 1930 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous proposons de mettre fin à un fantasme, qui s'est répandu quelque temps lors de la mobilisation agricole et qui consistait à faire peser sur les agents de l'Office français de la biodiversité (OFB) la responsabilité de la surtransposition des normes ainsi que le poids et la lourdeur de l'administration. Pourtant, chaque année, sur 20 000 contrôles effectués par l'OFB, seuls 3 000 concernent des exploitations agricoles, ce qui représente moins de 1 % des exploitations. Cet amendement du groupe Socialistes vise donc à rappeler que les agents de l'OFB contrôlent des agriculteurs, mais pas seulement. Ils luttent aussi contre le braconnage ; ils contrôlent les collectivités, les particuliers et les entreprises industrielles.

Il convient donc de renforcer la formation des futurs agriculteurs aux enjeux du droit de l'environnement et aux missions de l'autorité chargée du contrôle de son application. À rebours des annonces gouvernementales visant à réduire certaines prérogatives de l'OFB, une meilleure maîtrise du droit de l'environnement, de son application, des modalités de contrôle de ses obligations et de l'organisation de l'autorité chargée des contrôles permettra une meilleure cohésion des acteurs du monde rural.

Mme Manon Meunier applaudit.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Manon Meunier, pour soutenir l'amendement n° 2796 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je joins ma voix à celle de Mme Thomin pour défendre un amendement d'appel identique, par lequel je veux rendre hommage à l'Office français de la biodiversité, qui participe de notre service public de l'environnement.

Applaudissements sur les bancs des groupes LFI – NUPES, SOC et Écolo – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ses agents et agentes, qui s'impliquent tous les jours sur le terrain, sont pourtant de plus en plus malmenés par le Gouvernement qui, lors de la dernière législature, a fusionné l'Agence française de la biodiversité (AFB) et l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), ce qui a entraîné une baisse notable des effectifs. Depuis cette fusion, nous avons été alertés au sujet d'une augmentation du nombre de suicides d'agents et d'agentes de l'OFB – on en parle trop peu.

Alors que les métiers de l'OFB sont complexes, le soutien du ministère semble bien faible. Christophe Béchu s'est montré largement absent lorsqu'on a imputé à l'OFB et au respect de l'environnement les raisons de la crise agricole.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pourtant, ses agents devraient être soutenus par l'État, car ils remplissent des missions de service public et de police de l'environnement en faveur de la biodiversité. C'est une chose qu'on ne dit pas assez : nous avons besoin de cette police pour faire respecter le droit de l'environnement dans nos ruralités et nos forêts

Mêmes mouvements.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

À l'heure où on les rend souvent responsables de tous les maux, nous souhaitons pour notre part rendre hommage aux agents de l'OFB – et j'espère que tout le monde se joindra à nous, comme il est d'usage quand on rend hommage aux autres fonctionnaires de l'État.

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez ajouter la formation au droit de l'environnement et au rôle de l'OFB parmi les missions des établissements agricoles. Mentionner spécifiquement le rôle de l'OFB relève d'un niveau de détail trop important. De plus, en matière d'environnement, le 6o de l'article L. 811-1 du code rural et de la pêche maritime, dans sa rédaction proposée par le projet de loi, prévoit d'assurer « le développement des connaissances et compétences en matière de transitions agroécologique et climatique ». Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Vous avez raison de rendre hommage au travail que les agents de l'OFB réalisent dans des conditions parfois difficiles. Les problèmes n'ont d'ailleurs pas pour origine les agents eux-mêmes, mais des règles devenues ubuesques, même à leurs yeux. Vous avez eu raison de rappeler leurs missions de lutte contre le braconnage et de préservation de la biodiversité, ainsi que leurs actions en faveur de la protection de l'eau, entre autres. Il est légitime de rendre hommage à ces agents qui, je le rappelle, ne sont pas des agents du ministère de l'agriculture et ne sont pas les seuls à contrôler les exploitations agricoles. Veillons toujours à ne pas céder à la démagogie qui voudrait désigner des boucs émissaires dans la crise agricole.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Des réglementations devenues incohérentes, incompréhensibles et contradictoires dans leur application doivent être modifiées afin d'éviter des tensions inutiles : c'est l'objet des articles suivants de ce projet de loi.

Enfin, vous proposez une formation dédiée au rôle d'un seul des offices de contrôle – l'OFB – et pas des autres. J'entends le message que votre amendement vise à faire passer, mais il me semble incohérent de nous reprocher de fixer les programmes de formation tout en y ajoutant des éléments au gré des intentions des uns et des autres, chaque fois que l'occasion se présente. Avis défavorable.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je m'oppose à cet amendement. Les agents de l'OFB font leur travail, et le font bien en général : ce n'est pas le sujet. Cependant, les contrôles excessifs dont souffrent les agriculteurs les irritent – en particulier les contrôles de l'OFB, même si ce ne sont pas les seuls.

Mme Catherine Couturier s'exclame.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Et ce qui irrite encore plus les agriculteurs – il faut en être conscient –, c'est que les agents de l'OFB qui arrivent dans leur exploitation, souvent à l'occasion d'une dénonciation sans fondement,…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…arrivent armés, au sein d'un domicile privé !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous aimez la police ! Ils ont une fonction de police, vous devriez les défendre !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Un agent du fisc qui fait son travail en visitant une entreprise ou un particulier n'est pas armé. Il n'est pas normal, me semble-t-il, que des agents soient armés quand ils se rendent chez d'honnêtes gens – ce que sont les agriculteurs –, qui se sentent menacés par la présence d'une arme. C'est pourquoi cet amendement est malvenu : en le déposant, mes chers collègues, vous irritez beaucoup de gens. Je plaiderais quant à moi pour une formation visant à améliorer les relations entre les agriculteurs et les chasseurs : c'est un sujet essentiel.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les chasseurs et les agriculteurs travaillent ensemble. Les seconds profitent de l'action des premiers, qui leur évite la présence de trop nombreux sangliers ou de choucas…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…qui, notamment en Bretagne, menacent les cultures. On pourrait ainsi élargir la formation au rôle non seulement de l'OFB, mais aussi des chasseurs, des chambres d'agriculture, des préfectures et ainsi de suite. En tout cas, ne se focaliser que sur l'OFB sera vécu par beaucoup d'agriculteurs comme une véritable provocation.

Applaudissements sur les bancs du groupe LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Dans le prolongement du propos précédent, je voudrais revenir sur la manière dont les agriculteurs perçoivent les contrôles. Il est vrai que les agents de l'Office français de la biodiversité – qu'on appelle plus communément la police de l'environnement – ont mal vécu la réorganisation liée à la fusion en 2020 de l'AFB – qui avait repris en 2016 les missions de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema) – et de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage. Des suicides ont été à déplorer.

Historiquement, la police de l'eau n'intervenait pas au sein des exploitations agricoles. C'est seulement depuis l'adoption de diverses lois et au gré des diverses exigences imposées aux agriculteurs que les agents de la police de l'eau sont désormais amenés à se rendre dans les exploitations. Le climat de suspicion permanente, de défiance à l'égard des agriculteurs, crée des difficultés. Qu'un agent soit armé quand il se rend au siège d'une exploitation pose un problème. Qu'il porte une arme lors des inspections effectuées le long des cours d'eau et dans le domaine public maritime peut se comprendre, mais il en va tout autrement lorsqu'il se rend auprès d'une exploitation, donc chez un particulier.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'objectif qui vise à former les agriculteurs au rôle de la police de l'eau pourrait finalement être appliqué à l'ensemble de nos concitoyens à l'égard de toutes les formes de police. Expliquer le rôle des policiers et des gendarmes serait utile, parce qu'une partie de la population ne le comprend pas toujours.

Lorsque, citoyens ordinaires, nous circulons sur la voie publique, nous n'avons aucun problème avec les policiers ni avec les gendarmes ; bien au contraire, nous les soutenons.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

De même, si les agents de l'OFB cessent de venir armés dans les sièges d'exploitation, la pression et la tension baisseront chez les agriculteurs.

Applaudissements sur quelques bancs des groupes HOR et RE.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous sommes ravis de vous entendre reconnaître que l'arrivée d'un agent armé peut créer des tensions.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous sommes d'accord avec cette observation et souhaitons souligner que cela ne s'applique pas seulement à la police de l'environnement. Votre raisonnement pourrait être transposé, par exemple, aux quartiers populaires, dans lesquels vous voulez pourtant introduire plus d'armes.

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES. – Protestations vives et prolongées sur les bancs des groupes LR, ainsi que sur quelques bancs des groupes RE et RN.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La propriété privée, ce n'est pas la voie publique !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous sommes tout disposés à débattre avec vous du désarmement de la police.

Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je souhaite insister sur l'hommage que nous devons rendre à l'OFB. Les suicides, comme dans le reste des corps de police, y sont souvent réalisés au moyen d'une arme de fonction. C'est aussi pour cette raison que les armes sont un problème. Or je vois très peu le Gouvernement – ou en tout cas M. Béchu – soutenir l'OFB ; au contraire, l'Office est régulièrement pointé du doigt. Bizarrement, c'est le seul organe de l'État qui subit de telles attaques, jusqu'à mettre en péril son existence, sans recevoir de soutien du Gouvernement.

Nous sommes donc heureux de vous entendre poser la question des armes, et espérons que vous voterez notre amendement.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Je ne peux pas vous laisser dire que le Gouvernement n'a pas soutenu les agents de l'OFB ,

M. Pascal Lavergne et Mme Sandra Marsaud applaudissent

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

ceux de la Mutualité sociale agricole (MSA) ou encore ceux des directions départementales des territoires (DDT), qui ont été montrés du doigt et critiqués pendant la crise agricole.

Par ailleurs, il ne faut pas tout confondre. Vous faites ici un amalgame auquel, à vrai dire, je m'attendais, mais qui n'en est pas moins regrettable. Je rappelle que nous débattons des missions de l'enseignement agricole dans le cadre d'un projet de loi d'orientation : voyez à quel point nous avons dérivé.

En tout cas, vous pourrez toujours compter sur le Gouvernement pour lutter contre toutes les démagogies et contre tous les populismes, et pour trouver la voie de l'apaisement, y compris s'agissant des contrôles, qui, comme M. Benoit l'a rappelé, sont source de tensions. Il est inutile de se cacher la tête dans le sable : c'est une réalité.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Nous devons essayer de résoudre collectivement ce problème, sans démagogie et avec pragmatisme.

Mme Danielle Brulebois applaudit.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Excusez-moi pour mon impolitesse, mais je ne sais pas comment le dire autrement : c'est un débat à la con… Premièrement, il faut reconnaître que, dans la quasi-totalité des cas, les agriculteurs sont d'honnêtes gens, et qu'il leur est insupportable de se sentir traités comme des délinquants ou des trafiquants de drogue. Nous devons en prendre acte et réaffirmer que ces gens travaillent pour nous nourrir – et pour ne pas mourir –, sans aucune intention d'enfreindre les lois.

Deuxièmement, la profession d'agriculteur n'est pas la seule dont les membres voient des gens armés empiéter sur leur propriété privée pour contrôler leur activité. C'est également le cas des pêcheurs : quand les gendarmes maritimes débarquent sur un bateau de pêche, ils sont armés, ce qui peut donner aux pêcheurs le sentiment d'être injustement pris pour des délinquants.

Troisièmement – je le dis avec humour à mes collègues de droite –, ceux qui veulent armer les gardes champêtres et la police municipale sont les mêmes que ceux qui veulent désarmer l'OFB. Il y a donc une contradiction à surmonter dans votre discours.

Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pour en revenir au fond, je pense que le rabougrissement, l'affaiblissement considérable des services de l'État conduit à leur donner un rôle de tutorat et de contrôle, alors qu'ils devraient être perçus comme des services d'accompagnement et d'aide.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il faudrait que l'État soit plus et mieux présent et qu'il soit perçu comme moins enquiquinant. Cela permettrait de rétablir des relations plus paisibles entre les services de l'État et les acteurs du monde agricole et de la pêche, qui seraient ainsi mieux accompagnés. Cette relation de confiance est nécessaire. Nous sortirions alors du climat de défiance permanente.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous avons vu – miracle ! – La France insoumise rendre hommage à la police de l'environnement. Nous aurions aimé qu'elle rende aussi hommage à la police tout court, ce qu'elle est incapable de faire. Vous venez, madame Meunier, de franchir une ligne rouge : vous avez comparé des agriculteurs accusés d'avoir curé un fossé au mauvais endroit ou d'avoir taillé une haie à la mauvaise date

Mme Sophie Chikirou s'exclame

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

et des gens qui font du trafic, qui pourrissent la vie dans les quartiers ! C'est absolument honteux ! Vous avez vraiment dépassé les bornes !

Applaudissements sur les bancs du groupe RN et sur quelques bancs du groupe LR. – Exclamations sur plusieurs bancs du groupe LFI – NUPES.

Protestations sur les bancs du groupe RN.

Les amendements identiques n° 1930 et 2796 ne sont pas adoptés.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Emeric Salmon, pour un rappel au règlement.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il se fonde sur l'article 70, alinéa 3, du règlement. Peut-être était-ce dans un mouvement d'énervement, mais Mme Chikirou vient de nous traiter de fachos.

Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe LFI – NUPES et sur quelques bancs du groupe Écolo – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Et M. Sitzenstuhl en rajoute une couche ! Je demande que ces propos soient consignés au compte rendu et que le cas soit étudié en conférence des présidents.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

J'invite chacun à respecter tous les alinéas des articles du règlement.

Suspension et reprise de la séance

La séance, suspendue à dix-sept heures cinquante, est reprise à dix-huit heures.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La séance est reprise.

Sur l'amendement n° 873 , je suis saisie par le groupe La France insoumise-Nouvelle Union populaire, écologique et sociale d'une demande de scrutin public.

Le scrutin est annoncé dans l'enceinte de l'Assemblée nationale.

La parole est à Mme Aurélie Trouvé, pour soutenir l'amendement n° 873 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il vise à inscrire l'agroécologie dans la description du rôle des établissements d'enseignement agricole en matière d'innovation. Je rappelle, au cas où tous ne le sauraient pas ici, que l'agroécologie, selon Miguel Altieri et d'autres fondateurs de cette discipline, utilise pleinement les fonctions des écosystèmes pour produire une agriculture plus économe et autonome : économe en intrants chimiques, en alimentation animale achetée et en machines, ce qui permet d'être plus autonome à l'égard des banques, de l'aval et de l'agrofourniture. Vous le savez, l'agroécologie est performante sur les plans écologique, économique et social. Je veux rendre ici hommage à tous les groupes paysans et agricoles qui défendent et pratiquent l'agroécologie

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES et sur quelques bancs du groupe SOC

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

et citer notamment le réseau des centres d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural (Civam) – en particulier ses groupes de femmes –, ainsi que certaines chambres d'agriculture.

Protestations sur les bancs des groupes RN et LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Et les autres ? Il n'y a pas d'une part les bons élèves et d'autre part les mauvais ! Tout ça est idéologique !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ces pratiques ont une forte technicité agronomique, bien loin des caricatures qu'en font l'extrême droite, la droite et la Macronie.

Protestations sur les bancs sur les bancs des groupes RE, LR et Dem.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Dès qu'on parle d'agroécologie, vous vous échauffez un peu.

Brouhaha.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous le savez, l'agroécologie a été partiellement introduite dans les politiques publiques sous la présidence de François Hollande, mais son sens a rapidement été galvaudé – avant de disparaître complètement des radars sous la présidence d'Emmanuel Macron.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous n'écoutez pas bien, et ça ne nous étonne pas !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Les ministres de l'agriculture successifs en ont parlé de moins en moins, jusqu'à ce que le ministre Fesneau n'en parle plus du tout.

Protestations sur les bancs des groupes RE et Dem. – Applaudissements sur quelques bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 873 vous offre l'occasion de réintroduire pleinement dans ce projet de loi d'orientation agricole ces objectifs agroécologiques. Nous verrons bien si vous le soutenez.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe LFI – NUPES.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'agroécologie trouve sa place dans les deux catégories déjà mentionnées dans la rédaction de l'alinéa 10, à savoir « l'expérimentation et l'innovation agricoles et agroalimentaires ».

Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

« On n'abdique pas l'honneur d'être une cible. » Merci, madame Trouvé, de m'avoir choisi pour cible : ça fait toujours plaisir, et je vois que vous ne lâcherez rien de ce côté-là.

Pardon de vous rappeler que nous avons déjà mentionné à plusieurs reprises les questions d'agroécologie et que ce terme figure à l'alinéa 13 – mais je sais que vous voulez l'inscrire à chaque alinéa, au cas où nous ne comprendrions pas bien votre position. L'amendement est satisfait dans la mesure où l'alinéa 13 précise que les établissements « assurent le développement des connaissances et des compétences en matière de transitions agroécologique et climatique en intégrant dans les référentiels de formation des modules d'enseignement spécifiques et obligatoires […] ».

L'avis du Gouvernement est donc défavorable.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Au-delà de la question de l'agroécologie, pour la clarté de nos débats, monsieur le ministre, je voudrais vous demander un éclaircissement : en effet, je n'ai pas compris quelle était votre position dans le débat sur l'OFB. Au mois de janvier, comme tous les agriculteurs, j'ai entendu le Premier ministre, Gabriel Attal, demander : « Est-ce qu'il faut vraiment être armé pour venir contrôler une haie ? » Peu de temps après, le 20 mars dernier, la présidente du conseil d'administration de l'OFB a quant à elle déclaré que le désarmement des agents de l'OFB était une « ligne rouge » – malheureusement, ces propos ne m'étonnent guère, je dois le dire, pas plus qu'ils n'étonnent les agriculteurs. Mais je pose la question suivante : monsieur le ministre, où vous situez-vous ? En effet, la présidente du conseil d'administration de l'OFB est candidate en position éligible sur la liste « Besoin d'Europe » – celle de Renaissance, donc – pour les élections européennes.

Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes LR et RN.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Quelle est donc la position du ministre de l'agriculture à l'égard du désarmement des agents de l'OFB, que le Premier ministre a d'abord dit souhaiter avant de changer de posture, comme d'habitude face aux agriculteurs ?

Mêmes mouvements.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Le débat sur l'armement ou le désarmement des forces de police ou de l'OFB est très intéressant. Il nous a même permis d'entendre des députés siégeant sur les bancs de la droite parler comme Maximilien Robespierre.

Exclamations sur les bancs des groupes RN et LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cela m'étonne, car nous ne sommes pas habitués à vous entendre parler ainsi. Figurez-vous que la devise de notre patrie, Liberté, Égalité, Fraternité, a été inventée dans un discours de Maximilien Robespierre de décembre 1790 sur l'organisation de la garde nationale – écoutez, vous apprendrez quelque chose !

Exclamations sur les bancs des groupes RE, RN, LR, Dem et HOR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Maximilien Robespierre déclarait en substance : puisque nous armons le pouvoir exécutif, alors il faut que les citoyens soient armés. Eh bien, c'est l'une des rares fois où je ne serai pas d'accord avec Maximilien Robespierre !

Mêmes mouvements.

Debut de section - Permalien
Un député du groupe RN

Et quand il a guillotiné, pas de problème ?

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

En effet, alors qu'il préconise d'armer au maximum les forces de l'exécutif, puis, pour que les citoyens puissent faire valoir leurs droits, d'armer les citoyens, nous défendons un raisonnement inverse : puisque les citoyens sont désarmés, il faut désarmer au maximum les forces de l'exécutif, dans toutes les situations où il n'est pas nécessaire qu'ils soient armés. Cela vaut pour l'OFB comme pour les manifestations, par exemple.

L'article 12 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose – je l'exprimerai dans un vocabulaire moderne – que les forces de police et les forces armées sont instituées pour garantir les droits de l'homme et du citoyen, rien de plus. C'est là la théorie, mais vous voyez qu'on en est loin, aussi bien dans ce projet de loi que dans les faits, en de nombreux endroits de notre pays.

Enfin, je répondrai à ce qui a été dit précédemment : non, quand la police elle-même ne respecte pas les règles de la République et tient des propos racistes, ce n'est pas l'ordre républicain.

Vives protestations sur les bancs des groupes RN et LR.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

À l'inverse, nous n'avons aucun problème à dire que nous sommes aux côtés des forces de police quand elles sont républicaines.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il se fait plaisir à cracher sur la police !

Il est procédé au scrutin.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Voici le résultat du scrutin :

Nombre de votants 176

Nombre de suffrages exprimés 169

Majorité absolue 85

Pour l'adoption 33

Contre 136

L'amendement n° 873 n'est pas adopté.

L'amendement n° 1932 , repoussé par la commission et le Gouvernement, n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Inaki Echaniz, pour soutenir l'amendement n° 657 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

À l'école, au collège, au lycée général et technologique, les élèves ont la possibilité de suivre leur cursus en basque, en breton, en occitan, en alsacien, en corse, sous forme bilingue ou immersive, dans le public, dans le privé ou au sein d'une association.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

C'est vrai de l'école maternelle au lycée, sauf dans l'enseignement agricole. Pourtant, ces langues territoriales existent ; elles sont au cœur du système agricole dans les territoires. C'est un outil de transmission et de formation par les pairs très utilisé.

Les lycées agricoles, par l'intermédiaire de leur direction, de leurs élèves ou de leurs équipes pédagogiques, demandent depuis plusieurs années de pouvoir accéder à des formations et à des modules en langue territoriale. Nous avons eu ce débat en commission, et vous m'avez dit qu'il n'était pas nécessaire de modifier la loi. Je vous ai transmis les dossiers du lycée Armand-David à Hasparren ainsi que du lycée Frantsesenia à Garazi et vos services leur ont répondu. La Draaf leur a répondu que, dès lors que cette disposition ne figure pas dans le code rural, il n'est pas possible de proposer des formations dans l'une des langues territoriales. Je vous demande donc de permettre ces expérimentations dans différents territoires français, car les langues territoriales, comme l'agriculture, font partie de notre histoire et des fondements de la République.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Vous souhaitez que les établissements publics d'enseignement agricole contribuent à l'apprentissage des langues régionales. Nous nous éloignons un peu du sujet.

L'oratrice prononce une phrase en breton.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

De plus, l'article L. 811-5 du code rural dispose déjà que l'enseignement agricole permet, « là où le besoin existe, la connaissance et la diffusion des langues et cultures régionales ».

Votre amendement est donc satisfait.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Je reconnais que vous faites preuve de persévérance dans l'effort, monsieur Echaniz. Reconnaissez à votre tour que, comme l'a dit la rapporteure, le code rural accorde explicitement la possibilité de délivrer un tel enseignement. Vous pouvez me saisir de nouveau des situations particulières que vous avez évoquées ; cependant, dès lors que la possibilité existe, il est superfétatoire d'ajouter cette disposition.

Je vous demande donc de retirer l'amendement, sans quoi j'émettrai un avis défavorable.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Une fois n'est pas coutume, je soutiendrai cet amendement. Certes, certaines dispositions existent dans le code rural ; cependant, avouons-le, il y a encore beaucoup de progrès à faire pour la défense des différentes langues, qu'il s'agisse du gallo, du breton, du basque, de l'alsacien, du flamand, du corse, de toutes les variétés d'occitan, etc.

Mais il y a un problème à la NUPES ! Vous êtes-vous concertés avec vos amis du groupe LFI – NUPES au sujet de cet amendement ? Qu'est-ce qu'il dit, Robespierre ?

Sourires et applaudissements sur plusieurs bancs des groupes RE, RN, LR et Dem.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

J'ai entendu M. Mélenchon tenir des propos indignes à l'égard des langues régionales et se référer au funeste abbé Grégoire qui les a interdites durant la Révolution française. C'est ça, la réalité ! Il faudrait vous mettre d'accord entre vous, mes chers collègues ! En tout cas, pour moi, il importe peu de savoir d'où vient l'amendement, ce qui compte, c'est la promotion des langues régionales.

Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes LR et RN. – M. Inaki Echaniz applaudit également.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Qu'importe d'où vient cet amendement, je le soutiens car il vise à promouvoir les langues régionales. Une fois n'est pas coutume, je rejoins ainsi les arguments de M. Le Fur. Madame la rapporteure, monsieur le ministre, vous avez mentionné le code rural, qui dispose qu'on peut découvrir les langues régionales dans l'enseignement agricole. Or l'amendement porte sur le fait d'enseigner en langue régionale, ce qui n'a rien à voir. La France doit faire beaucoup mieux en matière de décentralisation, de reconnaissance et de promotion des langues régionales. Permettez-moi de rappeler qu'il y a vingt-cinq ans, la France a signé, sans la ratifier, la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Il s'agit pourtant d'une condition d'adhésion au Conseil de l'Europe. Il est donc temps de la ratifier et de promouvoir les langues régionales.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Unaï – berger – Inaki Echaniz, j'aurais aimé vous entendre parler en langue régionale du pastoralisme que vous avez si souvent mentionné vendredi dernier.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Permettez-moi quelques mots pour détendre l'atmosphère. Au regard du nombre de traités de libre-échange que vous négociez dans le dos des agriculteurs, peut-être serions-nous bien inspirés de leur apprendre le portugais, l'anglais et l'espagnol.

Applaudissements sur les bancs du groupe LFI – NUPES – M. Ian Boucard applaudit également.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous devrions les aider à lire entre les lignes des traités libéraux que vous négociez – par exemple, le traité avec le Marché commun du Sud (Mercosur) et l'Accord économique et commercial global (Ceta).

M. Damien Maudet applaudit.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cela peut faire sourire certains qui trouvent que ce débat n'a pas lieu d'être, mais il s'agit d'une vraie demande des territoires et des lycées agricoles. Que ceux qui se moquent des langues territoriales viennent écouter dans les territoires la volonté des élèves et des familles qui souhaitent faire vivre nos langues, comme le dit M. Le Fur. Nos langues ne s'opposent pas à la loi de la République, elles sont complémentaires et font vivre nos territoires, en particulier dans le milieu agricole. Je vous invite à enfiler vos bottes et à aller voir dans les fermes si on y parle alsacien, corse ou breton.

Monsieur le ministre, selon vous, il n'y a pas besoin d'un tel dispositif. Je vous ai communiqué la réponse adressée au lycée de mon territoire par la Draaf : ce dispositif n'est pas dans le code rural. Mon amendement permet de résoudre cette difficulté, mais peut-être suffirait-il que vous passiez le message à vos services.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

À titre personnel, je soutiens cet amendement.

Brouhaha.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Chers collègues, veuillez parler moins fort afin que nous puissions entendre M. Benoît.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Permettez-moi de partager ma contrariété : dans ce texte, on peut parler des langues régionales, mais on ne peut évoquer ni les commissions des structures, ni le fonctionnement des sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer), ni la régulation du foncier.

Applaudissements sur les bancs des groupes LR et SOC.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ce sont pourtant de vrais sujets qui concernent la souveraineté agricole, agroalimentaire et alimentaire de notre pays. Les agriculteurs et l'ensemble des personnes qui suivent nos débats ne doivent donc pas manquer de s'interroger.

Sourires.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Comment se fait-il que l'on se pose la question des langues régionales dans le cadre de la formation des futurs agriculteurs et des professionnels du para-agricole, mais que l'on ne dise pas un mot des réformes structurelles, en particulier des Safer – que ce soit leur fonctionnement, leurs missions, leur rôle et les commissions des structures comme les commissions départementales d'orientation de l'agriculture (CDOA) ? Cette question importante mérite d'être posée.

Applaudissements sur les bancs du groupe LR. – M. Pascal Lavergne applaudit également.

Brouhaha.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Allons, mes chers collègues, seul M. Castellani a la parole.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je soutiens cet amendement. Comme beaucoup d'entre vous, j'ai conscience que nous sommes en marge du sujet de la formation des agriculteurs et des éleveurs. Pour autant, sommes-nous hors sujet ? Non, car nos traditions, notre vocabulaire régional et nos connaissances intimes du milieu sont peut-être plus préservés dans le milieu rural que dans le milieu urbain. L'acculturation galopante est-elle une bonne chose ? Non, comme le montre l'exemple de la Corse, où le vocabulaire pour décrire les bêtes d'élevage est d'une richesse extraordinaire. La perte de cette richesse culturelle est-elle une bonne chose ? Non. La formation excellente de nos éleveurs et de nos agriculteurs s'oppose-t-elle à la prise en compte des cultures locales et régionales ? Non. Faut-il opposer les langues régionales à l'apprentissage du portugais, de l'espagnol ou de l'anglais ? Certainement pas. Les langues ne s'excluent pas, elles s'ajoutent et se multiplient.

M. Inaki Echaniz applaudit.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous soutenons cet amendement, sous réserve qu'il ait bien pour objet une harmonisation avec les dispositifs existant dans l'éducation nationale. En effet, l'enseignement agricole dépend, lui, du ministère de l'agriculture. Comme le dit le collègue Echaniz, des propositions sont faites par des lycées agricoles, et il n'est pas possible de leur répondre en disant simplement que ce n'est pas dans le code rural. Nous demandons donc une précision au ministre. Si cet amendement va dans le sens d'une harmonisation avec l'éducation nationale, nous y sommes favorables. Merci de bien vouloir nous apporter la clarification que nous souhaitons.

Il est procédé au scrutin.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Voici le résultat du scrutin :

Nombre de votants 181

Nombre de suffrages exprimés 143

Majorité absolue 72

Pour l'adoption 56

Contre 87

L'amendement n° 657 n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je suis saisie de trois amendements identiques, n° 1400 , 3827 et 4717 .

La parole est à Mme Lisette Pollet, pour soutenir l'amendement n° 1400 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Dans un contexte où 50 % des exploitants agricoles prendront leur retraite dans les dix prochaines années, il est impératif de renforcer le système de formation à tous les niveaux. Cet amendement propose donc que les établissements d'enseignement et de formation professionnelle dans le domaine agricole coordonnent leurs actions avec celles qui sont menées dans le cadre des projets alimentaires territoriaux.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Jean-Claude Raux, pour soutenir l'amendement n° 3827 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet amendement vise à mettre en cohérence et à soutenir l'ensemble de l'écosystème de la formation agricole. Au niveau territorial, il existe déjà de multiples outils développés par les collectivités dans le cadre des projets alimentaires territoriaux. Sans tous les citer, les espaces-tests agricoles et la mobilisation des missions locales en donnent un aperçu. Les futures politiques de formation ne peuvent les ignorer ; elles doivent même s'appuyer sur ces initiatives.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 4717 de Mme Anne-Laurence Petel est défendu.

Quel est l'avis de la commission sur ces amendements identiques ?

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Ces amendements visent à mentionner le rôle des projets alimentaires territoriaux. Encore une fois, nous devons nous en tenir à des formulations générales, sans entrer dans le détail de toutes les actions qui relèvent de l'animation et du développement des territoires. De plus, l'article L. 111-2-2 du code rural permet déjà d'associer les établissements d'enseignement agricole, en tant qu'acteurs du territoire, aux projets de PAT. Il est aussi préférable de laisser chaque territoire s'organiser à sa guise. Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Avis défavorable. L'article L. 111-2-2 du code rural prévoit le cadre de gouvernance des PAT, citant en particulier l'État et ses établissements publics. Les établissements de formation professionnelle, qui sont des établissements publics, font donc partie de la gouvernance.

La question des projets alimentaires territoriaux est un élément important de la formation. J'attire votre attention sur un élément pratique : certains PAT relèvent des départements, tandis que d'autres sont organisés à l'échelle intercommunale. Ces amendements seraient biaisés, puisqu'ils créeraient une distorsion en ne prenant en compte que les PAT départementaux.

Les amendements identiques n° 1400 , 3827 et 4717 ne sont pas adoptés.

L'amendement n° 1931 , repoussé par la commission et le Gouvernement, n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je suis saisie de cinq amendements, n° 639 , 897 , 2355 , 3651 et 4378 , pouvant être soumis à une discussion commune.

Les amendements n° 639 , 897 , 2355 et 3651 sont identiques.

La parole est à M. Sébastien Jumel, pour soutenir l'amendement n° 639 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Chez moi, l'extraordinaire lycée de Mesnières-en-Bray délivre une formation excellente, très connectée aux enjeux agricoles du pays de Bray. Ce lycée forme également des cuisiniers et des serveurs, qui deviennent des ambassadeurs des produits de qualité de notre terroir, comme la coquille Saint-Jacques ou le neufchâtel. L'objectif de cet amendement est intéressant : il vise à associer les établissements publics locaux aux dynamiques territoriales des PAT, quelle que soit leur échelle de mise en œuvre. Les PAT peuvent être intercommunaux ou bien au-dessus des intercommunalités, à l'échelle des pays ; ils sont rarement à l'échelle départementale, et quasiment jamais à l'échelle régionale. Ils favorisent donc cette participation de proximité.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Manon Meunier, pour soutenir l'amendement n° 897 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je rejoins les propos de mon collègue Jumel. On voit bien que dans certains endroits, les PAT fonctionnent très bien, grâce à de vrais objectifs d'installation et de départ. Nous pensons qu'il est intéressant d'associer les établissements d'enseignement agricole à la gouvernance des projets alimentaires territoriaux.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement n° 2355 de M. Inaki Echaniz est défendu.

La parole est à M. Guillaume Garot, pour soutenir l'amendement n° 3651 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet amendement propose que les établissements de formation et d'enseignement professionnel intègrent la gouvernance des PAT. Dans cette assemblée, il y a dix ans, les parlementaires ont voté la création de ces programmes. Depuis, la dynamique s'est renforcée sur les territoires. Une nouvelle étape doit aujourd'hui être franchie. Si nous voulons relocaliser la production et mettre en cohérence les acteurs de la production, de la transformation et de la formation, alors ces établissements doivent être au cœur des décisions prises localement. C'est le sens des PAT. Nous espérons que cet amendement sera accueilli favorablement par cette assemblée.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Jean-Claude Raux, pour soutenir l'amendement n° 4378 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il existe aujourd'hui plus de 400 PAT. Espaces de fédération des acteurs territoriaux, ils permettent de prendre en considération l'alimentation et l'agriculture dans toutes leurs dimensions – économique, sociale, environnementale et sanitaire. À ce titre, les établissements publics locaux d'enseignement agricole y ont toute leur place : ils ne doivent pas seulement y être associés, mais aussi pouvoir en intégrer la gouvernance.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Quel est l'avis de la commission sur ces amendements en discussion commune ?

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Si,…

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

…mais je vais tout de même étayer mon avis. Créés sous la présidence de François Hollande, les PAT, dont M. Garot a raison de louer la réussite, se sont singulièrement développés au cours du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, puisque les moyens investis dans le cadre du plan France relance ont permis l'émergence de centaines d'entre eux. C'est donc, d'une certaine façon, une œuvre collective, à laquelle nous avons tous contribué intelligemment. Non seulement ils permettent de structurer les filières locales, mais ils sont aussi un bel objet de dialogue entre collectivités, citoyens et associations : par les temps qui courent, c'est une dimension à valoriser.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous sommes d'accord ! Donc, il faut adopter ces amendements !

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Néanmoins, je ne connais pas de territoire où les établissements d'enseignement agricole ne leur soient pas associés, et pour cause : l'article L. 111-2-2 du code rural et de la pêche maritime dispose que ces derniers peuvent prendre l'initiative des PAT. Votre demande est pleinement satisfaite, même si c'est sous une forme différente de celle que vous proposez. Comme je l'ai fait pour les amendements précédents, je vous demande donc de bien vouloir retirer celui-ci ; à défaut, l'avis sera défavorable. Que cela ne nous empêche pas de saluer ensemble la réussite des PAT grâce à l'implication de tous, y compris ces établissements.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Je n'ai guère envie de m'opposer à ces amendements car, comme les précédents, ils ont le mérite d'aborder le sujet des PAT, dont nous n'avons pas encore eu l'occasion de parler. Je suis profondément convaincu que ces projets constituent un formidable levier pour soutenir la transition agricole dans les territoires et atteindre les objectifs fixés par le législateur, notamment dans le cadre de la loi Egalim du 30 octobre 2018. Ils peuvent également jouer un rôle important pour la restauration collective. Reste que, sans mauvais jeu de mots, il y a à boire et à manger : de formidables succès, de formidables échecs. Dans certains départements, on entend vanter les PAT et leurs conséquences positives ; dans d'autres, on nous dit qu'ils ne servent à rien.

Alors qu'ils ont été créés il y a une dizaine d'années, on n'en compte qu'un peu moins de 500 : nous pouvons être plus ambitieux, à condition néanmoins de clarifier leur rôle, leur gouvernance et leur fonctionnement. En effet, certains PAT sont déployés à l'échelle départementale, d'autres à l'échelle intercommunale : cette mosaïque entraîne une perte d'efficacité. Si, d'un point de vue purement légistique, ils sont peut-être effectivement satisfaits – je comprends l'argument –, ces amendements, qu'on les adopte ou non, ont le mérite, je le répète, de soulever un point important.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Voilà un sujet sur lequel tout le monde est d'accord : ça fait plaisir ! Il est exact que nous avons avant tout besoin en ce moment de dialogue territorial. Les PAT, peu efficients, ne changent pas vraiment la donne ; ils relèvent plutôt du soft power. La politique alimentaire dépend de nombreux échelons, ce qui génère de la complexité et du flou : la meilleure solution serait d'en faire une compétence communautaire ou intercommunautaire ,

Applaudissements sur les bancs du groupe SOC

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

ce qui permettrait aux chambres d'agriculture de contractualiser avec les intercommunalités, par exemple en matière de restauration collective. Alors seulement, nous mènerons une politique alimentaire efficace – mais je défendrai cette proposition dans le cadre de l'examen d'un autre texte, puisque je n'ai pu la relier à celui-ci.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il faut déposer une proposition de loi, monsieur Potier !

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Je rebondis sur les propos de MM. Dive et Potier. J'ai été président d'une communauté de communes : il s'agit d'un bon échelon pour travailler à ces questions, éviter la superposition des dynamiques, des PAT, selon la collectivité qui en a pris l'initiative. Certes, le sujet n'est pas abordé dans ce projet de loi, mais nous devons effectivement réfléchir à la manière de faire maturer les quelque 500 PAT existants.

M. Julien Dive s'exclame.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Vous déposerez aussi une proposition de loi, monsieur Dive !

Sourires.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Monsieur Potier, nous avons mis 80 millions d'euros sur la table pour soutenir les PAT. Dès cette année, 20 millions supplémentaires permettront de renforcer le pilotage de ceux qui n'ont pas encore abouti ou manquent de professionnalisation, car, comme M. Dive l'a souligné, il s'y trouve un peu de tout : certains, trop déclaratifs, doivent développer leur dimension opérationnelle.

Les amendements identiques n° 639 , 897 , 2355 et 3651 ne sont pas adoptés.

L'amendement n° 4378 n'est pas adopté.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. Mickaël Cosson, pour soutenir l'amendement n° 4629 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet amendement dû à Sophie Mette vise à préciser que les établissements de formation professionnelle agricole participent aux synergies entre territoires de France, riches de leurs terroirs, mais aussi entre États membres de l'Union européenne. Les professionnels de l'agriculture ne cesseront de s'entendre rappeler qu'ils doivent travailler avec l'Europe : autant le leur apprendre dès le début de leur formation.

Applaudissements sur les bancs du groupe Dem.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

L'amendement est satisfait : les alinéas 11 et 12 prévoient respectivement que ces établissements « contribuent à l'animation et au développement des territoires » et « participent à des actions de coopération internationale ». Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

En effet, l'amendement est satisfait.

« Oh ! » sur plusieurs bancs du groupe Dem.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

J'entends votre tristesse, mais même si votre proposition s'inscrit dans notre logique, son adoption alourdirait inutilement la rédaction de l'alinéa 11 et, comme la rapporteure l'a rappelé, l'alinéa 12 a trait à la coopération internationale, d'ailleurs au cœur de l'enseignement agricole depuis les lois des 9 juillet et 31 décembre 1984 portant respectivement rénovation de l'enseignement agricole public et réforme des relations entre l'État et les établissements d'enseignement agricole privés. Les établissements coopèrent avec de nombreux pays, en particulier européens. Je vous demanderai de retirer l'amendement ; à défaut, avis défavorable.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Suivant la sagesse qui guide toujours le Modem ,

Sourires sur les bancs du groupe Dem

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

je vais me plier à la recommandation du ministre et retirer l'amendement.

Applaudissements sur quelques bancs du groupe Dem.

L'amendement n° 4629 est retiré.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à M. David Taupiac, pour soutenir l'amendement n° 3976 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il tend à préciser que les actions de coopération internationale ne sont pas limitées aux échanges et à l'accueil d'élèves, apprentis, étudiants, stagiaires ou personnels, et peuvent prendre une dimension beaucoup plus large.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La rédaction actuelle prévoit seulement que de tels échanges soient favorisés : par conséquent, la précision n'est pas nécessaire. Demande de retrait ; à défaut, avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Le texte est le suivant : « Ils participent à des actions de coopération internationale, en favorisant les échanges et l'accueil d'élèves, d'apprentis, d'étudiants, de stagiaires et de personnels ». La coopération constitue l'objectif, les échanges et l'accueil sont des moyens de l'atteindre : l'amendement est satisfait. Je demande son retrait ; à défaut, avis défavorable.

L'amendement n° 3976 est retiré.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

La parole est à Mme Aurélie Trouvé, pour soutenir l'amendement n° 903 .

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il vise à supprimer des missions de l'enseignement agricole celle de répondre aux besoins en matière d'emploi. Loin d'une vision utilitariste, tendant à le soumettre aux fluctuations et exigences à court terme du marché de l'emploi, tout enseignement doit dispenser une excellence académique, technique, afin que les élèves soient en mesure de s'adapter aux enjeux présents et à venir. L'enseignement agricole a vocation à anticiper les besoins futurs de la société, non à répondre à ceux des employeurs d'aujourd'hui.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Il est au contraire cohérent de conserver les dispositions du texte : les actions répondant à la fois à l'objectif de professionnalisation des élèves et à l'impératif de souveraineté alimentaire doivent être encouragées. Il ne s'agit pas de se substituer au service public de l'emploi. Avis défavorable.

Debut de section - Permalien
Marc Fesneau, ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire

Même avis.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cet amendement aborde un point fondamental. Dans la logique de notre collègue, l'enseignement ne doit pas chercher à répondre aux besoins du marché du travail ; au contraire, un système d'enseignement réussi est précisément celui qui assure aux jeunes à la fois un emploi et la plus grande employabilité possible.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Au sein des établissements agricoles, on n'apprend pas seulement à répéter mécaniquement les gestes de la profession, mais aussi à gérer une exploitation, à développer une stratégie de filière ;…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…on apprend l'importance de la souveraineté alimentaire et le respect de l'environnement.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

C'est la combinaison de ces enseignements qui assure l'employabilité : j'en veux pour preuve le remarquable taux d'emploi des jeunes issus de ces établissements,…

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…ce dont nous pouvons nous féliciter. Votre refus absolu, dogmatique, de cette adéquation entre l'enseignement et le marché de l'emploi est gravissime :…

« C'est vrai ! » sur quelques bancs du groupe LR

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

…je suis donc franchement hostile à cet amendement.

Applaudissements sur les bancs du groupe LR. – Mme Stéphanie Galzy applaudit également.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Sans doute avez-vous mal compris notre amendement, madame Genevard ; en tout cas, vous en déformez le contenu.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

C'est ce que vous faites depuis une semaine !

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nous ne sommes pas opposés à l'adéquation des formations avec le marché de l'emploi.

Debut de section - PermalienPhoto issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

C'est ce qu'a dit votre collègue !