Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et juillet 2018

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par sort de l'amendement

Filtrer par député

Résultats 1 à 50 sur 262 triés par date — trier par pertinence

Amendement N° CE242 au texte N° 1135 - Article 11 ter (Sort indéfini)

Le présent amendement vise à rétablir l'interdiction des bouteilles d'eau plate en plastique dans le cadre des services de restauration collective mais en se limitant à la restauration collective scolaire. L'objectif de cet amendement est de mettre fin à la consommation d'eau en bouteille en plastique qui reste utilisée dans certaines écoles, tout en prévoyant une exception pour les communes non desservies par l'eau potable. Après l'alinéa 4, insérer les deux alinéas suivants :« 3° Après le troisième alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :« Au plus tard le 1er janvier 2020, il est mis fin à l'utilisation de bouteilles d'eau plate en plastique dans le ...

Consulter

Amendement N° CE256 au texte N° 1135 - Article 16 C (Sort indéfini)

Cet amendement vise à améliorer la rédaction de l'article 16C issu de l'examen du projet de loi par le Sénat. Parmi les mesures destinées à libérer le potentiel de la méthanisation, le groupe de travail sur la méthanisation a proposé la création d'un « droit à l'injection » dans les réseaux de gaz naturel dès lors que l'installation de méthanisation se situe à proximité d'un réseau existant, ceci afin d'éviter que des projets ne soient bloqués faute de capacités. Tout d'abord, il convient d'éviter que la création de ce droit à l'injection soit détournée de son objet pour réaliser des extensions des réseaux de gaz naturel en en faisant supporter les coûts par ...

Consulter

Amendement N° CE251 au texte N° 1135 - Article 14 sexies (Sort indéfini)

Cet amendement vise à rétablir l'article 14sexies tel qu'adopté en première lecture par l'Assemblée nationale en prévoyant de limiter cette expérimentation aux seuls produits autorisés en agriculture biologique ou faisant l'objet d'une certification du plus haut niveau d'exigence environnementale. Cette rédaction permet d'introduire une expérimentation à l'utilisation d'aéronefs télépilotés sur des surfaces agricoles présentant une pente supérieure ou égale à 30 % tout en la limitant à des produits autorisés en agriculture biologique ou faisant l'objet d'une certification du plus haut niveau d'exigence environnementale. Rédiger ainsi cet article :« Par ...

Consulter

Amendement N° CE253 au texte N° 1135 - Article 11 quaterdecies (Sort indéfini)

Cet amendement vise à rétablir cet article tel qu'adopté par l'Assemblée nationale en première lecture. Il a pour finalité de proposer une définition de la déforestation importée. Compte tenu de la gravité des effets de la déforestation tant sur le climat que sur la biodiversité, il vise ainsi à rétablir l'article 11 quaterdecies afin de définir cette notion, l'objectif étant en la matière que l'État soit exemplaire conformément à l'action 57 du Plan Biodiversité présenté par le Ministre d'État, Ministre de la transition écologique et solidaire. Rétablir cet article dans la rédaction suivante :« Le Gouvernement remet au Parlement, dans un délai de six mois ...

Consulter

Amendement N° CE244 au texte N° 1135 - Article 11 nonies E (Sort indéfini)

L'article 11 nonies E tel que modifié par le Sénat rend obligatoire l'étiquetage de l'origine des boissons spiritueuses sur la carte des restaurants comme le prévoit déjà le projet de loi pour les vins. Contrairement au vin, la définition de l'origine pour les boissons spiritueuses n'est pas encadrée par la réglementation européenne et cette mention n'est pas rendue obligatoire sur les contenants. Ainsi, cet amendement vise à rétablir l'article 11 nonies E tel qu'adopté en première lecture à l'Assemblée nationale afin que les professionnels indiquent de manière lisible sur les cartes, l'origine géographique des vins mis en vente sous forme de bouteille, de pichet et de ...

Consulter

Amendement N° CE247 au texte N° 1135 - Article 13 bis A (Sort indéfini)

Cet amendement vise à rétablir l'article 13bis A tel qu'adopté en première lecture à l'Assemblée nationale. Il vise ainsi à interdire la mise en production de tout bâtiment nouveau ou réaménagé d'élevage de poules pondeuses élevées en cage afin de permettre une transition, en lien avec la filière avicole, vers un modèle d'agriculture plus durable et respectueuse du bien-être animal. I. – À l'alinéa 2, substituer aux mots :« nouveau bâtiment »,les mots :« bâtiment nouveau ou réaménagé ».II. – Compléter cet article par l'alinéa suivant :« Les modalités d'application du présent article sont définies par décret. » Mme Limon, Mme Le Feur, ...

Consulter

Amendement N° CE248 au texte N° 1135 - Article 14 bis (Sort indéfini)

L'objectif de cet amendement est de réintroduire l'article 14bis tel que adopté par l'Assemblée Nationale en première lecture. En effet, aujourd'hui, les produits phytopharmaceutiques sont de plus en plus règlementés, notamment pour protéger le grand public : interdiction de la vente en libre-service, interdiction de la publicité, prochainement interdiction de la vente au grand public. Le projet de loi propose, dans son article 14 d'interdire l'ensemble des remises, rabais et ristournes sur les ventes de produits phytopharmaceutiques, dans le but de contribuer aux objectifs de réduction de leurs utilisations. Or, il existe d'autres produits chimiques dits biocides, qui ont un effet ...

Consulter

Amendement N° CE252 au texte N° 1135 - Article 16 D (Sort indéfini)

Conformément aux conclusions de l'atelier 3 des États Généraux de l'Alimentation, reprises pour partie dans la feuille de route de l'économie circulaire, annoncée par le Gouvernement le 23 avril 2018, il est prévu de mettre en place des sorties de statut de déchet adaptées pour les matières fertilisantes et supports de culture de qualité (hors boues de station d'épuration) issues du recyclage. Cet article adopté permet ainsi de sortir du statut de déchet les matières fertilisantes et supports de cultures, dans certaines conditions, et à l'exception des matières issues de la transformation de boues de station d'épuration seules ou en mélange avec d'autres matières. Cet ...

Consulter

Amendement N° CE249 au texte N° 1135 - Article 14 quater A (Sort indéfini)

Cet amendement vise à revenir à la rédaction de l'article 14 quater A telle qu'issue de la première lecture à l'Assemblée nationale. En effet, l'ajout du terme « à la commercialisation », relatif à la législation sanitaire, n'est pas pertinent et créé une distinction n'existant pas sur le plan de la législation sanitaire. Par ailleurs, l'ajout d'une déclaration dématérialisée préalable et gratuite des variétés, qui procède d'un souci d'information des utilisateurs et de transparence, est inutile, retarderait l'application de la loi et représenterait une charge administrative pour les opérateurs. Après la première occurrence du mot :« onéreux »,supprimer la ...

Consulter

Amendement N° CE241 au texte N° 1135 - Article 5 quater (Sort indéfini)

Cet amendement vise à rétablir la rédaction de l'article 5 quater tel qu'adopté en première lecture à l'Assemblée nationale. Cet article vise à renforcer les dispositions de l'article 1er relatif à l'inversion de la construction du prix en permettant à l'Observatoire de la formation de prix et des marges (OFPM) d'être saisi par l'un de ses membres, par le médiateur des relations commerciales agricoles ou par une organisation interprofessionnelle agricole afin de donner un avis sur des indicateurs de coûts de production ou des indicateurs de prix. Le Sénat a considéré qu'il fallait s'assurer que l'Observatoire de la formation des prix et des marges puisse fournir des ...

Consulter

Amendement N° CE246 au texte N° 1135 - Article 11 terdecies A (Sort indéfini)

Cet amendement vise à rétablir l'article 11 terdecies A tel qu'adopté par l'Assemblée nationale en première lecture. Il propose ainsi la publication d'un décret au plus tard le 1er janvier 2021 qui fixe les conditions dans lesquelles les signes d'identification de la qualité et de l'origine intègrent dans leurs cahiers des charges les dispositions pour que les exploitations concernées répondent aux exigences environnementales. Cela va dans le sens de la transformation de notre modèle agricole, tout en laissant un temps d'adaptation jusqu'en 2030. Rétablir cet article dans la rédaction suivante :« I. – Au plus tard le 1er janvier 2021, un décret fixe les conditions dans ...

Consulter

Amendement N° CE245 au texte N° 1135 - Article 11 duodecies (Sort indéfini)

Cet amendement vise à rétablir la rédaction de l'Assemblée Nationale après suppression du présent article par le Sénat. Le souhait d'une amplification de la démarche Haute Valeur Environnementale a été fortement exprimée lors des différents ateliers des États généraux de l'alimentation. Rétablir cet article dans la rédaction suivante :« Après la première phrase de l'article L. 611‑6 du code rural et de la pêche maritime, est insérée une phrase ainsi rédigée :« Cette certification concourt de façon majeure à la valorisation de la démarche agroécologique mentionnée au II de l'article L. 1. » Mme Limon, Mme Le Feur, Mme de Lavergne, M. Damien Adam, ...

Consulter

Amendement N° CE254 au texte N° 1135 - Article 11 nonies A (Sort indéfini)

Cet amendement vise à rétablir l'article 11 nonies A, tel qu'adopté en première lecture par l'Assemblée nationale. La présentation de certaines étiquettes donne à penser que le vin est français (nom typiquement français du domaine et du producteur, imagerie faisant référence à l'architecture et aux paysages français, etc.), alors que le vin que contient les bouteilles est issu par exemple d'Espagne ou d'autres pays de l'Union européenne. Si le pays d'origine est indiqué, il l'est généralement en petit, au dos de la bouteille, de manière peu lisible pour le consommateur qui est souvent induit en erreur et achète la bouteille en pensant que le vin est français. Ainsi, cet ...

Consulter

Amendement N° CE240 au texte N° 1135 - Article 11 bis A (Sort indéfini)

Cet amendement vise à rétablir l'article 11 bis A tel qu'adopté par l'Assemblée nationale en première lecture. Il vise à mettre en place, à titre expérimental, l'affichage de la composition des menus dans les services de restauration collective dont elles ont la charge, dans un soucis de transparence et d'information des consommateurs. Rétablir cet article dans la rédaction suivante :« Art. 11 bis A. – À titre expérimental, pour une durée de trois ans après la promulgation de la présente loi, l'État autorise les collectivités territoriales qui le demandent à rendre obligatoire l'affichage de la composition des menus dans les services de restauration collective dont ...

Consulter

Amendement N° CE243 au texte N° 1135 - Article 11 septies (Retiré avant séance)

Le présent amendement vise à rétablir l'article tel qu'adopté en première lecture par l'Assemblée nationale. Il vise à renforcer l'information des consommateurs en obligeant les opérateurs de plateforme en ligne, pour la vente de denrées alimentaires à faire figurer les informations liées au produit telles que citées au troisième alinéa de l'article L. 412-1 du code de la consommation. La vente en ligne ne doit pas constituer une zone de non-droit où les consommateurs ne sont pas librement informés des produits qu'ils achètent. Rétablir cet article dans la rédaction suivante :« I. – Après le premier alinéa de l'article L. 111‑1 du code la consommation, il est ...

Consulter

Amendement N° CE250 au texte N° 1135 - Article 14 septies (Sort indéfini)

Cet amendement vise à rétablir la rédaction telle qu'adoptée en première lecture par l'Assemblée Nationale. Il s'agit ici de ne pas contraindre la publication du décret à un avis de l'ANSES mais également à rétablir le mot « considérés », la rédaction adoptée par le Sénat risquant en effet de de restreindre le champ de définition des substances actives de la famille des néonicotinoïdes. Substituer aux alinéas 2 à 5 les 4 alinéas suivants :« 1° Après le premier alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :« L'utilisation de produits phytopharmaceutiques contenant une ou des substances actives présentant des modes d'action identiques à celles de ...

Consulter

Amendement N° 2189 au texte N° 911 - Article 11 (Sort indéfini)

Comme le Conseil d'État l'a bien noté, la réduction est directement liée à l'évolution du nombre de députés et sénateurs, prévue à la loi ordinaire. Il est anormal qu'une mesure constitutionnelle soit dictée par une simple loi. Avec la rédaction actuellement proposée, il faudrait de nouveau réviser la Constitution s'il était décidé à nouveau baisser ou d'augmenter le nombre de parlementaires, tout en conservant les proportions entre députés et sénateurs. Inscrire des proportions conserve les équilibres actuels (à quelques unités près) et protégera la constitution en cas d'évolution de la loi. Substituer aux mots :« quarante députés ou quarante sénateurs ...

Consulter

Amendement N° 2056 2ème rectif. au texte N° 911 - Après l'article 9 (Sort indéfini)

Aujourd'hui, le Parlement n'est pas en mesure de planifier de manière satisfaisante ses travaux d'évaluation ex ante et découvre, trop souvent, l'inscription à l'ordre du jour des projets de loi tardivement, ce qui empêche les députés et sénateurs de disposer du temps nécessaire pour préparer les débats. En effet, dans le cadre de la détermination de l'ordre du jour parlementaire, le Gouvernement ne transmet la liste des textes qu'il souhaite voir inscrits à l'ordre du jour que quelques semaines avant leur examen en séance publique. C'est pourquoi il est proposé la transmission d'un calendrier prévisionnel de mise en œuvre du programme gouvernemental tous les six mois, puis ...

Consulter

Amendement N° 2049 au texte N° 911 - Article 4 (Sort indéfini)

La procédure du temps législatif partagé (TLP) n'a pas eu l'effet positif que l'on attendait sur l'organisation de l'examen parlementaire. En effet, avec des durées globales de discussion très longues, le TLP n'a pas garanti une meilleure organisation de la semaine parlementaire. Il est proposé de lui substituer un « temps organisé » reposant sur une organisation plus structurée et resserrée des discussions. L'objectif est ainsi de rationaliser la discussion parlementaire, d'améliorer la qualité de la loi et de renforcer la prévisibilité des débats. Les acteurs du débat législatif, tout en voyant leur temps de parole « libéré », bénéficieraient d'une plus grande ...

Consulter

Amendement N° 2064 au texte N° 911 - Après l'article 2 (Sort indéfini)

Tandis que la logique sous-jacente à chacune de nos politiques sociales et sanitaires est restée la même depuis la création de la sécurité sociale, les défis sociaux et sanitaires auxquels nous sommes confrontés ne sont plus ceux de l'après-guerre. La population vieillit, les enjeux autour de la dépendance prennent de l'importance dans l'opinion, le boom des maladies chroniques appelle à une adaptation de notre système de santé. La période de vie en retraite s'est elle aussi allongée, et les retraites complémentaires ont pris une place plus importante comme compléments de revenu. Notre vie professionnelle n'est plus linéaire comme elle aurait pu l'être il y a quelques ...

Consulter

Amendement N° 2047 au texte N° 911 - Après l'article 2 (Sort indéfini)

Cet amendement a pour objet de prévoir que la loi fixe les règles concernant la protection des données à caractère personnel. Avec le développement des techniques, les données personnelles des citoyens se retrouvent en effet collectées, traitées et utilisées dans des bases de données, objets d'appropriation privative par des structures commerciales, qui les détiennent comme de simples actifs et les négocient ensuite, souvent sans traçabilité. Les conditions de saisie et d'exploitation de ces données doivent être encadrées, d'une part, pour assurer la protection de l'identité et de la vie privée des personnes concernées et, d'autre part, pour réguler le pouvoir ...

Consulter

Amendement N° 2192 au texte N° 911 - Après l'article 4 (Sort indéfini)

Le plafonnement constitutionnel du nombre de commissions empêche les commissions permanentes de créer des sous-commissions, qui exerceraient un contrôle renforcé sur l'action du gouvernement. A défaut de mention explicite dans la Constitution, le Conseil constitutionnel censurerait la création de sous-commissions comme un contournement du plafonnement constitutionnel du nombre de commissions. Il est donc proposé par cet amendement de donner de la souplesse à l'organisation des commissions en leur permettant de se spécialiser en sous-commissions thématiques qui restent toutes sous l'autorité des commissions. Le premier alinéa de l'article 43 de la Constitution est complété par ...

Consulter

Amendement N° 2190 au texte N° 911 - Après l'article 4 (Sort indéfini)

Cet amendement vise à permettre la création de quatre commissions supplémentaires dans chaque assemblée, afin de soulager les commissions qui mobilisent une partie très importante de l'ordre du jour et de permettre de constituer des commissions permanentes pour des domaines aujourd'hui insuffisamment suivis. Une solution idéale pour la liberté d'organisation de chaque assemblée aurait été de conférer à leur règlement respectif le soin de fixer le nombre des commissions permanentes. Tel est en effet le cas dans la totalité des Parlements comparables à la France. Si cette limitation constituait, en 1958, un élément du parlementarisme rationalisé, visant à éviter que les ...

Consulter

Amendement N° 2221 au texte N° 911 - Article 4 (Sort indéfini)

La révision constitutionnelle de 2008 a consacré encore un peu plus le rôle des commissions permanentes dans le cadre du processus législatif. Or, le délai de quatre à six semaines entre le dépôt d'un texte et son examen continue d'être lié à la séance. Le présent amendement vise donc à ce que ce délai entre le dépôt et l'examen du texte concerne la commission. Il permettra ainsi aux commissions de disposer d'un délai suffisamment long pour conduire des travaux préparatoires et éclairer les parlementaires sur l'ensemble des enjeux du texte. Avant l'alinéa 1, insérer l'alinéa suivant :« I A . – À la première phrase du troisième alinéa de l'article 42 de la ...

Consulter

Amendement N° 2079 au texte N° 911 - Après l'article 7 (Sort indéfini)

La Cour des comptes contribue considérablement à la qualité de l'action publique, par l'indépendance et l'exigence qui sont les siennes depuis plus de 210 ans. La reconnaissance de sa mission dans l'évaluation des politiques publiques a été formalisée en particulier par la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 de modernisation des institutions de la Ve République. Il convient pour autant de bien recontextualiser l'apport de la Cour en insistant sur la diversité indispensable des méthodes d'évaluation des politiques publiques. Comme le rappellent Mme Desplatz et Monsieur Ferracci, la diversité de méthodes économiques d'évaluation demeure autant nécessaire que source de ...

Consulter

Amendement N° 2219 rectifié au texte N° 911 - Article 4 (Retiré avant séance)

Le présent amendement vise à inscrire dans la Constitution la faculté pour les assemblées de fixer une durée globale et adaptée pour la discussion de tout ou partie d'un texte en séance et de le ventiler entre les groupes politiques selon une clé de répartition représentative de la configuration politique de celles-ci et dans le respect des groupes minoritaires et d'opposition. La procédure du « temps législatif programmé », instituée en 2009, a connu des pratiques diverses ; elle constitue un outil qui favorise à la fois la qualité et l'efficacité des débats. La qualité, parce que les députés et les groupes politiques peuvent passer plus de temps sur les amendements ...

Consulter

Amendement N° 2220 au texte N° 911 - Après l'article 4 (Retiré avant séance)

Si l'article 13 de la loi organique du 15 avril 2009 prévoit un délai au-delà duquel sont seuls recevables les amendements déposés par le Gouvernement ou la commission saisie au fond, l'objet du présent amendement est de conditionner cette faculté pour le Gouvernement à l'accord de la commission. En effet, ce dépôt d'amendements « hors délai » ne laisse à la fois pas le temps nécessaire aux parlementaires pour expertiser ces nouveaux amendements, et demeure une source constante de tensions entre le Parlement et le Gouvernement. Le présent amendement propose donc de rééquilibrer les prérogatives du Parlement et du Gouvernement en la matière en permettant au règlement de ...

Consulter

Amendement N° 2218 au texte N° 911 - Après l'article 1er (Sort indéfini)

Le présent amendement s'inscrit dans une volonté de réorganiser le temps parlementaire pour le rendre plus cohérent et raisonnable. Dès lors, les sessions ordinaires sont allongées d'une durée d'un mois et le Gouvernement n'a plus la possibilité de décider de la tenue de jours supplémentaires de séance en l'absence de circonstances exceptionnelles. En effet, depuis plusieurs années, les sessions extraordinaires sont devenues systématiques et la session ordinaire de neuf mois ne trouve plus sa justification, de même que le « verrou constitutionnel » des 120 jours de séance. Il s'agit donc, par cet amendement, d'assurer une plus grande flexibilité du calendrier parlementaire ...

Consulter

Amendement N° CL262 au texte N° 1106 - Article 19 ter (Sort indéfini)

Le présent amendement a pour objet de rétablir l'article adopté par l'Assemblée nationale en première lecture et supprimé par le Sénat. Il aménage le régime d'exemption pénale prévu à l'article L. 622‑4 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile relatif à l'aide au séjour des étrangers en situation irrégulière. Dans le droit fil des orientations fixées par le Président de la République et de la décision du Conseil constitutionnel du 6 juillet 2018, il vise à garantir qu'une personne portant secours à un étranger en détresse ou encore le conduisant, sur le territoire national et sans contrepartie, par exemple vers un hôpital, ne fasse ...

Consulter

Amendement N° CL261 au texte N° 1106 - Article 15 quater (Retiré avant séance)

Le présent amendement entend préciser l'encadrement de la durée maximale de rétention de l'étranger accompagné d'un mineur en limitant à cinq jours la durée de la prolongation de la rétention, après la phase initiale de quarante-huit heures. En cas de comportement d'obstruction à l'exécution de la mesure d'éloignement, une nouvelle prolongation de cinq jours pourra être accordée à titre exceptionnel. Rédiger ainsi cet article : Après l'article L. 552‑7 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, il est inséré un article L. 552‑7‑1 ainsi rédigé :« Art. L. 552‑7‑1. – Lorsqu'un étranger maintenu en rétention est accompagné ...

Consulter

Amendement N° 338 au texte N° 911 - Article 5 (Sort indéfini)

L'article 5 du projet de loi abrège la navette parlementaire en permettant, après l'échec d'une commission mixte paritaire, que l'Assemblée nationale ait le dernier mot à l'issue d'une unique lecture par le Sénat, contre une lecture par chaque chambre aujourd'hui. Alors qu'il s'exerçait normalement en nouvelle lecture, lors de cette lecture définitive, le droit d'amendement sera strictement limité. Il sera possible de reprendre des amendements adoptés par le Sénat sur le texte en discussion au cours de la lecture qui a immédiatement précédé ou des amendements ayant été déposés mais non adoptés par le Sénat, mais sous réserve de l'accord du Gouvernement. Dans ces ...

Consulter

Amendement N° 344 au texte N° 911 - Article 8 (Sort indéfini)

Dans la mesure où ce dispositif, nécessaire et utile, ouvre un droit de priorité élargi de l'exécutif sur l'ordre du jour, il doit être d'une application circonscrite à un nombre de fois limité afin que les parlementaires conservent la maitrise des semaines réservées aux assemblées. Après la seconde occurrence du mot :« mots : « »,insérer les mots :« et, dans la limite de deux textes par session ». M. Ferrand, M. Fesneau, Mme Braun-Pivet, M. Houlié, M. Euzet, Mme Moutchou, Mme Abadie, Mme Abba, M. Damien Adam, M. Lénaïck Adam, M. Ahamada, M. Alauzet, Mme Ali, Mme Amadou, M. Anato, M. André, M. Anglade, M. Ardouin, M. Arend, M. Attal, Mme Avia, M. ...

Consulter

Amendement N° 348 au texte N° 911 - Article 9 (Sort indéfini)

L'article 48 de la Constitution prévoit que deux semaines de séance sur quatre sont réservées par priorité à l'examen des textes dont l'inscription à l'ordre du jour est demandée par le Gouvernement. Les deux autres semaines sont réservées par priorité aux assemblées, dont l'une est consacrée au contrôle de l'action du Gouvernement et à l'évaluation des politiques publiques. Le projet de loi élargit le champ de l'ordre du jour prioritaire de la semaine de contrôle et d'évaluation, pour y inclure « l'examen des projets et propositions de loi en résultant ». Puisqu'il appartient au Parlement de contrôler l'action du Gouvernement, il est proposé par le présent ...

Consulter

Amendement N° 347 au texte N° 911 - Après l'article 9 (Sort indéfini)

Dans la perspective du renforcement des pouvoirs du Parlement pour le contrôle de l'action du Gouvernement et l'évaluation des politiques publiques, le présent amendement propose de systématiser l'audition du ministre chargé de l'application d'une loi par la commission permanente de chaque assemblée à l'issue de six mois à compter de la date de promulgation. Ce rendez-vous régulier permettra un meilleur suivi de la parution des règlements d'application et un contrôle de leur adéquation avec la volonté exprimé par le législateur au cours des débats. Après l'article 51-2 de la Constitution, il est inséré un article 51‑3 ainsi rédigé :« Art. 51‑3. – Le ...

Consulter

Amendement N° 346 au texte N° 911 - Après l'article 9 (Sort indéfini)

Le présent amendement fait sienne une proposition du groupe de travail du Bureau de l'Assemblée nationale sur les moyens de contrôle et d'évaluation, présidé par M. Jean-Noël Barrot sur le rapport de M. Jean-François Éliaou. Pour ce faire, il modifie l'article 51‑2 de la Constitution relatif aux modalités de création et de fonctionnement des commissions d'enquête parlementaires, modalités qui figurent au dernier alinéa de la rédaction proposée. Au premier alinéa seraient affirmées les prérogatives des instances des assemblées parlementaires pour l'exercice de leur mission de contrôle et d'évaluation des politiques publiques. Elles pourraient ainsi convoquer toute ...

Consulter

Amendement N° 327 au texte N° 911 - Avant l'article 1er (Tombe)

Le terme de « race » a été introduit dans la Constitution en 1946, après le nazisme, pour indiquer que toute race était égale, pour mettre fin aux discriminations et rejeter les théories racistes. Toutefois, la persistance de sa mention est aujourd'hui mal comprise, à rebours de l'intention initiale. Il est donc proposé de supprimer ce terme de l'article premier. À la deuxième phrase du premier alinéa de l'article 1er de la Constitution, les mots : « , de race » sont supprimés. M. Ferrand, Mme Braun-Pivet, M. Fesneau, M. Eliaou, M. Dunoyer, M. Gomès, Mme Sage, M. Charles de Courson, M. Lagarde, Mme Auconie, M. Becht, M. Benoit, M. Bournazel, M. Guy Bricout, M. Christophe, ...

Consulter

Amendement N° 328 au texte N° 911 - Avant l'article 1er (Adopté)

La préservation de l'environnement constitue l'un des plus grands défis auxquels doivent faire face nos sociétés contemporaines. Les deux grandes crises environnementales globales, le changement climatique et l'érosion de la biodiversité menacent la paix et la sécurité, et leur résolution conditionne grandement l'avenir de l'humanité. La volonté, partagée au niveau international, d'agir afin de mieux préserver notre environnement a été traduite par de nombreux accord internationaux, portant en particulier sur l'action contre les changements climatiques et plus globalement sur le développement durable, avec l'Agenda 2030. La France a, notamment par l'organisation de la COP ...

Consulter

Amendement N° 343 rectifié au texte N° 911 - Après l'article 9 (Sort indéfini)

Aujourd'hui, le Parlement n'est pas en mesure de planifier de manière satisfaisante ses travaux d'évaluation ex ante et découvre, trop souvent, l'inscription à l'ordre du jour des projets de loi tardivement, ce qui empêche les députés et sénateurs de disposer du temps nécessaire pour préparer les débats. En effet, dans le cadre de la détermination de l'ordre du jour parlementaire, le Gouvernement ne transmet la liste des textes qu'il souhaite voir inscrits à l'ordre du jour que quelques semaines avant leur examen en séance publique. C'est pourquoi il est proposé la transmission d'un calendrier prévisionnel de mise en œuvre du programme gouvernemental tous les six mois, puis ...

Consulter

Amendement N° CL887 au texte N° 911 - Après l'article 9 (Adopté)

Dans la perspective du renforcement des pouvoirs du Parlement pour le contrôle de l'action du Gouvernement et l'évaluation des politiques publiques, le présent amendement propose de systématiser l'audition du ministre chargé de l'application d'une loi par la commission permanente de chaque assemblée à l'issue de six mois à compter de la date de promulgation. Ce rendez-vous régulier permettra un meilleur suivi de la parution des règlements d'application et un contrôle de leur adéquation avec la volonté exprimé par le législateur au cours des débats. Après l'article 51-2 de la Constitution, il est inséré un article 51‑3 ainsi rédigé :« Art. 51‑3. – Le ...

Consulter

Amendement N° CL893 au texte N° 911 - Après l'article 9 (Adopté)

Le présent amendement fait sienne une proposition du groupe de travail du Bureau de l'Assemblée nationale sur les moyens de contrôle et d'évaluation, présidé par M. Jean-Noël Barrot sur le rapport de M. Jean-François Éliaou. Pour ce faire, il modifie l'article 51‑2 de la Constitution relatif aux modalités de création et de fonctionnement des commissions d'enquête parlementaires, modalités qui figurent au dernier alinéa de la rédaction proposée. Au premier alinéa seraient affirmées les prérogatives des instances des assemblées parlementaires pour l'exercice de leur mission de contrôle et d'évaluation des politiques publiques. Elles pourraient ainsi convoquer toute ...

Consulter

Amendement N° CL658 au texte N° 911 - Article 14 (Tombe)

L'Assemblée Nationale demeurant l'instance de représentation de la Nation, elle demeure le destinataire premier et ultime des pétitions populaires. À la première phrase de l'alinéa 7, substituer aux mots :« peut être saisie par voie de pétition »les mots :« instruit les pétitions adressées au Parlement ». M. Euzet

Consulter

Amendement N° 107 rectifié au texte N° 1082 - Article 1er (Adopté)

Cet amendement vise à introduire un assouplissement au dispositif de minorité de blocage de l'article 1er. Les communes, membres d'une communauté de communes, qui ont déjà transférées à cette dernière les missions relatives au service public d'assainissement non collectif, pourront faire valoir une minorité de blocage pour le transfert du reste des compétences eau et assainissement. Il est justifié que ces communes disposent du même délai supplémentaire que les communes n'ayant transféré aucune compétence, même en partie, alors mêmes qu'elles peuvent être soumises aux mêmes problématiques. Après l'alinéa 1, insérer l'alinéa suivant :« Les dispositions du ...

Consulter

Amendement N° CL873 au texte N° 911 - Après l'article 7 (Adopté)

Aujourd'hui, le Parlement n'est pas en mesure de planifier de manière satisfaisante ses travaux d'évaluation ex ante et découvre, trop souvent, l'inscription à l'ordre du jour des projets de loi tardivement, ce qui empêche les députés et sénateurs de disposer du temps nécessaire pour préparer les débats. En effet, dans le cadre de la détermination de l'ordre du jour parlementaire, le Gouvernement ne transmet la liste des textes qu'il souhaite voir inscrits à l'ordre du jour que quelques semaines avant leur examen en séance publique. C'est pourquoi il est proposé la transmission d'un calendrier prévisionnel de mise en œuvre du programme gouvernemental tous les six mois, puis ...

Consulter

Amendement N° CL880 au texte N° 911 - Article 9 (Adopté)

L'article 48 de la Constitution prévoit que deux semaines de séance sur quatre sont réservées par priorité à l'examen des textes dont l'inscription à l'ordre du jour est demandée par le Gouvernement. Les deux autres semaines sont réservées par priorité aux assemblées, dont l'une est consacrée au contrôle de l'action du Gouvernement et à l'évaluation des politiques publiques. Le projet de loi élargit le champ de l'ordre du jour prioritaire de la semaine de contrôle et d'évaluation, pour y inclure « l'examen des projets et propositions de loi en résultant ». Puisqu'il appartient au Parlement de contrôler l'action du Gouvernement, il est proposé par le présent ...

Consulter

Amendement N° CL890 au texte N° 911 - Article 8 (Adopté)

Dans la mesure où ce dispositif, nécessaire et utile, ouvre un droit de priorité élargi de l'exécutif sur l'ordre du jour, il doit être d'une application circonscrite à un nombre de fois limité afin que les parlementaires conservent la maitrise des semaines réservées aux assemblées. Avant le mot :« , des »,insérer les mots :« et, dans la limite de deux textes par session ». M. Houlié, M. Euzet, Mme Moutchou, Mme Abadie, Mme Abba, M. Damien Adam, M. Lénaïck Adam, M. Ahamada, M. Alauzet, Mme Ali, Mme Amadou, M. Anato, M. André, M. Anglade, M. Ardouin, M. Arend, M. Attal, Mme Avia, M. Bachelier, Mme Bagarry, M. Baichère, M. Barbier, M. Batut, Mme ...

Consulter

Amendement N° CL902 au texte N° 911 - Après l'article 7 (Retiré)

Cet amendement vise à renforcer l'effectivité des prérogatives du Parlement en matière d'évaluation des politiques publiques pour lui permettre de mener à bien ses missions. Dans ce cadre, il est opportun de rapprocher la Cour des comptes du Parlement. En effet, l'article 47-2 de la Constitution concerne le rôle d'assistance de la Cour des comptes auprès du Parlement. Comme l'a souligné le groupe de travail de l'Assemblée consacré aux moyens d'évaluation et de contrôle, cet article place à égalité le Gouvernement et le Parlement, qui bénéficie tous deux de l'assistance de la Cour des comptes dans le contrôle des lois et l'évaluation des politiques publiques. Dans les ...

Consulter

Amendement N° CL655 au texte N° 911 - Après l'article 7 (Non soutenu)

Il s'agit d'améliorer les instruments de contrôle et d'évaluation à la disposition du Parlement afin de lui permettre de s'en acquitter au mieux, conformément aux exigences démocratiques modernes. Après l'article 47‑2 de la Constitution, il est inséré un article 47‑3 ainsi rédigé :« Art. 47‑3. – Dans le cadre de ses missions de contrôle de l'action du Gouvernement et d'évaluation des politiques publiques, le Parlement :« 1° Est destinataire des données élaborées et conservées par les administrations nécessaires à l'évaluation des politiques publiques, dans les conditions prévues par la loi organique ;« 2° Peut, par dérogation au second ...

Consulter

Amendement N° CL660 au texte N° 911 - Article 8 (Non soutenu)

Dans la mesure où ce dispositif, nécessaire et utile, permet l'immixtion de l'exécutif dans la semaine consacrée à l'évaluation, il doit être d'une application circonscrite à un nombre de fois limité. Rédiger ainsi cet article :« Au troisième alinéa de l'article 48 de la Constitution, après le mot : « et, », sont insérés les mots suivants : « dans la limite de deux textes par session, des textes relatifs à la politique économique, sociale ou environnementale, déclarés prioritaires par le Gouvernement sans que les Conférences des présidents s'y soient conjointement opposées, ainsi que, ». » M. Euzet

Consulter

Amendement N° CL653 au texte N° 911 - Après l'article 4 (Non soutenu)

Il s'agit ici d'encadrer la possibilité de déposer des amendements de dernière minute jusqu'ici accordée au Gouvernement. L'amendement peut être considéré comme un amendement de précaution visant à ouvrir la possibilité, dans le cadre de la réfection du règlement de l'assemblée, du dépôt d'amendements hors délai dans le cas d'un accord entre le Gouvernement et le rapporteur du texte. Le premier alinéa de l'article 44 de la Constitution est complété par une phrase ainsi rédigée : « Le règlement de chaque assemblée fixe les conditions dans lesquelles les amendements du Gouvernement et des membres du Parlement cessent d'être recevables. » M. Euzet

Consulter

Amendement N° CL1191 au texte N° 911 - Après l'article 4 (Retiré)

Le présent amendement vise à inscrire dans la Constitution la faculté pour les assemblées de modifier les conditions d'application du « temps législatif programmé » dont l'application est aujourd'hui insatisfaisante, afin de rationaliser la discussion parlementaire, d'améliorer la qualité de la loi et de renforcer la prévisibilité des débats. Il s'agit d'une solution qui a trois effets principaux : - Elle rend obsolète la solution du filtrage accru des amendements en fonction de leur lien direct ou indirect avec le texte, et plus acceptable l'irrecevabilité prévue à l'article 40 de la Constitution. Cette solution est en phase avec le principe de liberté individuelle des ...

Consulter