Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et janvier 2019

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par sort de l'amendement

Filtrer par député

Résultats 1 à 50 sur 1147 triés par date — trier par pertinence

Amendement N° 389 au texte N° 1482 - Article 3 (Sort indéfini)

L'amélioration de la connaissance des validations annuelles et des prélèvements réels de la chasse sur certaines espèces, en rendant obligatoire la transmission des prélèvements, est essentielle à l'analyse de l'impact de ce facteur sur l'état de conservation des espèces et facilite les contrôles de police de l'environnement. Le transfert au nouvel établissement de la gestion du fichier central des validations de permis de chasser nécessitera un décret en Conseil d'État pris après avis de la Commission nationale de l'informatique et des libertés, de même que la mise en place de l'obligation de transmission des données de prélèvements de certaines espèces aux ...

Consulter

Amendement N° 621 rectifié au texte N° 1548 - Article 6 (Sort indéfini)

Le présent amendement procède de la discussion qui a eu lieu en commission des Lois lors de l'examen de l'article 6 en nouvelle lecture. En première lecture, l'Assemblée nationale avait évoqué les cas complexes où l'organisme débiteur de prestations familiales peut difficilement constater l'évolution des ressources des parents ou l'évolution, par accord des parties, des modalités d'accueil de l'enfant, en souhaitant que cet organisme puisse décliner sa compétence et inviter les parties à suivre la procédure normale devant le juge aux affaires familiales. A cette fin, l'Assemblée nationale a prévu d'ouvrir la contestation devant le juge de la décision et non, comme il ...

Consulter

Amendement N° 622 au texte N° 1548 - Article 6 (Sort indéfini)

Cet amendement clarifie le fait que l'organisme compétent pour modifier le montant d'une contribution à l'entretien et à l'éducation des enfants n'a pas de pouvoir d'appréciation des évolutions qui peuvent justifier la modification du montant de la contribution. En effet, compte-tenu des prérogatives confiées de manière expérimentale à l'organisme compétent (en l'occurrence le Directeur de CAF), il est nécessaire que le texte soit précis et ne laisse pas de doute quant aux marges de décision. En aucun cas, il ne peut se substituer à un juge par l'usage d'un pouvoir d'appréciation, il doit se contenter de constater les évolutions de revenus. S'il apparaît que cette ...

Consulter

Amendement N° 388 au texte N° 1482 - Article 1er (Sort indéfini)

Il est important de préciser que les instances de la pêche de loisir soient représentées dans le deuxième collège mais il est plus important encore que les instances cynégétiques soient bien mises en valeur. L'ordre d'énumération des représentants dans ce collège montre symboliquement l'importance des instances représentées. Par ailleurs, le terme « cynégétique » semble plus adéquat que le mot « chasse » pour qualifier les groupements de chasseurs. Tel est l'objet du présent amendement. Après le mot :« naturels »,rédiger ainsi la fin de l'alinéa 27 :« , des instances cynégétiques et des instances de la pêche de loisir ; ». Mme Lasserre-David, M. ...

Consulter

Amendement N° 386 au texte N° 1482 - Article 1er (Sort indéfini)

L'Agenda 2030 et les objectifs de développement durable qui en découlent présentent une conception profondément novatrice du développement durable. Il associe à la lutte contre l'extrême pauvreté la préservation de la planète face aux dérèglements climatiques ; il transcende les enjeux de développement durable de l'ensemble des pays de la planète dans une démarche globale et universelle et il est le fruit d'une consultation inédite de l'ensemble des acteurs chargés d'assurer la réussite de la transition écologique et solidaire, que ce soit la société civile, le secteur privé ou encore les collectivités locales. Les 17 Objectifs de Développement Durable sont divisés ...

Consulter

Amendement N° 620 au texte N° 1548 - Article 38 (Sort indéfini)

Par cet amendement, il est proposé de maintenir l'actuelle limitation du champ d'application de la composition pénale aux délits punis d'une peine d'emprisonnement inférieure ou égale à cinq ans. La composition pénale permet au procureur de la République de proposer une sanction, consistant en une amende ou en une ou plusieurs obligations de faire ou de s'abstenir, à une personne qui, ayant reconnu être l'auteur d'un ou plusieurs délits, est invitée à donner son accord à cette sanction. En cas d'accord de l'intéressé, la composition est soumise au président du tribunal pour validation. Si, après validation, la personne exécute les mesures proposées, l'action publique est ...

Consulter

Amendement N° 624 au texte N° 1548 - Article 53 (Sort indéfini)

Cet amendement introduit l'obligation de consulter les conseils de juridiction des tribunaux judiciaires concernés par toute proposition de spécialisation départementale réalisée par les chefs de cour d'appel au pouvoir réglementaire, et avant toute attribution de nouvelle compétence aux chambres de proximité par les chefs de cours. Il renforce ainsi la prise en compte des demandes et des besoins des territoires, notamment exprimés par les professions judiciaires et les élus locaux. I. – À l'alinéa 33, après le mot :« juridiction »,insérer les mots :« et des conseils de juridiction ».II. – En conséquence, procéder à la même insertion à l'alinéa 35. III. ...

Consulter

Amendement N° 623 au texte N° 1548 - Article 14 (Sort indéfini)

Cet amendement vise à permettre aux justiciables de bénéficier d'un traitement uniforme de leur opposition à injonction de payer quel qu'en soit le motif. Que l'opposition vise le fond de l'injonction de payer ou l'octroi de délais de paiement uniquement, elle fera donc l'objet d'un débat contradictoire devant le tribunal territorialement compétent. I. – Supprimer l'alinéa 5. II – En conséquence, supprimer l'alinéa 8. III. – En conséquence, à l'alinéa 9, supprimer les mots :« , autres que celles tendant exclusivement à l'obtention de délais de paiement, ». M. Latombe, M. Balanant, M. Bru, Mme Florennes, Mme Jacquier-Laforge, Mme Vichnievsky, Mme Bannier, M. ...

Consulter

Amendement N° 387 au texte N° 1482 - Article 1er (Sort indéfini)

Le code de l'environnement disposait que l'Agence française de la biodiversité gère et restaure les espaces naturels. La mission de restauration de la biodiversité est indispensable pour répondre aux différents objectifs fixés par le présent projet de loi pour la nouvelle agence. Il importe qu'elle soit présente dans les missions du nouvel opérateur. Par ailleurs, tel que l'article 1er est actuellement rédigé, l'Office français de la biodiversité assure une mission de gestion des espaces naturels et propose un appui à leur gestion. Ces deux notions sont redondantes. Il serait plus pertinent que le nouvel opérateur gère ces espaces et propose un appui à leur organisation et ...

Consulter

Amendement N° 625 au texte N° 1548 - Article 35 (Sort indéfini)

En vertu de l'article 706‑71 du code de procédure pénale, le recours à la visioconférence peut être autorisé par la juridiction pour le placement en détention provisoire du mis en examen ou pour la prolongation de cette mesure. L'intéressé a toutefois le droit de s'y opposer et d'obtenir ainsi que la décision soit prise au cours d'une audience où il est physiquement présent devant le juge, sauf en cas de risques graves d'évasion ou de trouble à l'ordre public. Le projet de loi propose de supprimer ce droit du mis en examen, pour ce qui concerne les audiences où il est statué sur la prolongation de sa détention provisoire, la visioconférence pouvant désormais lui être ...

Consulter

Sous-Amendement N° 1431 à l'amendement N° 967 au texte N° 1490 - Article 60 (Adopté)

Le présent amendement propose de reprendre les dispositions de l'alinéa 15 de l'article 60, telles qu'adoptées par l'Assemblée nationale en première lecture avant son examen au Sénat, à savoir celles visant à préciser que les produits à base d'huile de palme ne sont pas considérés comme des biocarburants. Il permet ainsi d'exclure l'huile de palme de la minoration du taux de prélèvement supplémentaire de taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) prévue pour les biocarburants. Cette exclusion est fixée au 1er janvier 2020. Depuis plusieurs années, l'huile de palme est utilisée de manière croissante dans les carburants. Or, l'extension des plantations de ...

Consulter

Amendement N° 789 au texte N° 1490 - Article 29 ter (Adopté)

Le présent amendement propose de rétablir le texte de l'Assemblée nationale, qui a adopté en séance, en première lecture, un amendement visant à fermer le dispositif d'abattement pour vétusté prévu à l'article 224 du code des douanes. Le dispositif en vigueur permet aux détenteurs de navires vieux de plus de 10 ans de bénéficier d'un abattement sur le montant du droit annuel de francisation et de navigation (DAFN) dont ils sont redevables. Or, ce dispositif d'abattement apparaît de plus en plus inopportun à mesure que le produit du DAFN diminue. Pour 2018, le rendement du DAFN a été évalué à 38,2 millions d'euros. Il n'atteint donc pas le montant plafond affectable au ...

Consulter

Sous-Amendement N° 1332 à l'amendement N° 967 au texte N° 1490 - Article 60 (Tombe)

Depuis plusieurs années, l'huile de palme est utilisée de manière croissante dans les carburants. Or, l'extension des plantations de palmiers à huile concourt à la déforestation dans les pays du Sud. De plus, si l'effet des changements d'affectation des sols indirects (CASI), causés par l'augmentation de cette pression foncière, était pris en compte dans le bilan gaz à effet de serre, les biocarburants à base d'huile de palme seraient les plus nocifs pour le climat. Le présent amendement propose de revenir à la rédaction de l'alinéa 15 de l'article 60, telle qu'adoptée par l'Assemblée nationale en première lecture avant son examen au Sénat. Il permet d'exclure l'huile de ...

Consulter

Sous-Amendement N° 1430 à l'amendement N° 967 au texte N° 1490 - Article 60 (Rejeté)

Le présent sous-amendement a pour objet de favoriser le développement de sources d'énergie d'origine biologique dans le secteur des transports. L'utilisation des biocarburants constitue l'un des atouts majeurs de la France au regard de ses ambitions en matière de transition tant énergétique qu'écologique. Elle permettrait de répondre à des enjeux cruciaux en terme d'indépendance énergétique de la France vis-à-vis des pays pétroliers mais également du point de vue des impératifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour lesquels la France s'est hissée en leader incontournable des négociations internationales. Ce rôle oblige la France à un devoir ...

Consulter

Amendement N° 946 au texte N° 1490 - Article 56 nonies (Adopté)

Le présent amendement vise à revenir sur une différence de traitement fiscal entre personnes publiques et personnes privées exploitants de ports, instaurée par l'article 1449, 2° du code général des impôts. En effet, en droit positif, sont exonérés de la cotisation foncière des entreprises, “[l]es grands ports maritimes, les ports autonomes, ainsi que les ports gérés par des collectivités territoriales, des établissements publics ou des sociétés d'économie mixte, à l'exception des ports de plaisance”. A contrario, les ports gérés par une personne privée ne bénéficient pas de cette exonération. Dans une décision en date du 21 septembre 2018 (QPC n° ...

Consulter

Amendement N° 782 au texte N° 1490 - Article 56 nonies (Adopté)

Le présent amendement vise à revenir sur une différence de traitement fiscal entre personnes publiques et personnes privées exploitants de ports, instaurée par l'article 1449, 2° du code général des impôts. En effet, en droit positif, sont exonérés de la cotisation foncière des entreprises, “[l]es grands ports maritimes, les ports autonomes, ainsi que les ports gérés par des collectivités territoriales, des établissements publics ou des sociétés d'économie mixte, à l'exception des ports de plaisance”. A contrario, les ports gérés par une personne privée ne bénéficient pas de cette exonération. Dans une décision en date du 21 septembre 2018 (QPC n° ...

Consulter

Amendement N° 1164 au texte N° 1490 - Article 74 bis (Adopté)

Dans le cadre de la politique du Gouvernement en faveur des cœurs de ville, l'article 74 bisdu présent projet de loi de finances pour 2019 crée un dispositif d'incitation à la réalisation de travaux de rénovation, dont la liste sera fixée par décret, au sein des logements mis en location. Le présent amendement vise à y apporter une clarification rédactionnelle à cet article, en retenant la notion de travaux de « rénovation » plutôt que d'« amélioration », dans le but de prévenir tout risque de confusion avec la notion de travaux d'amélioration au sens des règles de déduction en matière de revenus fonciers. À la première phrase de l'alinéa 4, substituer aux mots ...

Consulter

Amendement N° 1166 au texte N° 1490 - Article 74 bis (Adopté)

L'article 74bis du présent projet de loi de finances pour 2019 crée un dispositif d'incitation à la réalisation de travaux de rénovation des logements anciens mis en location dans les centres-villes des 222 communes couvertes par le programme Action Coeur de Ville (ACV) ou des communes ayant conclu une convention d'opération de revitalisation de territoire (ORT). Le présent amendement apporte une clarification rédactionnelle à l'article 74bis tel qu'adopté par le Sénat afin de préciser que le champ d'application géographique du dispositif concerne les logements situés dans les centres-villes de ces communes. Rédiger ainsi l'alinéa 8 :« IVbis. – La réduction d'impôt ...

Consulter

Amendement N° 1163 au texte N° 1490 - Article 56 octies (Adopté)

Le 1° de l'article 1382 du code général des impôts (CGI) exonère de taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) les immeubles qui sont la propriété d'un établissement public de santé, lorsque ces immeubles ne sont pas productifs de revenus et sont affectés à un service public ou d'utilité générale. Cependant, ces dispositions ne sont pas applicables aux locaux occupés par un établissement public de santé, lorsque ces locaux sont la propriété d'un groupement de coopération sanitaire (GCS) de moyens de droit public qui, ne bénéficiant pas d'autorisation de soins, n'est pas lui-même un établissement public de santé. L'article 56 octies adopté par le Sénat ...

Consulter

Amendement N° CL287 au texte N° 1503 - Article 35 (Rejeté)

En vertu de l'article 706-71 du code de procédure pénale, le recours à la visioconférence peut être autorisé par la juridiction pour le placement en détention provisoire du mis en examen ou pour la prolongation de cette mesure. L'intéressé a toutefois le droit de s'y opposer et d'obtenir ainsi que la décision soit prise au cours d'une audience où il est physiquement présent devant le juge, sauf en cas de risques graves d'évasion ou de trouble à l'ordre public. Le projet de loi propose de supprimer ce droit du mis en examen, pour ce qui concerne les audiences où il est statué sur la prolongation de sa détention provisoire, la visioconférence pouvant désormais lui être ...

Consulter

Amendement N° CL288 au texte N° 1503 - Article 38 (Rejeté)

Par cet amendement, il est proposé de maintenir l'actuelle limitation du champ d'application de la composition pénale aux délits punis d'une peine d'emprisonnement inférieure ou égale à cinq ans. La composition pénale permet au procureur de la République de proposer une sanction, consistant en une amende ou en une ou plusieurs obligations de faire ou de s'abstenir, à une personne qui, ayant reconnu être l'auteur d'un ou plusieurs délits, est invitée à donner son accord à cette sanction. En cas d'accord de l'intéressé, la composition est soumise au président du tribunal pour validation. Si, après validation, la personne exécute les mesures proposées, l'action publique est ...

Consulter

Amendement N° CL286 au texte N° 1503 - Article 6 (Rejeté)

Cet amendement vise à préciser le caractère suspensif du recours formé devant le juge aux affaires familiales, contre les décisions des organismes débiteurs des prestations familiales portant sur la modification du montant d'une contribution à l'entretien et à l'éducation des enfants. En effet, l'expérimentation prévue à l'article 6 emporte des conséquences importantes pour notre système juridique, puisque l'on confie à une autorité non judiciaire la capacité de réformer une décision de justice. Dès lors, il est nécessaire d'encadrer cette pratique nouvelle par de sérieuses garanties. Il est vrai qu'un simple effet suspensif pourrait avoir pour conséquence de ...

Consulter

Amendement N° 1165 au texte N° 1490 - Article 13 bis (Adopté)

Adopté à l'initiative du Sénat en première lecture, l'article 13 bisnouveau introduit un mécanisme de lutte contre les schémas frauduleux d' « arbitrage de dividendes » (ou « Cumcum »). En principe, les versements de dividendes aux actionnaires étrangers (non-résidents) d'une société française sont soumis à une retenue à la source prévue au taux « interne » de 30 % lorsque le bénéficiaire est une personne morale et de 12,8 % lorsqu'il est une personne physique (article 187 du code général des impôts). La plupart des conventions fiscales prévoient toutefois un taux réduit, souvent 10 % ou 15 %, auquel peuvent prétendre les résidents des États concernés. Les ...

Consulter

Amendement N° 788 au texte N° 1490 - Article 16 quinquies (Adopté)

Cet amendement réintroduit une disposition introduite à l'initiative du groupe MoDem à l'Assemblée nationale qui vise à relever de 60 à 70 % l'obligation de distribution des SIIC (sociétés d'investissement immobilier cotées). Rétablir cet article dans la rédaction suivante :« Au troisième alinéa du II de l'article 208 C du code général des impôts, le taux : « 60 % » est remplacé par le taux : « 70 % ». » M. Barrot, M. Bourlanges, Mme El Haïry, M. Laqhila, M. Mattei, M. Balanant, Mme Bannier, M. Baudu, Mme Benin, M. Berta, M. Bolo, M. Bru, M. Cubertafon, Mme de Sarnez, Mme de Vaucouleurs, Mme Deprez-Audebert, M. Duvergé, Mme Elimas, Mme Essayan, M. Fanget, ...

Consulter

Amendement N° 790 au texte N° 1490 - Article 12 (Adopté)

L'article 12 du projet de loi de finances pour 2019 réforme le régime français de l'intégration fiscale afin d'en renforcer la robustesse juridique au regard du droit européen. L'une des modifications initialement prévues consistait à supprimer la neutralisation de l'imposition de la quote-part de frais et charges de 12 % (« niche Copé ») en cas de cession de titres intragroupe. Cette suppression était accompagnée à titre de compensation d'un abaissement du taux de la quote-part à 5 %, pour toutes les entreprises. Lundi 10 décembre, plusieurs mesures de soutien au pouvoir d'achat des Français ont été annoncées. Dans un souci de d'équité fiscale et pour participer au ...

Consulter

Amendement N° 784 au texte N° 1490 - Article 2 (Rejeté)

Le quotient familial est un élément important de la politique familiale française. Alors que le besoin de solidarité est très fortement exprimé dans notre société, nos familles doivent être soutenues. C'est pour cela que cet amendement renforce, légèrement, le seuil de quotient familial proposé par le Sénat et, surtout, propose deux mesures de financement de la solidarité nationale, allant, par leurs montants, bien au-delà du seul quotient familial : 1. Par la mise en place d'un taux d'impôt sur les sociétés plancher. Cette proposition, en quelque sorte « miroir » du plafonnement général des niches fiscales, vise à s'assurer que les entreprises dont les bénéfices ...

Consulter

Amendement N° 783 au texte N° 1490 - Article 2 (Rejeté)

En France, la redistribution est réalisée principalement par les prestations sociales, financées par l'impôt. Malgré tout, un impôt garde une fonction redistributrice dès son prélèvement, et ce malgré le rétrécissement de son assiette, ou plutôt, par sa substitution par la CSG, qui est en quelque sorte une flat-tax sur le revenu. En effet, aujourd'hui, c'est principalement sur les classes moyennes que la charge de l'impôt sur le revenu est forte en proportion du revenu disponible après dépenses contraintes. Il s'agit donc de leur faire bénéficier d'un meilleur étalement de l'IR en augmentant le nombre de tranches d'IR et en baissant les taux pour les tranches les plus ...

Consulter

Amendement N° 786 au texte N° 1490 - Article 2 (Rejeté)

Cet amendement vise à créer une tranche supplémentaire d'IR imposée à 48 % pour les revenus supérieurs à 200 000 €, afin d'améliorer la répartition de l'effort de solidarité fiscale sur les contribuables les plus aisés. Après l'alinéa 8, insérer les deux alinéas suivants :« – il est ajouté un alinéa ainsi rédigé :« 48 % pour la fraction supérieure à 200 000 €. » M. Mattei, M. Barrot, M. Bourlanges, Mme El Haïry, M. Laqhila, M. Balanant, Mme Bannier, M. Baudu, Mme Benin, M. Berta, M. Bolo, M. Bru, M. Cubertafon, Mme de Sarnez, Mme de Vaucouleurs, Mme Deprez-Audebert, M. Duvergé, Mme Elimas, Mme Essayan, M. Fanget, Mme Florennes, M. Fuchs, Mme ...

Consulter

Amendement N° 42 au texte N° 1490 - Article 2 decies (Retiré)

Le présent article a pour objet de créer un crédit d'impôt solidarité pour les foyers hébergeant gratuitement un réfugié, en France depuis moins d'un an. Cette mesure a pour objectif de permettre une meilleure intégration des réfugiés en France. À l'image de la réduction d'impôt pour dons à des associations d'intérêt général ou d'utilité publique qui est ouverte aux frais supportés par les bénévoles, le crédit d'impôt repose sur la déclaration par une association agréée de dons de nuitées d'hébergement bénévole. L'incitation financière est fixée à 5 euros par nuitée dans la limite de 1 500 euros par an. Les associations en charge de l'hébergement des ...

Consulter

Amendement N° 1167 au texte N° 1490 - Article 51 quater (Tombe)

Le présent amendement vise à proposer une nouvelle écriture de l'article 51 quater (relatif au dispositif de l'apport-cession) introduit à l'Assemblée nationale à l'initiative de Jean-Noël Barrot. Le Sénat a adopté trois amendements de la commission des finances, ayant tous reçus un avis défavorable du Gouvernement : – le premier supprime le durcissement de la condition de réinvestissement de la plus-value, porté de 50 à 60 % dans le texte de l'Assemblée nationale, permettant de bénéficier du report d'imposition ; – le second inclut des titres hybrides (obligations convertibles ou remboursables) dans le quota de réinvestissement ; – le troisième est un amendement ...

Consulter

Amendement N° 785 au texte N° 1490 - Article 56 bis (Rejeté)

Cet amendement a pour objet une demande de publication d'un rapport visant à établir l'utilisation actuelle de la taxe de séjour et taxe de séjour forfaitaire que peuvent percevoir les communes. Avec près de 90 millions de voyageurs étrangers, la France est la première destination touristique au monde, faisant du tourisme un atout certain pour notre économie et nos territoires. Par le biais de l'instauration d'une taxe de séjour ou taxe de séjour forfaitaire, les communes peuvent percevoir une taxe de la part des touristes séjournant dans un hébergement de leur territoire afin de l'affecter aux dépenses destinées à favoriser la fréquentation touristique de la commune. ...

Consulter

Amendement N° 1162 au texte N° 1490 - Article 60 (Tombe)

Le présent amendement a pour objet de supprimer le plafonnement de prise en compte des biocarburants de deuxième génération dans le dispositif de taxe incitative relative à l'incorporation de biocarburants dans les carburants ordinaires. En effet, les biocarburants de deuxième génération et les huiles usagées permettent une réduction des gaz à effet de serre considérablement plus importante que les biocarburants agricoles traditionnels. Il n'est donc pas justifié, au regard de la finalité environnementale de la taxe, de les plafonner, qui plus est à un niveau inférieur à celui des biocarburants de première génération. Par ailleurs, les paramètres de la taxe, en ...

Consulter

Amendement N° 1100 au texte N° 1490 - Article 60 (Tombe)

Depuis plusieurs années, l'huile de palme est utilisée de manière croissante dans les carburants. Or, l'extension des plantations de palmiers à huile concourt à la déforestation dans les pays du Sud. De plus, si l'effet des changements d'affectation des sols indirects (CASI), causés par l'augmentation de cette pression foncière, était pris en compte dans le bilan gaz à effet de serre, les biocarburants à base d'huile de palme seraient les plus nocifs pour le climat. Le présent amendement propose de revenir à la rédaction de l'alinéa 15 de l'article 60, telle qu'adoptée par l'Assemblée nationale en première lecture avant son examen au Sénat. Il permet d'exclure l'huile de ...

Consulter

Amendement N° 787 au texte N° 1490 - Article 51 bis A (Tombe)

Cet amendement propose une réforme de l'imposition des plus-values immobilières visant à libérer le foncier. Le principe est de supprimer les abattements pour durée de détention afin que la rétention longue du foncier ne soit pas encouragée, et de maintenir l'exonération des plus-values sur la résidence principale ; quant aux autres plus-values immobilières, il est proposé de les valoriser en tenant compte du prix d'achat ou de donation majoré des frais afférents, pondéré d'un coefficient d'érosion monétaire à la date du prix de cession, et de laisser au contribuable le choix d'opter soit pour l'imposition au revenu, soit pour le prélèvement forfaitaire unique prévu à ...

Consulter

Amendement N° CF78 au texte N° 1490 - Article 2 decies (Rejeté)

Le présent article a pour objet de créer un crédit d'impôt solidarité pour les foyers hébergeant gratuitement un réfugié, en France depuis moins d'un an. Cette mesure a pour objectif de permettre une meilleure intégration des réfugiés en France. À l'image de la réduction d'impôt pour dons à des associations d'intérêt général ou d'utilité publique qui est ouverte aux frais supportés par les bénévoles, le crédit d'impôt repose sur la déclaration par une association agréée de dons de nuitées d'hébergement bénévole. L'incitation financière est fixée à 5 euros par nuitée dans la limite de 1 500 euros par an. Les associations en charge de l'hébergement des ...

Consulter

Amendement N° CF414 au texte N° 1490 - Article 2 (Rejeté)

Le quotient familial est un élément important de la politique familiale française. Alors que le besoin de solidarité est très fortement exprimé dans notre société, nos familles doivent être soutenues. C'est pour cela que cet amendement renforce, légèrement, le seuil de quotient familial proposé par le Sénat et, surtout, propose deux mesures de financement de la solidarité nationale, allant, par leurs montants, bien au-delà du seul quotient familial : 1. Par la mise en place d'un taux d'impôt sur les sociétés plancher. Cette proposition, en quelque sorte « miroir » du plafonnement général des niches fiscales, vise à s'assurer que les entreprises dont les bénéfices ...

Consulter

Amendement N° CF415 au texte N° 1490 - Article 2 (Rejeté)

En France, la redistribution est réalisée principalement par les prestations sociales, financées par l'impôt. Malgré tout, un impôt garde une fonction redistributrice dès son prélèvement, et ce malgré le rétrécissement de son assiette, ou plutôt, par sa substitution par la CSG, qui est en quelque sorte une flat-tax sur le revenu. Pour accroître le rôle redistributif de cet impôt, cet amendement propose un rééchelonnement des tranches de taux marginal ainsi qu'un renforcement de 4 point du taux de la dernière tranche. En effet, aujourd'hui, c'est principalement sur les classes moyennes que la charge de l'impôt sur le revenu est forte en proportion du revenu disponible ...

Consulter

Amendement N° CF413 au texte N° 1490 - Article 56 nonies (Adopté)

Le présent amendement vise à revenir sur une différence de traitement fiscal entre personnes publiques et personnes privées exploitants de ports, instaurée par l'article 1449, 2° du code général des impôts. En effet, en droit positif, sont exonérés de la cotisation foncière des entreprises, “[l]es grands ports maritimes, les ports autonomes, ainsi que les ports gérés par des collectivités territoriales, des établissements publics ou des sociétés d'économie mixte, à l'exception des ports de plaisance”. A contrario, les ports gérés par une personne privée ne bénéficient pas de cette exonération. Dans une décision en date du 21 septembre 2018 (QPC n° ...

Consulter

Amendement N° CF416 au texte N° 1490 - Article 56 bis (Rejeté)

Cet amendement a pour objet une demande de publication d'un rapport visant à établir l'utilisation actuelle de la taxe de séjour et taxe de séjour forfaitaire que peuvent percevoir les communes. Avec près de 90 millions de voyageurs étrangers, la France est la première destination touristique au monde, faisant du tourisme un atout certain pour notre économie et nos territoires. Par le biais de l'instauration d'une taxe de séjour ou taxe de séjour forfaitaire, les communes peuvent percevoir une taxe de la part des touristes séjournant dans un hébergement de leur territoire afin de l'affecter aux dépenses destinées à favoriser la fréquentation touristique de la commune. ...

Consulter

Amendement N° CF21 au texte N° 1490 - Avant l'article 58 quinquies (Irrecevable)

Le présent amendement a pour objectif d'inciter les dons en faveur des organismes luttant contre la violence domestique. En effet, l'article 200 du code général des impôts précise que les dons faits à certaines entités (fondations, associations, œuvres, établissements d'enseignement supérieur etc…) peuvent ouvrir droit à une déduction d'impôt sur le revenu à hauteur de 66 %, dans la limite de 20 % du revenu imposable. L'alinéa 1 ter dispose toutefois que les dons réalisés au profit de certains organismes sans but lucratif venant en aide à des personnes en difficulté (notamment par la fourniture de repas, l'aide à trouver une solution de logement ou la dispensation de ...

Consulter

Amendement N° 7 au texte N° 1461 - Article 1er (Rejeté)

Cet amendement vise à supprimer une disposition initialement introduite par le Sénat reconnaissant immédiatement, sans examen probatoire, les qualifications professionnelles obtenues au Royaume-Uni dès lors que les titulaires de celles-ci exercent leur activité en France à la date du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. Il semble opportun, en ce domaine, de laisser une large marge d'appréciation au Gouvernement concernant les mesures susceptibles d'être prises. Supprimer la seconde phrase de l'alinéa 4. M. Bru, Mme Deprez-Audebert, M. Fuchs, M. Joncour, M. Frédéric Petit, M. Balanant, Mme Bannier, M. Barrot, M. Baudu, Mme Benin, M. Berta, M. Bolo, M. Bourlanges, M. ...

Consulter

Amendement N° 16 au texte N° 1448 - Article 6 (Rejeté)

L'article 6 entend améliorer la lutte contre la fraude aux numéros surtaxés, en faisant intervenir les opérateurs télécoms pour couper les lignes frauduleuses et reverser l'argent aux clients lésés. Il permet aux consommateurs de déposer des signalements sans avoir été formellement identifiés afin de ne pas entraîner d'hésitation de leur part. Ces signalements sont certifiés afin de prévenir qu'un concurrent n'essaie de discréditer un autre concurrent. Il importe toutefois d'encadrer cette certification en cas de malveillance afin de dissuader tout signalement portant dénonciation calomnieuse. Compléter l'alinéa 3 par la phrase suivante :« En cas de signalement ...

Consulter

Amendement N° 1265 au texte N° 1396 - Article 43 (Adopté)

Cet amendement vise à permettre à la juridiction et au juge d'application des peines de bénéficier d'une marge d'appréciation plus importante, lorsqu'ils fixent les modalités d'une détention à domicile sous surveillance électronique. En effet, les détentions à domicile sous surveillance électronique s'avèrent parfois fortement anxiogènes pour les condamnés, dans la mesure où un imprévu peut être susceptible de les empêcher de respecter un horaire fixé strictement. Par exemple, un retard de transport peut avoir des conséquences sur l'horaire d'arrivée d'un condamné à son domicile. La version du projet de loi qui nous est soumise ne permet pas à la juridiction ou au ...

Consulter

Amendement N° 245 au texte N° 1408 - Article 42 (Adopté)

Cet amendement vise à rétablir une demande de rapport d'évaluation, dans les deux ans suivant la promulgation de la présente loi, sur l'évolution du système d'ATU, adoptée en première lecture par l'Assemblée nationale. L'Autorisation Temporaire d'Utilisation (ATU) est une autorisation qui permet, à des fins thérapeutiques, et à titre exceptionnel, d'utiliser des médicaments avant une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM), destinés à traiter des maladies graves ou rares lorsqu'il n'existe pas de traitement approprié et que la mise en œuvre du traitement ne peut être différée. C'est un dispositif unique au monde qui aujourd'hui n'est accessible que pour l'indication de ...

Consulter

Amendement N° 17 au texte N° 1415 - Après l'article 4 (Sort indéfini)

Le présent amendement vise àrréintroduiredu droit de préemption les aliénations à titre gratuit au profit des organisations non lucratives. Après le 4° de l'article L. 213‑1‑1 du code de l'urbanisme, il est inséré un 5° ainsi rédigé :« 5° Au profit des fondations, des congrégations, des associations ayant la capacité de recevoir des libéralités et, dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, des établissements publics du culte et des associations inscrites de droit local. » M. Fanget, M. Balanant, M. Bru, Mme Florennes, Mme Jacquier-Laforge, M. Latombe, Mme Vichnievsky, les membres du groupe du Mouvement Démocrate apparentés

Consulter

Amendement N° 7 au texte N° 1415 - Article 4 (Irrecevable)

Le présent amendement a pour objet d'étendre la possibilité de mise à disposition des biens immobiliers confisqués à des fins de réutilisation par des associations et des fondations reconnues d'utilité publique. Il propose également de fixer par voie réglementaire les conditions et les modalités possibles de cette mise à disposition. En effet, afin que la mesure apporte un réel bénéfice aux bénéficiaires de cette mise à disposition, les conditions et modalités de cette mise à disposition doivent faire l'objet de précisions, relatives notamment aux biens concernés, leurs usages possibles, aux modalités de leurs mises à disposition, précisions qui relèvent du pouvoir ...

Consulter

Amendement N° 18 au texte N° 1415 - Article 4 (Irrecevable)

Cet amendement vise à élargir l'article 4, relatif à la mise à disposition des biens dits « mal-acquis », aux biens mobiliers dans les mêmes conditions que celle des biens immobiliers. Cet amendement a été déclaré irrecevable après diffusion en application de l'article 98 du règlement de l'Assemblée nationale. M. Fanget, M. Balanant, M. Bru, Mme Florennes, Mme Jacquier-Laforge, M. Latombe, Mme Vichnievsky, les membres du groupe du Mouvement Démocrate apparentés

Consulter

Amendement N° 137 au texte N° 1408 - Article 8 (Retiré)

L'article 8 du PLFSS supprime l'exonération de charge spécifique aux Associations intermédiaires afin de leur appliquer l'exonération générale de droit commun sur les bas salaires. L'objectif réaffirmé de la mise en place des allègements généraux est clairement de favoriser l'emploi en exonérant de cotisations patronales les plus bas salaires pour permettre de réemployer les personnes les plus éloignées de l'emploi, population des associations intermédiaires. Dès lors, et afin d'aider ces structures associatives du service public de l'insertion, il convient de leur permettre de bénéficier du taux maximal d'allègement pour plus de 80 % des personnes qu'elles accueillent, ...

Consulter

Amendement N° 138 au texte N° 1408 - Article 8 (Adopté)

Une évaluation devra être menée afin de mesurer l'impact financier de la suppression de l'exonération spécifique dont bénéficiaient les associations intermédiaires, structures de l'insertion par l'activité économique. Cela permettra de s'assurer que ces dernières ne sont pas perdantes sur ce nouveau système d'exonération. En effet, les Associations Intermédiaires sont des structures associatives du service public de l'insertion qu'il convient d'accompagner et de soutenir dans leur mission d'insertion. Après l'alinéa 115, insérer l'alinéa suivant :« VIIbis. – Avant le 1er juin 2019, le Gouvernement procède à l'évaluation de l'impact financier pour les structures ...

Consulter

Amendement N° 432 au texte N° 1396 - Article 26 (Rejeté)

Issu de la recommandation n° 26 du rapport de la Délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes, cet amendement vise à prévoir qu'en cas de plainte en ligne pour des faits de violences sexistes ou sexuelles, la victime est reçue sur rendez-vous par un enquêteur spécialement formé sur les problématiques de ce type de violences et sur leurs conséquences pour les victimes. Une telle procédure permettra sans aucun doute de faciliter le dépôt de plainte de victimes qui n'osent pas toujours franchir la porte d'un commissariat ou d'une gendarmerie pour dénoncer des faits qui touchent directement à leur intimité. Elle garantira en ...

Consulter