Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2022 et janvier 2023

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par sort de l'amendement

Filtrer par député

Résultats 1 à 50 sur 389 triés par date — trier par pertinence

Amendement N° AC17 au texte N° 659 - Article 1er (Sort indéfini)

La France demeure l’un des seuls pays au monde qui prévoit une tarification réduite dans ses restaurants universitaires pour l’ensemble des étudiants. En effet depuis 2019, le prix classique d’un repas « restau u » est des 3,30 euros comprenant une entrée, un plat et un dessert, pour un coût réel pour les CROUS qui dépasse en réalité bien souvent les 8 euros. Cependant, face à la crise Covid qui a frappé très durement les étudiants du fait de l’éloignement et des nombreuses difficultés financières, le Gouvernement a eu raison de s’appuyer sur les CROUS pour apporter une réponse à la précarité galopante en proposant des repas à 1 euro dans les restaurants ...

Consulter

Amendement N° AC18 au texte N° 659 - Titre (Sort indéfini)

En cohérence avec les amendements de réécriture de l’article 1er défendus par les 3 groupes de la majorité, cet amendement souhaite modifier le titre de la présente proposition de loi pour préciser que les repas à 1 euro ne concernent que les étudiants boursiers ou précaires. Après les mots :« visant à »rédiger ainsi la fin de l’intitulé :« garantir un tarif réduit aux étudiants boursiers et précaires dans les sites de restauration gérés par les CROUS ». Mme Mette, Mme Bannier, M. Berta, M. Croizier, M. Esquenet-Goxes, M. Gumbs, Mme Folest

Consulter

Amendement N° AS3800 au texte N° 760 - Après l'article 13 (Sort indéfini)

Les responsables de la Direction générale des outre-mer (DGOM) confirmaient, dans le cadre de la mission d’information remis à la Délégation Outre Mer en date du 10 février 2020 dans le cadre du projet de loi instituant un régime de retraite universelle, que les retraités agricoles ultra-marins comptaient en moyenne sept ans de moins de cotisation que ceux de l’Hexagone car le système de retraites avait été mis en place seulement en 1964. De plus, les règles de cotisations sont différentes dans les outre-mer par rapport au reste du territoire national. Alors que les cotisations sont calculées sur les revenus dans l’Hexagonal, elles le sont sur la surface agricole dans ...

Consulter

Amendement N° AS3801 au texte N° 760 - Après l'article 13 (Sort indéfini)

Cet amendement vient sécuriser l’intégration au débat parlementaire de la problématique des fonctionnaires retraités en Outre Mer. L’article 25 de la la loi n° 2022‑1616 du 23 décembre 2022 de financement de la sécurité sociale pour 2023 est complété par un alinéa ainsi rédigé :« Dans un délai d’un an à compter de la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport analysant la faisabilité de l’intégration de la prime dite »vie chère« dans les cotisations retraites des fonctionnaires des trois versants de la fonction publique exerçant en Outre-Mer. Ce rapport étudie également la mise en place d’un droit d’option dont ...

Consulter

Amendement N° 418 au texte N° 680 - Après l'article 4 (Irrecevable)

Cet amendement a été déclaré irrecevable après publication en application de l'article 98 du règlement de l'Assemblée nationale. M. Philippe Vigier, Mme Babault, M. Balanant, Mme Bannier, Mme Bergantz, M. Berta, M. Blanchet, M. Bolo, M. Bourlanges, Mme Brocard, M. Bru, M. Cosson, M. Croizier, M. Cubertafon, M. Daubié, Mme Desjonquères, M. Esquenet-Goxes, M. Falorni, Mme Ferrari, Mme Folest, M. Fuchs, Mme Gatel, M. Geismar, Mme Perrine Goulet, M. Gumbs, M. Isaac-Sibille, Mme Jacquier-Laforge, Mme Josso, M. Lainé, M. Laqhila, Mme Lasserre, M. Latombe, M. Lecamp, Mme Lingemann, Mme Luquet, M. Mandon, M. Martineau, M. Mattei, Mme Mette, M. Millienne, Mme Morel, M. Ott, M. Pahun, M. ...

Consulter

Amendement N° 54 au texte N° 617 - Article 1er (Retiré avant séance)

Cet amendement a été retiré avant sa publication. Mme Bergantz, Mme Babault, M. Balanant, Mme Bannier, M. Berta, M. Blanchet, M. Bolo, M. Bourlanges, Mme Brocard, M. Bru, M. Cosson, M. Croizier, M. Cubertafon, M. Daubié, Mme Desjonquères, M. Esquenet-Goxes, M. Falorni, Mme Ferrari, Mme Folest, M. Fuchs, Mme Gatel, M. Geismar, Mme Perrine Goulet, M. Gumbs, M. Isaac-Sibille, Mme Jacquier-Laforge, Mme Josso, M. Lainé, M. Laqhila, Mme Lasserre, M. Latombe, M. Lecamp, Mme Lingemann, Mme Luquet, M. Mandon, M. Martineau, M. Mattei, Mme Mette, M. Millienne, Mme Morel, M. Ott, M. Pahun, M. Frédéric Petit, Mme Maud Petit, Mme Poueyto, M. Ramos, Mme Thillaye, M. Turquois, Mme Vichnievsky, M. ...

Consulter

Amendement N° 70 rectifié au texte N° 617 - Article 1er (Adopté)

Amendement commun à la majorité présidentielle. La présente proposition de loi vise à répondre aux besoins des personnes victimes de violences conjugales ou intrafamiliales, afin de leur assurer une aide financière disponible en urgence et de faciliter leur séparation du conjoint violent. C’est un objectif que partage pleinement le Gouvernement, qui travaille depuis septembre à l’élaboration d’un Pack nouveau départ à destination des victimes de violences conjugales. Les débats au Sénat en première lecture et à l’Assemblée nationale en commission ont permis de souligner la volonté transpartisane d’avancer sur un dispositif mobilisable en urgence par les victimes ...

Consulter

Amendement N° 420 au texte N° 680 - Après l'article 3 (Irrecevable)

L’amendement a pour objectif principal de soulager les médecins de la charge de certains actes, telle la prescription de bons de transports pour les patients ne pouvant pas se déplacer. L’impact sur les finances publiques sera limité pour deux raisons : · Un encadrement strict des conditions de prescription pour les professionnels de santé n’étant pas médecins. · Un moindre renoncement aux soins à cause de difficulté de transports, ce qui pourra limiter l’aggravation de pathologies graves liées à des renoncements aux soins. I. – Après l’article L. 162‑2-2 du code la sécurité sociale, il est inséré un article L. 162‑2-2‑1 ainsi rédigé : « Art. L. ...

Consulter

Amendement N° 419 au texte N° 680 - Après l'article 1er (Irrecevable)

Cet amendement vise à élargir les professionnels de santé habilités à délivrer un certificat de décès. Dans des circonstances précisément définies, à la fois par le Conseil national de l’Ordre des médecins et par l’Ordre national des infirmiers, les nouveaux infirmiers de pratique avancés pourraient assumer cette tâche. Comme l’indiquait Cyrille Melchior, le président du conseil départemental de La Réunion, au ministre François Braun lors de son déplacement sur l’Ile le 28 novembre, les familles endeuillées ont beaucoup de mal à faire établir un certificat de décès les week-ends et les jours fériés. A travers cet amendement, le Groupe Démocrate souhaite ...

Consulter

Amendement N° 414 au texte N° 680 - Après l'article 4 bis (Irrecevable)

L’amendement a pour objectif principal de soulager les médecins de la charge de certains actes, telle la prescription de bons de transports pour les patients ne pouvant pas se déplacer. L’impact sur les finances publiques sera limité pour deux raisons : · Un encadrement strict des conditions de prescription pour les professionnels de santé n’étant pas médecins. · Un moindre renoncement aux soins à cause de difficulté de transports, ce qui pourra limiter l’aggravation de pathologies graves liées à des renoncements aux soins. I. – Après l’article L. 162‑2‑2 du code la sécurité sociale, il est inséré un article L. 162‑2‑2‑1 ainsi rédigé : « Art. L. ...

Consulter

Amendement N° 65 au texte N° 684 - Article 3 (Retiré avant séance)

Cet amendement indique qu'en cas d'absence de conclusion de la convention écrite ou d'un accord fixant les conditions d'un préavis à l'expiration du délai d'un mois, les parties ne sont plus liées entre elles par aucune obligation. À la fin de l’alinéa 5, substituer aux mots :« toute commande effectuée par le distributeur se fait sur la base des conditions générales de vente en vigueur, y compris le barème des prix unitaires »,les mots :« la relation commerciale est rompue sans que puisse être invoquée la rupture brutale telle que définie à l’article L. 442‑1 ». M. Ramos, Mme Babault, M. Balanant, Mme Bannier, Mme Bergantz, M. Berta, M. Blanchet, M. Bolo, ...

Consulter

Amendement N° 417 au texte N° 680 - Après l'article 3 (Irrecevable)

Le présent amendement a pour objectif de renforcer l’accessibilité aux soins d’orthoptie. L’accès direct aux 5 000 orthoptistes qui exercent en France représente une avancée triplement nécessaire : pour les patients, pour les professionnels de santé et pour la sécurité sociale. · Pour les patients, accéder sans ordonnance à un diagnostic et à des soins d’orthoptie simplifie et raccourci leur prise en charge médicale. L’accès direct permet également de lutter contre le renoncement aux soins, en particulier dans les zones où il est difficile d’avoir accès à un médecin. · Pour les professionnels de santé, notamment les médecins, il représente ...

Consulter

Amendement N° 426 au texte N° 680 - Après l'article 4 bis (Irrecevable)

L’amendement, travaillé avec l’Ordre des pharmaciens, vise à fluidifier la prise en charge des patients chroniques en accordant aux biologistes médicaux, sous certaines conditions et pour une durée limitée, la possibilité d’ajuster et renouveler certaines prescriptions. Par exemple, pour une prescription d’anticoagulant ou après certains examens (TP, P, HBG) I. – Après l’article L. 6213‑7 du code de la santé publique, il est inséré un article L. 6213‑7‑1 ainsi rédigé : « Art. L. 6213‑7‑1. – Les biologistes médicaux peuvent, pour une durée limitée dans le temps et sauf avis du prescripteur porté sur l’ordonnance, prolonger la validité d’une ...

Consulter

Amendement N° 427 au texte N° 680 - Après l'article 4 bis (Irrecevable)

L’amendement, travaillé avec l’Ordre des pharmaciens, vise à renforcer les capacités de dépistage de cancer du col de l’utérus. Les pharmaciens biologistes représentent 68% des biologistes médicaux et sont formés pour réaliser des prélèvements vaginaux. I. – Au dernier alinéa de l’article L. 4161‑1 du code de la santé publique, après la première occurrence du mot : « médicale », sont insérés les mots : « ainsi que pour le frottis cervico-vaginal réalisé dans le cadre du dépistage du col de l’utérus ». II. – La perte de recettes pour les organismes de sécurité sociale est compensée à due concurrence par la majoration de l’accise sur les tabacs ...

Consulter

Amendement N° 58 au texte N° 684 - Après l'article 3 (Adopté)

Le présent amendement vise à renforcer l'amende administrative sanctionnant le dépassement de la date butoir du 1er mars dans le cadre des négociations commerciales annuelles. En effet, aujourd'hui, les négociations sont organisées de telle manière que les réelles avancées n'interviennent que quelques jours, voire souvent quelques heures, avant la date butoir prévoyant l'établissement d'une convention formalisant la relation commerciale future. Cette technique est utilisée, notamment par les distributeurs, afin de mettre la pression sur la partie adverse et la pousser à davantage de concessions. Cette pratique conduit, dès lors, souvent à dépasser la date du 1er mars et ...

Consulter

Amendement N° 60 au texte N° 684 - Après l'article 3 (Rejeté)

Les pénalités logistiques sont devenues une source de transfert de marges au profit des distributeurs et au détriment des fabricants de produits de grande consommation (alimentaire, hygiène-beauté, entretien de la maison), à tel point que le législateur a jugé utile avec la loi du 18 octobre 2021 d’insérer dans le Code de commerce des dispositions spécifiques figurant aux articles L. 441‑17 et suivants dudit Code pour interdire les pénalités injustifiées et disproportionnées. Pour autant les distributeurs n’ont pas spontanément appliqué ces nouvelles règles, de sorte que, à la demande des parlementaires, la DGCCRF a publié le 11 juillet 2022 des lignes directrices ...

Consulter

Amendement N° 399 au texte N° 680 - Après l'article 3 (Irrecevable)

Le présent amendement a pour objectif de renforcer l’accessibilité aux soins de pédicure et de podologie. Offrir un accès direct aux 13 800 pédicures podologues qui exercent en France représente une avancée triplement nécessaire : pour les patients, pour les professionnels de santé et pour la sécurité sociale. · Pour les patients, accéder sans ordonnance à des soins de pédicure-podologie simplifie et raccourci leur prise en charge médicale. L’accès direct permet également de lutter contre le renoncement aux soins, en particulier dans les zones où il est difficile d’avoir accès à un médecin. · Pour les professionnels de santé, notamment les médecins, il ...

Consulter

Amendement N° 425 au texte N° 680 - Après l'article 4 bis (Irrecevable)

L’amendement, travaillé avec l’Ordre des pharmaciens, vise à simplifier l’accès à une contraception régulière, au regard : · Du nombre élevé d’IVG en France. · De délais d’accès souvent trop long à une IVG. Des inégalités territoriales dans l’accès à la médecine et à la contraception I. – L’article L. 5134‑1 du code de la santé publique est complété par un V ainsi rédigé :« V. – Les pharmaciens d’officine peuvent, pour une durée maximale de trois mois pour les patients sans médecin traitant, initier une contraception orale progestative ou renouveler une contraception hormonale orale antérieurement prescrite et interrompue, en ...

Consulter

Amendement N° 59 au texte N° 684 - Après l'article 3 (Retiré)

Cet amendement vise, d'une part, à permettre au fournisseur d’avoir la visibilité sur les références entrantes et sortantes de son assortiment selon les différents format de point de vente du distributeur, afin de calculer précisément son chiffre d'affaires prévisionnel dans l’enseigne et, d'autre part, à garantir au distributeur un approvisionnement certain pour l’année négociée et de mettre en place de manière constructive le partenariat signé. À ce jour, tous les distributeurs ne donnent pas, ou peu, cette visibilité aux fournisseurs, leur laissant l’opportunité de revenir sur leurs engagements pris durant la négociation. Aussi, cet amendement permet de ...

Consulter

Amendement N° 62 au texte N° 684 - Après l'article 3 bis (Adopté)

Ces dernières années, les pénalités logistiques se sont multipliées et sont devenues une source de financement à part entière pour la grande distribution, leur permettant de générer des gains supplémentaires par rapport aux prix fixés contractuellement. D’une pratique ordinaire appliquée dans le cadre d’une relation contractuelle, les pénalités logistiques ont connu une dérive importante qui s’apparente davantage à une sorte de nouvelle remise sur les tarifs négociés allant au-delà de la simple réparation d’un manquement à une obligation contractuelle (certains parlent de « nouvelles marges arrière » ou encore de « 6x net »). Elles sont par ailleurs bien ...

Consulter

Amendement N° 61 au texte N° 684 - Article 3 bis (Adopté)

Amendement de précision technique et rédactionnelle pour sécuriser le dispositif et en assurer la bonne application. I. – Compléter la première phrase de l’alinéa 3 par les mots :« et sur la base de chacune des commandes ».II. – En conséquence, à la seconde phrase de l’alinéa 3, substituer aux mots :« l’état de service se trouve »,les mots :« les taux de service mensuel se trouvent ».III. – En conséquence, compléter l’alinéa 7 et la première phrase de l’alinéa 10 par les mots :« et sur la base de chacune des commandes ».IV. – En conséquence, à l’alinéa 8 et à la seconde phrase de l’alinéa 10, substituer aux mots ...

Consulter

Amendement N° 423 au texte N° 680 - Après l'article 4 bis (Irrecevable)

L’amendement, travaillé avec l’Ordre des pharmaciens, offre une solution de très court terme pour améliorer l’accès aux soins. En 2021, la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM), estimait à 6 millions le nombre d’assurés n’ayant pas de médecin traitant déclaré. Il est ainsi proposé une prise en charge de premier recours : · Lorsque le médecin traitant n’est pas disponible dans un délai compatible avec l’état de santé du patient. · En cas de risques d’interruption de traitement pour maladies chroniques. Par ailleurs, pour certaines pathologies et sous certaines conditions, le dispositif vise à permettre aux pharmaciens d’adapter ou de renouveler une ...

Consulter

Amendement N° 416 au texte N° 680 - Après l'article 3 (Rejeté)

Le présent amendement vise à développer l’accès direct à certaines professions paramédicales, comme les psychomotriciens. Pour les patients, accéder sans ordonnance à un psychomotricien est un moyen simple, rapide et efficace de lutter contre de nombreuses pathologies (maladie d’Alzheimer, autisme, grand âge…). A l’heure actuelle, l’essentiel des patients orientés vers un psychomotricien libéral suivent déjà la recommandation d’autres professionnels paramédicaux, d’enseignants ou de familles. Cet amendement représenterait une étape utile pour fluidifier l’accès aux soins de patients atteints de troubles locomoteurs. L’article L. 4332‑1 du code de la ...

Consulter

Amendement N° 415 au texte N° 680 - Après l'article 3 (Rejeté)

Le présent amendement a pour objectif de faciliter l’accès à des soins de lutte contre les troubles de l’alimentation. A l’heure où près d’un Français sur deux est soit en surpoids, soit en obésité, l’accès direct à un diététicien représente une avancée triplement nécessaire : pour les patients, pour les professionnels de santé et pour la sécurité sociale. · Pour les patients, accéder sans ordonnance à un diététicien offre la possibilité d’aller plus facilement et plus rapidement consulter en cas de troubles alimentaires. L’accès direct permet également de lutter contre le renoncement aux soins, en particulier dans les zones où il est difficile ...

Consulter

Amendement N° 389 au texte N° 680 - Après l'article 4 bis (Adopté)

Amendement commun aux groupes de la majorité présidentielle. Aujourd’hui, la permanence des soins concernant les activités de soins et les équipements matérielslourds soumis à autorisation est essentiellement assurée par les établissements publics de santé. Laparticipation à la permanence des soins ambulatoires par les médecins ne permet pas de garantir unecouverture complète de tout le territoire.Ainsi la présente mesure propose d’introduire la notion d’une responsabilité collective departicipation à la permanence des soins, tant en établissement de santé qu’en ville. Cela permettrade garantir un accès aux soins non programmés pendant les horaires de fermeture ...

Consulter

Amendement N° 27 au texte N° 254 - Article 1er (Adopté)

Aujourd’hui et comme l’a rappelé le Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse Pap NDIAYE, rien n’empêche le port d’une tenue uniforme aux couleurs de l’établissement scolaire, y compris dans le secteur public. L’exemple de nos territoires ultramarins le démontre parfaitement : les établissements scolaires peuvent, s’ils le souhaitent, mettre en place le port d’une tenue uniforme. Cette initiative peut également venir des collectivités territoriales, comme ce fut le cas pour la Mairie de Provins en 2018. Dès lors, cet article semble superfétatoire et cet amendement propose donc de le supprimer Supprimer cet article. Mme Mette, Mme Babault, M. Balanant, ...

Consulter

Amendement N° 12 au texte N° 257 - Article 1er (Adopté)

Selon Santé publique France, la pollution de l'air extérieur cause chaque année 48 000 décès prématurés, soit 9 % de la mortalité en France. 30 % de la population est atteinte d'une allergie respiratoire. Les coûts de santé (décès prématurés, bronchites chroniques...) de la pollution atmosphérique représentaient selon le Commissariat général au Développement Durable entre 20 et 30 milliards d’euros en France en 2012. Plus récemment, une commission d'enquête du Sénat de 2015 estimait que le coût total de la pollution de l'air pouvait atteindre 98 milliards d'euros annuellement en France. Deux directives européennes de 2008 et 2004, modifiées partiellement par la ...

Consulter

Amendement N° 11 au texte N° 257 - Article 2 (Adopté)

Selon Santé publique France, la pollution de l'air extérieur cause chaque année 48 000 décès prématurés, soit 9 % de la mortalité en France. 30 % de la population est atteinte d'une allergie respiratoire. Les coûts de santé (décès prématurés, bronchites chroniques...) de la pollution atmosphérique représentaient selon le Commissariat général au Développement Durable entre 20 et 30 milliards d’euros en France en 2012. Plus récemment, une commission d'enquête du Sénat de 2015 estimait que le coût total de la pollution de l'air pouvait atteindre 98 milliards d'euros annuellement en France. Deux directives européennes de 2008 et 2004, modifiées partiellement par la ...

Consulter

Sous-Amendement N° 3219 à l'amendement N° 2738 au texte N° 526 - Article 4 (Tombe)

Le présent sous-amendement suggéré par EDF vise à préciser la rédaction de l’amendement afin que ne soient pas exclus les stations de transfert d’énergie par pompage (STEP), installations hydroélectriques qui utilisent pourtant une ressource renouvelable. En effet, un moyen de stockage de l’électricité relié au réseau, n’est pas stricto sensu un stockage d’énergie renouvelable puisqu’il n’est pas relié directement et exclusivement à une installation de production renouvelable. Or, compte tenu des besoins de stockage à venir, il sera indispensable de disposer également de ces moyens de stockage centralisés, en capacité d’absorber des surplus de production ...

Consulter

Amendement N° 574 au texte N° 598 - Article 41 E (Sort indéfini)

Le Sénat a adopté en séance publique un amendement portant article additionnel, relatif à la commission d’évaluation de l’aide publique au développement prévue à l’article 12 de la loi n° 2021-1031 du 4 août 2021 de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales. Ce nouvel article apporte un complément utile concernant les destinataires de l’information à laquelle contribuera la commission ainsi qu’une précision rédactionnelle bienvenue sur la définition de son programme de travail. Cet article modifie aussi les dispositions de la loi du 4 août 2021 relatives à la désignation du président de la commission ...

Consulter

Amendement N° CF5 au texte N° 598 - Article 41 E (Adopté)

Le Sénat a adopté en séance publique un amendement portant article additionnel, relatif à la commission d’évaluation de l’aide publique au développement prévue à l’article 12 de la loi n° 2021-1031 du 4 août 2021 de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales. Ce nouvel article apporte un complément utile concernant les destinataires de l’information à laquelle contribuera la commission ainsi qu’une précision rédactionnelle bienvenue sur la définition de son programme de travail. Cet article modifie aussi les dispositions de la loi du 4 août 2021 relatives à la désignation du président de la commission ...

Consulter

Amendement N° 113 au texte N° 598 - Article 41 A (Sort indéfini)

Aujourd’hui, les deux missions très différentes de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), à savoir le développement de l’excellence et du nombre d’élèves dans l’ensemble du réseau (566 établissements accueillant près de 390 000 élèves), d’un côté, et, de l’autre côté, son rôle d’administrateur de 68 établissements en gestion directe (EGD) accueillant près de 76 000 élèves, ne sont pas comptablement ni juridiquement identifiables. Si cet état de fait était compréhensible à la création de l’opérateur il y a trente ans, quand son rôle principal était de rassembler et de coordonner des établissements très disparates, il ...

Consulter

Amendement N° 99 au texte N° 598 - Article 4 nonies (Sort indéfini)

Cet amendement, en lien direct avec l’objet de l’article 4 nonies, vise à compléter le dispositif temporaire de solidarité introduit par amendement Gouvernemental à l’article 4 nonies du présent texte. Les situations exceptionnelles nées notamment de la pandémie de covid-19 à partir du printemps 2020 et de l’invasion de l’Ukraine par la Russie au mois de février 2022 ont eu des conséquences socio-économiques qui marquent aujourd’hui durablement le quotidien des Françaises et des Français. Ce contexte de crise a généré des déséquilibres sur les marchés économiques, une forte hausse des prix des matières premières et des perturbations de la production. Dans ...

Consulter

Sous-Amendement N° 3078 à l'amendement N° 2198 au texte N° 526 - Article 3 (Irrecevable)

Pour répondre à nos enjeux de porter à 40% la part des énergies renouvelables dans notre mix énergétique en 2030, les réseaux de transport et de distribution doivent évoluer. Dans certains cas, la disponibilité des postes sources est un véritable frein à l’implantation de projets locaux. Pour accélérer ces projets et en assurer la viabilité, les décideurs locaux doivent pouvoir identifier les zones d’accélération des énergies renouvelables en parfaite connaissance des postes sources disponibles sur leur territoire. Tel est l’objet de ce sous-amendement. A l’alinéa 4, avant les mots « l’implantation » rajouter les mots « la disponibilité des postes sources ...

Consulter

Sous-Amendement N° 3077 à l'amendement N° 2200 au texte N° 526 - Article 3 (Adopté)

Dans un objectif d’accélération, ce sous-amendement propose de fixer à 3 mois le délai donné au comité régional de l’énergie pour donner son avis sur le recensement qui lui a été transmis. Compléter la dernière phrase de l’alinéa 3 par les mots :« qui dispose d’un délai de trois mois pour rendre son avis. » M. Philippe Vigier, M. Millienne, Mme Babault, M. Balanant, Mme Bannier, Mme Bergantz, M. Berta, M. Blanchet, M. Bolo, M. Bourlanges, Mme Brocard, M. Bru, M. Cosson, M. Croizier, M. Cubertafon, M. Daubié, Mme Desjonquères, M. Esquenet-Goxes, M. Falorni, Mme Ferrari, Mme Folest, M. Fuchs, Mme Gatel, M. Geismar, Mme Perrine Goulet, M. Gumbs, M. Isaac-Sibille, ...

Consulter

Sous-Amendement N° 3076 à l'amendement N° 2200 au texte N° 526 - Article 3 (Adopté)

Le présent sous-amendement vise à intégrer les maires au sein de la conférence territoriale en vue d'arrêter, à l'échelle du département, la liste des zones d'accélération pour l'implantation des énergies renouvelables. Leur rôle est essentiel au sein de ce dispositif de planification pour plus d'acceptabilité et d'efficacité, et ils doivent être, au même titre que les présidents d'EPCI, présents lors de cette conférence réunie par le référent préfectoral. À la première phrase de l’alinéa 3, après le mot :« territoriale »insérer les mots :« des maires et » M. Philippe Vigier, M. Millienne, Mme Babault, M. Balanant, Mme Bannier, Mme Bergantz, M. ...

Consulter

Amendement N° 2913 au texte N° 526 - Après l'article 28 (Irrecevable)

Le présent amendement vise à la création à titre expérimental d'une Plateforme réunissant acteurs publics et privés du secteur de l'énergie dans l'objectif de lever les freins au développement des projets d'innovations en énergies renouvelables. En effet, l'un des obstacles majeurs que rencontrent les porteurs de projets d'innovations en énergies renouvelables est le financement de leur développement par le secteur privé. Malgré l'intervention des opérateurs du Programme d'Investissements d'Avenir (PIA) au travers de fonds d'investissements publics, l'effet incitatif sur les investissements privés reste insuffisant pour entraîner une réelle dynamique de co-investissement ...

Consulter

Amendement N° 2910 au texte N° 526 - Après l'article 1er BA (Retiré)

Le présent amendement vise à augmenter de 10% la part de production de gaz renouvelable de notre consommation totale d'ici 2030, afin d'atteindre 20%, au sein des objectifs de la politique énergétique nationale. En effet, le dynamisme actuel des projets de gaz renouvelable permet de dépasser largement les 10% fixés actuellement dans la loi de transition énergétique pour 2030. Les objectifs fixés ont été atteints avec deux ans d'avance. Les installations agricoles pourraient à elles seules produire près de 20% de gaz consommé en France dès 2030 grâce au droit à l'injection apporté par le loi Egalim. Tel est l'objet de cet amendement. À la fin du 4° du I de l’article L. ...

Consulter

Amendement N° 2783 au texte N° 526 - Article 1er BA (Rejeté)

La création d'un plan territorial de paysage s'inscrit en parallèle des SCoT et PLU, il nuirait à la lisibilité de l'action publique et augmente sa complexité. Ce document supplémentaire nécessiterait du temps pour mettre en cohérence les PLU et les SCoT, un exercice long et couteux. Le volet paysager SCoT et PLU(i) peut être suffisamment prescriptif et s'imposer aux installations de production d'énergie renouvelable. Les collectivités qui le souhaitent peuvent continuer à établir librement des plans paysage. Cet amendement travaillé avec Intercommunalités de France propose de supprimer l'obligation de créer ces plans. Supprimer cet article. M. Croizier, M. Gumbs, M. Falorni

Consulter

Amendement N° 2916 au texte N° 526 - Après l'article 28 (Irrecevable)

L’arrêté du 19 décembre 2018 stipule que les architectes et urbanistes d'État concourent à la conception et à la mise en œuvre des politiques publiques relatives à l'urbanisme, la construction, l'architecture, l'habitat, le logement, l'aménagement du territoire et l'environnement. Ils contribuent au développement de la qualité architecturale, urbaine et environnementale. Néanmoins, la formation complémentaire dispensée aux élèves architectes et urbanistes de l'État -dont le contenu est défini dans l'arrêté du 6 mai 1994- ne semble pas suffisamment prendre en compte les enjeux relatifs à l'intégration des énergies renouvelables dans la conception et la rénovation ...

Consulter

Amendement N° 2820 au texte N° 526 - Après l'article 6 ter C (Irrecevable)

Les objectifs de décarbonation du secteur des mobilités s’appuient sur le développement rapide des mobilités électriques. Ce dernier nécessite l’installation d’infrastructure de recharge, qui relève d’initiatives privées ou publiques. La Loi d’orientation des mobilités prévoyait un équipement obligatoire dès 2025 des parcs de stationnement des bâtiments non résidentiels. La loi Climat et Résilience étend cette disposition aux parcs de stationnements de plus de 20 places, gérés en délégation de service public, en régie ou via un marché public. L’article L2224-37 du Code général des collectivités territoriales autorise les communes, et les ...

Consulter

Amendement N° 2915 au texte N° 526 - Après l'article 28 (Irrecevable)

L’arrêté du 19 décembre 2018 stipule que les architectes et urbanistes d'État concourent à la conception et à la mise en œuvre des politiques publiques relatives à l'urbanisme, la construction, l'architecture, l'habitat, le logement, l'aménagement du territoire et l'environnement. Ils contribuent au développement de la qualité architecturale, urbaine et environnementale. Néanmoins, la formation complémentaire dispensée aux élèves architectes et urbanistes de l'État -dont le contenu est défini dans l'arrêté du 6 mai 1994- ne semble pas suffisamment prendre en compte les enjeux relatifs à l'intégration des énergies renouvelables dans la conception et la rénovation ...

Consulter

Amendement N° 2912 au texte N° 526 - Après l'article 28 (Irrecevable)

Le présent amendement a pour objet de réaffirmer la volonté du groupe Démocrate d'apporter aux élus locaux la formation nécessaire aux enjeux du dérèglement climatique et de l'adaptation à ses effets. Les récentes annonces du Ministre en charge de la transition écologique et de la cohésion des territoires vont dans ce sens et nous souhaitons concrétiser cette démarche en inscrivant dans la loi que les élus locaux, titulaires d'un mandat éxécutif local, compétent en matière d’aménagement du territoire et d'environnement, puissent bénéficier de cette formation afin de consolider leur compétence à des fins d'acculturation, d’appropriation, d’enrichissement des ...

Consulter

Amendement N° 2909 au texte N° 526 - Après l'article 16 quindecies (Irrecevable)

L’amendement vise à accélérer le développement des substances de mines contenues dans le fluide géothermal, en simplifiant les démarches administratives par l’attribution d’un titre unique d’exploration et d’exploitation de géothermie et de substances de mines contenue dans les saumures dont le lithium. Le lithium sert principalement dans la production des piles et des batteries notamment de type Lithium-Ion. Avec le développement mondial de la mobilité électrique, l’intérêt stratégique de cette ressource devrait augmenter dans les années à venir. Les eaux géothermales recèlent, dans certaines régions, des concentrations qui permettent d’envisager une ...

Consulter

Amendement N° 2897 au texte N° 526 - Article 11 (Adopté)

Actuellement, la sanction prévue en cas de violation de l’obligation d’équiper les parkings de dispositifs de production d’énergie photovoltaïque est optionnelle. Cela risque de priver de toute efficacité cette disposition, qui est pourtant une des plus importantes de ce projet de loi. Cet amendement vise donc à rendre la sanction obligatoire. À l’alinéa 14, substituer aux mots :« peut prononcer »le mot :« prononce ». M. Ott, M. Millienne, M. Cosson, Mme Babault, M. Balanant, Mme Bannier, Mme Bergantz, M. Berta, M. Blanchet, M. Bolo, M. Bourlanges, Mme Brocard, M. Bru, M. Croizier, M. Cubertafon, M. Daubié, Mme Desjonquères, M. Esquenet-Goxes, M. Falorni, ...

Consulter

Amendement N° 2896 au texte N° 526 - Article 11 (Tombe)

Le solaire sur toiture et ombrières a des impacts environnementaux très limités en comparaison des parcs au sol et des autres énergies non-renouvelables. Il ne pose pas de difficultés en termes de conflits d'usages des sols, d’impacts sur la biodiversité ou d’artificialisation, ce qui rend les projets plus acceptables pour les populations. De plus, pour des puissances inférieures à 250 kWc, soit 2 500 m2, l’évaluation environnementale n’est pas systématique et a priori peu demandée par l’Autorité environnementale, ce qui permet d’avancer plus rapidement sur les projets : pas d’étude d’impact, pas d’enquête publique, pas de demande de dérogation ...

Consulter

Amendement N° 2895 au texte N° 526 - Article 9 (Rejeté)

Cet amendement a pour objet de pouvoir autoriser l’installation d’ouvrages nécessaires à la production d’énergie solaire photovoltaïque sur les aéroports et les aérodromes même si les tènements fonciers sont régis par la loi Littoral. La loi Littoral ne permet pas aujourd'hui de procéder à ce type d'installation, pourtant les aéroports et les aérodromes mobilisent des tènements fonciers importants sur lesquels peu d’activités sont autorisées compte tenu de la nécessité de mise en sécurité des sites. Au vu des surfaces comprises dans les aéroports, leur utilisation pour l’installation d’ouvrages nécessaires à la production d’énergie solaire ...

Consulter

Amendement N° 2892 au texte N° 526 - Article 7 (Adopté)

Le but de l’amendement est de permettre aux gestionnaires d’infrastructures de soutenir l’effort de production d’ENR sans entraver ses missions essentielles de sécurité et de disponibilité, à travers la surveillance et les différentes strates de maintenance (corrective, préventive, patrimoniale). En outre, il est également essentiel d’assurer le maintien des accès et circulations exigés par la sécurité ferroviaire et de permettre aux gestionnaires d’infrastructures d’intervenir sur incident sans perte d’efficacité par rapport aux méthodes actuelles et celles de demain (avec ou sans matériel lourd type grue, relevage de matériels roulants). Compléter ...

Consulter

Amendement N° 2894 au texte N° 526 - Article 9 (Retiré)

L’article 9 prévoit des dérogations à la loi Littoral pour implanter des installations photovoltaïques ou de production d'hydrogène renouvelable sur des sites dégradés ou des bassins industriels de saumure saturée. Le présent amendement prévoit que ces installations soient également possibles sur « les emprises foncières des ouvrages d’assainissement d’eau et de production d’eau potable lorsqu’elles contribuent à leur autonomie énergétique ». Dans une logique d’accélération des énergies renouvelables et de préservation des terres agricoles, il semble important de permettre le déploiement des installations photovoltaïques et en priorité sur les zones ...

Consulter

Amendement N° 2893 au texte N° 526 - Article 9 (Rejeté)

Cet amendement propose de préserver les espaces proches du rivage de la dérogation prévue au présent article qui permet l’installation de parcs photovoltaïques sur le littoral en discontinuité de l’urbanisation. Il est, en effet, proposé ici de s’inspirer de la législation autorisant l’implantation d’éoliennes sur le littoral par dérogation au même article L. 121-8 qui exclut les espaces proches du rivage (art. 121-12 du code de l’environnement). À l’alinéa 2, après la référence :« L. 121‑8, »insérer les mots« en dehors des espaces proches du rivage, ». M. Pahun, Mme Babault, M. Balanant, Mme Bannier, Mme Bergantz, M. Millienne, Mme Lasserre, ...

Consulter