⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et juillet 2020

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par sort de l'amendement

Filtrer par député

Résultats 1 à 50 sur 5217 triés par date — trier par pertinence

Amendement N° 1029 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Rejeté)

Le secteur du BTP, après avoir été mis à l’arrêt au cours des premiers mois de l’épidémie, fait désormais face à d’importants surcoûts en raison de la mise en œuvre des gestes barrières et des mesures de protection. Ces surcoûts, qui n’étaient pas prévus lors de la signature des contrats, sont rarement partagés entre l’entreprise du bâtiment, le maitre d’ouvrage et le maître d’œuvre. Cette situation fragilise les entreprises du BTP qui sont par ailleurs confrontées à une forte baisse de la commande tant publique que privée. L’objet de cet amendement est donc d’accompagner la reprise de ces entreprises via la prise en charge d’une partie des ...

Consulter

Amendement N° 804 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

La filière vitivinicole a été particulièrement impactée par la crise sanitaire. Déjà affectée par les retombées de la guerre commerciale avec les USA, la filière a subi de plein fouet les conséquences de la fermeture des bars et restaurants, soit une perte d’au moins 1,5 milliards de chiffres d’affaires. Contraintes de conserver leurs salariés pour entretenir la vigne, les entreprises vitivinicoles ont eu recours de manière marginale au chômage partiel. De plus, la crise a frappé l’ensemble des acteurs du marché viticole : le vigneron vendeur de bouteilles, la coopérative, les vignerons vendeurs de raisins ainsi que les négociants ont tous accusé une importante ...

Consulter

Amendement N° 1095 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Il s’agit d’un amendement de repli par rapport à la demande d’exonération de charges sociales des entreprises des secteurs du BTP pendant la période d’état d’urgence sanitaire, en ajoutant la condition d’une perte de chiffres d’affaires de 50 % pendant cette même période. I. – Après l’alinéa 6, insérer l’alinéa suivant :« 3° Au titre de la période d’emploi couverte par l’état d’urgence sanitaire déclaré par l’article 4 de la loi n° 2020‑290 du 23 mars 2020 et prorogé par l’article 1 de la loi n° 2020‑546 du 11 mai 2020, par les employeurs dont l’activité principale relève des secteurs du bâtiment et des travaux publics qui ont ...

Consulter

Amendement N° 1072 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Le troisième projet de loi de finances rectificative pour 2020 prévoit d’accorder des mesures exceptionnelles dont des exonérations de cotisations et contributions sociales aux entreprises les plus touchées par la crise économique et sanitaire. Alors que le BTP est l’un des secteurs les plus touchés avec une activité réduite à -88% début avril, soit la même chute d’activité que l’hôtellerie-restauration, il est exclu de ce dispositif d’exonération. Compte tenu de son poids dans l’économie et de son importance pour l’activité dans les territoires (le BTP représente 2 millions d’emplois et 11% du PIB), il est proposé d’étendre les mesures exceptionnelles ...

Consulter

Amendement N° 1239 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Les secteurs d’activité fermés administrativement et les entreprises qui les approvisionnent sont sinistrés. L’ensemble de la filière amont de la restauration hors domicile (Coopératives agricoles – entreprises alimentaires– producteurs agricoles), a été très affectées par la brutalité de l’arrêt de leurs marchés qui a plongé la filière dans une situation sans précédent, équivalent à un coma économique. Si l’on prend l’exemple des produits alimentaires, en quelques jours, 160 millions de repas par semaine pris hors domicile ont été stoppés. Or, les produits alimentaires dédiés à la CHD sont prévus pour être cuisinés par des professionnels, et en ...

Consulter

Amendement N° 1092 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Le troisième projet de loi de finances rectificative pour 2020 prévoit d’accorder aux entreprises les plus touchées par la crise économique et sanitaire actuelle des mesures exceptionnelles d’exonération de cotisations et contributions sociales ainsi que des remises de dettes et des plans d’apurement. Ces mesures permettront aux entreprises de réduire les passifs sociaux et dégager très rapidement de la trésorerie en particulier pour les TPE et PME. L’article 18 prévoit également une mesure exceptionnelle d’exonération de cotisations et contributions sociales personnelles de sécurité sociales dues par les travailleurs indépendants. Ces mesures sont proposées aux ...

Consulter

Amendement N° 1094 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Le secteur du BTP, après avoir été mis à l’arrêt au cours des premiers mois de l’épidémie, fait désormais face à d’importants surcoûts en raison de la mise en œuvre des gestes barrières et des mesures de protection, édictés par le guide de l’OPPBTP. Ces surcoûts sont multiples. Les entreprises ont tout d’abord des surcoûts directs liés à l’achat en quantité de masques, gel ou d’installations de protection sur les chantiers. Il faut également intégrer tous les surcoûts indirects, au nombre desquels la perte de productivité des chantiers, la perte de rendement du fait des nouvelles conditions de travail, les variations du coût des matières premières ou ...

Consulter

Amendement N° 1573 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Dans les territoires fortement touristiques, comme Paris, la côte d'Azur, la Corse, la côte atlantique..., les secteurs dont l’activité dépend de l'activité touristique et du niveau de fréquentation touristique des territoires sont autant impactés que les entreprises du tourisme stricto sensu (agroalimentaire, viticulture, pisciculture…) ; et ce, d'autant plus que la reprise est très timide et que la saison estivale à venir sera sensiblement mauvaise, voire quasi nulle dans certains endroits. C'est pourquoi, s'il faut saluer la prise en compte de ces entreprises dans les mesures du plan tourisme en termes d'exonération des charges, la règle des 80 % de baisse de chiffre ...

Consulter

Amendement N° 1073 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

De nombreux secteurs d'activité ont été particulièrement impactés par la crise sanitaire, c'est notamment le cas des secteurs dont l'activité dépend fortement de celle des CHR et des transports et qui ont vu leur chiffre d'affaire drastiquement diminuer au titre de la période comprise entre le 1er février et le 31 mai 2020. Les mesures d’exonérations prévues par l’article 18 du texte sont trop restrictives et ne permettront pas de soulager la grande majorité de ces entreprises face à la crise. Pire encore, une restriction trop importante du périmètre d'exonération crée d'importants effets de seuil et exclue de nombreuses entreprises dont la santé économique et ...

Consulter

Amendement N° 1567 rectifié au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Retiré)

Le crédit d’impôt pour certains investissements réalisés et exploités en Corse (CIIC) est un dispositif fiscal, créé en 2002 par la loi sur le statut de la Corse, afin de soutenir directement l’investissement des PME et TPE corses qui arrive à échéance au 31 décembre 2020. Comme l’indique le rapport « Pour une économie corse du XXIe siècle » publié en octobre 2018 par l’inspection générale des finances, le CIIC est une mesure fiscale importante pour l’île en ce qu’elle permet aux entreprises corses de modérer les contraintes de l’insularité car « les besoins d’équipement sont supérieurs pour les PME corses, en comparaison de leurs homologues de France ...

Consulter

Amendement N° 1568 rectifié au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Retiré)

Le crédit d’impôt pour certains investissements réalisés et exploités en Corse (CIIC) est un dispositif fiscal, créé en 2002 par la loi sur le statut de la Corse, afin de soutenir directement l’investissement des PME et TPE corses qui arrive à échéance au 31 décembre 2020. Comme l’indique le rapport « Pour une économie corse du XXIe siècle » publié en octobre 2018 par l’inspection générale des finances, le CIIC est une mesure fiscale importante pour l’île en ce qu’elle permet aux entreprises corses de modérer les contraintes de l’insularité car « les besoins d’équipement sont supérieurs pour les PME corses, en comparaison de leurs homologues de France ...

Consulter

Amendement N° 639 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Non soutenu)

Cet article propose de mettre en place des dispositions fiscales incitatives en faveur de la restauration de la qualité des sols, dans l’objectif, notamment, de dynamiser la reconversion des friches, en permettant de taxer plus lourdement les terrains pollués et en allégeant les charges pour les démarches de dépollution. Il s’agit en l’espèce d’exonérer de publicité foncière ou de droits d’enregistrement les acquisitions d’immeubles situés sur les sites pollués ou en friche si l’acte de vente contient l’engagement de réaliser des travaux de diagnostic ou de dépollution. L’objectif est de contribuer à mobiliser des fonciers déjà artificialisés, disponibles ...

Consulter

Amendement N° 628 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Retiré)

Cet article propose de mettre en place diverses dispositions fiscales incitatives en faveur de la restauration de la qualité des sols, dans l’objectif, notamment, de dynamiser la reconversion des friches, en permettant de taxer plus lourdement les terrains pollués et en allégeant les charges pour les démarches de dépollution. Il s’agit en l’espèce de majorer de 100 % la part de la taxe sur la foncier bâti ou non bâti qui lui revient pour un propriétaire qui aurait gardé un site en friche pendant au moins 5 ans. L’objectif est de contribuer à mobiliser des fonciers déjà artificialisés, disponibles car plus exploités et de limiter l’étalement urbain et ...

Consulter

Amendement N° 1012 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Rejeté)

De nombreux EPCI à fiscalité propre sont concernés par la nécessité de produire un rapport de CLECT en 2020 notamment les communautés d’agglomération, compétentes depuis le 1er janvier en matière de gestion des eaux pluviales urbaines. Cette obligation concerne également les EPCI à fiscalité propre issus de fusion et les EPCI ayant reçu de nouvelles compétences au 1er janvier 2020. Cependant, la crise COVID a empêché le travail des CLECT de se dérouler normalement, les urgences à gérer le report des élections et la difficulté de réunir des élus ont freiné ce travail important d’évaluation. Or la loi impose aux communautés de transmettre ce rapport dans les 9 ...

Consulter

Amendement N° 813 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Cet amendement vise à ce que les dispositifs exceptionnels d'exonération de cotisations patronales, d'aide au paiement des cotisations, de remises de dettes et plans d'apurement dont bénéficieront les PME/TPE puissent également aider les entreprises sous-traitantes du secteur ferroviaire. Puisque non-seulement ce secteur se trouve en grande difficulté financière (plus de 4 Md€ de perte pour la SNCF prévues en 2020) mais il est aussi un secteur clé de la transition écologique et solidaire. I. – À l’alinéa 4, après le mot :« aérien »,insérer les mots :« et ferroviaire ». M. François-Michel Lambert, M. Acquaviva, M. Colombani, M. Lassalle, M. Pancher, M. ...

Consulter

Amendement N° 825 au texte N° 3074 - Après l'article 18 (Retiré)

La crise sanitaire du Covid-19 a très grandement fragilisé l’économie française, appelant l’État à soutenir financièrement les entreprises en difficulté. Toutefois, afin de ne pas aggraver la crise écologique, il est urgent que la société française et ses entreprises accélèrent leur transition. Outre la nécessité de soutenir les entreprises, cet amendement entend favoriser cette transition écologique qui apparaît tout aussi nécessaire. A cet égard, les soutiens financiers de l’État aux entreprises dont les seuils sont précisés à l’alinéa 2° de l’article R. 225‑104 du code de commerce (100 millions d’euros pour le total du bilan, 100 millions d’euros ...

Consulter

Amendement N° 983 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Rejeté)

Si le prêt garanti d’État (PGE) est un outil bien adapté à nos besoins de trésorerie à court terme, ses conditions de remboursement sont inadaptées à la situation financière des entreprises et à leur capacité à dégager un flux de liquidités suffisant. En effet, selon l’Insee, la baisse d’activité pourrait être inférieure à 30 % dans les DOM et atteindrait un niveau maximal en Corse avec - 35 %. Fin 2020, une très grande majorité de des entreprises présentes en Corse ou dans les DOM-ROM aura donc une trésorerie fortement impactée par la crise du Covid19. La reprise escomptée en 2021 ne permettra, au mieux, que d’éviter d’aggraver cette situation. Le ...

Consulter

Amendement N° 982 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Rejeté)

Si le prêt garanti d’État (PGE) est un outil bien adapté à nos besoins de trésorerie à court terme, ses conditions de remboursement sont inadaptées à la situation financière des entreprises et à leur capacité à dégager un flux de liquidités suffisant. La rentabilité des entreprises du secteur du spectacle vivant est faible et leur niveau de flux de liquidités dégagé chaque année l’est tout autant. Fin 2020, une très grande majorité de ces entreprises auront une trésorerie négative. La reprise escomptée en 2021 ne permettra, au mieux, que d’éviter d’aggraver cette situation. Le présent amendement propose donc d’aménager les conditions du PGE, afin de ...

Consulter

Amendement N° 974 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Retiré)

Comme le souligne l’Insee dans une note conjoncturelle publiée le 7 mai 2020, la Corse fait ainsi partie des territoires les plus impactés par la crise du Covid-19 : l’activité économique a chuté de 35 %. En effet, les secteurs surreprésentés sur l’île sont aussi ceux qui figurent parmi les plus impactés dans la période. En particulier, parmi les services marchands, le commerce, le transport et l’entreposage et l’hébergement-restauration enregistrent des pertes estimées entre 47 et 90 %. Ces branches représentent 24 % de la valeur ajoutée (VA) insulaire contre 18 % en France métropolitaine. Face à ce constat, cet amendement a pour objectif d’étendre dans la ...

Consulter

Amendement N° 977 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Retiré)

Cet amendement vise à intégrer au sein du crédit d’impôt pour investissements réalisés et exploités par les PME en Corse (CIIC) les établissements de santé réalisant des activités lucratives, par exemple les cliniques. Ces dernières réalisent certes une activité commerciale, et, compte tenu de leur petite taille et de leurs faibles effectifs de personnels, escomptaient légitimement être éligibles à ce crédit d’impôt. Pour autant la doctrine fiscale en Corse ne leur a pas octroyé cet avantage fiscal. Le présent amendement vise à intégrer explicitement ces établissements dans le crédit d’impôt. Compte tenu de faible nombre d’établissements de ce type, ...

Consulter

Amendement N° 975 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Retiré)

Comme le souligne l’Insee dans une note conjoncturelle publiée le 7 mai 2020, la Corse fait ainsi partie des territoires les plus impactés par la crise du Covid-19 : l’activité économique a chuté de 35 %. En effet, les secteurs surreprésentés sur l’île sont aussi ceux qui figurent parmi les plus impactés dans la période. En particulier, parmi les services marchands, le commerce, le transport et l’entreposage et l’hébergement-restauration enregistrent des pertes estimées entre 47 et 90 %. Ces branches représentent 24 % de la valeur ajoutée (VA) insulaire contre 18 % en France métropolitaine. Face à ce constat, cet amendement a pour objectif d’étendre dans la ...

Consulter

Amendement N° 1204 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Retiré)

Cet amendement vise à proroger pour une période de cinq ans le dispositif fiscal du Crédit d’Impôt Corse. Le Crédit d’Impôt pour l’Investissement est déterminé en appliquant au prix de revient de l’investissement y ouvrant droit, diminué le cas échéant des subventions publiques accordées pour sa réalisation, un taux de 20 %. Ce taux est porté à 30 % pour les entreprises employant moins de onze salariés et dont le chiffre d’affaires annuel (ou le total du bilan annuel) n’excède pas deux millions d’euros. Le Crédit d’Impôt pour l’Investissement résulte d’une règlementation nationale mais constitue aussi un régime notifié par la France auprès des ...

Consulter

Amendement N° 831 au texte N° 3074 - Après l'article 18 (Rejeté)

Cet amendement vise à s’assurer que les aides publiques reçues dans le cadre de la crise sanitaire par les entreprises remplissent leur but et ne soient pas redistribuées sous forme de dividendes aux actionnaires. C’est pourquoi le présent amendement conditionne le bénéfice des aides aux entreprises liées au Covid à un engagement des entreprises à ne pas verser de dividendes l’année où les aides sont versées. Le non-respect de ces conditions entraînerait une sanction financière égale à 4 % du montant du chiffre d’affaires annuel total. Cet amendement est issu d’une proposition de l’organisation Oxfam. I. – Le bénéfice, pour les entreprises soumises à ...

Consulter

Amendement N° 984 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Rejeté)

Seul un petit nombre d’entreprises pourront rembourser en 6 ans leur « PGE ». Pour permettre aux entreprises de respecter leurs engagements, tout en conservant une capacité d’investissement, les auteurs présent amendement souhaitent que l’arrêté du 23 mars 2020 accordant la garantie de l’État aux établissements de crédit et sociétés de financement, ainsi qu’aux prêteurs mentionnés à l’article L. 548‑1 du code monétaire et financier, en application de l’article 6 de la loi n° 2020‑289 du 23 mars 2020 de finances rectificative pour 2020 soient modifiés, afin de porter la durée maximale d’amortissement du PGE après la période de franchise de 5 à 8 ans. ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1130 au texte N° 2658 - Article 4 bis (Rejeté)

Cet amendement vise à supprimer un article introduit au Sénat qui interdit la transcription totale de l’acte de naissance ou du jugement étranger établissant la filiation d’un enfant né d’une GPA lorsqu’il mentionne comme mère une autre femme que celle qui a accouché ou deux pères. Cet article entraînera une trop grande insécurité juridique pour les enfants concernés. Par ailleurs, il est contraire à l’article 310‑3 du code civil qui dispose que : « la filiation se prouve par l’acte de naissance ». Supprimer cet article. Mme Pinel, M. Philippe Vigier, M. Clément, M. Colombani, M. Charles de Courson, Mme Dubié, Mme Frédérique Dumas, Mme Josso, M. Molac, M. ...

Consulter

Amendement N° 596 au texte N° 3074 - Après l'article 6 (Rejeté)

Le transport public a joué un rôle essentiel pendant la crise sanitaire en garantissant un service minimum pour les personnels soignants et pour les salariés des activités économiques essentielles. Dans le cadre de la relance économique et écologique annoncée par le Président de la République, le transport public aura un rôle clé pour la transition écologique des mobilités au service d’une reprise durable des activités. Plus concrètement en période de déconfinement des transports publics efficaces sont le meilleur gage pour éviter un retour massif à l’usage de la voiture individuelle pour les trajets du quotidien, aussi bien dans les métropoles que sur les ...

Consulter

Amendement N° 622 au texte N° 3074 - Après l'article 6 (Rejeté)

Cet amendement permet de rembourser la TVA aux collectivités pour la vente de l’usage afin de développer l’économie de fonctionnalité. Pour développer l’économie de fonctionnalité́, le levier de la commande publique est primordial. Cependant, les règles relatives à la comptabilité́ publique incitent les collectivités à préférer l’achat de biens plutôt que le recours à la location. L’Etat rembourse aux collectivités locales la TVA qu’elles ont supportée lors de l’acquisition d’un bien d’équipement, ce qui n’est pas le cas pour les dépenses liées au paiement de l’usage. Il convient de mettre fin à cette inégalité en autorisant également ce ...

Consulter

Amendement N° 1566 au texte N° 3074 - Après l'article 6 (Adopté)

Comme pour les collectivités d'outre-mer, la Corse, collectivité territoriale à statut particulier, détient un panier spécifique de recettes différentes des régions de droit commun ; lesquelles sont notamment corrélées au niveau d'activité économique et de consommation que les effets de la pandémie de Covid-19 ont particulièrement affecté (notamment la taxe sur les transports aériens de voyageurs). Les simulations effectuées par la collectivité de Corse, rien que pour la taxe de transports sur les voyageurs, affichent une perte de 25 millions d'euros (le budget prévisionnel pour 2020 affichait une rentrée de près de 36 millions d’€ pour ce poste). C'est pourquoi, il ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1133 au texte N° 2658 - Article 29 A (Rejeté)

Cet amendement vise à réintroduire une disposition adoptée à l'Assemblée nationale, mais supprimée au Sénat, dont l'objet est de créer une délégation parlementaire à la bioéthique. Nous regrettons cette suppression car la création d'une telle délégation représente une avancée importante pour mieux prendre en compte les enjeux de bioéthique à nos travaux législatifs, accroître notre expertise sur ces questions, et nourrir une réflexion continue, en dehors des moments de révisions. Les missions de contrôle du gouvernement et d’évaluation des politiques publiques du Parlement sont primordiales. Le projet de loi dans sa rédaction initiale ne prévoyait pourtant aucun ...

Consulter

Amendement N° 1258 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Rejeté)

En cas de pertes de récoltes sur pied par suite d’événements extraordinaires, les contribuables peuvent bénéficier d’un dégrèvement de taxe foncière sur les propriétés non bâties. Les réclamations doivent être présentées soit quinze jours au moins avant la date où commence habituellement l’enlèvement des récoltes, soit dans les quinze jours du sinistre. Ces délais sont inadaptés pour les pertes subies pour les récoltes forestières. Les coupes de bois ne s’opèrent pas annuellement sur les peuplements forestiers. Et il est souvent difficile d’apprécier l’impact d’un sinistre dans les quinze jours où il survient. L’épidémie qui entraîne actuellement ...

Consulter

Amendement N° 1331 au texte N° 3074 - Article 9 (Retiré)

Cet amendement vise à créer un fonds d’urgence doté de 10 millions d’euros en direction des Ressourceries, recycleries. Le réemploi solidaire a subi de plein fouet les lourdes conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire liée au covid-19. Pour la première fois de son histoire, Emmaüs a fait un appel aux dons pour sa survie. Ressourceries, recycleries, structures Emmaüs ont perdu plus de 50 millions d’euros durant les deux mois de confinement. Et la reprise s’annonce difficile. Annule 10 millions d'euros d'autorisations d'engagement et de crédits de paiement sur l'action 01 « Renforcement exceptionnel des participations financières de l'État dans le ...

Consulter

Amendement N° 1455 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Non soutenu)

La tarification incitative, qui permet de faire payer les usagers du service public en fonction de la quantité de déchets qu’ils produisent, est un outil essentiel de la prévention des déchets. Elle permet d’orienter les comportements de consommation pour réduire la production de déchets et contribue significativement à faire mieux appliquer le geste de tri. Ainsi, la loi de transition énergétique prévoit que 25 M de Français seront couvert par ce dispositif en 2025. La mise en place de ce dispositif, que ce soit sous la forme d’une redevance incitative, ou sous la forme d’une taxe d’enlèvement des ordures ménagères intégrant une part incitative (TEOMI), est ...

Consulter

Amendement N° 1243 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Retiré)

L’objet de cet amendement est de permettre aux exploitants agricoles d’opter pour une assiette de cotisations sociales et de contributions sociales basée sur les revenus de l’année en cours, alors que les règles actuelles conduisent à calculer les cotisations d’une année sur la base des revenus des années antérieures. Cette évolution qui s’inscrit dans la mouvance de ce qui a été fait pour l’impôt avec l’instauration du prélèvement à la source, permettra d’adapter le montant des cotisations aux résultats contemporains des exploitants. Cette évolution est d’autant plus souhaitable que, du fait de la crise sanitaire, et même si l’agriculture est ...

Consulter

Amendement N° 1030 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Rejeté)

Plusieurs communes et EPCI ont choisi de faire voter leurs taux de fiscalité directe locale par les équipes municipales ou communautaires sortantes. D’autres communes et EPCI ont choisi de procéder à ce vote après l’installation des conseils municipaux et communautaires. Ainsi, pour tenir compte de la crise sanitaire liée au Covid 19, l’ordonnance n° 2020-330 du 25 mars 2020 relative aux mesures de continuité budgétaire, financière et fiscale des collectivités territoriales et des établissements publics locaux afin de faire face aux conséquences de l'épidémie de covid-19, a reporté la date limite avant laquelle les taux de fiscalité directe locale au titre de 2020 ...

Consulter

Amendement N° 1246 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Retiré)

L’objet de cet amendement est de tenir compte des pertes importantes de revenus que vont subir un certain nombre d’agriculteurs, notamment des viticulteurs, en raison de la crise sanitaire. Il s’agit de permettre à ces exploitants, à titre dérogatoire, de calculer leurs cotisations sociales sur le résultat actuel, alors que la règle en vigueur prévoit de calculer les cotisations sur les revenus passés (soit sur une moyenne des trois années précédentes, soit sur la seule année précédente). Cette règle dite de l’année N, qui a été appliquée de 1994 à 2000, plus juste dans son principe, a été abandonnée en raison d’une complexité administrative plus grande. En ...

Consulter

Amendement N° 1727 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Non soutenu)

La contribution sociale généralisée (CSG) est au même titre que la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) une taxe destinée à financer la protection sociale en France. Compte-tenu de la contribution importante des organisations à la prise en charge de la protection sociale des plus fragiles, il parait souhaitable d’ouvrir un mécanisme d’exception pour les contribuables-donateurs non assujettis pouvant ainsi flécher une partie de cet impôt indirect-obligatoire sur les causes qui lui sont chères. Cela permettrait aussi d’indiquer aux donateurs non-imposables que leur don, quel qu’en soit le montant, a la même reconnaissance publique que celui des ...

Consulter

Amendement N° 1268 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Tombe)

Cet amendement a pour objet de reporter d’une année la suppression de la déclaration préalable de profession prévue par la loi de finances pour 2020. L’article 302 D bis du code général des impôts prévoit la possibilité d’exonérer du paiement des droits d’accises les entreprises qui utilisent de l’alcool dans certaines hypothèses qu’il détaille. Actuellement, les opérateurs qui veulent bénéficier de ces exonérations doivent déposer auprès de l’administration des douanes et droits indirects une déclaration préalable de profession en vue d’obtenir un numéro d’utilisateur. L’article 185 de la loi de finances pour 2020 prévoit la suppression cette ...

Consulter

Amendement N° 1032 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Rejeté)

Le secteur de la restauration, de l'hôtellerie, des loisirs et des activités du tourisme représente le sixième plus gros employeur de France. Pour rappel, la restauration représente 60% de l'activité du tourisme et compte 960.000 employés. Des effectifs auxquels il convient d'ajouter les 400.000 saisonniers qui trouvent un emploi chaque année, dont les trois quarts pendant la saison estivale. Ils sont vendeurs de glaces, animateurs en villages de vacances, techniciens, agents de sécurité, plagistes, et sont indispensables au fonctionnement de nombreuses structures. Cependant, force est de constater que les employés saisonniers sont les oubliés du plan tourisme annoncé le 14 mai ...

Consulter

Amendement N° 1031 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Non soutenu)

Le 14 mai 2020, le Premier ministre a annoncé le lancement d’un plan de soutien interministériel de 18 milliards d’euros à destination du secteur touristique. Élaboré par le Comité interministériel du tourisme, instance qui réunit tous les acteurs du tourisme en France (élus locaux, organisations syndicales, entreprises, opérateurs et membres du Gouvernement), ce plan doit permettre de répondre à la crise sanitaire qui a très fortement touché le secteur touristique. La crise sanitaire que nous connaissons est lourde de conséquence pour de nombreux secteurs et l’agritourisme ne fait pas exception. Pour autant ce secteur n’est pas intégré au plan tourisme annoncé par ...

Consulter

Amendement N° 1575 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Face à la violence des répercussions économiques et sociales de l'épidémie de Covid-19 sur le secteur du tourisme, il est indispensable de le soutenir massivement, en créant notamment les conditions pour recourir le moins possible aux prêts bancaires massifs prévus par les plans gouvernementaux que bon nombre d'entreprises peineront à rembourser par la suite. Même si ces prêts sont garantis par l’État, les incertitudes du marché sont telles que plusieurs entreprises ne souhaitent pas se lancer, à juste titre, dans la souscription de prêts tous azimuts car le risque d'endettement incontrôlable futur est trop grand. C'est pourquoi, l'exonération des charges jusqu'à la fin ...

Consulter

Amendement N° 1069 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

L'épidémie de la Covid_19 a engendré de considérables pertes financières pour une multitude de secteurs dont l’activité a été totalement arrêtée en raisons des fermetures administratives imposées, ainsi que, des restrictions de circulation. Parmi ceux-ci, le secteur de l’agroalimentaire a connu un effondrement de son chiffre d’affaire. En effet, la majorité des acteurs du secteurs sont des fournisseurs, notamment de l’hôtellerie et de la restauration. Trop souvent ces entreprises sont oubliées dans les mesures apportées en réponse aux difficultés économiques liées à la crise sanitaire. Directement liées à l’activité touristique, ce secteur doit être soutenu ...

Consulter

Amendement N° 1066 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Interrogé à l’occasion de la séance de Questions au Gouvernement du 9 juin dernier sur la situation des producteurs de lait et de fromages AOP, Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a rappelé sa volonté de soutenir les fromages sous signes de qualité. Il a profité de cette occasion pour annoncer que la filière laitière sera éligible, dans ce nouveau PLFR aux exonérations de cotisations. Bien qu’insuffisantes pour compenser les besoins réels des acteurs, la perte de rémunération des producteurs évaluée aujourd’hui à 17 millions d’euros, cette annonce était attendue par la filière. Pour autant, malgré cet engagement devant la ...

Consulter

Amendement N° 1612 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

L’article 18 du projet de loi prévoit que l’exonération temporaire de cotisations patronales s’applique au profit des entreprises des secteurs dont l’activité dépend des secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, du sport, de la culture, du transport aérien et de l’évènementiel. Le projet de loi précise que ces exonérations s’appliqueront sous réserve de justifier d’une « très forte baisse de leur chiffre d’affaires ». Afin d'aider le plus possible les entreprises présentes en Corse et en outre-mer, l'amendement précise que pour ces territoires, le niveau de référence de la perte de chiffre d’affaires est de 50 % du chiffre d’affaires ...

Consulter

Amendement N° 1142 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

La France est le pays le plus visité au monde, avec plus de 89 millions d’arrivées de touristes internationaux en 2018. Elle se situe au 3ème rang mondial en terme de recettes, derrière l'Espagne et les Etats-Unis (55,5 milliards d’euros en 2018). La consommation touristique intérieure atteignait même 7,4 % du PIB français en 2018. La crise du coronavirus a fortement impacté ce secteur et les dirigeants d’entreprise du tourisme dépeignent sans surprise des perspectives inquiétantes pour leur activité. Ainsi, pour l’année 2020, le secteur estime que la crise du Covid-19 aura un impact moyen de 40% sur leur chiffre d’affaires. Face à ce constat, cet amendement propose ...

Consulter

Amendement N° 1200 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Cet amendement a pour but d’étendre le dispositif d’exonération de cotisations patronales et de contributions sociales à l’ensemble des entreprises corses de moins de 250 salariés et sur une durée allant jusqu’au 31 décembre 2020. En effet, les conséquences de la crise sanitaire vont particulièrement bouleverser le tissu entrepreneurial corse et ses conséquences seront d’autant plus durables qu’il existe une transversalité très marquée entre les secteurs économiques qui accentue à l’extrême l’impact du tourisme et de la saison touristique sur l’ensemble du tissu économique insulaire. Or, cette saison touristique 2020 sera très courte voire quasi ...

Consulter

Amendement N° 1053 au texte N° 3074 - Article 18 (Retiré)

La relance du transport maritime de passagers constitue un élément essentiel et structurant pour l’économie et le tourisme en Corse. Ainsi, en 2017, les compagnies maritimes ont transporté un peu plus de quatre millions de passagers au départ ou à l'arrivée de la Corse, hors croisières. Le secteur du transport maritime de passagers est l’un des plus durement touchés par les conséquences du COVID-19, son activité est à ce jour à l’arrêt. Ce secteur d’activité devra affronter un défi sans égal depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale pour se relever de cette crise alors qu’il joue un rôle essentiel pour l’économie insulaire. Cet amendement d’appel vise à ...

Consulter

Amendement N° 1070 au texte N° 3074 - Article 18 (Non soutenu)

La crise sanitaire que nous connaissons est lourde de conséquence pour de nombreux secteurs. Le tourisme est touché de plein fouet et l'agritourisme ne fait pas exception. Cet amendement vise donc à faire bénéficier d’exonération de cotisations et contributions sociales le secteur de l'agritourisme qui contribue fortement à l'emploi et au maintien de l'activité dans nos territoires. L'aide à ce secteur est donc primoridial. À l’alinéa 4, après le mot :« aérien »,insérer les mots :« , de l'agritourisme ». M. Pancher, M. Pupponi, M. Colombani, M. François-Michel Lambert, M. Lassalle

Consulter

Amendement N° 522 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Les entreprises de l'économie sociale et solidaire L’UDES (Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire) a adressé, le 19 mars dernier, un courrier au Premier Ministre pour lui faire état à date des difficultés économiques rencontrées dans l’ESS (économie sociale et solidaire). En effet, tous les secteurs de l’économie sociale et solidaire sont touchés par cette crise. Dans le tourisme social et familial, la grande majorité des structures sont gravement impactées. Dans le secteur de l’animation, toutes les activités en milieu scolaire sont annulées. Les structures d’accueil petite enfance, enfance et jeunesse sont en cessation totales d’activités. ...

Consulter

Amendement N° 1051 au texte N° 3074 - Article 18 (Rejeté)

Cet amendement vise à différencier la période de référence de l'exonération de cotisations patronales selon la classification des territoires en zone verte ou orange par l'article 4 du décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire. En effet, les employeurs présents dans les territoires classés « orange », qui concernait les départements d'Ile-de-France, de Guyane et de Mayotte, n'ont pas pu reprendre une activité normale du fait des contraintes sanitaires. Ainsi, les restaurants et bars ont dû limiter leurs services aux seules terrasses réduisant ...

Consulter

Amendement N° 1251 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Rejeté)

Les activités viticoles sont diversement impactées par les restrictions de circulation mises en place pour lutter contre le Covid-19. Certains viticulteurs ont subi les conséquences immédiates de la fermeture comme de la désorganisation de certains marchés ou circuits de commercialisation, et sont actuellement confrontés à des difficultés financières très importantes. De nombreux producteurs de vins et spiritueux n’ont ainsi pu écouler la totalité de leur production dans des conditions normales et constateront une augmentation importante de leur stock de produits finis à la clôture de leur exercice clos entre le 30 avril 2020 et le 31 mars 2021. Afin d’éviter que les ...

Consulter