⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et janvier 2022

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par sort de l'amendement

Filtrer par député

Résultats 1 à 50 sur 2630 triés par date — trier par pertinence

Amendement N° 2160 au texte N° 3181 - Article 19 quater (Adopté)

Il est proposé de modifier l’article 19quater qui crée un cadre législatif spécifique pour le dépistage néonatal tenant compte des avancées scientifiques et thérapeutiques récentes ou à venir. L’amendement proposé a pour objet de rappeler que le dépistage néonatal constitue un programme national de santé. A ce titre, il concerne tous les nouveau-nés ou tous ceux présentant un risque particulier de développer l’une des maladies listées par arrêté. En conséquence, il est nécessairement totalement pris en charge par la solidarité nationale pour répondre à l’objectif d’égalité en santé. Enfin et pour tenir compte des spécificités du dépistage néonatal, ...

Consulter

Amendement N° 436 au texte N° 3181 - Article 19 quater (Retiré avant séance)

Le présent amendement vise à permettre la révision de la liste fixant les maladies donnant lieu à un dépistage néonatal. Ce dépistage, pratiqué immédiatement après la naissance par l’analyse d’une goutte de sang prélevé sur chaque enfant, permet de détecter au plus tôt la présence d’éventuelles maladies rares afin de maximiser les chances de survie de chaque nouveau-né. Malheureusement, la France est très en retard dans ce domaine par rapport aux autres pays développés. En effet, ne sont dépistées dans notre pays que cinq maladies rares dans le cadre du dépistage néonatal. A titre de comparaison, beaucoup de pays européens en diagnostiquent au moins vingt et ...

Consulter

Amendement N° 2033 au texte N° 3181 - Article 19 quater (Retiré avant séance)

La présente rédaction vise d’une part à élever au niveau législatif le cadre juridique du dépistage néonatal, aujourd’hui circonscrit au niveau réglementaire et, d’autre part, à clarifier les techniques de dépistage utilisée biologiques et génétiques. Rédiger ainsi cet article :« Après l’article L. 1411‑6 du code de la santé publique, il est inséré un article L. 1411‑6-1 ainsi rédigé :« Art. L. 1411‑6‑1. –Le dépistage néonatal recourant à des examens de biologie médicale ou à des examens de caractéristiques génétiques constitue un programme de santé national au sens de l’article L. 1411‑6.« Les modalités d’organisation ...

Consulter

Amendement N° 435 au texte N° 3181 - Article 30 (Rejeté)

Cet amendement vise à placer l’Agence de la biomédecine sous la double tutelle du ministre chargé de la santé et du ministre chargé de la recherche. En effet, le champ de compétences de cet établissement public est directement lié aux prérogatives du ministre de la recherche. Il apparaît donc pertinent que celui-ci soit associé au ministre de la santé dans les activités de contrôle réglementaire de l’agence. Après l’alinéa 2, insérer l’alinéa suivant :« aa)Le premier alinéa est complété par les mots : « et du ministre chargé de la recherche » ; ». M. Berta, Mme de Vaucouleurs, Mme Elimas, M. Fuchs, M. Hammouche, M. Isaac-Sibille, M. Balanant, Mme ...

Consulter

Amendement N° 434 au texte N° 3181 - Article 29 (Rejeté)

La liste des organismes des secteurs de la recherche et de la santé représentés au sein du Comité consultatif national d’éthique relevait jusqu’à présent du domaine de la loi. Cet amendement vise à conserver pour le Parlement la possibilité de se prononcer sur la composition de la liste des organismes représentés, essentielle pour assurer la pleine représentation de la recherche française dans sa pluralité. Substituer à l’alinéa 15 les neuf alinéas suivants :« 5° Quinze personnalités appartenant au secteur de la recherche, soit :« - un membre de l’Académie des sciences, proposé par son président ;« - un membre de l’Académie nationale de ...

Consulter

Amendement N° 1305 au texte N° 3181 - Article 22 bis (Irrecevable)

Cet amendement a été déclaré irrecevable après publication en application de l'article 98 du règlement de l'Assemblée nationale M. Berta, Mme de Vaucouleurs, Mme Elimas, M. Fuchs, M. Hammouche, M. Isaac-Sibille, M. Balanant, Mme Bannier, M. Barrot, M. Baudu, Mme Benin, M. Bolo, M. Bourlanges, M. Bru, M. Cubertafon, Mme de Sarnez, Mme Deprez-Audebert, M. Duvergé, Mme El Haïry, Mme Essayan, M. Fanget, Mme Florennes, M. Garcia, Mme Jacquier-Laforge, M. Joncour, M. Lagleize, M. Lainé, M. Laqhila, Mme Lasserre, M. Latombe, M. Loiseau, Mme Luquet, M. Mathiasin, M. Mattei, Mme Mette, M. Michel-Kleisbauer, M. Mignola, M. Millienne, M. Pahun, M. Frédéric Petit, Mme Maud Petit, Mme ...

Consulter

Amendement N° 1891 au texte N° 3074 - Article 18 (Non soutenu)

La filière vitivinicole a été particulièrement impactée par la crise sanitaire. Or, à l’inverse de nombreux secteurs, les entreprises vitivinicoles n’ont pas eu recours dans leur très grande majorité au chômage partiel et ont continué à rémunérer leurs salariés pour continuer l’entretien de la vigne en prévision de la récolte à venir. Cette crise, qui vient affecter un secteur déjà fragilisé, notamment par la taxation des vins français à leur entrée aux États-Unis, a des répercussions sur l’ensemble des marchés viticoles. Toutes les exploitations sont frappées sans exception, du vigneron vendeur de bouteilles à la coopérative, en passant par les ...

Consulter

Amendement N° 2189 au texte N° 3074 - Article 18 (Tombe)

Le présent amendement vise à soutenir les travailleurs indépendants en étalant le paiement de leurs cotisations sociales. Il met en cohérence le dispositif d’apurement des dettes sociales des travailleurs indépendants avec les modalités de report de leurs échéances de cotisations sociales durant la crise du COVID-19, tout en rétablissant une équité de traitement avec les facilités de paiement offertes aux entreprises de moins de 250 salariés. Le projet de texte autorise les organismes de Sécurité sociale à proposer des plans d’apurement aux entreprises de moins de 250 salariés sans même qu’elles n’en formulent la demande. L’amendement étend cette autorisation ...

Consulter

Amendement N° 1829 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Non soutenu)

Cet amendement vise à reporter exceptionnellement d’une année maximum l’élaboration et la transmission du rapport de la CLECT aux communes membres (30 septembre 2021) : les EPCI à fiscalité propre seraient dans l’obligation de verser des attributions de compensations provisoires qui pourront faire l’objet d’une correction une fois le travail de la CLECT finalisé en 2021. De nombreux EPCI à fiscalité propre sont concernés par la nécessité de produire un rapport de CLECT en 2020 notamment les communautés d’agglomération, compétentes depuis le 1er janvier en matière de gestion des eaux pluviales urbaines. Cette obligation concerne également les EPCI à fiscalité ...

Consulter

Amendement N° 2164 au texte N° 3074 - Après l'article 4 (Adopté)

Par principe, tous les organismes sans but lucratif peuvent être bénéficiaires d’une assurance vie, cependant tous ne sont pas exonérés des droits de mutation à titre gratuit et donc de prélèvement sur ces assurances vies. Les organismes exonérés de droit de mutation à titre gratuit sont également exonérés des prélèvements sur les AV du 757 B et du 990-I. En l’état actuel des textes, les organismes bénéficiaires d’une assurance-vie doivent fournir un certificat de non-exigibilité de l’imposition (CGI, art. 806 III et annexe II, art. 292 B). Or, ces formalités ont pour conséquence de retarder le versement des sommes. À l’occasion du dépôt de la déclaration ...

Consulter

Amendement N° 2162 au texte N° 3074 - Après l'article 4 (Adopté)

Cet amendement vise à permettre à l’ensemble des structures visées par l’article 788 du code général des impôts de bénéficier du don sur succession, quelle que soit la nature du bien remis (don en numéraire ou don en nature). Selon le III de l’article 788 du code général des impôts, le don sur succession au profit d’une fondation ou d’une association reconnue d’utilité publique, de l’État ou d’un organisme mentionné à l’article 794 permet à tout héritier, donataire ou légataire de bénéficier d’un abattement sur la part successorale nette lui revenant, égal à la valeur des biens remis à l’organisme bénéficiaire. Il convient toutefois de ...

Consulter

Amendement N° 2163 au texte N° 3074 - Après l'article 4 (Adopté)

L’article 788 III du code général des impôts prévoit que le don sur succession doit être fait dans le délai de six mois suivant le décès. Or, selon une étude réalisée par France générosités, « cette exigence de délai constitue en pratique un obstacle majeur pour l’utilisation du mécanisme de l’article 788 III du code général des impôts. Cette durée de six mois est largement insuffisante pour permettre à l’héritier de prendre connaissance de l’étendue de l’actif successoral et pour décider de gratifier une association ou une fondation reconnue d’utilité publique. La difficulté n’est pas juridique mais d’ordre sociologique. Les praticiens ...

Consulter

Amendement N° 2048 au texte N° 3074 - Article 5 (Adopté)

Certains établissements publics locaux (syndicats de communes, syndicats mixtes, PETR, etc.), sans être des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, perçoivent le montant de la taxe de séjour, du produit brut des jeux et de la taxe sur les remontées mécaniques à la place des communes ou des EPCI à fiscalité propre qui en sont membres. Ils étaient moins d’une cinquantaine en 2019. Le présent amendement vise à leur appliquer le mécanisme de soutien comme pour les syndicats de transports en leur versant, le cas échéant, un montant de compensation égal à la différence entre le montant moyen des produits perçu pour le produit brut ...

Consulter

Sous-Amendement N° 2420 à l'amendement N° 1253 au texte N° 3074 - Article 5 (Adopté)

Le présent sous-amendement propose que le montant de la compensation pour la taxe de séjour et la taxe de séjour forfaitaire est égal à la différence entre le montant perçu en 2019 et le montant perçu en 2020 en raison du changement d’assiette advenu sur cette imposition (inclusion des plateformes numériques notamment). I. – À l’alinéa 3, substituer aux mots :« des impositions mentionnées à l’alinéa précédent perçu entre 2017 et »les mots :« de la taxe communale sur les entreprises exploitant des engins de remontée mécanique et du produit brut des jeux perçu entre 2017 et 2019 ainsi que le produit de la taxe de séjour et de la taxe de séjour ...

Consulter

Sous-Amendement N° 2421 à l'amendement N° 1253 au texte N° 3074 - Article 5 (Irrecevable)

Cet amendement a été déclaré irrecevable après publication en application de l'article 98 du règlement de l'Assemblée nationale M. Barrot, M. Duvergé, Mme El Haïry, M. Laqhila, M. Mattei, Mme Mette, Mme Bannier, M. Balanant, M. Baudu, Mme Benin, M. Bolo, M. Berta, M. Bourlanges, M. Bru, M. Cubertafon, Mme de Sarnez, Mme de Vaucouleurs, Mme Deprez-Audebert, Mme Elimas, Mme Essayan, M. Fanget, Mme Florennes, M. Fuchs, M. Garcia, M. Hammouche, Mme Jacquier-Laforge, M. Joncour, M. Lagleize, M. Lainé, Mme Lasserre, M. Latombe, M. Loiseau, Mme Luquet, M. Mathiasin, M. Michel-Kleisbauer, M. Mignola, M. Millienne, M. Pahun, M. Frédéric Petit, Mme Maud Petit, Mme Poueyto, M. Turquois, ...

Consulter

Amendement N° 2167 au texte N° 3074 - Article 5 (Adopté)

Le présent amendement modifie l’année de référence utilisée pour calculer la perte de recettes de taxe de séjour ou de taxe de séjour forfaitaire en 2020 : il s’agit de prendre comme référence non pas la moyenne des trois dernières années, mais le produit perçu de taxes de séjour en 2019. En effet, les recettes des taxes de séjour connaissent une dynamique forte dans les territoires touristiques, en particulier depuis l’instauration de la collecte automatique de la taxe par les plateformes de location en ligne et du tarif proportionnel au prix de la nuitée pour les hébergements sans classement (+ 30 % entre 2017 et 2019). Dans ce cadre, la prise en compte de la moyenne ...

Consulter

Amendement N° 2175 au texte N° 3074 - Article 7 (Adopté)

Les finances départementales sont les finances locales qui risquent d’être le plus fortement fragilisées par la crise que nous connaissons. En matière de recettes, les DMTO risquent de chuter de 25 à 30 % dès 2020. Les DMTO, reversés à 75 % aux départements, représentent 17,6 % des ressources de fonctionnement de ces derniers. Le présent PLFR entend permettre le versement d’une avance estimée à 2 Mds€ aux départements, au travers du compte d’avance aux collectivités. Les départements, grâce au rebond des DMTO auquel s’attend le Gouvernement dès l’année prochaine, rembourseraient cette avance en 2021 et 2022 (à partir des avances mensuelles sur la fiscalité ...

Consulter

Amendement N° 1892 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Non soutenu)

Cet amendement d’ouvrir un mécanisme d’exception pour les contribuables-donateurs non assujettis pouvant ainsi flécher une partie de leur CSG sur vers des causes relevant de l’intérêt général. L’objectif est ici d’inciter les personnes physiques non soumises à l’impôt sur le revenu à réaliser des dons à des associations ou fondations en créant un crédit sur la contribution sociale généralisée égale à 75 % de leur montant. I. – Les dons et versements, y compris l’abandon exprès de revenus ou produits, effectués dans le cadre d’une collecte exceptionnelle entre le 1er juin et le 31 décembre 2020, destinée à compenser les pertes liées à la crise ...

Consulter

Amendement N° 1898 au texte N° 3074 - Après l'article 17 (Non soutenu)

Cet amendement doit permettre la prise en compte les pertes importantes de revenus que vont subir un certain nombre d’agriculteurs, notamment des viticulteurs, en raison de la crise sanitaire, en permettant à titre dérogatoire à ces exploitants de calculer leurs cotisations sociales sur le résultat actuel, alors que la règle en vigueur prévoit de calculer les cotisations sur les revenus passés (soit sur une moyenne des trois années précédentes, soit sur la seule année précédente). Cette règle dite de l’année N a été appliquée de 1994 à 2000, et est plus juste dans son principe. Elle a cependant été abandonnée en raison d’une complexité administrative plus ...

Consulter

Amendement N° 1897 au texte N° 3074 - Article 18 (Non soutenu)

Cet amendement d’appel vise à s’assurer que les entreprises soient inclues dans la liste des secteurs d’activités mentionnées au I de l’article 18 qui seront fixées par décret. Ainsi ces entreprises pourront bénéficier des mesures exceptionnelles d’exonération de cotisations, de remise ou d’apurement des dettes sociales. En effet, cette filière a été particulièrement impactée par le confinement, et par la fermeture de lieux de restaurations collectives et des restaurants, mais aussi par la chute de la demande internationale sur ces produits, c’est pourquoi il convient de la soutenir I. – Compléter l’alinéa 5 par les mots :« , y compris les élevages de ...

Consulter

Amendement N° 1896 au texte N° 3074 - Article 18 (Non soutenu)

Cet amendement vise à garantir que les groupements d’employeurs dont les membres seraient éligibles aux exonérations de cotisations sociales pourront également en bénéficier aux mêmes conditions. Les groupements d’employeurs permettent de mutualiser la main d’œuvre entre les entreprises de petite taille et contribuent à la déprécarisation des emplois, et les entreprises qui s’orientent vers ce type d’organisation ne doivent pas être pénalisées. I. – Après l’alinéa 6, insérer l’alinéa suivant :« L’exonération s’applique dans les mêmes conditions aux groupements d’employeurs dont les membres exercent leur activité principale dans l’un des ...

Consulter

Amendement N° 2049 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Rejeté)

Le présent amendement propose un dispositif exceptionnel de neutralisation, sur option de l’exploitant, de l’augmentation de la valeur des stocks de vins et d’eaux-de-vie de vins due à la crise sanitaire sur le résultat fiscal réalisé ainsi que le revenu professionnel, assiette des cotisations sociales des viticulteurs, entre le 30 avril 2020 et le 31 mars 2020. Cet amendement vise à limiter cette neutralisation aux seuls stocks supplémentaires dus à la crise sanitaire. La filière viticole a été fortement ralentie par la crise sanitaire, en raison notamment de la fermeture des cafés et des restaurants mais aussi par la réduction de la demande mondiale. Cette filière ...

Consulter

Amendement N° 1894 au texte N° 3074 - Après l'article 18 (Non soutenu)

Cet amendement propose de reporter exceptionnellement d’une année l’adoption des pactes financiers et fiscaux des intercommunalités concernées et de proroger en conséquence les pactes préexistants afin de laisser le temps aux EPCI de préparer la gestion de la crise COVID et ses impacts financiers et fiscaux. Il s’agit d’un délai maximum qui n’empêche pas les collectivités de délibérer avant si elles le peuvent. Les communautés et métropoles dont une ou plusieurs communes sont concernées par un contrat de ville sont tenues d’instituer un pacte financier et fiscal au plus tard un an après l’entrée en vigueur du contrat de ville afin d’assurer une péréquation ...

Consulter

Amendement N° 2335 au texte N° 3074 - Après l'article 18 (Retiré)

Le présent amendement propose que les aides d’Etat soient conditionnées à la concrétisation de SNBC (stratégie nationale bas carbone) dans les entreprises. I. – 1. Pour les entreprises de plus 500 millions d’euros de chiffre d’affaires lors du dernier exercice clos, et qui sont soumises à l’obligation de déclaration de performance extra-financière prévue à l’article L. 225-102-1 du code de commerce, la prise de participations par l’intermédiaire de l’Agence des participations de l’Etat, effectuées à compter de la publication de la présente loi, au titre des crédits ouverts par la loi la loi n° 2020-473 du 25 avril 2020 de finances rectificative pour 2020, ...

Consulter

Amendement N° 2050 au texte N° 3074 - Après l'article 16 (Rejeté)

En l’état actuel de la loi fiscale, les aides et abandons de créance à caractère commercial consentis par des entreprises ne sont généralement déductibles pour les besoins de la détermination de leur résultat imposable qu’à la condition de constituer un acte de gestion normale pour ceux qui les consentent, et les aides et abandons de créances non motivées par des raisons commerciales ne sont pas déductibles (aides de nature financière). Certaines exceptions à ces principes existent néanmoins : d’une part, les abandons de créances à caractère commercial et consentis ou supportés dans le cadre d’un plan de sauvegarde ou de redressement qui sont déductibles y ...

Consulter

Amendement N° 2158 au texte N° 3074 - Après l'article 2 (Rejeté)

En l’état actuel de la loi, les déficits subis au titre d’un exercice par une entité soumise à l’impôt sur les sociétés peuvent s’imputer sur les bénéfices réalisés au titre de l’exercice précédent (régime dit du « carry back »), dans la limite du plus faible entre le bénéfice déclaré au titre de l’exercice précédent et un montant de 1 million d’euros. Afin de soutenir la trésorerie des entreprises et de favoriser la relance économique, le présent amendement vise à aménager cette limite au titre des exercices clos entre le 19 juin 2020 et le 31 décembre 2021. Cet amendement permettra aux entreprises qui étaient en situation de profit avant la ...

Consulter

Amendement N° 2046 au texte N° 3074 - Après l'article 2 (Adopté)

Le présent amendement prévoit, de façon limitée dans le temps, de majorer l'incitation fiscale à l’incorporation, dans les carburants, d’esters méthyliques d’acides gras (EMAG) présentant une bonne résistance au froid (température limite de filtrabilité d'au plus -10 °C). Cette incitation prend la forme d’une comptabilisation de la part d’énergie des EMAG dans les carburants à hauteur de sa valeur réelle majorée de 20 % pour le calcul du montant de la taxe incitative relative à l’incorporation de biocarburants. L’objectif de cette mesure est de permettre l’écoulement, au cours de la période estivale, de ces biocarburants dits « de qualité hiver », plus ...

Consulter

Amendement N° 2156 au texte N° 3074 - Avant l'article 2 (Adopté)

La présente proposition a pour objet de modifier la date limite de versement de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (PEPA) prévue à l’article 7 de la LFSS pour 2020, modifié par l’article 1er de l’ordonnance n° 2020‑385 du 1er avril 2020. Il s’agit d’en porter l’échéance au 31 décembre 2020, au lieu du 31 août 2020 prévu à ce jour. Alors que l’activité économique aura subi une baisse d’une soudaineté et d’une ampleur inédites, affectant tous les secteurs économiques, jusqu’à provoquer l’arrêt de nombreuses entreprises, il apparaît nécessaire de reporter l’échéance de versement de la PEPA aux salariés mentionnés à l’article L. ...

Consulter

Amendement N° 2044 au texte N° 3074 - Après l'article 2 (Retiré avant séance)

En l’état actuel de la loi, les déficits subis au titre d’un exercice par une entité soumise à l’impôt sur les sociétés peuvent s’imputer sur les bénéfices réalisés au titre de l’exercice précédent (régime dit du « carry back »), dans la limite du plus faible entre le bénéfice déclaré au titre de l’exercice précédent et un montant de 1 million d’euros. « Afin de soutenir la trésorerie des entreprises et de favoriser la relance économique, le présent amendement vise à aménager cette limite au titre des options régulièrement formulées au titre des exercices clos au plus tard le 31 décembre 2020, sous réserve que l’option soit formulée à ...

Consulter

Amendement N° 2043 au texte N° 3074 - Avant l'article 2 (Rejeté)

Le présent amendement vise à faciliter le recours au dispositif de cession bail ou « lease-back ». Il rétablit les dispositions ayant eu cours entre 2009 et 2012. La cession bail permet à une entreprise propriétaire d’un actif de le vendre à une société bail sans perdre la jouissance dudit bien. Cette société de crédit-bail, nouvelle propriétaire de l’actif, loue immédiatement ce bien à l’entreprise cédante, généralement pour une durée très longue. Ces contrats sont de plus souvent accompagnés d’une option d’achat pour l’entreprise cédante. Ce procédé est une option de financement intéressante pour soutenir les difficultés de trésorerie en période de ...

Consulter

Amendement N° 2042 au texte N° 3074 - Avant l'article 2 (Retiré)

Afin de contribuer au renforcement des fonds propres des entreprises, il est proposé par cet amendement d’autoriser le transfert de jours de CET ou de jours de repos en l’absence de CET vers un plan d’épargne d’entreprise, à condition que ces sommes servent à l’acquisition de titres de l’entreprise ou de parts ou actions de fonds d’actionnariat (L. 214‑165 et L. 214‑166 du code monétaire et financier). Pour les entreprises ces transferts sont exonérés des cotisations patronales et salariales de sécurité sociale dues au titre des assurances sociales et des allocations familiales dans la limite de vingt jours par an et pour les salariés ces transferts sont ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1185 au texte N° 2658 - Article 1er bis (Adopté)

Cet amendement vise à rétablir l’article 1erbis tel que voté en première lecture à l’Assemblée nationale. La France compte aujourd’hui plus d’une centaine de centres habilités à procéder à des actes de procréation médicalement assistée. Ces centres se caractérisent par une grande disparité, notamment au regard de leur taille, de leur niveau d’activité mais surtout du taux de succès des PMA qu’ils pratiquent. Cet amendement a donc pour objectif d’initier une réflexion approfondie sur la structuration actuelle des établissements spécialisés dans l’assistance médicale à la procréation afin d’assurer une égalité des chances pour les couples et les ...

Consulter

Amendement N° 2047 au texte N° 3074 - Après l'article 2 (Retiré)

Cet amendement vise à faire bénéficier les fonds de dotations à dotation consomptible et les fondations d’entreprise du même régime d’exonération que les autres fondations L’imposition des revenus patrimoniaux des fondations relève en effet de différents régimes fiscaux. Les FRUP et les fonds de dotation à dotation non consomptible sont exonérés d’impôt sur les sociétés sur les revenus patrimoniaux, alors que les autres fonds de dotation, toutes les associations et les autres fondations sont assujettis à l’impôt sur les sociétés sur les revenus de leur patrimoine. Elles bénéficient toutefois de taux réduits : 24 % en règle générale, 15 % pour les ...

Consulter

Amendement N° 2045 au texte N° 3074 - Après l'article 2 (Retiré)

Par principe, dans le cadre d’une fusion entre deux sociétés, les déficits de la société absorbée ne sont transférés à la société absorbante que sous agrément de l’Administration fiscale – article 209, II, 1 du CGI). Par exception, l’article 209, II, 2 du CGI, dans sa rédaction en vigueur, prévoit un transfert automatique, c’est-à-dire sans agrément (sous réserve notamment que la fusion soit placée sous le régime de faveur de l’article 210 A du CGI et que les déficits n’aient pas une nature patrimoniale) des déficits fiscaux non utilisés et de certaines charges financières nettes non déduites de l’absorbée à l’absorbante, lorsque leur montant ...

Consulter

Amendement N° 1893 au texte N° 3074 - Avant l'article 2 (Rejeté)

Cet amendement vise à augmenter de façon provisoire le taux de réduction d’impôt prévu à l’article 200, 1 du CGI de 66 à 75 % du montant des versements dans la limite d’un montant unitaire de 1000 euros. Or, les associations et fondations ont subi ces dernières années une baisse des dons des particuliers en raison de la transformation de l’ISF, de la hausse de la CSG, et de la mise en place du prélèvement à la source. Cette baisse chiffrée à 4,2 % des dons des particuliers a entrainé une diminution des ressources des structures bénéficiaires, et a donc limité leur capacité d’action et de développement. Ce régime dérogatoire a déjà été mis en place en 2019 ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH655 au texte N° 2658 - Article 2 bis (Adopté)

Amendement visant à rétablir l'article adopté à l'unanimité par l'Assemblée nationale en première lecture. Rétablir cet article dans la rédaction suivante :« Les mesures nationales et pluriannuelles d’organisation concernant la prévention et l’éducation du public, l’information sur la fertilité féminine et masculine, la formation des professionnels de santé et la coordination en matière de recherche et de protocolisation pour lutter contre toutes les causes d’infertilité, notamment comportementales et environnementales, sont définies par arrêté conjoint des ministres chargés de l’éducation nationale, de la santé, de la recherche et de l’écologie. » ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1189 au texte N° 2658 - Article 22 bis (Tombe)

Le présent amendement vise à clarifier la nature des thérapies innovantes en vue desquelles des cellules peuvent être conservées. L’alinéa 17 de l’article 5121‑1 du code de la Santé publique contient, en effet, une ambiguïté. Il donne une définition des médicaments de thérapie innovante préparés ponctuellement (MTI-PP) qui inclue tout médicament tel que défini dans le règlement (CE) n° 1394/2007. Or, le règlement 1394/2007 ne concerne pas uniquement les MTI-PP, mais également les médicaments de thérapie innovante (MTI). Ces deux types de produit de santé obéissent à des contraintes réglementaires qui peuvent différer. La rédaction actuelle contient donc une ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1188 au texte N° 2658 - Article 30 (Rejeté)

Cet amendement vise à placer l’Agence de la biomédecine sous la double tutelle du ministre chargé de la santé et du ministre chargé de la recherche. En effet, le champ de compétences de cet établissement public est directement lié aux prérogatives du ministre de la recherche. Il apparaît donc pertinent que celui-ci soit associé au ministre de la santé dans les activités de contrôle réglementaire de l’agence. Après l’alinéa 2, insérer l’alinéa suivant :« aa)Le premier alinéa est complété par les mots : « et du ministre chargé de la recherche » ; ». M. Berta, Mme de Vaucouleurs, Mme Elimas, M. Fuchs, M. Hammouche, M. Isaac-Sibille, M. Balanant, Mme ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1186 au texte N° 2658 - Article 29 (Rejeté)

La liste des organismes des secteurs de la recherche et de la santé représentés au sein du Comité consultatif national d’éthique relevait jusqu’à présent du domaine de la loi. Cet amendement vise à conserver pour le Parlement la possibilité de se prononcer sur la composition de la liste des organismes représentés, essentielle pour assurer la pleine représentation de la recherche française dans sa pluralité. Substituer à l’alinéa 15 les neuf alinéas suivants :« 5° Quinze personnalités appartenant au secteur de la recherche, soit :« - un membre de l’Académie des sciences, proposé par son président ;« - un membre de l’Académie nationale de ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1191 au texte N° 2658 - Article 19 quater (Rejeté)

Le présent amendement vise à permettre la révision de la liste fixant les maladies donnant lieu à un dépistage néonatal. Ce dépistage, pratiqué immédiatement après la naissance par l’analyse d’une goutte de sang prélevé sur chaque enfant, permet de détecter au plus tôt la présence d’éventuelles maladies rares afin de maximiser les chances de survie de chaque nouveau-né. Malheureusement, la France est très en retard dans ce domaine par rapport aux autres pays développés. En effet, ne sont dépistées dans notre pays que cinq maladies rares dans le cadre du dépistage néonatal. A titre de comparaison, beaucoup de pays européens en diagnostiquent au moins vingt et ...

Consulter

Amendement N° 3 au texte N° 3115 - Article 1er (Retiré avant séance)

Cet amendement vise à préciser la date de versement de la prime de naissance. En effet, si l'article unique de cette proposition de loi acte le principe du versement de cette prime avant la naissance, il convient de fixer la date de celui-ci dans la loi. Dans cette perspective, le groupe MoDem propose de fixer cette date au plus tard le dernier jour du septième mois de grossesse. Cela permettra aux familles de préparer l'arrivée de l'enfant sereinement dans des conditions matérielles adéquates. Compléter cet article par les deux alinéas suivants :« II. – Le deuxième alinéa de l’article L. 531‑2 du code de la sécurité sociale est ainsi rédigé :« Cette prime ...

Consulter

Amendement N° 1 au texte N° 3115 - Article 1er (Retiré avant séance)

Cet amendement vise à préciser la date de versement de la prime de naissance. En effet, si l'article unique de cette proposition de loi acte le principe du versement de cette prime avant la naissance, il convient de fixer la date de celui-ci dans la loi. Dans cette perspective, le groupe MoDem propose de fixer cette date au plus tard le premier jour du huitième mois de grossesse. Cela permettra aux familles de préparer l'arrivée de l'enfant sereinement dans des conditions matérielles adéquates. Compléter cet article par les deux alinéas suivants :« II. –Le deuxième alinéa de l’article L. 531‑2 du code de la sécurité sociale est ainsi rédigé :« Cette prime ...

Consulter

Amendement N° 8 rectifié au texte N° 3115 - Article 1er (Retiré)

Cet amendement vise à préciser la date de versement de la prime de naissance. En effet, si l'article unique de cette proposition de loi acte le principe du versement de cette prime avant la naissance, il convient de fixer la date de celui-ci dans la loi. Dans cette perspective, le groupe MoDem propose de fixer cette date au plus tard avant la fin du mois civil qui suit le sixième mois de grossesse. Cela permettra aux familles de préparer l'arrivée de l'enfant sereinement dans des conditions matérielles adéquates. Compléter cet article par les deux alinéas suivants :« II. - Le deuxième alinéa du même article L. 531‑2 du code de la sécurité sociale est ainsi rédigé ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1187 au texte N° 2658 - Article 29 (Irrecevable)

Au-delà de la sensibilisation menées par les espaces de réflexion éthique prévus à l’article L. 1412‑6 du code de la santé publique, il apparaît nécessaire de prévoir, pour les professionnels de santé, au moyen notamment de la formation initiale et continue, des ateliers de réflexion et d’information des évolutions en cours dans le domaine de la bioéthique. A cet égard, par exemple, les stages hospitaliers apparaissent tous désignés pour développer ce type d’initiative. C’est le sens de cet amendement. Cet amendement a été déclaré irrecevable après publication en application de l'article 98 du règlement de l'Assemblée nationale M. Berta, Mme de ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1192 au texte N° 2658 - Article 19 quater (Irrecevable)

L’objet de cet amendement vise à renforcer le dispositif de dépistage néonatal pour tenir compte des progrès de la génétique, des techniques et des évolutions relatives à la prise en charge des maladies rares. Rappelons que le dépistage néonatal est « effectué auprès de tous les nouveau-nés ou, dans certains cas, auprès de ceux qui présentent un risque particulier de développer l’une de ces maladies ». La liste de ces maladies est fixée par arrêté du ministre chargé de la santé après avis de l’Agence de la biomédecine et ne contient actuellement que 5 pathologies. Les évolutions de la génétique peuvent conduire à la détection de nombreuses maladies rares ...

Consulter

Amendement N° CSBIOETH1190 au texte N° 2658 - Article 19 quater (Irrecevable)

Le dispositif vise à étendre les possibilités de recours au diagnostic néonatal afin d'identifier chez un nourrisson la présence d'un plus grand nombre de pathologies définies pour lesquelles une prise en charge existe, qu'il s'agisse de prévention ou de soins. A cet effet, le dispositif proposé vise, d'une part, à élever au niveau législatif le cadre juridique du dépistage néonatal, aujourd'hui circonscrit au niveau réglementaire et, d'autre part, à compléter les techniques de dépistage en prévoyant le recours à l'analyse génétique. Le dépistage pourra ainsi s'effectuer par des techniques dites « d'examen de biologie médicale » et « d'examen des ...

Consulter

Amendement N° 2041 au texte N° 3074 - Article 9 (Rejeté)

Le présent amendement souhaite appeler le Gouvernement à étendre le plan de relance de l’apprentissage aux étudiants au-delà de la licence professionnelle, en y intégrant les étudiants de licence générale et de masters. Les 400 M€ d’autorisations d’engagement et 200 M€ de crédits de paiement supplémentaires qui doivent être ouverts sur le programme n° 103 « Accompagnement des mutations économiques et développement de l’emploi » visent à financer le plan de relance de l’apprentissage annoncé par le Gouvernement. Ce plan comprend, entre autres, la création d’une aide exceptionnelle au recrutement des apprentis jusqu’au niveau licence professionnelle pour ...

Consulter

Amendement N° 1895 au texte N° 3074 - Article 9 (Non soutenu)

Cet amendement vise à créer un fonds d’urgence doté de 10 millions d’euros en direction des ressourceries, recycleries. Le réemploi solidaire a subi de plein fouet les lourdes conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire liée au covid-19. Pour la première fois de son histoire, Emmaüs a fait un appel aux dons pour sa survie. Ressourceries, recycleries, structures Emmaüs ont perdu plus de 50 millions d’euros durant les deux mois de confinement. Et la reprise s’annonce difficile. Cet amendement opère donc les modifications suivantes : - Annule 10 millions d’euros d’autorisations d’engagement et de crédits de paiement sur l’action 01 "Renforcement ...

Consulter

Amendement N° CF1319 au texte N° 3074 - Après l'article 4 (Adopté)

L’article 788 III du Code général des impôts prévoit que le don sur succession doit être fait dans le délai de six mois suivants le décès. Or, selon une étude réalisée par France générosités, « cette exigence de délai constitue en pratique un obstacle majeur pour l’utilisation du mécanisme de l’article 788 III du Code général des impôts. Cette durée de six mois est largement insuffisante pour permettre à l’héritier de prendre connaissance de l’étendue de l’actif successoral et pour décider de gratifier une association ou une fondation reconnue d’utilité publique. La difficulté n’est pas juridique mais d’ordre sociologique. Les praticiens ...

Consulter

Amendement N° CF1318 au texte N° 3074 - Après l'article 4 (Adopté)

Cet amendement vise à permettre à l’ensemble des structures visées par l’article 788 du Code général des impôts de bénéficier du don sur succession, quelle que soit la nature du bien remis (don en numéraire ou don en nature). Selon l’article 788 III du Code général des impôts, le don sur succession au profit d’une fondation ou d’une association reconnue d’utilité publique, de l’État ou d’un organisme mentionné à l’article 794 permet à tout héritier, donataire ou légataire de bénéficier d’un abattement sur la part successorale nette lui revenant, égal à la valeur des biens remis à l’organisme bénéficiaire. Il convient toutefois de préciser que ...

Consulter