Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2022 et mars 2024

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 187 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 04/12/2023 : Motion de censure

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Comme lorsque vous votez contre l'augmentation du Smic, par exemple !

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/10/2023 : Discussion d'une proposition de loi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

…un parti dont un ancien candidat aux élections municipales, a négocié avec les terroristes de Daesh en Syrie, pour assurer le maintien de l'activité du cimentier Lafarge.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/10/2023 : Discussion d'une proposition de loi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

…un parti dont le service d'ordre a été assuré par celui qui a fourni leurs armes aux terroristes islamistes antisémites de l'attentat de l'Hyper Cacher ;…

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/10/2023 : Discussion d'une proposition de loi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

surtout par les membres d'un parti qui a été fondé par d'anciens SS ;…

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/10/2023 : Discussion d'une proposition de loi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Le rappel au règlement est donc pleinement justifié. Les députés Insoumis, pas plus que leurs électeurs, ne peuvent supporter de se faire insulter de la sorte ,

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/10/2023 : Discussion d'une proposition de loi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Je suis sûr que votre sagacité me permettra d'aller au bout de mon raisonnement. Nous avons demandé deux fois un rappel au règlement, parce que les députés du groupe Rassemblement national, dont c'est la journée d'initiative parlementaire, ont insulté à plusieurs reprises mes collègues en nous accusant d'être des complices du Hamas ou des racailles de gauche.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/10/2023 : Discussion d'une proposition de loi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Je profite, madame la présidente, de votre arrivée au perchoir, pour procéder aux rappels au règlement qui ont été refusés à nos collègues. Ceux-ci se fondaient pourtant sur l'article 77, alinéa 3, relatif aux mises en cause personnelles, et sur l'article 100, relatif à la bonne tenue des débats.

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/09/2023 : Plein emploi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Je vous le demande donc une nouvelle fois solennellement : quelle est la limite du nombre d'heures d'activité que vous souhaitez imposer ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/09/2023 : Plein emploi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Certaines questions restent, à cette heure, sans réponse. Vous avez eu l'habitude de déverser des milliards d'argent public, sans contrepartie, aux entreprises, avec des résultats peu favorables. Or, cette fois, s'agissant d'un minimum social, le RSA, qui s'élève à quelque 600 euros, la contrepartie est maximale. Au départ, le Gouvernement avait pour objectif d'imposer quinze heures d'activité hebdomadaires aux bénéficiaires du RSA. En réalité, ce texte étend cette obligation à tous les demandeurs d'emploi, y compris ceux qui bénéficient de l'allocation chômage d'aide au retour à l'emploi (ARE). Vous faites ainsi la confusion entre assistance et ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/09/2023 : Plein emploi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

…ou encore instaurer une garantie d'emploi, faire de l'emploi un droit, comme le prévoit la Constitution. Rien de tout cela : le texte est une usine à gaz visant à passer de Pôle emploi à « Pôle emploi pour tout le monde », sachant que l'inscription d'office des allocataires du RSA comme demandeurs d'emploi accroîtra d'ailleurs la charge des 55 000 agents de cet organisme, dont la situation est, comme vous le savez, extrêmement tendue. Pire que tout, en inscrivant d'office des allocataires du RSA parmi les demandeurs d'emploi, vous détruisez en quelque sorte les minima sociaux. Voilà ce que fait réellement ce texte. Il n'y aura plus de minima sociaux, car ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/09/2023 : Plein emploi

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Cette semaine, l'Assemblée nationale reprend ses travaux et Emmanuel Macron son offensive contre les plus précaires. À la lecture du titre du projet de loi, dont l'objectif est le plein emploi, et compte tenu du fait qu'il y a actuellement environ un emploi non pourvu pour dix-huit chômeurs disponibles, nous pensions que le Gouvernement allait diminuer le temps de travail – pourquoi pas ! – pour que nous travaillions tous moins et mieux,…

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Nous l'avons répété à de multiples reprises depuis le début de nos débats, avec un Smic, on ne vit pas correctement. Nous avons aussi beaucoup parlé des nombreuses branches au sein desquelles les minima conventionnels demeurent même inférieurs au Smic. En effet, près d'un an après l'adoption de la loi d'août 2022 sur le pouvoir d'achat, seul un tiers des branches concernées ont révisé leurs minima conventionnels. C'est donc pour aller dans le sens que vous prôniez vous-mêmes que, par cet amendement, nous proposons d'ouvrir rapidement des négociations, dès la rentrée, au 1er septembre, dans toutes les branches où le minimum conventionnel est inférieur ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Qu'est-ce qui justifie que dans une même entreprise, quelqu'un gagne 1 484 fois plus que le salarié moyen ? Nous proposons ici que « les organisations liées par une convention de branche se réunissent exceptionnellement à partir du 1er septembre 2023 pour négocier un encadrement des salaires par la mise en place d'un ratio entre la rémunération la plus faible et la rémunération la plus élevée au sein de l'entreprise ». Vous savez que nous sommes partisans d'un écart de rémunération maximum de un à vingt mais, puisque doit prévaloir le dialogue social, permettez au moins aux partenaires de négocier et de le faire vite.

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Surtout, est-ce supportable quand un Français sur trois ne dispose plus que de 100 euros sur son compte dès le dix du mois ? En dix ans, toujours, la part consacrée à la rémunération du travail dans la valeur ajoutée est passée de 61 % à 51 %, soit une baisse de dix points. Oxfam a calculé que chaque salarié du CAC40 aurait pu toucher un chèque de 10 000 euros en moyenne, l'an dernier, si l'on avait continué à redistribuer les richesses de la même façon qu'il y a douze ans. Au top 3 des écarts de rémunération, le PDG de Teleperformance gagne 1 484 fois ce que gagne le salarié moyen de l'entreprise ; le PDG de Stellantis gagne 1 139 fois ce que gagne le ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Que fait-on de son argent quand on gagne 66 millions d'euros en une année ? Quels besoins humains nécessitent 66 millions d'euros par an ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Le dirigeant le mieux payé, celui de Stellantis, Carlos Tavares, a gagné 66 millions d'euros en 2021, soit l'équivalent de 3 420 Smic.

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

En dix ans, l'écart de rémunération entre le salaire moyen et le salaire moyen des dirigeants des cent plus grandes entreprises cotées en Bourse est passé de soixante-quatre à quatre-vingt-dix-sept. Pendant la même période, les PDG de ces grandes entreprises ont augmenté leur rémunération de 66 % tandis que celle des salariés n'a augmenté que de 21 % et le Smic de 14 %.

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Vous évoquez régulièrement la valeur travail. Mais vous refusez systématiquement de parler de la valeur du travail. Or travailler a un coût – cela a été rappelé par plusieurs collègues –, notamment pour se déplacer et se rendre à son lieu de travail. Et le salaire ne permet pas toujours de vivre correctement de son travail. Encore, si tout le monde connaissait dans l'entreprise une période de vaches maigres, on pourrait en discuter. Mais vous savez que ce n'est pas le cas : les superprofits explosent et se cachent derrière l'inflation. Vous êtes la minorité présidentielle qui a consacré en 2019 la somme incroyable de 157 milliards d'euros en aides aux ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

…que vous nous proposez aujourd'hui. C'est un peu comme une partie du jeu Taboo : en haut de la carte est noté « Partage de la valeur », mais le mot qu'il est interdit de prononcer, c'est « salaire » !

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Par cet amendement, nous prônons l'instauration d'un mécanisme de négociation automatique à chaque revalorisation du Smic : nous voulons de véritables hausses du Smic, qui s'appliquent à l'ensemble de l'échelle des salaires et profitent à tous les travailleurs modestes. Collègues, comprenez l'absurdité du débat…

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Les données du ministère du travail, du plein emploi et de l'insertion indiquent que sur les 171 branches suivies par le Gouvernement, 86 ont des minima conventionnels inférieurs au Smic. Nous savons bien que de la Macronie jusqu'à l'extrême droite, vous êtes opposés à l'augmentation du Smic ; vous avez d'ailleurs voté contre.

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

L'ouverture d'une négociation sur la révision des classifications est certes nécessaire, compte tenu du nombre de salariés se trouvant bloqués au niveau du Smic, voire en dessous, mais elle n'est pas suffisante. Par cet amendement, nous proposons que se tiennent, dès la rentrée prochaine, des négociations sur l'échelle des salaires dans chaque branche. L'inflation ne cesse de grignoter les salaires, qui n'augmentent pas. Ils baissent même, de 2 % en moyenne. En revanche, pour les grands patrons, notamment du CAC40, c'est plus que jamais la fête. Les PDG de Sanofi, de Dassault Systèmes, de Teleperformance ou encore de Kering touchent désormais chacun plus de ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/06/2023 : Partage de la valeur au sein de l'entreprise

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Nous abordons l'examen de ce texte, dont le titre évoque le partage de la valeur au sein de l'entreprise. Permettez-moi de rappeler où nous en étions précédemment : en août 2022, devant le Medef, Bruno Le Maire disait : « Je ne sais pas ce que c'est qu'un superprofit ». Nous avons donc l'intention de le lui expliquer, puisque les grands groupes nationaux sont les champions du monde des dividendes. Les entreprises du CAC40 ont versé 55,2 milliards aux actionnaires au printemps 2018, 63,4 milliards en 2019 et 80 milliards en 2022. Sur un échantillon de vingt-six groupes du CAC40, les versements de dividendes ont augmenté en vingt ans de 265 %, soit une ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/03/2023 : Motions de censure

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

…et autour des organisations syndicales ce jeudi car la rue….

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/03/2023 : Motions de censure

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Et quoi qu'il en soit, vous tous qui nous entendez par-delà ces murs : prenez la rue dès aujourd'hui…

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/03/2023 : Motions de censure

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Vous dites que c'est pour le bien du peuple qu'il faut parfois aller contre sa volonté. Mais le désaccord massif des Français avec votre réforme et avec le recul de l'âge de départ à la retraite n'est pas un caprice de mal informés. Voilà donc plusieurs mois qu'ils utilisent tous les recours démocratiques possibles pour exprimer leur désaccord : la grève, si dure et si chère ; des manifestations massives à répétition dans un calme que vous avez vous-mêmes salué ; des syndicats unis comme rarement. Et, de votre côté, c'est le coup de force permanent. Après avoir sacrifié deux années de vie de tous les Français contre leur volonté, qu'avez-vous ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/03/2023 : Motions de censure

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

…et non pas le Président de la République enfermé dans son palais. Or, depuis le début de ce quinquennat, comme tant de fois durant le précédent, cette souveraineté populaire a été censurée. Il y a moins d'un an, alors qu'il venait d'être élu, Emmanuel Macron se disait conscient que les Français ayant voté pour lui au second tour avaient été nombreux à le faire davantage contre l'extrême droite que pour son programme. Il ajoutait que ce vote l'obligeait. Qu'est donc devenue cette obligation ? Censurée ! La réponse des Français ne se fit pas attendre puisque le Président de la République fut battu par la NUPES au premier tour des élections ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/03/2023 : Motions de censure

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Le temps est suspendu. En cet instant et comme rarement, dans nombre d'endroits du pays, de la maison au café du coin, des lieux de travail à la rue, les regards sont tournés vers notre assemblée – la maison du peuple, de par la présence des représentants qu'il a élus. On nous écoute. On nous regarde. On attend avec espoir le résultat de notre vote sur cette motion de censure. Car dans quelques minutes, si 287 d'entre nous le décident, la volonté de deux tiers des Français de renvoyer ce gouvernement et son injuste réforme des retraites peut devenir une réalité. En République, il n'y a qu'un seul souverain, c'est le peuple tout entier…

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Comment peut-on exiger des Français qu'ils travaillent deux années supplémentaires alors que grâce au fruit de leur travail, les dividendes versés aux actionnaires ont progressé en dix ans de 70 %, un chiffre qui monte à 90 % si l'on inclut les rachats d'actions – nous sommes là au cœur de la rente, de l'improductif –, pendant que les salaires augmentaient d'à peine 10 % et que l'investissement productif reculait de 5 % ? Ces amendements visent à soumettre à cotisations ces rachats d'actions, qui ont atteint 24 milliards d'euros en 2022. Les actionnaires ne risquent aucunement de subir les effets de l'inflation avec de tels niveaux de rémunération. Le ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Cette réforme, qui va sacrifier deux années de la vie de tous les Français, n'est qu'un prétexte pour respecter vos engagements européens et pour financer vos cadeaux fiscaux et autres exonérations de cotisations. Or l'urgence consiste à réduire le manque à gagner induit par les exonérations de cotisations sociales. Le besoin de financement de la sécurité sociale et de l'État est entretenu par les dispositifs qui privent la sécurité sociale de cotisations et l'État de nombreuses recettes. La Cour des comptes évalue le coût des niches sociales à 90 milliards, soit 3,6 points de PIB. Les exonérations et les baisses les plus inutiles pourraient être ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

On a l'impression – cela n'a rien d'étonnant – de revenir à un précédent débat, sur le pouvoir d'achat des Français, au cours duquel vous aviez tout fait, absolument tout, pour éviter l'essentiel : l'augmentation des salaires. Vous continuez de parler à l'envi de la valeur travail, en évitant toujours de parler de la valeur du travail. Oui, le travail a un prix, parce qu'il produit la richesse. Ce qui pourrait à terme provoquer un déficit, c'est la diminution des ressources allouées au système de retraite. Le problème ne vient pas des dépenses qui ne seraient pas maîtrisées, mais des recettes que vous asséchez. Il y a quelques mois, vous avez fait ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Comme les précédents, cet amendement vise donc à soumettre ces dividendes, fruit de la richesse produite par le travail, aux cotisations sociales. Plutôt que de sacrifier deux années de vie des Français qui galèrent déjà pour finir le mois, partagez !

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

En 2012, les dividendes versés aux actionnaires représentaient quarante-cinq jours de travail. Et en 2022, cela a été dit par nombre de collègues, c'est un nouveau record de 80 milliards d'euros de dividendes qui a été atteint.

Consulter

Intervention en hémicycle le 16/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Depuis que notre système de retraite par répartition existe, à mesure que la part des seniors dans la population augmente, nous avons toujours accru proportionnellement la part des richesses produites consacrée au financement des retraites. À cet égard, si le COR affirme que les résultats de son rapport ne valident pas le bien-fondé des discours soutenant l'idée d'une dynamique non contrôlée des dépenses consacrées aux retraites, l'un de ses scénarios – oui, un seul – évoque un hypothétique déficit de 0,4 point de PIB. Seulement 0,4 point de PIB : c'est pour cela que vous voulez sacrifier deux années de vie supplémentaires des Français. 0,4 point ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Près de la moitié – 40 % – des 60-64 ans qui ne sont pas à la retraite sont en dehors de l'emploi. À 61 ans, 30 % des ouvriers ne sont ni en emploi ni à la retraite. Votre réforme ne créera pas davantage d'emplois. Bien au contraire, l'augmentation de la population active liée au recul de deux ans de l'âge légal de départ à la retraite, estimée à 1,2 million de personnes, aura pour conséquence une augmentation du chômage ; le nombre de chômeurs supplémentaires est estimé à 277 000 d'ici à dix ans. Le report de l'âge de départ à la retraite aggrave le chômage aux deux extrémités de la vie active. Les régimes dits spéciaux que vous voulez ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

La seule justification de la présente réforme des retraites est de faire des économies. Quelles économies ? On nous dit que la démographie est incontestable, mais la productivité l'est aussi : une heure de travail en 1990 produisait déjà vingt-cinq fois plus qu'une heure de travail en 1830 ; entre 1970 et 2015, la productivité du travail a encore triplé. Depuis 1975, la richesse produite a été multipliée par presque neuf – elle a explosé. La population active a augmenté de 25 %, mais comme le temps de travail n'a pas diminué, le chômage et la compétitivité se sont accrus. Le sens de l'histoire, le sens du progrès, n'est donc pas de travailler ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

La philosophie de la sécurité sociale, c'était même d'étendre les dispositifs dont bénéficient les personnes sous régime spécial à tous les travailleurs. Dès lors, mettre fin aux régimes spéciaux sous prétexte d'équité et de justice n'est qu'une diversion pour faire oublier l'essentiel, à savoir que cette réforme des retraites va faire 100 % de perdants.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/02/2023 : Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Adrien Quatennens

Qui a dit : « Faut-il reculer l'âge légal qui est aujourd'hui à 62 ans ? Je ne crois pas […]. […] Tant qu'on n'a pas réglé le problème du chômage de masse dans notre pays, franchement, ça serait assez hypocrite de décaler l'âge légal. Quand aujourd'hui on est peu qualifié, quand on vit dans une région en difficulté industrielle, quand on est soi-même en difficulté, qu'on a une carrière fracturée, bon courage déjà pour arriver à 62 ans. C'est ça la réalité de notre pays. On va vous dire : Il faut maintenant aller à 64 ans. Vous ne savez déjà plus comment faire après 55 ans, les gens vous disent : Les emplois, c'est plus bon pour vous. C'est ...

Consulter