⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et février 2021

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 110 triés par date — trier par pertinence

Commission des affaires économiques - Intervention le 26/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

On peut toujours discuter de cette notion de champ visuel, mais si je comprends bien, cela ne garantit pas que l'indication du lieu de production figurera sur le devant de la bouteille ?

Consulter

Question orale du 26/11/2019 : Tarifs des mutuelles

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Je m'associe, comme tous mes collègues, à l'hommage national rendu aux treize soldats tués au Mali. Madame la ministre des solidarités et de la santé, la santé est l'un des sujets majeurs de préoccupation des Français, nous le voyons bien en ce moment. J'appelle donc votre attention et celle de cette assemblée sur la répercussion sur les assurés du coût du reste à charge zéro, qu'ont annoncée certaines complémentaires santé. Comme l'année dernière, certaines complémentaires s'apprêtent à augmenter anormalement leurs tarifs dès le 1er janvier 2020. S'il est concevable que les mutuelles revoient leurs tarifs, tout d'abord en raison du vieillissement de la ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Monsieur Schellenberger, nous n'avons sans doute pas la même manière de voir les choses. Notre objectif, avec cet amendement, est de garantir aux communes qui font une demande de rescrit qu'elles recevront une réponse de l'État. La proposition de modification du texte vise uniquement cet objectif. Il n'est pas dans les habitudes de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation d'alourdir les textes qu'elle examine.

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Nous proposons de modifier la rédaction de l'alinéa 5 en vue de garantir une prise de position formelle du représentant de l'État en réponse à une demande d'une collectivité territoriale ou d'un EPCI relative à la mise en oeuvre d'une disposition législative ou réglementaire. Dans sa rédaction actuelle, le texte fait la part belle à la possibilité d'un défaut de réponse au lieu de souligner la nécessité d'une réponse motivée. Nous proposons d'obliger l'État, ou tout du moins de l'inciter fortement, à répondre dans un délai de trois mois – ce délai ayant été validé lors de l'examen du texte par la commission des lois.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Nous avons connu la course au CIF et à la DGF bonifiée par la prise de compétences. Le présent amendement opère, en ce sens, une neutralisation au vu des compétences exercées, en vue de simplifier le fonctionnement de nos intercommunalités.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Il va satisfaire très partiellement nos collègues du groupe Les Républicains car il vise à alléger l'alinéa 14 en supprimant les mots : « sur un ordre du jour déterminé ». La précision paraît en effet superfétatoire : on imagine bien que s'il y a convocation, il y a un ordre du jour.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Identique au précédent, il vise à orienter les élus dans la constitution du pacte de gouvernance, en les invitant à réfléchir à l'organisation des ressources humaines et aux possibilités de les mutualiser. C'est là, me semble-t-il, un enjeu majeur pour le bon fonctionnement de l'intercommunalité et pour le lien entre les communes et les communautés de communes.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Il tend à supprimer l'alinéa 10, aux termes duquel le pacte peut, au sein des communautés de communes et d'agglomération, placer des services de l'EPCI – établissement public de coopération intercommunale – sous l'autorité fonctionnelle du maire pour l'exercice des compétences « création, aménagement et entretien de la voirie d'intérêt communautaire » et « construction, entretien et fonctionnement d'équipements culturels et sportifs d'intérêt communautaire ». Cette disposition est selon nous de nature à semer la confusion quant aux responsabilités au sein de l'EPCI, et elle va à l'encontre de son intégration.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

On va certainement me dire encore que mon amendement n'est pas indispensable, puisqu'il propose d'apporter des précisions, mais il s'agit d'indiquer que la liste des thématiques du pacte de gouvernance énumérées à l'article 1er n'est pas exhaustive et qu'elle peut en intégrer aussi d'autres en fonction des territoires.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Je propose donc ici de rappeler le sens du pacte de gouvernance, au-delà de ses modalités d'élaboration, pour en souligner l'intérêt.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Je conçois bien que l'objet de mon amendement n'est pas l'enjeu majeur de ce texte. Néanmoins, il éclaire ce qu'est le pacte de gouvernance : il s'agit à la fois de savoir comment on fait et pourquoi – pour servir les politiques publiques et la mission des élus, pour leur donner des moyens.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Nous avons parlé du pacte de gouvernance et de son contenu, mais nous n'avons pas précisé que sa vocation était d'élaborer le projet de l'intercommunalité. Tel est l'objet de l'amendement.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Il participe lui aussi à cette foire aux bonnes idées ! Puisque le pacte de gouvernance devra intégrer des questions aussi vastes que la mutualisation des services ou les aspects financiers, les élus doivent bénéficier d'un temps suffisant pour l'élaborer. L'amendement propose donc un délai maximum de douze mois, même si rien n'interdit d'aboutir en trois mois, comme l'a suggéré M. Balanant, ou en six ou neuf mois, comme d'autres l'ont proposé.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Il s'agit d'un amendement de coordination : il est nécessaire de rappeler que, lors d'une fusion d'intercommunalités, il faut discuter de la création du pacte de gouvernance.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

L'idée en est la même. Sans vouloir engager un débat philosophique sur la liberté, je pense que, pour s'exprimer, celle-ci a besoin d'un environnement favorable. Le pacte de gouvernance peut être l'outil qui crée ce climat propice au sein d'une intercommunalité, le contrat qui dote le mandat d'un socle solide. C'est dans cet état d'esprit que nous défendons le caractère obligatoire du pacte de gouvernance comme garantie du bon fonctionnement de la structure.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2019 : Engagement dans la vie locale et proximité de l'action publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Le 14 décembre 1789, l'Assemblée constituante vote la loi portant création des communes ; leur périmètre est calé sur celui des paroisses, et ainsi naissent les plus petites entités administratives de France. De 1789 à 2019, plus de deux cents ans se sont écoulés, et les grands objectifs poursuivis à l'époque et ceux poursuivis par le texte de loi qui nous réunit maintenant dans cet hémicycle sont similaires à de nombreux égards : simplification de la carte administrative pour faciliter l'administration quotidienne des territoires ; décentralisation des pouvoirs confiés aux élus ; libre administration des collectivités locales. Ces piliers nous éclairent, je ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 07/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Je m'éloigne du sujet, mais je souhaite évoquer deux thèmes qui ont été déclarés irrecevables. La délégation aux collectivités territoriales a proposé d'intégrer à la notion de responsabilité sociale des entreprises (RSE) la thématique de l'engagement sous toutes ses formes, pas seulement politique mais aussi associatif. Il nous semble que l'engagement en politique des salariés des entreprises en serait facilité : les auditions ont montré que le lien est parfois tendu entre les salariés et leurs responsables. Par ailleurs, il nous est apparu que les retraites des élus ne sont pas en adéquation avec l'implication et l'engagement des élus municipaux ou ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 07/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Ne laisser que trente minutes tous les six mois à l'opposition n'est pas de nature à garantir un fonctionnement très démocratique de nos assemblées délibérantes. Laissons-les décider du temps et de l'organisation de leurs débats.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 07/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

L'amendement CL1113 a le même objet. Laissons aux conseils municipaux la liberté de s'organiser, en fonction de leurs objectifs, en laissant toujours une place aux oppositions.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 07/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Les auditions conduites par les rapporteurs ont fait apparaître le besoin d'information sur l'offre de formations aux élus. Cet amendement propose qu'un manuel de formation dédié aux élus locaux, recensant l'ensemble des formations auxquelles ils peuvent accéder dans le cadre de leur mandat, soit communiqué à chacun d'entre eux.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 07/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Par l'amendement CL1111, nous proposons de lutter contre la schizophrénie de nos amis sénateurs : ils demandent beaucoup de liberté pour les maires mais sitôt qu'on la leur accorde, en l'espèce en matière d'éclairage public, ils ont tôt fait de s'exonérer de leurs responsabilités.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 07/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Monsieur le ministre, vous avez rappelé que ces amendements pouvaient faire courir un risque constitutionnel. J'y suis sensible, bien sûr. Je m'interroge néanmoins sur la position du Conseil constitutionnel en matière de pluralisme. Peut-on vraiment parler de pluralisme, dans les petites communes lorsqu'on constate des candidatures isolées ou la présence de deux ou trois candidats seulement ? On sait qu'il s'agit bien souvent de règlements de comptes, d'histoires de famille, de village. Souvent, ce n'est pas l'intérêt général qui est mu au travers de ce pseudo-affichage de pluralisme. Il y a, dans ma circonscription, des communes de plus de 2 000, 3 000 ou 4 000 ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 07/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Dans le même esprit, l'amendement CL1128 propose d'appliquer le scrutin de liste paritaire aux élections municipales pour toutes les communes afin de renforcer la présence des femmes dans les exécutifs locaux. En outre, ce mode de scrutin permettra à tous les candidats de porter un projet politique dans le cadre d'une liste, même s'ils se présentent dans une commune de moins de 1 000 habitants. C'est une autre avancée importante. Afin de prévenir toute difficulté dans la composition des listes paritaires dans les plus petites communes, un dispositif dérogatoire est introduit : les listes pourront être composées d'autant de candidats que de conseillers municipaux ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

La rédaction de l'article laisse plutôt entendre qu'il s'agirait d'une expertise interne. Cela dit, j'entends vos arguments et je retire mon amendement.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

L'article 11 prévoit l'élaboration d'un document d'orientation présentant les incidences financières de la modification du périmètre d'un EPCI. Il nous semble important de préciser qu'une expertise indépendante extérieure peut aussi être réalisée.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Dans l'état actuel du droit, monsieur Viala, le PLU permet l'installation d'un artisan dans la mesure où son activité ne génère pas de nuisances comme une scierie.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

J'aimerais savoir, monsieur le ministre, pourquoi vous demandez le retrait de l'amendement CL1114 : il me semble qu'il va tout à fait dans le sens que nous souhaitons majoritairement. Il comporte notamment des précisions au sujet des syndicats de communes.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

J'ose espérer qu'il n'y a plus un élu qui ne considère pas l'eau comme un enjeu majeur pour l'avenir de notre société. Le souhait de transférer les compétences en matière d'eau et d'assainissement aux intercommunalités va tout à fait dans ce sens. C'est une question de cohérence en matière de gestion. Même si certaines communes gèrent correctement ces compétences, nous devons avoir une démarche beaucoup plus large, compte tenu des enjeux, notamment sanitaires et quantitatifs, qui existent. L'amendement CL1114 va dans le même sens que les dispositions proposées par le Gouvernement au Sénat. Nous donnerons la possibilité de déléguer à un syndicat de communes ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

J'ai déposé l'amendement CL1107 pour les mêmes raisons. Il pouvait sembler intéressant, dans une logique de simplification, de supprimer les compétences optionnelles, mais il faut aussi prendre en compte l'enjeu des services rendus à la population. D'autre part, il va falloir trouver une solution pour ne pas rendre obligatoire l'intégration de nouvelles compétences compte tenu des évolutions qui auront lieu en matière d'eau et d'assainissement – ces compétences deviendront obligatoires au niveau intercommunal.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Rendre la conférence des maires obligatoire est une fausse bonne idée : cet organe permettra, bien sûr, la discussion et la négociation entre les élus, mais n'aura aucun pouvoir de décision. Au contraire, le pacte de gouvernance sera le contrat de la mandature, qui liera l'ensemble des élus sur leurs projets, leur manière de fonctionner, la présence d'un conseil de développement, ou d'un schéma de mutualisation. C'est l'essence même de l'esprit de l'intercommunalité qui infuserait ce pacte de gouvernance, et c'est la raison pour laquelle nous souhaitons qu'il soit obligatoire.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 05/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc, rapporteure pour avis

Anne Blanc La délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation, sous la houlette de son président, sera très engagée sur ce texte. Nous devons veiller à atteindre les objectifs initiaux mais aussi à les renforcer pour faire en sorte qu'il y ait une adéquation totale avec les réalités du terrain au plan municipal et intercommunal.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 05/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc, rapporteure pour avis

Anne Blanc La délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation (DCTD) a décidé de se saisir pour avis de l'intégralité du projet de loi relatif à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique. C'est l'essence même de cette nouvelle et jeune délégation au sein de notre assemblée de contribuer à l'élaboration de ce texte, en apportant son expertise et une vision pragmatique des communes et de leur fonctionnement. Nous avons mené des auditions spécifiques au titre de la DCTD, avec des associations d'élus pour travailler sur la parité, et avec des représentants d'entreprises de différentes tailles, afin de déterminer de ...

Consulter

Délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation - Intervention le 03/07/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Monsieur le ministre, merci pour votre présentation, qui s'inscrit dans un format un peu particulier puisque nous anticipons la présentation d'un projet de loi. Je crois que cette méthode mérite d'être étendue, car une telle anticipation fait souvent défaut. Le projet de loi « Engagement et proximité » que vous nous présenterez va véritablement répondre au grand enjeu de la proximité, qui a été tant évoqué lors du Grand débat. Pour ma part, j'ai non seulement organisé des débats citoyens mais aussi réuni les maires de ma circonscription afin d'identifier les problèmes particuliers qu'ils rencontrent dans l'exercice quotidien de leurs compétences. Il ...

Consulter

Commission des affaires sociales - Intervention le 19/06/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Ma question concerne aussi les actes de télémédecine en France. Vous comprendrez que sur les territoires en pénurie médicale, c'est un sujet prégnant. La télémédecine constitue un nouveau mode d'intervention pour les patients, tout comme pour les médecins. Ces derniers voient leur mode d'organisation de travail modifié. Un temps de déploiement des outils techniques et d'appropriation est nécessaire pour les praticiens et leurs patients, ce qui explique peut-être les faibles résultats au vu des chiffres publiés par l'assurance maladie. Ma question est très précise. Pourriez-vous nous indiquer quels sont les territoires moteurs en termes de télémédecine ? ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 09/05/2019 : Préenseignes

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Le présent amendement – cosigné notamment par Philippe Huppé, spécialiste des métiers d'art – tend à rouvrir aux artisans d'art la possibilité d'installer des préenseignes. Les métiers d'art sont la valeur ajoutée des savoir-faire de nos territoires, mais, nichés au plus profond de nos communes, ils sont devenus invisibles à cause du retrait des préenseignes. Il existe, sur mon territoire – j'ai bien entendu recueilli aussi des témoignages hors du département – , des artisans d'art qui en sont presque à mettre la clé sous la porte tant le nombre de leurs visiteurs a diminué, de 60 % pour l'un d'entre eux, un potier. Voilà pourquoi nous souhaitons ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 09/05/2019 : Préenseignes

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

On le sait, le législateur est toujours animé d'excellentes intentions, mais la mise en oeuvre des textes peut aboutir à des résultats très négatifs qu'il n'avait pas anticipés. C'est aussi le sens de cette proposition de loi que de corriger une erreur.

Consulter

Intervention en hémicycle le 09/05/2019 : Préenseignes

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Anne Blanc

Je profite de l'occasion pour répondre à Mme Genevard. Si l'on a commis des erreurs par le passé, on a le devoir de les corriger.

Consulter