Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et décembre 2019

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 76 triés par date — trier par pertinence

Commission des affaires étrangères - Intervention le 20/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Au nom du groupe du Mouvement Démocrate et apparentés, je tiens, madame la ministre, à vous remercier de votre exposé. Nous avons eu l'occasion de rencontrer récemment le chef d'état-major des armées, qui a pu informer la commission de l'état de nos armées, de leurs conditions matérielles et morales. Nous avons exprimé notre responsabilité il y a deux ans, lors de l'adoption de la loi de programmation militaire, qui assurait nos armées des moyens lui permettant, année après année, une remise à niveau rendue impérative. Nous entendons que cet engagement soit tenu jusqu'à la fin du quinquennat. Pour autant, nous savons aussi que cette responsabilité doit ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour J'ajoute que la France a la possibilité d'intervenir seule, et donc d'avoir une maîtrise stratégique.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Il s'agit de transport tactique, et non stratégique, c'est-à-dire essentiellement d'opérations de ravitaillement et d'évacuation.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Nous recevrons cet après-midi le chef d'état-major des armées : nous pourrons poser toutes nos questions à cet éminent expert.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Mes chers collègues, je vous remercie de vos observations. M. Éric Girardin a souligné que cet accord faisait partie d'une série d'initiatives en vue de la création d'une Europe de la défense et plusieurs d'entre vous ont rappelé que la mutualisation de nos forces était absolument nécessaire à la réussite de ce projet. Même s'il peut y avoir des différences entre la France et l'Allemagne en matière de défense, et des malentendus à dissiper, il n'empêche que nos deux pays ont des objectifs de sécurité convergents et qu'un renforcement de notre coopération militaire s'impose. Nous assistons, me semble-t-il, à une lente, mais certaine, convergence dans le ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Le traité de l'Élysée de 1963, qui a scellé la réconciliation entre la France et l'Allemagne, a jeté les bases d'une coopération de défense concrète entre les deux États. Avec la diplomatie et l'éducation, la défense constituait en effet l'un des trois domaines couverts par ce traité. La convention incluait notamment des dispositions concernant la fréquence des rencontres entre les ministres de la défense et les responsables militaires des deux pays, le rapprochement des doctrines militaires, les échanges de personnels ou encore les bases d'une coopération en matière d'armement. Le préambule du présent accord y fait référence et réaffirme la volonté de ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 23/10/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Il s'agit du deuxième budget de mise en oeuvre de la loi de programmation militaire. Nous nous félicitions l'an dernier de l'augmentation substantielle du budget de la défense de 1,7 milliard, et nous sommes satisfaits de constater que l'exécutif tient de nouveau ses promesses en portant le budget de la défense à 37,5 milliards, en hausse de 1,7 milliard. Nous remercions le rapporteur pour son travail sur la condition militaire et pour l'éclairage qu'il apporte sur un point important de la redéfinition de notre approche en matière de défense et de sécurité collective en portant son regard sur l'avenir de l'OTAN. Vous le rappelez fort à propos, cette organisation ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 16/10/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Au nom du groupe du Mouvement démocrate et apparentés, je remercie M. le rapporteur de cet éclairage, à la fois intéressant et particulièrement opportun, sur les enjeux soulevés par la déforestation. Nous avons été sensibles au désastre qu'ont constitué les immenses incendies de cet été en Amazonie, comme nous l'avons été également à propos des incendies survenus en Californie, en Australie et au Canada. Vous avez raison de le souligner, le soin que nous saurons apporter aux espaces forestiers si importants pour la viabilité de notre Terre sera déterminant pour notre avenir. C'est pourquoi nous saluons l'action de la France en la matière. En effet, elle a ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 03/10/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Monsieur le ministre, au nom du groupe du Mouvement démocrate et apparentés, je vous remercie de votre intervention, au cours de laquelle vous avez rappelé les priorités qui sont les vôtres à la tête de votre ministère et de la diplomatie française. Ce budget concrétise l'engagement du Président de la République de voir les crédits de l'APD atteindre progressivement 0,55 % du RNB d'ici 2022. Le respect de cet engagement est particulièrement important, dans un contexte international où les tensions et les crises migratoires, climatiques, environnementales et politiques sont de plus en plus fortes et appellent des réponses à la hauteur. Notre diplomatie doit ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 28/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Monsieur le ministre, je vous remercie, au nom du groupe du Mouvement démocrate et apparentés, de ce tour d'horizon de l'actualité internationale. Ma question s'inscrira dans le prolongement de l'exposé que vous venez de nous faire sur votre déplacement en République démocratique du Congo. Vous avez indiqué qu'au lendemain des élections présidentielles et législatives, la transition s'était déroulée dans des conditions tout à fait démocratiques et qu'il y avait lieu de s'en réjouir. Il n'en demeure pas moins que l'absence de notre pays en RDC, même si elle n'a été que temporaire, a bénéficié à d'autres États, qui en ont profité pour se faire une ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 20/03/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Monsieur le ministre, j'aimerais revenir, au nom du groupe du Mouvement Démocrate et apparentés, sur la situation algérienne. Les enjeux de cette crise sont considérables et la France a un rôle à jouer, dont vous avez bien défini l'esprit. La transition proposée par le président Abdelaziz Bouteflika et les quelques changements qui se sont produits ces derniers jours ne suscitent pas l'adhésion du peuple algérien. Vous connaissez les risques d'une telle transition, puisque ce cas de figure s'est déjà produit dans l'histoire récente de l'Algérie : la transition avortée du début des années 1990 a engendré une décennie noire, dont l'Algérie a mis du temps à ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/03/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Monsieur le secrétaire général, monsieur l'ambassadeur, au nom du groupe du Mouvement Démocrate et apparenté, je vous remercie de votre présence et de vos interventions. Depuis 2011, les printemps arabes ont marqué l'avènement de la société civile dans l'espace politique des pays du sud de la Méditerranée, particulièrement de la jeunesse qui représente en général la majorité de la population de ces pays. Nous en voyons actuellement les prolongements en Algérie, par exemple, avec les difficultés structurelles communes aux pays du sud de la Méditerranée : une population jeune et éduquée, une faible insertion dans l'emploi, une faible participation à la ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 13/02/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Je vous remercie, monsieur le ministre, de ce point d'actualité sur la situation internationale. Lors de votre récent déplacement au Qatar, vous avez abordé de nombreux sujets, y compris le football, avec les autorités du pays. Il a été évidemment question de la situation régionale et des relations complexes et compliqués entre les pays du Golfe – je pense notamment à l'Arabie Saoudite. Avez-vous, sur ce point, des éléments d'information actualisés susceptibles de nous éclairer sur les perspectives d'évolution des relations entre ces pays ? Sur un sujet plus précis, quelle est, à votre avis, la perception, dans ces pays du Golfe, de la question ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 11/12/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Quelle crédibilité peut-on accorder à ce programme : S'agit-il d'un nouvel axe politique, ou de simples mesures cosmétiques ? Peut-on réellement s'attendre à voir le royaume s'ouvrir ? Le sort réservé aux minorités, les atteintes au pluralisme et l'intolérance dogmatique du régime à l'endroit des tenants d'un Islam modéré nous font hésiter sur l'attitude à adopter envers le prince héritier du royaume saoudien. Plus largement, que pouvez-vous nous dire de la société civile en Arabie Saoudite ? Est-elle une force sur laquelle nos démocraties peuvent s'appuyer ? Dans quelle mesure adhère-t-elle aux réformes qui ont été amorcées par le prince héritier ?

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 11/12/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Le programme de réformes baptisé Vision 2030 vise à la fois à diversifier l'économie saoudienne par des investissements dans les secteurs non pétroliers comme la technologie ou le tourisme et à libéraliser la société.

Consulter

Commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi habilitant le gouvernement à prendre par ordonnance les mesures de préparation au retrait du royaume-uni de l'union européenne - Intervention le 29/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Merci, monsieur le ministre, de votre présence et de votre exposé, qui nous éclaire sur un enjeu majeur, fondamental, dans l'hypothèse d'une absence d'accord. Le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne entraînera, vous l'avez dit, un rétablissement des contrôles vétérinaires, phytosanitaires et de sûreté, ainsi que des formalités douanières. À l'heure actuelle, certains postes frontaliers, quand il y en a, ne sont pas dimensionnés pour contrôler l'ensemble des lots en provenance du Royaume-Uni. En 2019, 350 douaniers seront recrutés ; au total, 700 recrutements sont prévus entre 2018 et 2020. Toutefois, la création nette d'emplois douaniers en 2019 ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 14/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Je partage les propos tenus sur la dimension du pilotage, sur la nécessité de la cohérence et de l'évaluation. Je voulais interroger sur l'articulation qui existe entre l'aide française au développement et l'aide de l'Union européenne. M. Goasguen a cité l'Allemagne, je cite l'Union européenne. Je mentionnerai également l'articulation qui existe, même si l'initiative en est différente, entre l'aide au développement de l'État et la coopération décentralisée qui revêt, certes, une dimension plus modeste, mais qui, en termes d'initiatives, d'implication et de sensibilisation de la population, a toute son importance. Il est utile, dans un rapport relatif à ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Je partage cette approche. Le fait que la France est désormais signataire de cette convention lui donne des droits d'interpellation et d'incitation, par des mesures concrètes.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour On peut effectivement l'espérer, mais le constat que vous venez de faire est tristement réel. Pour ces grands pays pour lesquels la pêche est une activité majeure, il y a un « océan » entre ceux qui ont ratifié cette convention et les autres. Il faut que cette considération soit prise en compte dans les sommets internationaux. Si l'ensemble des pays ne concourt pas au même objectif, cela réduit naturellement la portée de la convention. Sans cette dernière, ce serait la jungle dans les océans – c'est malheureusement un peu le cas aujourd'hui tout de même.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour La convention ne sera pas suffisante pour renforcer l'attractivité des métiers de la pêche et favoriser le renouvellement générationnel. Tout ce qui concourt à la formation est un facteur de renforcement de l'attractivité du métier. Cela renforce aussi la dignité de chacun. Cette convention sera un élément parmi d'autres. Dans le cadre de ce débat, il sera possible aux uns et aux autres de faire des suggestions et des propositions. Le lien pêche et environnement doit être présent dans la formation.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Oui naturellement, il ne faut pas établir de normes trop rigides qui s'appliqueraient à l'ensemble des territoires sans tenir compte de leurs spécificités. Les choses ne s'appliquent pas de la même façon dans tous les océans.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Effectivement, les 26 pays signataires de la convention sont mentionnés en annexe du rapport. Ce sont l'Afrique du Sud, la Belgique, le Canada, la République du Congo, le Danemark, l'Espagne, les îles Féroé, l'Islande, la République des Kiribati, la Lettonie, la Lituanie, le Maroc, la Mauritanie, la Namibie, la République du Nauru, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, la République de Palaos, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Russie, Sainte-Lucie, la République de Sierra-Leone, la Syrie et l'Ukraine. Les pays que vous avez mentionnés n'y figurent pas. Sur le deuxième point, en cas de litige, il n'y a pas de précision sur ce point particulier.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Merci, d'abord je partage l'idée de la nécessité d'un débat, car ce sont des questions importantes et un enjeu majeur, ainsi que, vous l'avez dit, une façon de marquer fortement notre considération à l'égard du monde de la pêche et des pêcheurs en particulier. Sur le droit international et le droit maritime, l'aspect juridique est une bonne base pour une passerelle. La réflexion sur la formation est intéressante puisqu'il y a assez peu de demande de postes alors qu'il y a de nombreuses offres d'emploi. Tout ce qui concourt à la formation concourt aussi à l'attractivité du métier.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour J'ai mentionné qu'outre les avantages en termes de formation des personnels et des professionnels, l'intérêt existe aussi sur le plan environnemental, et vous soulignez à juste titre cette dimension. Cette formation participe de la sécurité et de la protection des océans. Je souscris également à votre idée d'audition, car l'aspect maritime de notre pays a toujours fait partie de nos préoccupations.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Madame la Présidente, mes chers collègues, Il me revient de soumettre à votre examen le Projet de loi autorisant la ratification de la convention internationale sur les normes de formation du personnel des navires de pêche, de délivrance des brevets et de veille, dite « convention STCW-F ». Cette convention a été adoptée à Londres, le 7 juillet 1995, sous l'égide de l'Organisation maritime internationale (OMI). Elle est entrée en vigueur le 29 septembre 2012 pour les vingt-six pays qui l'ont ratifiée. Elle trouve son origine dans une convention analogue concernant la navigation de commerce, la convention internationale sur les normes de formation des gens de ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 24/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Au nom du groupe du Mouvement démocrate et apparentés, je veux également saluer la qualité du travail qui est traduit dans ce rapport assorti de propositions concrètes qui requièrent tout notre intérêt. Le déficit chronique de notre balance commerciale symbolise un mal français bien identifié : la lente mais certaine désindustrialisation du pays. Les gouvernements successifs ont entrepris de résorber ce déficit avec le succès relatif que l'on connaît. Nous devons tous en avoir conscience. Le rétablissement de nos comptes publics passe aussi par une résorption de notre déficit commercial. Notre groupe rappelle souvent et depuis longtemps cette ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 24/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Je m'associe à ce qui vient d'être dit sur le grand intérêt de ce rapport, qui bénéficie des analyses et de l'expertise avisée de Didier Quentin. Ce premier budget de la nouvelle loi de programmation militaire respecte la trajectoire qui était initialement fixée : les crédits augmenteront de 1,8 milliard d'euros par rapport à la précédente loi de finances initiale, ce que le groupe du Mouvement démocrate et apparentés salue. Nous ne pouvons pas ignorer la violence du monde et le contexte international qui font peser sur notre pays et sur l'Europe de lourdes menaces, lesquelles nous imposent de revoir nos objectifs stratégiques. La France a pris toute sa place ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 23/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Je remercie M. le rapporteur pour avis de la qualité du travail qu'il nous a présenté. Je parlais tout à l'heure du service public offert par le réseau consulaire : nous en avons ici un autre exemple. Ce service public s'étend aussi à l'enseignement français à l'étranger, dont la position est confortée, comme le souligne le rapport. Il reste néanmoins à assurer les investissements dont le réseau a besoin, ainsi qu'à définir des priorités géographiques, tout en veillant à mieux travailler avec l'Organisation internationale de la francophonie. Parallèlement à cela, le groupe du Mouvement Démocrate et apparentés entend porter une attention particulière à ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 23/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Je tiens également à souligner la qualité de l'éclairage qui nous a été donné sur ce sujet majeur. La mission « Action extérieure de l'État » regroupe un vaste spectre d'actions menées par la France dans le monde, et elle concentre plus de la moitié des crédits du ministère de l'Europe et des affaires étrangères – le seul programme 105 représente 59 % des emplois de ce ministère. La diplomatie française reste l'une des plus actives et des plus influentes sur la scène internationale, notamment grâce à la solidité de son réseau consulaire et à la force de sa diplomatie d'influence, culturelle et économique. C'est un bien précieux qu'il faut savoir ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 17/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

L'augmentation de la contribution française au budget de l'Union européenne représente un effort important pour notre pays, mais qui est – comme rappelé par notre rapporteur – largement compensé par les bénéfices que nous pouvons tirer, non seulement des fonds structurels et de la PAC, mais aussi de notre appartenance à un espace économique et politique, dont les retombées sont difficiles à évaluer, mais qui nous apporte sécurité et stabilité. Notre groupe rejoint beaucoup des propositions avancées par le rapporteur, et les points d'attention qu'il soulève dans son excellent rapport enrichi par les observations des membres de cette commission. Nous ...

Consulter