⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et janvier 2021

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 90 triés par date — trier par pertinence

Commission des affaires étrangères - Intervention le 08/04/2020

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Je veux aussi rendre hommage au personnel de votre ministère. L'Organisation des Nations unies (ONU), l'OMS et de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) ont appelé à aider les États les plus vulnérables. Vous avez évoqué les pays africains ; il en est d'autres en conflit ou connaissant une situation très précaire – pensons aux Territoires palestiniens. La France entend-elle relayer cette préoccupation aux Nations unies et participer à des actions en ce sens ?

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 04/03/2020

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

À la suite du récent sommet de Pau, une intensification des actions françaises et du G5 Sahel a été mise en oeuvre dans la région des trois frontières – Mali, Burkina Faso et Niger, là même où se concentre la majorité des attaques djihadistes. De fait, la situation se dégrade. Nous sommes également inquiets de voir le conflit s'étendre à des zones périphériques du Sahel, notamment autour du lac Tchad, dans la région limitrophe du Cameroun, du Nigéria et du Tchad : ces pays sont désormais directement menacés par la branche de Boko Haram affiliée à l'État islamique, qui est toujours en activité, comme en témoigne l'attaque récente contre un village ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 15/01/2020

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Mes interrogations portent sur la crédibilité de la coalition actuellement au pouvoir en Italie. De votre point de vue, s'inscrit-elle dans la durée et dans la stabilité ? Cela m'amène à une autre question sur la solidité perçue ou non du président du Conseil actuel, les deux éléments étant liés. Le gouvernement mène-t-il une politique dans la durée avec des accords programmatiques ou est-il plutôt chargé d'expédier les affaires courantes ? Ce que vous dites des relations avec la France justifie sans doute de la part de quelques-uns d'entre nous un peu de tristesse par rapport aux liens qui ont été rappelés tout à l'heure entre nos deux pays, des liens ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 20/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Au nom du groupe du Mouvement Démocrate et apparentés, je tiens, madame la ministre, à vous remercier de votre exposé. Nous avons eu l'occasion de rencontrer récemment le chef d'état-major des armées, qui a pu informer la commission de l'état de nos armées, de leurs conditions matérielles et morales. Nous avons exprimé notre responsabilité il y a deux ans, lors de l'adoption de la loi de programmation militaire, qui assurait nos armées des moyens lui permettant, année après année, une remise à niveau rendue impérative. Nous entendons que cet engagement soit tenu jusqu'à la fin du quinquennat. Pour autant, nous savons aussi que cette responsabilité doit ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Je vous remercie, au nom du groupe du Mouvement Démocrate et apparentés, de votre exposé précieux pour notre compréhension des enjeux militaires stratégiques internationaux. Débattant il y a peu du budget 2020 pour la défense, nous constations que la trajectoire définie par la loi de programmation militaire était respectée et que, cette année, 37,5 milliards d'euros seraient consacrés à nos armées. Ces moyens en hausse devront être consolidés dans le temps car, comme vous l'avez souligné, nos armées seront très sollicitées dans les décennies à venir. Évoquant récemment les opérations extérieures, vous déclariez, monsieur le chef d'état-major des ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour J'ajoute que la France a la possibilité d'intervenir seule, et donc d'avoir une maîtrise stratégique.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Il s'agit de transport tactique, et non stratégique, c'est-à-dire essentiellement d'opérations de ravitaillement et d'évacuation.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Nous recevrons cet après-midi le chef d'état-major des armées : nous pourrons poser toutes nos questions à cet éminent expert.

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Mes chers collègues, je vous remercie de vos observations. M. Éric Girardin a souligné que cet accord faisait partie d'une série d'initiatives en vue de la création d'une Europe de la défense et plusieurs d'entre vous ont rappelé que la mutualisation de nos forces était absolument nécessaire à la réussite de ce projet. Même s'il peut y avoir des différences entre la France et l'Allemagne en matière de défense, et des malentendus à dissiper, il n'empêche que nos deux pays ont des objectifs de sécurité convergents et qu'un renforcement de notre coopération militaire s'impose. Nous assistons, me semble-t-il, à une lente, mais certaine, convergence dans le ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/11/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour, rapporteur

Bruno Joncour Le traité de l'Élysée de 1963, qui a scellé la réconciliation entre la France et l'Allemagne, a jeté les bases d'une coopération de défense concrète entre les deux États. Avec la diplomatie et l'éducation, la défense constituait en effet l'un des trois domaines couverts par ce traité. La convention incluait notamment des dispositions concernant la fréquence des rencontres entre les ministres de la défense et les responsables militaires des deux pays, le rapprochement des doctrines militaires, les échanges de personnels ou encore les bases d'une coopération en matière d'armement. Le préambule du présent accord y fait référence et réaffirme la volonté de ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 23/10/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Il s'agit du deuxième budget de mise en oeuvre de la loi de programmation militaire. Nous nous félicitions l'an dernier de l'augmentation substantielle du budget de la défense de 1,7 milliard, et nous sommes satisfaits de constater que l'exécutif tient de nouveau ses promesses en portant le budget de la défense à 37,5 milliards, en hausse de 1,7 milliard. Nous remercions le rapporteur pour son travail sur la condition militaire et pour l'éclairage qu'il apporte sur un point important de la redéfinition de notre approche en matière de défense et de sécurité collective en portant son regard sur l'avenir de l'OTAN. Vous le rappelez fort à propos, cette organisation ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 16/10/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Au nom du groupe du Mouvement démocrate et apparentés, je remercie M. le rapporteur de cet éclairage, à la fois intéressant et particulièrement opportun, sur les enjeux soulevés par la déforestation. Nous avons été sensibles au désastre qu'ont constitué les immenses incendies de cet été en Amazonie, comme nous l'avons été également à propos des incendies survenus en Californie, en Australie et au Canada. Vous avez raison de le souligner, le soin que nous saurons apporter aux espaces forestiers si importants pour la viabilité de notre Terre sera déterminant pour notre avenir. C'est pourquoi nous saluons l'action de la France en la matière. En effet, elle a ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 03/10/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Monsieur le ministre, au nom du groupe du Mouvement démocrate et apparentés, je vous remercie de votre intervention, au cours de laquelle vous avez rappelé les priorités qui sont les vôtres à la tête de votre ministère et de la diplomatie française. Ce budget concrétise l'engagement du Président de la République de voir les crédits de l'APD atteindre progressivement 0,55 % du RNB d'ici 2022. Le respect de cet engagement est particulièrement important, dans un contexte international où les tensions et les crises migratoires, climatiques, environnementales et politiques sont de plus en plus fortes et appellent des réponses à la hauteur. Notre diplomatie doit ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 28/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Monsieur le ministre, je vous remercie, au nom du groupe du Mouvement démocrate et apparentés, de ce tour d'horizon de l'actualité internationale. Ma question s'inscrira dans le prolongement de l'exposé que vous venez de nous faire sur votre déplacement en République démocratique du Congo. Vous avez indiqué qu'au lendemain des élections présidentielles et législatives, la transition s'était déroulée dans des conditions tout à fait démocratiques et qu'il y avait lieu de s'en réjouir. Il n'en demeure pas moins que l'absence de notre pays en RDC, même si elle n'a été que temporaire, a bénéficié à d'autres États, qui en ont profité pour se faire une ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 20/03/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Monsieur le ministre, j'aimerais revenir, au nom du groupe du Mouvement Démocrate et apparentés, sur la situation algérienne. Les enjeux de cette crise sont considérables et la France a un rôle à jouer, dont vous avez bien défini l'esprit. La transition proposée par le président Abdelaziz Bouteflika et les quelques changements qui se sont produits ces derniers jours ne suscitent pas l'adhésion du peuple algérien. Vous connaissez les risques d'une telle transition, puisque ce cas de figure s'est déjà produit dans l'histoire récente de l'Algérie : la transition avortée du début des années 1990 a engendré une décennie noire, dont l'Algérie a mis du temps à ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 06/03/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Monsieur le secrétaire général, monsieur l'ambassadeur, au nom du groupe du Mouvement Démocrate et apparenté, je vous remercie de votre présence et de vos interventions. Depuis 2011, les printemps arabes ont marqué l'avènement de la société civile dans l'espace politique des pays du sud de la Méditerranée, particulièrement de la jeunesse qui représente en général la majorité de la population de ces pays. Nous en voyons actuellement les prolongements en Algérie, par exemple, avec les difficultés structurelles communes aux pays du sud de la Méditerranée : une population jeune et éduquée, une faible insertion dans l'emploi, une faible participation à la ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 13/02/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Je vous remercie, monsieur le ministre, de ce point d'actualité sur la situation internationale. Lors de votre récent déplacement au Qatar, vous avez abordé de nombreux sujets, y compris le football, avec les autorités du pays. Il a été évidemment question de la situation régionale et des relations complexes et compliqués entre les pays du Golfe – je pense notamment à l'Arabie Saoudite. Avez-vous, sur ce point, des éléments d'information actualisés susceptibles de nous éclairer sur les perspectives d'évolution des relations entre ces pays ? Sur un sujet plus précis, quelle est, à votre avis, la perception, dans ces pays du Golfe, de la question ...

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 11/12/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Quelle crédibilité peut-on accorder à ce programme : S'agit-il d'un nouvel axe politique, ou de simples mesures cosmétiques ? Peut-on réellement s'attendre à voir le royaume s'ouvrir ? Le sort réservé aux minorités, les atteintes au pluralisme et l'intolérance dogmatique du régime à l'endroit des tenants d'un Islam modéré nous font hésiter sur l'attitude à adopter envers le prince héritier du royaume saoudien. Plus largement, que pouvez-vous nous dire de la société civile en Arabie Saoudite ? Est-elle une force sur laquelle nos démocraties peuvent s'appuyer ? Dans quelle mesure adhère-t-elle aux réformes qui ont été amorcées par le prince héritier ?

Consulter

Commission des affaires étrangères - Intervention le 11/12/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Le programme de réformes baptisé Vision 2030 vise à la fois à diversifier l'économie saoudienne par des investissements dans les secteurs non pétroliers comme la technologie ou le tourisme et à libéraliser la société.

Consulter

Commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi habilitant le gouvernement à prendre par ordonnance les mesures de préparation au retrait du royaume-uni de l'union européenne - Intervention le 29/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Joncour

Merci, monsieur le ministre, de votre présence et de votre exposé, qui nous éclaire sur un enjeu majeur, fondamental, dans l'hypothèse d'une absence d'accord. Le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne entraînera, vous l'avez dit, un rétablissement des contrôles vétérinaires, phytosanitaires et de sûreté, ainsi que des formalités douanières. À l'heure actuelle, certains postes frontaliers, quand il y en a, ne sont pas dimensionnés pour contrôler l'ensemble des lots en provenance du Royaume-Uni. En 2019, 350 douaniers seront recrutés ; au total, 700 recrutements sont prévus entre 2018 et 2020. Toutefois, la création nette d'emplois douaniers en 2019 ...

Consulter