Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et juin 2019

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 50 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 10/05/2019 : Restauration de notre-dame de paris

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

Mes chers collègues, très rapidement, parce qu'effectivement ces douze heures et quelque de débats nous ont permis si ce n'est de trouver un consensus, au moins d'évoquer un certain nombre de sujets et de partager notre ambition pour cette restauration, ainsi que parfois, sur certains sujets, nos inquiétudes. Je voudrais juste rappeler que le texte que nous avons examiné répond aux objectifs qu'il s'était fixés : donner un cadre légal à l'élan de générosité exceptionnel qui s'est exprimé et permettre à l'État d'organiser son intervention afin de répondre aux défis de la restauration. Nous avons pour notre part confiance dans la capacité du ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/05/2019 : Restauration de notre-dame de paris

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

Nous avons bien entendu, monsieur le ministre, que vous vous portez garant du respect des principes fondamentaux de la protection du patrimoine. S'il n'est pas possible, à ce stade, de préciser dans l'article 9 le périmètre des dérogations que vous serez peut-être amené à décider lorsque l'ampleur du chantier sera connue, la création d'un conseil scientifique indépendant, que nous avons adoptée à l'article précédent et qui pourra émettre des recommandations, constitue déjà une première garantie. Néanmoins, malgré la confiance que nous vous accordons pour assurer la plus grande exemplarité à ce chantier, il nous semble important que le contenu de ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/05/2019 : Restauration de notre-dame de paris

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

Il me semble que ce garde-fou montre que nous n'avons pas l'intention de faire n'importe quoi à l'occasion de cette restauration.

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/05/2019 : Restauration de notre-dame de paris

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

Un mot de plus pour essayer de rassurer M. Le Fur. Nous avons voté, il y a quelques heures, un amendement à l'article 2, tendant à préciser que « les travaux de conservation et de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris financés au titre de la souscription nationale mentionnée au premier alinéa visent à préserver l'intérêt historique, artistique et architectural du monument ».

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/05/2019 : Restauration de notre-dame de paris

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

Le groupe de La République en marche soutient cet amendement, que nous avons également déposé. Il a permis d'intégrer une demande du groupe socialiste en commission, à savoir l'indication des versements opérés par les collectivités territoriales et leurs groupements.

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/05/2019 : Restauration de notre-dame de paris

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

L'article 5 démontre que la France est capable d'adapter ses dispositifs aux grands défis qui se présentent à elle. Elle l'a fait hier, avec le dispositif Coluche, qui permet, de façon pérenne, une réduction d'impôts, non pas de 66 %, mais de 75 % pour les dons destinés aux organismes venant en aide aux personnes en difficulté. Elle le fait aujourd'hui, exceptionnellement et pendant une durée limitée, pour Notre-Dame, en permettant une réduction fiscale de 75 % pour les dons des particuliers s'élevant jusqu'à 1 000 euros. Développer la philanthropie, ce n'est pas créer une hiérarchie et une compétition entre les causes. Donner pour que des repas soient ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/05/2019 : Restauration de notre-dame de paris

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

Cet amendement, que nous sommes nombreux à avoir cosigné au sein du groupe La République en marche, est identique à celui que vient de défendre Mme Mette. Il vise à permettre au Centre des monuments nationaux et aux trois fondations reconnues d'utilité publique de mettre en place des conventions avec l'État ou l'établissement public. Ces conventions permettront en particulier de confier aux organes collecteurs la mission d'informer les donateurs avec lesquels elles ont tissé une relation de confiance construite sur leur réputation et leur spécificité. Cela pourra rassurer ces derniers sur l'affectation des dons.

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/05/2019 : Restauration de notre-dame de paris

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

« Sans doute c'est encore aujourd'hui un majestueux et sublime édifice que l'église de Notre-Dame de Paris. Mais, si belle qu'elle se soit conservée en vieillissant, il est difficile de ne pas soupirer, de ne pas s'indigner devant les dégradations, les mutilations sans nombre ». Plus de trois semaines après l'incendie qui a ravagé Notre-Dame, ces mots que j'emprunte à Victor Hugo résonnent comme une prédiction. Je suis entrée il y a quelques jours dans cette cathédrale affaiblie, fragile, mais toujours debout. J'y ai noté l'urgence de conserver ce témoignage du génie de l'humanité aujourd'hui sous capteurs, comme un grand malade dont on mesure à chaque ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/05/2019 : Restauration de notre-dame de paris

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

Le 15 avril dernier, le monde entier, saisi par les images de la cathédrale en feu, a témoigné son attachement à Notre-Dame de Paris. Aimée pour sa beauté, pour l'harmonie de ses formes par les uns, pour son mythe et pour le sens qu'elle porte depuis plus de huit siècles par les autres, Notre-Dame de Paris est notre livre français. Les Français et les habitants du monde entier ont exprimé cet amour et une volonté très claire de voir la cathédrale renaître de ses cendres dans un élan de générosité aussi formidable qu'exceptionnel. Le projet de loi dont nous sommes saisis n'a d'autre vocation que d'accompagner cette mobilisation spontanée, et de donner ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

En 2016, un quotidien national titrait, à propos des écoles de Marseille : « La Honte de la République ». Trois ans plus tard, pas grand-chose n'a changé. L'état de délabrement des bâtiments scolaires à Marseille continue d'entraîner un risque pour la sécurité et la santé des enfants et des enseignants. À tout le moins, ils engendrent des conditions de travail difficiles pour les enseignants, des conditions d'apprentissage pénibles pour les élèves et suscitent l'indignation légitime des parents. Il me semble indispensable, monsieur le ministre, de faire un état des lieux du bâti des écoles à Marseille. L'État, garant de la réussite éducative et ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

Un agent pour trente enfants en maternelle, soixante en élémentaire : c'est le taux d'encadrement moyen dans les écoles à Marseille, à la pause méridienne, quand tout va bien. C'est deux fois moins que ce que recommandent les normes de l'AFNOR, l'Association française de normalisation, qui, malheureusement, ne sont pas respectées par plusieurs villes de France. Pour assurer la sécurité des enfants et offrir des conditions de travail acceptables aux agents, je demande, par l'intermédiaire de cet amendement, que le Conseil d'État fixe par décret un taux d'encadrement minimal.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

Cet amendement vise aussi, de manière un peu différente, à rendre obligatoire un examen médical entre 3 et 4 ans pour tous les enfants, au sein de l'école et en présence des parents responsables de l'enfant. De nombreux professionnels de l'éducation exigent qu'un tel examen médical soit généralisé car il s'agit d'un âge clé pour dépister certains troubles, en particulier ceux du langage. Cette visite pourrait donc contribuer à prévenir les inégalités de santé et à mieux accompagner les enfants en matière de santé.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/07/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission mixte paritaire

Cathy Racon-Bouzon Contrairement à ce qu'ont pu laisser entendre certains, le texte est nécessaire et utile à plusieurs égards : il sécurise les établissements scolaires, en posant un principe général d'interdiction, auquel le règlement intérieur peut déroger, alors qu'aujourd'hui c'est la logique inverse qui prévaut ; il permet également aux établissements qui le souhaitent d'interdire totalement l'usage du portable, ce qui, actuellement, soulève des difficultés juridiques ; il permet, enfin, l'usage du téléphone portable à des fins pédagogiques, alors que, jusqu'à présent, un tel usage était prohibé. Nous parvenons donc à un texte qui repose sur deux piliers : ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/07/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission mixte paritaire

Cathy Racon-Bouzon Madame la présidente, monsieur le ministre de l'éducation nationale, monsieur le président de la commission mixte paritaire, mes chers collègues, nous sommes saisis aujourd'hui du texte élaboré par la commission mixte paritaire sur la proposition de loi relative à l'encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les établissements d'enseignement scolaire. Réunie à l'Assemblée le 18 juillet dernier, la CMP est parvenue à un accord sur le texte que nous vous proposons aujourd'hui. Cet accord est le résultat d'un travail de fond accompli avec le rapporteur du Sénat, M. Stéphane Piednoir, auquel je souhaite rendre hommage : de concert, nous sommes ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Alors que nous débattons depuis plusieurs heures, j'espère ne pas avoir à rappeler que l'objet de ce texte est de poser un principe d'interdiction et un principe d'éducation, qui suppose une autorisation d'utilisation à des fins pédagogiques. Il est donc bien question d'encadrement et non pas d'autorisation. Avis défavorable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon L'article L. 451-1 du code de l'éducation renvoie d'ores et déjà à des décrets en Conseil d'État la fixation des conditions dans lesquelles les dispositions dudit code sont appliquées dans les établissements scolaires français à l'étranger. Je vous propose donc de retirer l'amendement au bénéfice de l'engagement du ministre de prévoir l'application de la PPL dans les établissements à l'étranger.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Poursuivant le même objectif, l'amendement tend à renforcer les obligations d'information incombant aux fournisseurs de services de communications électroniques sur les options existant en matière de contrôle parental et, plus largement, sur les offres adaptées pour les mineurs, lorsqu'une ligne de téléphonie mobile souscrite par les parents est destinée à être utilisée par leur enfant.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Cet amendement vise à accompagner la publicité pour des objets connectés d'un message sensibilisant les parents au fait que ces équipements n'ont pas vocation à être utilisés par des enfants de moins de trois ans, dans la lignée des recommandations du CSA et de l'Association française de pédiatrie ambulatoire. Le message préconise également une utilisation raisonnée de ces équipements au-delà de trois ans, compte tenu des difficultés et troubles dont peuvent souffrir les enfants, notamment les plus jeunes, du fait d'une forte exposition aux écrans, et des incertitudes sur les conséquences de l'exposition des enfants aux radiofréquences. Ce texte permet ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Je partage votre objectif sur ce sujet, madame la députée. Néanmoins, la commission a modifié l'article L. 312-9 du code de l'éducation dans un sens qui me semble satisfaire votre amendement. En outre, je ne suis pas convaincue qu'une séance annuelle isolée soit la bonne solution. Je préfère que nous envisagions la construction d'un parcours interdisciplinaire. Enfin, le nombre de séances ou les modalités de ce module ne relèvent pas de la loi. Je vous demande donc le retrait de l'amendement, sinon avis défavorable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Vous faites sans doute référence, chère collègue, au défi « Dix jours sans écrans », imaginé par Mme Sophie Rigal-Goulard, que j'ai pu rencontrer à Marseille, ainsi que certains enseignants qui ont mis en pratique cette idée dans leurs établissements. Cette expérience m'a paru formidable : elle a permis aux enfants, d'après les témoignages, de réapprendre à s'occuper différemment, à communiquer avec leurs parents et leurs camarades. Au terme de l'expérience, les enfants dormaient mieux, se concentraient plus facilement, interagissaient davantage ; ils étaient aussi fiers d'avoir participé à cette expérience, qui a déclenché une véritable prise ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Il s'agit d'un amendement de coordination destiné à tenir compte des dispositions de la loi relative à la protection des données personnelles, qui n'est pas encore promulguée.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon La notion d'éducation aux droits et aux devoirs liés à l'usage des ressources d'internet et des réseaux sociaux est préférable à celle de sensibilisation, moins forte. L'éducation est une transmission. Cela ne constitue en rien une atteinte à la liberté d'expression des élèves ; ils pourront au contraire mieux exercer cette liberté, en étant conscients de ses implications pour les autres et la société. Avis défavorable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Avis défavorable. Je rappelle que c'est non pas la formation, mais l'usage du numérique par les élèves qui doit être responsable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon L'article 3 n'ajoute pas de mention superflue ; il vise au contraire à renforcer la formation aux outils et aux enjeux du numérique pour compléter l'encadrement de l'usage du portable proposé par une approche pédagogique. Ces dispositions, en mettant l'accent sur le nécessaire respect de la dignité de la personne humaine et de la liberté d'opinion dans l'usage d'internet et des réseaux sociaux, sont utiles. Il s'agit notamment de renforcer la prévention du cyberharcèlement dans les établissements scolaires. Quant à la notion de « citoyenneté numérique », ce n'est pas un concept flou ; elle renvoie à la maîtrise des technologies numériques et à leur ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Je partage votre avis sur ce point, chère collègue. C'est pourquoi j'ai déposé en commission un amendement portant création de l'article 3 du texte, lequel prévoit notamment de compléter l'article L. 312-9 du code de l'éducation par un alinéa ainsi rédigé : « Elle contribue au développement de l'esprit critique et à l'apprentissage de la citoyenneté numérique ». Ainsi, les élèves bénéficieront d'une formation à l'utilisation des outils et ressources du numérique, ce qui contribuera au développement de leur esprit critique et à l'apprentissage de la citoyenneté numérique. Il ne semble pas opportun de faire figurer la notion deux fois dans le ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon L'article 2 complète le principe d'encadrement fixé à l'article 1er par une approche éducative visant à favoriser un usage responsable du numérique. Nous tenons à donner explicitement la précision susmentionnée afin de prendre en compte l'évolution de la société. Avis défavorable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Dans notre droit, les parents ne sont pas pénalement responsables des infractions pénales commises par leurs enfants mineurs. Ils ne peuvent pas être sanctionnés à leur place, car la responsabilité pénale est personnelle. L'amendement tend à remettre fondamentalement en cause le principe juridique fondamental édicté par l'article 121-1 du code pénal, selon lequel : « Nul n'est responsable pénalement que de son propre fait ». L'avis de la commission est donc défavorable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Votre objectif, chère collègue, en présentant cet amendement, est de sécuriser les personnels éducatifs afin qu'ils n'hésitent pas à procéder à une confiscation d'objets – coûteux de surcroît – de peur de voir leur responsabilité engagée. Toutefois, les règles applicables en matière de responsabilité des personnels de l'éducation nationale – et plus généralement des agents publics – prévoient que celle-ci ne peut être engagée qu'en cas de faute personnelle, détachable du service. Or les conditions définies par la jurisprudence administrative pour caractériser une faute personnelle sont particulièrement strictes : la faute doit être ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon La commission a émis un avis défavorable, ce matin, sur l'amendement de M. Roussel. Néanmoins, afin de sécuriser cette possibilité de confiscation, je propose des sous-amendements rédactionnels visant à rendre plus souples les modalités du dispositif en supprimant le délai et les modalités précises de restitution.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Après avoir souhaité rendre l'interdiction optionnelle, vous voulez qu'elle soit étendue au lycée, ce qui nous étonne. S'il n'est pas question de nier que l'utilisation du téléphone, au lycée, par les lycéens doit aussi être modérée et raisonnée, il nous a semblé juste de faire le pari qu'en étant éduqués à l'usage raisonné du téléphone portable dès le collège et l'école primaire, les élèves de lycée seraient à même d'en avoir un usage adéquat. Par ailleurs, cela correspond à la majorité numérique de quinze ans, qui a été votée dans le cadre de la loi relative à la protection des données personnelles. Enfin, cela correspond à l'âge ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Votre amendement remet en cause le principe de l'interdiction en la rendant facultative ou optionnelle. Nous y sommes défavorables, car nous tenons à imposer ce principe d'interdiction, afin de le généraliser et d'assurer l'efficacité du dispositif.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Madame Meunier, vous connaissez mon attachement à la question de santé publique posée par la surexposition aux écrans. Néanmoins, dans le plan national de santé publique 2018-2022 présenté par Mme Buzyn en mars dernier, il est prévu de créer des repères d'usage d'écran destinés à l'entourage des jeunes enfants, ainsi qu'une campagne d'information sur les repères et bonnes pratiques en termes de temps passé devant les écrans. En outre, comme vous le savez, une saisine du Haut conseil de santé publique sur le sujet de l'exposition aux écrans est en cours, ce qui permettra de vous apporter des réponses. Par ailleurs, je trouve curieux de s'inquiéter ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Je ne reviendrai pas sur les raisons qui prouvent l'utilité de ce texte. Monsieur Castellani, je partage votre point de vue sur la responsabilité des parents : c'est en effet à eux qu'il revient, en premier lieu, d'éduquer leurs enfants à l'usage responsable des outils numériques, mais je pense que c'est aussi le rôle de l'école de construire des digues pour protéger nos enfants. L'avis de la commission est donc défavorable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Nous ouvrons par ailleurs l'autorisation d'utiliser le téléphone portable à des fins pédagogiques. Comme M. Blanquer l'a souligné à l'instant, le fait que cette question soit rendue publique a déjà permis de libérer les initiatives des enseignants. Ce seul point justifie que nous vous invitions à débattre du texte en séance dès à présent.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon En commission, monsieur Hetzel, vous nous avez accusés de cynisme. Maintenant, vous nous reprochez de brasser du vent, que nous sommes bavards. Je m'étonne de votre mauvaise foi car je ne peux pas croire un seul instant que vous ne compreniez pas les enjeux de ce texte et l'esprit de ce que nous cherchons à proposer aujourd'hui. Nous posons un principe d'interdiction clair, général, qui aura le mérite d'apporter une assise juridique aux établissements sans toutefois aller à l'encontre de leur autonomie.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon En tout état de cause, cette mesure ne doit pas être considérée de façon isolée : elle doit être accompagnée par un renforcement de l'éducation des enfants à un usage responsable du numérique. Le texte vise à instaurer une forme de droit à la déconnexion des enfants pendant le temps scolaire, pour que l'école constitue une sorte d'îlot où ils puissent se concentrer sur leurs cours et avoir des interactions avec leurs camarades, mais ce droit doit être complété par une approche éducative. C'est l'objet de deux amendements que nous avons adoptés en commission. Il s'agit d'une première étape, qui a vocation à trouver un prolongement par la suite, en ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon La rédaction proposée permet, de plus, de remédier à une faille de la législation actuelle : l'interdiction de l'utilisation du téléphone portable pendant les activités d'enseignement. Or cet usage peut être très pertinent lorsqu'il est encadré par l'enseignant. Désormais, cette utilisation à des fins pédagogiques sera possible, par exemple dans le cadre de l'éducation au numérique ou pour certains apprentissages, quand l'outil numérique vient enrichir la pédagogie de l'enseignant. Nous avons apporté, en commission, plusieurs améliorations et précisions à la proposition de loi. D'abord, nous avons étendu le champ de l'interdiction à tous les ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Mais, en pratique, il apparaît que cette disposition n'est pas appliquée dans tous les établissements ; il semblerait que ce soit le cas dans la moitié d'entre eux. Le texte que nous examinons inverse la logique actuelle : il pose le principe de l'interdiction de l'utilisation du portable, avec la possibilité d'exceptions ; il renforce l'assise juridique de cette interdiction, tout en laissant aux établissements une certaine autonomie de mise en oeuvre.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2018 : Encadrement de l'utilisation du téléphone portable dans les écoles et les collèges

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon, rapporteure de la commission des affaires culturelles et de l'éducation

Cathy Racon-Bouzon Monsieur le président, monsieur le ministre de l'éducation nationale, monsieur le président de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, mes chers collègues, la proposition de loi que nous examinons ce matin a donné lieu à des échanges animés en commission la semaine dernière, et a suscité un certain écho dans la presse et au sein de la communauté éducative. C'est probablement parce qu'elle concerne de façon concrète tous les parents qui ont des enfants scolarisés, mais aussi, plus largement, parce qu'elle pousse chacun d'entre nous à s'interroger sur l'usage des téléphones portables dans notre vie quotidienne, sur leur omniprésence ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/11/2017 : Projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022 - projet de loi de finances pour 2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Cathy Racon-Bouzon

« L'État ne détient pas seul le label de l'intérêt général. Ce serait dangereux. Il est l'affaire de tous. [… ] À l'État de créer les conditions pour que chacun puisse s'engager, de fixer les priorités dans ses politiques, en fonction des enjeux de société. » Tels sont les mots, rapportés par L'Humanité, du Haut commissaire à l'économie sociale et solidaire et à l'innovation sociale. Chers collègues, si les entreprises n'étaient pas mécènes, si elles n'assumaient pas leur part de responsabilité sociétale en investissant une part de leurs revenus dans l'intérêt général, bon nombre d'actions culturelles n'existeraient tout simplement pas. ...

Consulter