⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et mars 2021

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 112 triés par date — trier par pertinence

Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire - Intervention le 15/04/2020

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Le directeur général de la MAIF a lui-même reconnu que le secteur de l'assurance n'avait pas pris la mesure de la crise et du niveau de l'attente sociale non plus que du fait que, pour beaucoup de Français, assurance ne rimait pas avec solidarité. Les mesures annoncées montrent que le secteur a décidé de répondre à la forte pression sociale et politique qui s'exerce sur lui, mais quel sera le mode opératoire, concrètement, pour les entreprises ? Y aura-t-il une négociation de chacune avec son assureur ? Dans ce cas, quelles consignes donnerez-vous ? Sélectionnerez-vous les entreprises en fonction de leur santé avant la crise, ou bien encore du secteur d'activité ...

Consulter

Mission d'information sur l'impact, la gestion et les conséquences dans toutes ses dimensions de l'épidémie de coronavirus-covid 19 en france - Intervention le 09/04/2020

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Comme mes collègues, je tiens à saluer l'investissement et le travail des fonctionnaires placés sous votre autorité : les policiers, les gendarmes, les pompiers, toutes celles et ceux qui contribuent à faire fonctionner nos services publics le font avec une compétence et un dévouement qui mériteront d'être salués. Je veux aussi m'incliner avec respect devant le travail accompli par les préfets et la bonne organisation qu'ils ont permise. Ce que je vois dans mon département, les Pyrénées-Atlantiques, démontre un investissement fabuleux et admirable. On n'en est que plus gênés par les déclarations du préfet de police de Paris, M. Didier Lallement : je tiens à ...

Consulter

Mission d'information sur l'impact, la gestion et les conséquences dans toutes ses dimensions de l'épidémie de coronavirus-covid 19 en france - Intervention le 08/04/2020

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Madame la garde des sceaux, comme vous ne souhaitez pas que l'on vous adresse les mêmes reproches qu'à M. le Premier ministre, vous restez prudente, et vous ne parlez pas de « fin de confinement ». Il convient cependant de réfléchir à la situation des juridictions à l'issue de la période actuelle, en particulier celle des juridictions économiques. Nous savons tous que ces juridictions seront déterminantes pour notre capacité à reprendre une activité économique normale. Vous avez répondu à Jean-Noël Barrot que des moyens supplémentaires leur seraient consacrés. Mais de quels moyens s'agit-il ? Quelles assurances vous a-t-on données s'agissant des ...

Consulter

Mission d'information sur l'impact, la gestion et les conséquences dans toutes ses dimensions de l'épidémie de coronavirus-covid 19 en france - Intervention le 01/04/2020

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Monsieur le Premier ministre, vous avez indiqué dans votre propos liminaire, et avec une grande humilité, que vous ne saviez pas tout. J'ajoute qu'aucun pays n'est passé entre les gouttes. Les politiques doivent donc – les socialistes en ont fait leur ligne de conduite – se montrer exigeants et respectueux du moment, c'est-à-dire des victimes, devant lesquelles nous nous inclinons, et des personnels soignants, auxquels nous rendons hommage car ils mènent, avec un courage infini, la guerre en notre nom. Cette attitude nous conduira demain à vous demander comment la Nation corrigera ses erreurs à l'égard de l'hôpital public ainsi que des soignants, ces premiers de ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 22/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je voterai cet amendement car il a une vertu : mettre « sous tutelle » l'administration et le cabinet du ministre. Durant le temps de rédaction des ordonnances, il est absolument nécessaire que le Parlement contrôle l'action de l'État. Cette mission d'information n'a pas cette ambition, mais elle aura ce pouvoir d'observation qui manque aujourd'hui. Cherchant le moyen d'apaiser la rancoeur de l'Assemblée après l'annonce surprise que le Gouvernement allait solliciter une habilitation à réformer l'ordonnance de 1945, la ministre de la Justice a proposé un dispositif qui permettait de faire participer pour la première fois les députés à un groupe de travail, ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 22/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Monsieur le rapporteur, on peut trouver son bonheur à la fois dans le quantitatif et le qualitatif ! En l'occurrence, vous allez être confrontés à une difficulté majeure jusqu'à la fin de cette législature : en contingentant la parole, vous allez devoir occuper – je sais que le verbe va choquer – votre majorité et le Parlement. Vous avez choisi de privilégier les interventions écrites annexées au Journal officiel, de limiter la prise de parole sur les articles et sur les amendements. Il faut donner aux députés matière à engager leur responsabilité. C'est vraisemblablement vers l'évaluation et le contrôle de l'action gouvernementale que la fonction de ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

C'est un sujet délicat, et n'oublions pas l'éventuelle lassitude des membres du Gouvernement, dont le rôle n'est pas de passer tout leur temps à l'Assemblée nationale. Je souhaite qu'ils puissent travailler un peu dans leur bureau – et, dès qu'il fait beau, je les vois aussi tous les vendredis dans mon département, il est vrai très touristique. Il faudrait tout de même qu'ils soient à leur ministère quelques jours par semaine pour y travailler. Voilà qui plaide plutôt en faveur de l'idée d'une seule séance de questions au Gouvernement. Cependant, le précédent président de l'Assemblée nationale a évoqué cette lassitude dont parlait à l'instant M. ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je partage totalement cette analyse. Notre objectif est de voter des textes, non de faire des « coups ». Comme l'a dit le rapporteur, cette deuxième délibération est utilisée, la plupart du temps, pour corriger des erreurs commises au cours de l'examen du texte. Mon intervention, comme celle de M. Gosselin, montre que nous n'avons pas la volonté de réduire les prérogatives du Gouvernement. Espérons que vous nous prouverez que vous n'avez pas celle de réduire les prérogatives et libertés de l'opposition…

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Avec le président Chassaigne, nous avons connu l'examen de textes de loi tels que la privatisation partielle, ou l'ouverture du capital, de La Poste. Les uns après les autres, nous citions tous les bureaux de poste de nos circonscriptions. C'était pitoyable. Le spectacle qui était donné était pitoyable, et nous avons fait la même chose, d'ailleurs, sur d'autres textes, moi le premier. Aujourd'hui, nous avons banni de notre Assemblée ce type de pratiques, en limitant l'expression des parlementaires sur les articles et dans la discussion générale. Je crains que ce que vous proposez aujourd'hui conduise à subdiviser encore les groupes politiques et à multiplier les ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Nous proposons de supprimer cet article qui participe de la même philosophie que les précédents : réduire l'expression des députés. Nous allons entendre vos arguments et chacun des vingt-neuf députés socialistes aura dans l'hémicycle, peut-être pour la dernière fois, la possibilité de s'exprimer…

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Il y va de l'essence même du débat parlementaire. Je l'ai dit, monsieur le rapporteur, nous trouverons la réplique, car il est dans la nature humaine de répondre, et nous le ferons avant l'examen de la révision constitutionnelle. Ce texte se trouve pris en sandwich entre deux réformes constitutionnelles – une avortée, une annoncée. Eh bien, nous trouverons la solution, avant. Ce que vous faites n'est pas sain. La responsabilité des députés, c'est de s'exprimer. Pardonnez-moi de le dire ainsi, mais je suis député béarnais, avant d'être député socialiste. Je ne dois ma légitimité, mon élection, qu'à mes électeurs ; c'est à eux que je dois rendre compte de ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

L'article 24 instaure un mécanisme de filtrage a priori des amendements qui ne relèveraient pas du domaine de la loi. De façon empirique, nous savons que nous ne rencontrons pas de difficultés majeures en la matière. C'est davantage le Gouvernement qui fait ce genre de confusions que les parlementaires qui, quel que soit leur groupe, sont particulièrement vigilants. Nous proposons donc de supprimer cet article.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Madame la présidente, savez-vous quel ministre, sous l'ancienne législature, a consommé le plus de temps de parole ? Trois fois plus que les autres ministres ? Eh bien, c'était Emmanuel Macron, qui ralentissait les débats. Peut-être a-t-il vécu difficilement ces moments et vous a-t-il demandé de réduire le temps de parole de celui qui pourrait lui succéder ? C'est une erreur monumentale. Nous souhaitons que les dispositions qui sont prévues en ce qui concerne les motions de procédure soient supprimées. Je comprendrais tout à fait en revanche qu'en deuxième lecture, on modifie les règles liées aux motions. La question de la constitutionnalité ne se pose plus ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Au nom du groupe socialiste, je veux m'associer à ces amendements. Ce cumul de mesures aboutit à quelque chose d'à la fois spectaculaire et profondément ridicule. Quand on s'étonne de la suppression des motions de renvoi en commission, on nous répond qu'elles n'aboutissent pas. Avec le même raisonnement, on pourrait tout aussi bien supprimer les amendements de l'opposition puisqu'aucun n'est adopté ou presque. Si le seul enseignement que vous avez tiré de votre expérience depuis deux ans à l'Assemblée nationale, c'est qu'il faut tout supprimer, les Français trouveront d'autres moyens de débattre. Or nous avons tous le souci de voir le rôle du Parlement consacré. ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Monsieur le rapporteur, nous sommes tout prêts à accepter des sous-amendements. M. Chassaigne évoquait la possibilité que la Conférence des Présidents choisisse les textes donnant lieu à un examen de l'étude d'impact.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Comme vous le savez, je suis le seul de mon groupe à n'avoir pas voté le texte qui a mis fin à la recherche ainsi qu'à l'exploitation des hydrocarbures. Son étude d'impact prévoyait comme conséquence moins de 300 suppressions d'emploi. Or les salariés qui travaillent dans l'industrie pétrochimique sont au nombre de 10 000 sur le seul bassin de Lacq, dans ma circonscription, et de 20 000 dans l'ensemble du Béarn. Le préfet de l'époque lui-même avait considéré que cette étude d'impact était une honte pour notre territoire. Lorsque j'avais évoqué ces enjeux avec les ministres concernés, Nicolas Hulot le premier a reconnu qu'une faute avait été commise. Et il ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Les hésitations du rapporteur sont liées à sa volonté de rechercher la meilleure des solutions sur le plan intellectuel, et je lui en sais gré. Néanmoins, en cas d'incident, le président de séance ne pourra pas céder. Une fois que l'orateur d'un groupe se sera exprimé, qui peut imaginer un seul instant, si l'incident est manifeste et important, que le président empêche les autres groupes de faire part de leurs souhaits dans un autre rappel au Règlement ? Autant organiser le mécanisme. Vous nous demandez une semaine pour rédiger la meilleure proposition possible et je le comprends, mais ne refusez pas ce que nous propose Mme Sage car c'est, comme elle l'a dit, ce ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

M. Questel dira ce qu'il veut ; il est en partie mandaté pour cela, mais il s'agissait bien d'une faillite et ce que vous nous proposez vous a été demandé !

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je regrette que nous aboutissions à cette situation où, après avoir parlé de loi de convenance et de circonstance, vous nous proposez une réforme de circonstance, précisément, sans doute parce que l'on vous a demandé, à l'Élysée ou ailleurs, de tirer les conséquences de la faillite de la majorité en juillet dernier.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Ce n'est pas vous, donc c'est lui ! Quoi qu'il en soit, je vous dis quant à moi ceci : si une situation similaire se reproduisait, nous trouverions dans le Règlement d'autres possibilités d'intervenir et de faire valoir notre vision de la démocratie.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

C'est vous-mêmes qui nous avez dit « Venez me chercher ». Nous l'avons fait. Je rappelle simplement le contexte dans lequel l'affaire s'est produite.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Il me faudrait encore deux ou trois mandats pour tout apprendre de la procédure… En tout état de cause, j'ai le souvenir, lorsque j'exerçais la présidence de séance comme le fait désormais le rapporteur, d'avoir présidé les débats relatifs à la « loi Macron » et aux deux articles de la loi sur le travail. De vous à moi, c'est le groupe majoritaire qui bénéficie le plus des suspensions de séance pour faire adopter la loi. Je crains tout contingentement en la matière. Vous commettez une erreur en limitant le droit à la suspension de séance car il permet souvent, comme l'a indiqué Mme Pau-Langevin, de calmer les débats et de rationaliser les échanges. ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je n'ai pas compris pourquoi cet amendement n'était pas présenté en même temps que les précédents...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je trouverais tout de même étrange que l'on se précipite sur une proposition – légitime et intelligente – de l'opposition pour réduire le temps de parole sans prendre le temps d'examiner les propositions de revalorisation qui ont été formulées. Je suggère à M. Gosselin de prier le rapporteur de réserver un traitement parallèle et concomitant aux deux demandes.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

C'est une excellente initiative mais au fond, vous déposez cet amendement pour avoir la paix avec le groupe majoritaire, car c'est souvent avec lui que se pose le problème, n'est-ce pas, monsieur le vice-président ?

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

En privé, bon nombre d'entre vous nous disent que c'est le cumul des modifications qui pourrait poser problème. C'est aussi ce que nous disons depuis ce matin. Les députés du groupe La République en Marche sont conscients, comme nous, qu'un risque pèse sur l'organisation des débats. En ce qui me concerne, monsieur le rapporteur, je souhaite que nous profitions des dix jours qui nous séparent de l'examen en séance pour que vous révisiez votre position sur ce point. Autant j'ai compris votre position de principe sur la discussion générale, autant en l'occurrence, il y va de la liberté de chaque député face à ses électeurs et face à l'institution. Nous devons ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je ne peux pas laisser dire que La République en Marche a concédé un droit nouveau à l'opposition, car ce n'est pas dans son ADN, et ça ne serait pas la vérité ! (Protestations parmi les députés du groupe La République en Marche.) Pour moi, il est clair que tout cela a essentiellement un objectif : permettre à M. le rapporteur et éventuellement à Mme la présidente d'aller déclarer dans les médias qu'ils ont fait une concession à l'opposition. Dans les faits, on sait bien comment les choses vont se passer, et je vous invite à songer un instant à ce que vont pouvoir penser nos administrés quand ils constateront que leur député n'a pas produit de contribution ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je vais m'inscrire en faux par rapport à ce qui a été dit précédemment. Ne soyons pas naïfs : c'est bien parce qu'on réduit la possibilité de nous exprimer dans le cadre de la discussion générale, et parce qu'on nous interdit d'avoir plusieurs orateurs sur un article, qu'on nous accorde aujourd'hui une contrepartie.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Monsieur le rapporteur, nous vous avons dit ce que nous pensions du temps programmé, et notre proposition est tout à fait cohérente avec cette position. De son côté, M. Peu vous a dit qu'il n'était pas favorable au temps programmé mais que, faute de pouvoir disposer d'un autre « véhicule », il suggérait une démocratisation du TLP. Ne nous faites donc pas dire que le TLP correspond à ce que nous voulons : nous n'y sommes pas favorables ! Pour ce qui est du système actuel, il me semble que la majorité dispose, via la Conférence des Présidents, d'un droit exorbitant d'organisation des débats, alors que nous avons tous la même légitimité : vous avez beau être ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

À titre tout à fait personnel, je considère que le TLP, c'est l'inverse de la démocratie parlementaire, de nos traditions parlementaires et de tout ce qui fait la richesse de nos groupes et de nos territoires, c'est-à-dire de notre capacité à changer d'avis, à nous écouter mutuellement, à nous enrichir de ce qui peut être dit par des femmes et des hommes ayant la même légitimité que nous, et pour lesquels nous devons avoir le même respect que celui que nous portons aux membres de notre groupe. Le TLP n'est rien d'autre que l'addition de monologues chronométrés, et le seul à en tirer avantage est le président de séance, qui a tout loisir durant les débats de ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

L'article 8 contingente les débats, en échange de quelques concessions. Nous avons ainsi pris acte de votre souhait d'autoriser, une fois par session, les présidents de groupe à demander et à obtenir une augmentation de leur temps de parole dans le cadre du temps législatif programmé. C'est pour ne pas perdre cette possibilité que nous ne souhaitons pas supprimer l'article mais seulement le modifier pour supprimer la limitation du temps de parole. J'y insiste, sachant que, si tous les députés de l'opposition décidaient de se fédérer par groupe de quinze, nous obtiendrons entre seize et dix-sept groupes, ce qui laisse entrevoir ce que serait notre capacité de ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Chacun doit savoir qu'en Conférence des Présidents, c'est le président du groupe majoritaire qui décide de la durée de la discussion générale sur un texte. Penser un seul instant que l'on puisse modifier ce temps de parole en fonction des textes pour permettre aux groupes d'opposition de s'exprimer est un leurre : au nom de l'efficacité politique, le président Legendre demandera, chaque fois, que ce temps de parole soit le plus réduit possible. Les tunnels dont vous parlez se résument à une heure et demie – je rappelle que nous sommes élus pour cinq ans –, alors que nous traitons parfois de sujets essentiels : la fonction publique actuellement, la mobilité ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je suis d'accord avec ce que vient de dire le vice-président Waserman. Après ce qu'il s'est passé dimanche en Nouvelle-Calédonie, nous sommes tous extrêmement attentifs à ce qui se passe outre-mer. Nous en avons d'ailleurs parlé hier ensemble, madame la présidente. Je comprends donc la réponse qui est faite, mais je souhaite que l'on ne se montre pas avare, notamment de moyens, et que l'on accompagne mieux nos collègues d'outre-mer qu'on ne le fait, me semble-t-il, aujourd'hui.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

La dernière intervention et celle de M. Huyghe ont permis d'apporter un plein éclairage sur l'amendement présenté par Mme Dumont. Nous sommes aujourd'hui dans un autre cas de figure que par le passé. Vous avez décidé, et c'est un aspect qui a été salué par tout le monde, de confier à des membres de l'opposition des responsabilités importantes dans le fonctionnement de notre Assemblée. Ce qui est à craindre, car chaque disposition amène immédiatement à un contournement, est une usurpation du statut de groupe minoritaire. En précisant des conditions objectives – le vote ou non de la confiance, celui des deux textes financiers –, on établira la réalité des ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je voudrais revenir sur ce que j'ai dit au début de cette réunion. Dans la mesure où on a inversé le calendrier – on examine le Règlement avant de connaître le contenu de la réforme constitutionnelle –, on aboutit à ce type de débat, pour le moins surréaliste. Qu'il y ait un débat sur les groupes, leur taille, leur composition, leur fonctionnement, c'est légitime, mais encore faudrait-il savoir combien de députés siégeront demain. M. Questel voit dans une boule de cristal, mais l'expérience devrait l'inspirer – surtout que nous savons maintenant qu'il a animé le groupe des non-inscrits il y a vingt-six ans ! (Sourires). Il peut y avoir sinon une affaire ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

L'amendement du groupe Socialistes et apparentés vise à renforcer les droits des groupes d'opposition dans le cadre des réformes du Règlement. Puisqu'il s'agit de la règle commune, nous proposons de confier le rapport sur les propositions de résolution à un représentant de l'opposition.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 15/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Madame la présidente, vous avez eu l'honnêteté d'indiquer que le Règlement avait été révisé plus de trente fois depuis 1958. Permettez-moi de rappeler que la dernière modification en date, celle de 2014, avait fait consensus, le président Bartolone ayant souhaité, en annonçant cette réforme, que l'ensemble des groupes puissent se retrouver dans le texte adopté. De fait, que ce soit en matière d'évaluation et de contrôle ou de rationalisation de l'action parlementaire, ce consensus avait été construit. Nous aurions souhaité que la proposition de résolution qui nous est soumise fasse également l'unanimité, car c'est, me semble-t-il, le préalable ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 05/02/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Le groupe socialiste se réjouit de cette proposition de nomination, en faveur de laquelle il se prononcera au regard de l'intérêt que cette nomination présente et pour notre Assemblée et pour le fonctionnement de l'État.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 03/12/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Monsieur le ministre, je ne connais pas de personnes qui considèrent que ce qui s'est passé samedi dernier n'est pas grave. Effectivement, ce qui s'est passé samedi dernier est très grave, et les membres du groupe Socialistes et apparentés ont été les premiers à condamner les exactions d'un certain nombre de personnes dont le comportement mérite d'être qualifié de criminel. Comme les orateurs qui m'ont précédé, je veux saluer celles et ceux qui étaient en charge de représenter la République dans ces moments très particuliers – policiers, gendarmes, pompiers, sans oublier les forces sanitaires qui ont accompagné ces événements. Cela dit, force est de ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 25/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je me réjouis que vous insistiez sur la nécessité de maintenir un niveau départemental garantissant l'accessibilité et la proximité, permettant à chacun de faire valoir ses droits de citoyen. En ce qui concerne l'asile, si je souscris à ce qui vient d'être dit par l'oratrice du MODEM, je note tout de même un effort moindre dans ce budget par rapport à ceux qui avaient été faits l'année dernière et surtout les deux années précédentes – efforts qui avaient permis à l'État de rattraper un retard important et d'examiner dans de meilleurs délais les dossiers qui lui étaient soumis. Pour ce qui est de la dématérialisation de la propagande électorale – ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 25/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je voudrais commencer par saluer le travail de notre rapporteur pour avis et du rapporteur spécial. Je note que l'augmentation de 3,4 % des moyens alloués à cette mission pour 2019 fait suite à une diminution dans la loi de finances pour 2018. Je note par ailleurs, pour un certain nombre de thématiques – notamment en ce qui concerne la radicalisation –, une continuité avec la précédente législature. À la suite de plusieurs orateurs, je remarque aussi la poursuite du PPNG. S'agissant de la dématérialisation, ayant été pendant cinq ans rapporteur spécial de la commission des Finances sur le sujet, je veux redire que le groupe socialiste se félicite que l'on ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 01/08/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

À chaque fois qu'il nous a été demandé des têtes, nous avons répondu : jamais ! Ce n'est pas notre position. Nous n'exigeons pas des scalps ; nous exigeons la vérité.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 01/08/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Dans l'affaire Cahuzac, nous avons assumé nos responsabilités ; Cahuzac nous a menti, alors que Benalla a menti aux Français et que vous avez menti aux Français. Nous devrions presque nous réjouir que vous ayez été en contact direct avec le mur et que votre parcours politique soit accidenté après cet épisode. En ce qui me concerne, je suis soucieux de la vérité avant tout.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 01/08/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

M. Cahuzac avait été auditionné. Si vous voulez établir une concordance entre les situations, faites-le correctement. Je vous le dis, madame la présidente : vous avez trouvé cet argument pour vous défausser, mais il n'y a aucune comparaison entre l'affaire Cahuzac et l'affaire Benalla.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 01/08/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Il a attendu que Manuel Valls ne soit pas dans la salle pour revenir sur l'affaire Cahuzac et arguer que des auditions avaient été refusées. Une seule audition a été refusée, pour des raisons institutionnelles : celle du Premier ministre.

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 01/08/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Nous avions demandé sa création dès le 3 mai, et Boris Vallaud a trouvé la solution administrative et juridique pour qu'elle puisse se tenir. C'est donc à contrecoeur que le pouvoir, pris dans la tourmente de cette affaire, a concédé cette commission d'enquête et vous a demandé de jouer ce mauvais rôle qui ne vous va pas. Le sentiment des Français à l'égard d'En Marche est désormais d'autant plus dur que vous aviez construit votre projet, votre dynamique électorale et votre victoire sur l'exigence de transparence et de vertu. On s'aperçoit aujourd'hui qu'il n'y a ni transparence ni démarche vertueuse. Dès lors qu'il est porté atteinte à l'image du Président ...

Consulter

Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république - Intervention le 01/08/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

David Habib

Je vous remercie, madame la présidente, de me donner la parole après M. Boudié : cela me permettra de lui répondre. Je commencerai par les attaques que vous avez subies. Je m'honore d'être votre ami, madame la présidente, et je mesure l'injustice de ces attaques. Vous avez d'énormes qualités et êtes pleinement compétente pour assumer la présidence de la commission. Je n'accepte pas ces attaques, comme je vous l'ai dit en privé. Je suis moi-même souvent victime d'attaques analogues – et souvent de la part de membres et responsables du parti En Marche ; j'attends encore qu'ils les désavouent. Me refusant en effet à commettre le même forfait intellectuel que les ...

Consulter