Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et octobre 2019

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 76 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 01/10/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

L'amendement proposé par M. Martin est tout à fait intéressant. On peut même se demander dans quelle mesure ces déclarations doivent être établies sur la base du volontariat. Beaucoup de mesures revêtent en médecine un caractère obligatoire, notamment quand pèse une menace sur la santé publique. Voulons-nous rester dans le domaine du volontariat ou faut-il aller plus loin ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 01/10/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Le couple est là pour anticiper. Vous avez évoqué, madame la rapporteure, une construction moderne de l'amour en rupture avec la conception ancienne du couple, sans doute plus utilitariste. Mais le couple reste utilitariste : les engagements de couple ont un sens, le régime de la communauté réduite aux acquêts a un sens, comme une foule d'autres choses. Les décisions qui impliquent des bouleversements pour la vie familiale doivent se prendre à plusieurs. On ne décide jamais mieux qu'à plusieurs, surtout lorsqu'on est avec des personnes auxquelles on fait confiance. Par ailleurs, je m'insurge de nouveau contre ce déni de réalité qui consiste à dire que la ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 01/10/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il me semble que, dans un couple, on prend les décisions ensemble. Sinon, à quoi bon être en couple ? Il est assez particulier que l'on reproche aux députés de droite d'être solidaires, de ne pas être assez individualistes : c'est quand même sacrément culotté !

Consulter

Intervention en hémicycle le 01/10/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Un marché se développera autour de ce thème. Je vous fiche mon billet que cela arrivera ! Enfin, il y aura effectivement une dissymétrie. Je connais de multiples histoires d'enfants ayant cherché leurs parents, les ayant parfois trouvés et ayant été déçus. Il existe, à l'inverse, des histoires d'enfants n'ayant rien demandé mais dont les parents sont venus les chercher en disant avoir des regrets et vouloir les connaître. Comme par hasard, ces retrouvailles les intéressaient toujours plus lorsque l'enfant était devenu quelqu'un d'important – la réciproque est d'ailleurs vraie. Ces situations existent déjà – peut-être pas dans le cas de la PMA à ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 01/10/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Vous vous en doutez, je suis plutôt favorable à une transparence totale en matière d'accès aux origines. On peut certes s'interroger sur la nécessité d'un deuxième consentement, mais, pour ce qui est de l'aspect technologique, je vous répondrai que, dans tous les cas, il existera de nombreux moyens d'identifier son géniteur – Jean-Christophe Lagarde évoquait les réseaux sociaux, mais de nombreux autres moyens seront disponibles. Des moyens génétiques existent déjà – les start-up seront d'ailleurs sur les dents pour accéder à ce marché – , et il sera possible d'obtenir ces informations par d'autres voies détournées. Je ne sais donc pas si je suis ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Puisque nous parlons de PMA post-mortem, je souhaiterais rappeler une chose : ce texte pose la question du rapport à la vie et à ses origines. C'est toute l'histoire de l'homo sapiens que de se demander d'où il vient, où il est et où il va. Ces interrogations ont un début et une fin. Accepter le caractère éphémère des choses – ou cyclique, pour certains – fait partie de la vie et de la sagesse de l'humanité.

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il vise également à supprimer l'alinéa 4. Je souhaite de nouveau que nous nous interrogions. On veut une égalité de traitement, mais on oublie les conséquences d'un chemin difficile : statistiquement, les enfants nés d'une PMA débutent avec une fragilité supplémentaire dans la vie. Lorsqu'un médecin rencontre un cas de traumatisme apparemment accidentel chez un enfant en bas âge, son réflexe premier est de chercher d'éventuels facteurs de risque de maltraitance, quitte à choquer les familles. Or certains de ces facteurs se recoupent avec le parcours de personnes qui demandent l'accès à une PMA. Je ne dis évidemment pas que les enfants nés d'une PMA ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

… on essaie en permanence de limiter les examens inutiles et d'éviter, lorsque c'est possible, la médicalisation de certains cas. Je trouve donc un peu particulier de demander au corps médical de réaliser des actes qui sortent de ce cadre. Comme je l'ai indiqué hier, il se trouvera toujours des gens pour réaliser tout ce qui est techniquement réalisable. Tout ce qui est techniquement réalisable est un jour réalisé. Ainsi le veut, sans doute, la nature humaine. Toutefois, certains médecins n'entendent pas s'inscrire dans cette démarche. Ils seront d'ailleurs probablement minoritaires. Vous pourriez accepter et respecter leur liberté de conscience, eu égard ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 26/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je souhaite apporter un témoignage. Dans le cadre de la pratique médicale – c'est ce que je fais et ce que font tous les médecins, y compris ceux qui exercent en libéral et cherchent, théoriquement, à avoir le plus de clients possible – ,…

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Nous sommes-nous, aujourd'hui, posé les questions de façon assez large ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il y a, en quelque sorte, deux façons de voir les choses. Beaucoup d'entre nous ont tendance à voir les futurs enfants nés de PMA comme de potentielles victimes. Je connais la quête identitaire que peut avoir un enfant adopté, puisque j'en suis un, et les questions que mon épouse a pu se poser lorsqu'elle était toute jeune, sa mère s'étant retrouvée veuve, à l'âge que j'ai aujourd'hui, à la suite du décès de son mari, mort d'un infarctus, avec deux filles à sa charge. Je connais, dans mon for intérieur, les questions que l'on se pose en pareil cas et connais aussi la difficulté de la quête identitaire, tout en me disant, parfois, que nous ne nous en ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il faut prendre un peu de recul, sur ce sujet où tout le monde n'a que de bonnes intentions. J'entends les arguments des tenants de la PMA pour toutes, mais j'ai déjà dit qu'il y a des forces à l'oeuvre plus grandes que celle du désir d'enfant et de l'amour : les forces qui assurent la survie de l'humanité. Et parmi ces forces, il y a une tendance qui ne s'est jamais vraiment éteinte : celle de l'eugénisme, qui, ne l'oublions pas, était de gauche au début du XXe siècle et qui a mené à de nombreux abus avant la Seconde guerre mondiale, dans des pays très fréquentables, des pays occidentaux : sélection, stérilisation des handicapés… Certaines idées ne ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je m'interroge également sur ce terme de projet parental et sur le fait de disqualifier l'approche médicale à nouveau, sous le prétexte qu'il ne s'agit pas d'une situation d'infertilité. Quand un couple n'arrive pas à avoir d'enfant, l'absence de preuve d'une infertilité médicale n'est pas la preuve de l'absence d'un trouble sous-jacent. Cette approche médicale est fondamentale dans ma conception de la PMA. Le projet parental dépasse largement des considérations purement sociales ou sociétales, la dimension du couple, de l'amour. Faire des enfants, cela va plus loin que ça. Une pulsion darwinienne évolutionniste nous pousse à nous reproduire, fait que ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Nous nous sentons alors contraints par l'ignorance de notre lignée, en particulier à certains moments de la vie, et nous nous mettons parfois à sa recherche. Je vous invite à prendre en compte cet aspect, qui me renvoie à des moments difficiles que j'ai, depuis, surmontés. Chacun trouve ses solutions, chacun enfouit ses problèmes ou accepte de les vivre, mais ces questions sont importantes.

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Les grandes lignées familiales qu'évoquait Marc Le Fur m'ont toujours intéressé et j'ai un goût pour ces lignées aristocratiques françaises, pour leurs méandres et la succession plus ou moins heureuse de leurs générations. Lorsqu'on hérite d'un tel modèle familial, on peut choisir d'y adhérer et de porter sa chevalière, ou de prendre ses distances, mais on a le choix, alors qu'on ne l'a pas lorsqu'on naît d'une PMA et que la vraisemblance biologique est difficile, ou lorsqu'on est issu de l'adoption internationale.

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

C'est là une chose que j'ai personnellement vécue, en posant des questions existentielles. Les faits sont tenaces ! Je ne peux pas entendre dire que la biologie n'existe pas et que seul l'environnement compte ! Je sais pertinemment que, du fait de mes origines coréennes, j'ai les yeux bridés et que, lorsque je croise des Coréens, ils me reconnaissent comme l'un des leurs à la couleur de ma peau. Au fond de moi, je suis certes un bon haut-marnais attaché à sa campagne, mais tous ces aspects cohabitent en moi. On ne saurait nier les uns pour accepter les autres.

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Certains collègues ayant évoqué la présomption de paternité, d'autres la vraisemblance biologique, peut-être mon expérience personnelle pourrait-elle vous donner nourriture à penser. En tant qu'enfant adopté ayant grandi en Haute-Marne avec des parents qui avaient l'air bien français, je peux dire combien il est troublant de ne pas connaître sa lignée biologique et de ne pas partager le phénotype de ses parents. Qu'il soit adopté ou issu de PMA, un enfant se pose des questions lorsque la vraisemblance biologique est faible – si, par exemple, ses deux parents sont du même sexe ou n'ont pas la même couleur de peau que lui. Ces questions sont ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Ces propos ne sont pas à la hauteur du débat sur la PMA pour toutes, contrairement aux propositions de mon collègue et ami Jean-Luc Mélenchon, qui nous a expliqué que la composante purement biologique et génétique de la filiation était bien moins importante que l'environnement social ou familial. Son point de vue s'inscrit dans un contexte politique et intellectuel qui fait la part belle à des intellectuels de gauche, structuralistes ou post-structuralistes, pour lesquels la construction de l'individu, son éducation et les questions culturelles comptent davantage que son bagage génétique ou que sa filiation. De l'autre côté de l'hémicycle, nos collègues ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il est un peu dommage que notre collègue Guillaume Chiche demande à l'Académie nationale de médecine d'effectuer des études qui sortent de son champ de compétences. Il est tout aussi regrettable de disqualifier cette institution, comme l'a fait notre collègue George Pau-Langevin, en la réduisant à une assemblée machiste.

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Le présent projet de loi aborde effectivement des questions purement bioéthiques dans d'autres titres et chapitres tout à fait intéressants. Ici, nous parlons d'une technique médicale bien connue et maîtrisée qui soulève une question sociétale et non pas bioéthique. C'est une erreur de faire ici le lien avec les précédents textes de bioéthique. C'est une erreur de ce texte qui a été notamment relevée dans le rapport de l'Académie nationale de médecine.

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Vous arguez qu'il y a eu des tas d'enfants abandonnés et nombre de grossesses qui se sont passées dans la douleur. Si la violence et ces situations sont évitables, pourquoi pas ? Dans le champ de l'épigénétique, des recherches montrent que des traits de violence peuvent être acquis lors d'expositions à la violence durant la grossesse. En tout cas, des études sont menées sur les animaux et il y a lieu de se poser la question pour l'homme. Il se passe en effet des tas de choses pendant la grossesse, y compris sur le terrain génétique. Certaines peuvent être évitables. On ne contrôle pas tout, on ne connaît pas tout. Le principe de précaution voudrait que ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il est un peu dangereux d'aller sur ce terrain. On peut être pour ou contre la PMA pour toutes, mais il faut utiliser des arguments valables et pas des sophismes.

Consulter

Intervention en hémicycle le 25/09/2019 : Bioéthique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je vais abonder dans le sens des propos qui viennent d'être tenus. Votre argument qui consiste à dire que l'on ne guérit pas une infertilité et que, par conséquent, on sort du cadre médical, n'est pas recevable. Il y a des tas de cancers que l'on ne guérit pas et, pourtant, les patients reçoivent des soins médicaux pour traiter leurs douleurs, pour qu'ils vivent mieux et plus longtemps. En outre, il y a une contradiction entre cet argument-là et un autre qui consiste à dire qu'après une prise en charge par PMA, il arrive parfois que le couple devienne fertile, pour des raisons inexpliquées, inexplicables ou venant de l'induction hormonale ou d'autres ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/09/2019 : Accord avec la suisse sur l'organisation européenne pour la recherche nucléaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

De même, si une arrestation est indispensable, elle pourra être réalisée par les agents de l'un ou l'autre pays, et l'interpellé extradé dans les quarante-huit heures. Les règles de la légitime défense pourront être mises en oeuvre par des agents français sur le sol suisse et inversement, alors que le cadre légal n'est pas le même.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/09/2019 : Accord avec la suisse sur l'organisation européenne pour la recherche nucléaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale a germé l'idée d'un laboratoire multinational où faire renaître une science européenne. Elle a été évoquée dès 1949 par un prix Nobel français de physique, découvreur du caractère ondulatoire des électrons, Louis de Broglie. Son rêve s'est réalisé : il y a soixante-quatre ans, la première pierre du CERN était posée à Meyrin. Or l'histoire d'une civilisation est inscrite dans les pierres de ses monuments, mais aussi dans les hommes qui l'organisent. Ce texte nous permettra de protéger à la fois les pierres et les hommes de cette institution, source de fierté nationale, européenne et mondiale, comme l'ont ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2019 : Mobilités

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Après les explications motivées de M. le rapporteur et de Mme la ministre, qui n'a pas dissimulé son enthousiasme, je retire volontiers mon amendement et les remercie tous deux pour leurs éclaircissements.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2019 : Mobilités

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il vise à supprimer la section 2, qui instaure une immatriculation des vélocipèdes, car celle-ci aura un effet contreproductif vis-à-vis de l'élan de promotion des modes de transport alternatifs à la voiture. Cette section rendrait l'accès à des moyens de transport durables difficile et coûteux. Le vélo étant un moyen de locomotion utilisé par les jeunes enfants, notamment dans le cadre d'une activité sportive, une immatriculation pourrait avoir un effet dissuasif sur les parents. Enfin, je considère que les coûts engendrés par leur immatriculation ne sont pas utiles.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2019 : Mobilités

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je salue la prise de position de Mme la ministre qui s'appuie sur des faits scientifiquement établis, tant pour ce qui est de la vitesse – chacun sait que l'énergie cinétique croît avec le carré de la vitesse – que de la nature des lésions les plus fréquemment observées respectivement chez les piétons et les cyclistes ou usagers de trottinettes. Il serait à l'honneur du politique de ne pas prendre de décisions sous le coup de l'émotion. Ne comparons pas des situations qui n'ont rien à voir les unes avec les autres.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2019 : Mobilités

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Mme la ministre disait très justement qu'il fallait cesser d'imposer toujours plus de trucs et de machins aux Français. Par ailleurs, il ne faut pas tout confondre : en tant que médecin, je puis vous dire que les types de lésions provoquées par les chutes en trottinette ne sont pas les mêmes que celles qui résultent de chutes en vélo. Tomber à 30 kilomètres heure, la tête la première, d'une hauteur d'un mètre cinquante, ce n'est pas pareil que tomber à dix centimètres du sol. Il faudrait étudier les lésions dues aux accidents liés aux trottinettes, mais enfin, chaque véhicule a ses spécificités. On ne peut pas confondre toutes les mobilités douces : ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/06/2019 : Débarquement de normandie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

C'est avec émotion que nous avons célébré hier le soixante-quinzième anniversaire du débarquement allié sur les plages de Normandie. Le temps s'écoule, les années défilent et pourtant l'émotion demeure toujours aussi forte. Chaque année, nous saluons la bravoure, l'abnégation et le sacrifice de ces hommes qui se sont battus pour que nous puissions vivre libres dans un monde en paix. Dans cette perspective, il nous est proposé aujourd'hui d'adopter une proposition de résolution du président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, visant à exprimer la gratitude et la reconnaissance de l'Assemblée à l'égard des forces armées alliées ayant pris part ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 06/06/2019 : Mobilités

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il vise à supprimer l'autorisation de création d'un signe distinctif pour les véhicules pratiquant du covoiturage. Les véhicules automobiles ont déjà sur leur pare-brise de nombreuses vignettes – la vignette Crit'air, la vignette assurance, celle du contrôle technique et la vignette autoroutière. Il conviendrait plutôt de favoriser l'usage du numérique pour identifier les véhicules, le covoiturage fonctionnant déjà, dans la majorité des cas, grâce à cet outil.

Consulter

Intervention en hémicycle le 06/06/2019 : Mobilités

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je souhaite évidemment que le covoiturage soit encouragé. Si les amendements nos 1165 et 1166 visent à supprimer le versement de l'allocation aux utilisateurs passagers du covoiturage, c'est parce que je n'en vois pas la raison, le covoiturage passager me semblant relever du choix, personnel, de ne pas utiliser les moyens de transport en commun disponibles dans l'agglomération. Je suis, en revanche, favorable à une gratification du conducteur proposant le covoiturage dans la mesure où il utilise son véhicule personnel, engage des frais de fonctionnement et propose un moyen de transport plus confortable. Peut-être pourriez-vous préciser, dans le cas où vous ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2019 : Taxe sur les services numériques

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Le texte me laisse sceptique, car il ne relève ni d'un élan de souveraineté, ni d'un élan libéral. Il ne relève pas d'un élan national, car il se propose d'assurer l'équité devant l'impôt, mais portera en fait préjudice aux entreprises françaises, qui, demain, pourraient devenir des géants aux côtés des GAFA et des acteurs chinois, les BATX. Rien n'est gagné au-dessus des chiffres magiques de 750 millions d'euros de services numériques taxables à l'international ou de 25 millions en France, pour une entreprise appelée à devenir un éventuel géant. Le texte ne relève pas plus d'un élan libéral – cela ne vous aura pas échappé – , parce qu'il ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 22/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

L'idée de poursuivre l'intégration au sein des GHT est louable. Néanmoins, comme le montrent les interventions de nos différents collègues, se pose toujours le problème de la concurrence entre plusieurs établissements publics, de sorte qu'au lieu d'un véritable réseau, d'un maillage propice à la disponibilité des soins, on aboutit à des effets de vases communicants, aggravés par la tendance très française au renforcement de l'établissement le plus central – ici l'hôpital le plus important. J'avais signalé, à la lumière d'une initiative louable d'ouverture à l'exercice mixte, ce risque d'effets de vases communicants, de mise en concurrence – en ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je propose que le projet de santé fasse l'objet d'une décision collégiale des acteurs de santé, plutôt que d'être soumis à l'approbation du directeur général de l'ARS. Le président du Conseil national de l'ordre des médecins n'hésite pas à qualifier les directeurs généraux des ARS de « satrapes », c'est-à-dire de représentants tout-puissants du roi qui ne répondent qu'au roi, comme dans la Perse antique. On aimerait que cette pratique du « satrape » ne soit pas contagieuse.

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Si nous avons les mêmes intentions, monsieur le rapporteur, en quoi est-ce un problème de le rappeler ici, éventuellement en sous-amendant l'un des amendements ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il propose de substituer à la décision du seul directeur général de l'ARS l'avis d'un collège tripartite incluant en outre des représentants des professionnels de santé, par l'intermédiaire des unions régionales de professionnels de santé, et des représentants des patients tels que France Assos Santé. Si l'on veut bénéficier de solides retours d'expérience venus du terrain, il faut des décisions collégiales impliquant l'ensemble des acteurs. Vous savez comme moi que les soignants déplorent la considérable montée en puissance de l'administration en matière de soins. Nous devons revenir à l'essentiel : la puissance des soignants et des soignés. À ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Madame la ministre, j'aimerais vraiment obtenir une réponse à la question que je vais exprimer et qui rejoint celles de mes collègues. Qui va assurer le contrôle qualité ? Pour certaines spécialités, l'exercice mixte va bien fonctionner et va être un vrai bol d'air, mais pour d'autres, il n'entraînera que des effets de vases communicants s'il ne fait l'objet d'aucun contrôle. Ce contrôle doit-il être assuré au niveau de l'ARS ? Pour ma part, je préférerais un contrôle collégial, par spécialité, exercé par les professionnels de santé, les ordres, les patients et l'ARS. En tout cas, un contrôle qualité est nécessaire pour éviter les débordements. ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il faudrait revaloriser le statut de praticien hospitalier, et non le décrédibiliser.

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Soyons clairs : je suis favorable à l'idée de l'exercice mixte entre le public et le privé, mais je m'interroge sur la méthode suivie – le recours aux ordonnances – pour les raisons idéologiques dont on a déjà discuté lors de l'examen d'autres articles. Il est vrai que cette fois, il y a bien urgence à légiférer, mais de nombreuses zones d'ombre persistent. Connaissant les deux types d'exercice, je nourris une certaine appréhension concernant la qualité des soins. Certains établissements privés, dirigés par des potentats locaux, vont-ils faire encourir tous les risques à l'hôpital public, qui devra réaliser des actes lourds et peu rémunérateurs, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Attaché à la formation continue, à la certification et à la recertification, j'estime qu'il y a lieu de prendre des mesures en la matière. Néanmoins, j'exprimerai les mêmes interrogations que mes collègues. S'agissant de la formation des étudiants – externes, internes – , nos débats ont montré que certains problèmes n'étaient pas résolus, qu'il fallait différer les décisions et surtout maintenir une organisation décentralisée. Ainsi, par exemple, les conventions entre les établissements publics et privés pour l'accueil des stagiaires existent déjà dans les unités de formation et de recherche – UFR – , à la discrétion des doyens et du ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je reviens à la charge avec mon histoire de stage de recherche dès la troisième année d'étude tant il me semble vraiment important d'inscrire une telle mesure dans le marbre. Vous allez me répondre, je le sais, que des dispositifs existent déjà mais, en fait, la validation de stages de recherche ou de stages cliniques est à la discrétion des doyens d'UFR. J'ajoute qu'ils n'existent que dans le cadre de doubles cursus d'élite, soit dans certaines universités parisiennes, avec des cursus aménagés, soit, depuis Christian Bréchot, à l'INSERM. Par ailleurs, les médecins formateurs dont vous avez besoin pour les terrains de stage existent. Il n'en manque pas, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget, rapporteur

Joachim Son-Forget Il a pour objet d'ouvrir différentes voies pour les stages, notamment un stage de recherche en troisième année, qui pourrait être pris en compte dans la validation des connaissances pratiques. J'ai été parmi les premiers étudiants à bénéficier des doubles cursus médecine-sciences via l'École de l'Inserm Lilian-Bettencourt, en 2003. Ces cursus, qui se sont développés depuis, étaient à la discrétion de quelques parcours d'excellence dans certaines facultés. Lorsque les terrains d'accueil manquent, un stage de recherche permet aux étudiants d'avoir accès à une logique scientifique poussée. Ce stage peut non seulement éveiller des vocations mais aussi ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il vise à compléter l'alinéa 3, afin que « la dotation des compétences cliniques obtenues dans chaque faculté entre pour 40 % dans l'évaluation finale de l'étudiant ». La part restante, réservée à l'évaluation des connaissances théoriques, assure un socle suffisant de savoir scientifique. Elle ne peut être inférieure à 60 %.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

À la place, je travaillais comme aide-soignant pour payer mes études. J'ai appris beaucoup plus en exerçant comme aide-soignant ou comme aide opératoire en bloc opératoire qu'en effectuant certains stages. Si nous voulons susciter des vocations, nous devons agir auprès des étudiants : ainsi, nous ne serons pas obligés d'être coercitifs plus tard.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Dans certains services, on est livré à soi-même, à faire des choses tout à fait inutiles. J'ai moi-même séché de nombreux cours.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je trouve dommage de renoncer à cette disposition. Très franchement, on peut tout à fait organiser ce rythme. On sait que, pour les externes, certains cours ne sont pas obligatoires, et que l'on peut organiser des déplacements de quelques jours ou quelques semaines dans les zones sous-denses pour des étudiants en médecine sans leur faire manquer des enseignements obligatoires. En outre, les stages en CHU sont, eux aussi, déjà surchargés : les étudiants y sont déjà trop nombreux – ceux qui ont été étudiants en médecine le savent.

Consulter