⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et mai 2021

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 127 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Droit à une fin de vie libre et choisie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

J'ai demandé la parole à plusieurs reprises depuis une heure, en vain. Nous allons bientôt interrompre l'examen du texte et je demande à pouvoir m'exprimer.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Droit à une fin de vie libre et choisie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Permettez-moi de m'indigner de ce que la parole ne m'ait pas été accordée quand je la demandais, madame la présidente. J'ai déposé une dizaine d'amendements et j'ai été bien magnanime de ne pas les défendre dans leur intégralité pour éviter l'obstruction et permettre au débat d'avancer.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Droit à une fin de vie libre et choisie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

… car pour moi, la mort comme acte politique était l'apanage des terroristes islamistes !

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Droit à une fin de vie libre et choisie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Ayant longuement approfondi ce sujet auquel peu de monde travaille dans deux laboratoires spécialisés, j'ai de graves doutes quant à la différence entre notre projection du ressenti douloureux de l'autre et l'expérience réelle vécue par celui qui est en train de lâcher prise. J'ajouterai ensuite, sur un plan plus politique que médical, que j'ai été choqué tout à l'heure de voir des militants de ce texte se lever et applaudir la mort.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Droit à une fin de vie libre et choisie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

M. Véran n'est plus là. C'est dommage, car nous partageons une profession commune – ou, tout du moins, un intérêt commun pour la médecine du cerveau. Il se trouve que j'ai travaillé pendant de nombreuses années sur un sujet dont on ne parle pas ici, celui de la perception du sujet juste avant sa mort et des expériences dites extracorporelles et de mort imminente décrites par certaines personnes qui reviennent d'un arrêt cardiaque ou d'un coma. Nous sommes face à un phénomène intrigant. Nous n'avons pas les réponses, mais nous avons quelques idées. Il n'est pas exclu que ce qui se passe à l'intérieur de l'être lors des derniers instants soit tout à ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Droit à une fin de vie libre et choisie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Se donner la mort est un acte que je ne pourrais qualifier de courageux en tant que médecin parce que mon travail, c'est d'empêcher les gens d'en finir avec leurs jours, mais c'est un acte difficile auquel beaucoup renoncent parce qu'ils ont peur des conséquences d'un suicide raté, parce que leur état dépressif a pris fin ou bien parce qu'entourés des leurs, ils considèrent par esprit de responsabilité que leur propre douleur n'est peut-être pas encore assez forte pour générer de la douleur chez ceux qui les aiment. Des mécanismes extrêmement complexes entrent en jeu. Dans notre rapport à la mort, nous faisons face à un paradoxe : d'un côté, il y a à ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Droit à une fin de vie libre et choisie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

J'ai choisi la médecine par vocation, et même en imaginant la souffrance de l'autre, une souffrance qui le plus souvent paraît insupportable à nos yeux, je ne suis pas prêt à donner la mort. Monsieur Falorni, vous entretenez une illusion en prétendant qu'une personne qui consent à être achevée par autrui accomplit un acte de liberté. En tant que médecin, je ne suis pas prêt à vous suivre.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Droit à une fin de vie libre et choisie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Vous connaissez mon attachement, en tant que vice-président du groupe d'amitié France-Israël, pour Israël et pour la communauté juive. Il est troublant de penser que, pendant que nous célébrons, à travers la résilience dont ont fait preuve ces personnes, la résistance du vivant dans une situation extrême, on puisse saluer des médecins de la mort, des praticiens qui avaient suivi ces études dans le but de soigner, de conserver le vivant et qui se transforment aujourd'hui en médecins expérimentateurs.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/04/2021 : Droit à une fin de vie libre et choisie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Certaines coïncidences sont significatives. Le dimanche de Pâques, les auteurs d'une pétition publiée par le Journal du dimanche demandaient l'allongement des délais légaux d'accès à l'IVG au début du stade foetal tandis que dans une autre pétition, signée par de nombreuses stars du show-business, on demandait la légalisation de l'euthanasie, du suicide assisté. Puis, aujourd'hui, au moment où nous nous battons pour éviter que les plus faibles d'entre nous soient victimes de l'épidémie en cours, on nous dit qu'il faudrait achever leurs souffrances. J'évoquerai une autre coïncidence, un peu malheureuse – même si le choix de cette date n'est ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/03/2021 : Lutte contre le dérèglement climatique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

En matière de résilience de l'environnement, il y a des entrées et des sorties. Ces dernières sont les fameuses émissions de carbone liées à l'activité humaine, qui se sont considérablement renforcées au cours de la période industrielle et postindustrielle. Il est difficile de réduire ces émissions tout en maintenant un modèle économique viable et durable, comme nous avons pu le constater pendant la crise soudaine du covid-19 : le trafic aérien et de nombreux trafics liés au moteur à explosion se sont effondrés. Dans des pays qui ne suivent pas nos modèles, il est difficile de faire diminuer ces émissions. Pour ma part, je reste sceptique sur notre ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il vise, comme d'autres de mes amendements, à souligner l'importance de la vie humaine, en inscrivant à l'article 1er de la Constitution que la France « assure l'intégrité et la dignité de la personne ». Malgré la consécration prétorienne de cette protection par le Conseil constitutionnel dans sa décision « Bioéthique » du 27 juillet 1994, cette notion n'a jamais fait l'objet d'une mention explicite dans la Constitution. Si les perspectives de traitement de maladies induites par des gènes déficients sont considérables, les dangers eugénistes d'un profil génétique idéal et d'une fabrication de bébés sur mesure doivent être combattus. L'intégrité ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Cet amendement va dans le sens d'amendements précédents, qui voulaient célébrer les particularismes français. Il vise à inscrire dans la Constitution que la France « préserve son patrimoine architectural et esthétique ». Si l'intérieur des bâtiments appartient au propriétaire, la façade appartient à tout le monde. Il apparaît crucial de faire davantage d'efforts pour harmoniser les projets d'urbanisme, comme le demande déjà l'article 1er de la loi du 3 janvier 1977. Construire, c'est s'impliquer dans la durée, et intégrer le beau dans ce processus ne peut qu'améliorer la durée de vie d'un bâtiment. En effet, les grands projets d'urbanisme doivent ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Mais nous ne sommes pas si éloignés ! Si on veut examiner jusqu'au bout votre démarche de révision constitutionnelle, il faut reconnaître qu'on ne peut pas tout à la fois énoncer des principes à l'article 1er et s'en laver les mains en cas de crise, en considérant qu'il existe des moments où l'on peut passer outre aux principes fondateurs de la République. Je pose une question qui mérite une réponse plus argumentée que celle que vous me faites ! La France a une position équilibrée en matière nucléaire ; nous sommes signataires du traité de non-prolifération, et la prolifération apparaît aujourd'hui maîtrisée. J'espère que nous ne serons jamais ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Cet amendement vise à constitutionnaliser la légitime défense. Il s'agit d'ouvrir une porte en donnant à la protection de la vie humaine autant d'importance que l'on en donne aujourd'hui aux finances, aux oeuvres ou aux locaux. Le respect de l'existence du réel, c'est-à-dire de la fragilité de nos existences physiques, serait ainsi matérialisé par l'aspect dissuasif d'une menace justifiée en cas d'agression injustifiée. Cette distribution responsable de la violence légitime, si elle est ajustée correctement, ouvre paradoxalement la voie à une relation à l'autre pacifiée et libérée d'agressions prenant parfois des formes disparates et dissimulées, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

J'ai assisté au discours de Greta Thunberg auquel M. Aubert vient de faire allusion : je n'en suis pas fan, mais j'ai voulu lui soumettre une question technique sur le sujet des mers et des océans que j'ai déjà évoqué. Elle n'a pas été capable d'y répondre et s'est contentée de dire que c'était à nous de réfléchir au sujet. M. le ministre vient de reprocher à M. Ruffin de ne pas avoir défendu son amendement, mais je vois dans l'intervention de notre collègue, avec les amendements duquel je suis la plupart du temps en désaccord comme cela ne vous aura pas échappé, la forte envie, que nous partageons tous, de discuter du fond des sujets avec le garde ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je me permets d'intervenir au moment où est apportée cette précision sur la pollution plastique, non pas que je sois favorable au fait d'inclure des points de détail dans le texte constitutionnel, pour beaucoup de raisons, mais parce que Jean-Luc Mélenchon et moi-même avons mené un travail long, pendant plus d'une année, dans le cadre d'un rapport d'information sur les mers et les océans qui avait mis en évidence le grave danger des microplastiques infiltrables qui finissent dans l'océan de manière irréversible. On voit, à l'occasion de la crise sanitaire que nous avons vécue, que ce qui paraissait une priorité encore quelques mois auparavant est soudain ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je pense qu'il y a du pour et du contre. Je suis favorable à l'amendement de M. Potier – nous avons déjà partagé les mêmes avis sur la protection de l'environnement. La notion de bien commun mondial permet de donner du champ ; elle s'articule bien avec ce que fait déjà l'UNESCO – Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. C'était aussi mon objectif lorsque j'ai proposé d'ajouter les notions de nature et de culture à l'article premier de la Constitution. Cela étant, d'où provient la volonté de réviser la Constitution, alors même que nous examinons, en même temps, deux projets de loi relatifs à l'environnement ? Par ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je crains que ce texte ne prête le flanc, demain, à tous les greenwashers qui utilisent l'environnement à leur propre profit. Les puissances étrangères opposées au développement de notre pays, sur son sol ou en conquérant, en matière de création humaine intelligente, l'utiliseront pour affirmer que la France ne respecte pas le premier engagement de sa Constitution et diffuseront cette idée dans des vidéos courtes au format viral. Nous serons alors paralysés car la justice, dans ce petit monde où tout le monde communique, se fait largement en dehors des tribunaux, des parlements et des exécutifs. Le peuple sera pris à partie et instrumentalisé, et il sera ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Il vise à remplacer la notion d'environnement par celle de nature et de culture. Si je devais cautionner cette utopie du Gouvernement, je penserais à lui faire garantir quelque chose de beaucoup plus holistique que l'environnement. La nature biologique de l'homme n'est pas neutre ou inexistante, elle est la base sur laquelle s'élabore notre comportement moral. C'est un puissant mécanisme qui est à l'origine de la coopération sociale et qui vise à bénéficier de ses fruits. La transmission aux générations futures des principes de respect de la nature et la culture est un enjeu capital pour la communauté nationale : l'homme naît plutôt débiteur que créancier ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 10/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Monsieur le rapporteur – je vous le dis avec toute l'amitié que j'ai pour vous, vous le savez – , votre objection à la belle idée de M. Simian de substituer la préservation « du vivant » à celle « de l'environnement et de la diversité biologique », que vous souhaitez garantir, repose sur une démonstration par l'absurde. Selon vous, cette proposition devrait nous inciter à protéger les bactéries. Mais je pourrais moi aussi vous rétorquer par l'absurde que pour le moment, la seule biodiversité que le Gouvernement ait réussi à maintenir est celle du coronavirus et de tous ses variants. On pourrait aller très loin comme ça ! Nous sommes en effet le ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 09/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

L'objet de cet article unique devrait conduire à se poser deux questions principales, celle du référentiel dans le cadre duquel on en discute et celle de la capacité de l'homme, en l'occurrence en France, à agir sur les différentes composantes mentionnées dans cet article, c'est-à-dire à agir sur le dérèglement climatique et sur la biodiversité. Il faut se poser la question du référentiel pour ne pas oublier que l'environnement sans humanité n'aurait aucun sens, sachant que ce référentiel est bien évidemment anthropocentré puisque les hommes font la loi pour les hommes, pour leur protection, mais qu'il est nécessaire pour réfléchir à plus grand que ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 09/03/2021 : Article 1er de la constitution et préservation de l'environnement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

J'ai un souvenir ému de ces débats de 2018 qui avaient abouti à la suppression de cet anachronisme tout à fait dérangeant de notre constitution. Et quand je vous entends dire, monsieur le ministre, que nous ne sommes réunis ici que pour parler d'environnement, je crains que vous n'oubliiez que dans notre référentiel, évidemment anthropocentré puisque les hommes font la loi pour eux-mêmes, pour leur protection, l'environnement est à prendre en compte comme l'ensemble des éléments qui contribuent à subvenir aux besoins de l'humanité, environnement qui n'est donc pas une fin en soi, à moins d'en tenir pour un relativisme suivant lequel l'animal serait au ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 24/11/2020 : Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je vais abonder dans le sens de mes collègues : il est franchement anormal, voire honteux, de revenir ainsi sur un engagement pris par la ministre Agnès Buzyn. Il y a une lettre, que mes collègues peuvent vous montrer, sur l'abrogation de cet article 99. Revenir sur cet engagement reviendrait à accuser les radiologues de ne pas avoir tenu leurs objectifs. On oublie que les radiologues ont largement participé au travail pendant dans la crise, notamment quand l'État n'était pas au rendez-vous et que les tests ne fonctionnaient pas en France, qu'on ne faisait pas de tests PCR – Polymerase Chain Reaction, ou réaction de polymérisation en chaîne. Des radiologues ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Si mon amendement est satisfait, je suis d'accord pour le retirer. Je souhaite néanmoins répondre à Mme la ministre déléguée, qui estime que cinquante cartouches par an, c'est beaucoup… Tous les policiers qui nous écoutent doivent se tordre de rire ! Vous pouvez les tirer en dix minutes, ces cinquante cartouches, c'est ridicule ! Si bien que la plupart des policiers s'entraînent en sus avec leurs propres moyens comme tireurs sportifs. Voilà la réalité !

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Cet amendement, qui répond peut-être aux interrogations de M. Bernalicis concernant la santé mentale des policiers armés, va dans le même sens que celui de notre collègue Maillard. Il serait en effet souhaitable d'inscrire dans la loi le fait que l'aptitude psychologique d'un agent doit être confirmée par un expert, en sus de la délivrance d'un certificat médical d'aptitude concernant le port et la détention d'arme.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Or nous avons besoin de garanties face à l'augmentation du nombre de polices armées.

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Que des polices municipales armées se placent déjà dans une dynamique qui leur permet d'être mieux entraînées que la gendarmerie ou la police nationale, voilà qui peut rassurer. Néanmoins, si de nouvelles polices municipales viennent à être armées, il est de notre devoir de nous assurer qu'une formation préalable à l'armement est dispensée, de façon uniforme, et surtout qu'un suivi est bien mis en place. En effet, vous savez comme moi, monsieur Fauvergue, qu'une formation à l'armement n'est pas comparable à un diplôme qu'on obtiendrait et qui serait suffisant pour tout acquérir. Cela nécessite un entraînement, le développement d'une mémoire du ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

… et qu'elles ne sont pas forcément demandeuses. C'est pour le moins étonnant ! Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français aurait consulté les organisations représentatives de sages-femmes il y a deux jours à peine. Celles-ci semblent d'ailleurs assez partagées quant à la proposition de loi. Elles souhaitent avant tout la revalorisation de leur profession et la création d'un statut médical de sages-femmes prenant en considération l'ensemble des gestes qu'elles pratiquent. Comme vous le savez, rares sont ceux qui se lancent dans des études de médecine ou de maïeutique pour pratiquer des IVG, un acte hyperspécialisé et pour le moins ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

On nous dit que le Collège national des sages-femmes de France et le Conseil national de l'Ordre des sages-femmes ont été consultés, mais les sages-femmes que je connais bien…

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Le droit à l'IVG existe ; il est encadré, comme tous les droits. Personne ne procède de gaieté de coeur à une IVG tardive, ni le praticien, ni la patiente. La vie est faite de règles : nous faisons la loi, qui peut être si contraignante qu'elle entame la liberté. Ce n'est pas le cas de la législation en matière d'avortement, plutôt permissive, et assurant en tout cas le respect du droit des femmes à disposer de leur corps. Peut-être suis-je trop exigeant dans le cadre de cette discussion, mais les contours actuels de ce texte n'en feront pas un nouveau jalon sur la voie des libertés et des droits de la femme. En dépit de nos bonnes intentions, nous nous ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Avant toute chose, je voudrais qu'il soit parfaitement clair que je ne suis en aucune manière hostile au droit à l'avortement. J'ai fait campagne contre une députée sortante qui avait voté en faveur d'amendements visant à dérembourser l'IVG ; je me suis fermement opposé à son corpus idéologique. Pour autant, la discussion ne se situe pas au bon niveau. Au sujet de la PMA, la procréation médicalement assistée, et de la GPA, la gestation pour autrui, nous nous sommes enlisés dans un débat autour du projet parental au lieu de nous concentrer sur l'enfant. Aujourd'hui, nous parlons des droits et des libertés de la femme : je suis partisan de l'égalité entre ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Ce droit à la vie prend toute son importance dans le contexte d'un débat public permanent où l'on nous parle de transhumanisme, de dépassement des limites de notre condition humaine, de marchandisation de la vie, voire de la mort. Parce que l'avortement est interdit en France après douze semaines de grossesse – que vous voulez porter à quatorze – , des filières se sont organisées pour faire massivement avorter à l'étranger les femmes qui ont dépassé ce délai. Vous qui militez pour une Europe éthique et intégratrice, comment pouvez-vous accepter de telles différences ? Cécile Muschotti citait Ricoeur au sujet de la liberté individuelle. Elle a fait ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

En vue d'un choix libre et éclairé, il est important que l'information soit en quelque sorte bilatérale. Dans ce domaine, les associations de soutien jouent un rôle considérable. On ne peut que constater aujourd'hui une espèce de parti pris : il faudrait systématiquement être en faveur de l'avortement, même évitable. J'entends les témoignages, les signaux de détresse ; je sais aussi qu'il existe des états transitoires, des situations susceptibles de s'améliorer, des enfants à naître qui n'étaient pas les bienvenus et qui pourtant, même abandonnés, sont devenus des personnes au lieu d'être – excusez-moi du terme – supprimés.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Lui-même, s'il ne se réfère pas à un substrat biologique dans la prise de décision, est fortement dualiste pour quelqu'un d'athée. Je le mets face à ses incohérences profondes…

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Mon sous-amendement vise à ajouter les termes : « santé physique et psychologique ». En effet, l'état de santé physique et psychologique à l'origine de la situation de détresse peut être transitoire. Il est important de prendre cet aspect en compte, s'agissant d'une décision aussi lourde. Je suis volontairement dualiste en distinguant le physique du psychologique, qui sont forcément intriqués d'un point de vue philosophique. C'est une évidence dans ce genre de prise en charge. Cela me conduit à réagir aux propos du président Mélenchon, qui fait erreur quand il dit que la différence d'ADN entre une banane et un homme n'est que de 2 % : en réalité, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Aujourd'hui, les acteurs n'ont pas été consultés. Il ne s'agit pas simplement d'un débat idéologique entre progressistes et conservateurs. Nous sommes là en train de jouer avec un curseur qui marque notre attachement à la vie, à des vies abouties, à des vies âgées, entre conservatisme, naturalisme et transhumanisme : c'est beaucoup plus grave qu'une question de quelques jours.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Je souhaiterais réagir aux propos du président Mélenchon, parce que je ne pense pas que ce débat se pose en 2020 dans les mêmes termes que dans les années 70. Il ne s'agit pas simplement d'un relativisme idéologique : il y a beaucoup d'excès dans ces propos. Il ne s'agit pas d'être pro life ou anti life, mais de tenir compte de ce que l'avancée de la science nous apprend. Il y a des étapes. Certains vont placer le début de la vie à l'apparition de la conscience, d'autres à l'apparition de l'organogenèse, d'autres encore à ce moment important ou l'embryon devient foetus. Avant cette étape s'applique la loi dite en médecine du tout ou rien, où la ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Nous devons conserver le cadre actuel, suffisant et nécessaire – je soutiens son principe, mais tenons-nous en là.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Nous sommes aujourd'hui pris en otage par cette proposition de loi, sortie de je ne sais quel campus américain, inspirée de je ne sais laquelle des thèses prétendument progressistes qui infestent notre débat parlementaire. Je suis contre l'allongement de la durée de recours à l'IVG.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

L'ordre du jour voit se succéder une proposition de loi défigurant la nature humaine et un texte qui se préoccupe de la condition animale ! Sincèrement, où allons-nous ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

On ne saurait dresser des bilans comptables, d'apothicaire, issus de faux benchmarks dans des pays étrangers, qui acceptent l'inacceptable, quand nous revendiquons d'être le pays de l'éthique, de la science et de la médecine ! Il faut calmer notre tendance à adopter des modèles anglo-saxons pseudo-progressistes.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

Ce sont des réalités biologiques que les Français doivent connaître ! Pour délibérer en leur âme et conscience, ils doivent savoir ce que seuls quelques médecins voient, en regardant à travers le corps de la femme. Il ne s'agit pas seulement du droit pour la femme de disposer de son corps ; il s'agit de l'union d'un homme et d'une femme, d'un acte coresponsable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 08/10/2020 : Renforcement du droit à l'avortement

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Joachim Son-Forget

En l'occurrence, que l'embryon devient foetus à une période charnière, douze semaines de grossesse. Ce palier n'a pas été déterminé par hasard. On peut se demander si l'embryon est déjà une vie humaine ; certains le pensent, d'autres non. La question devient plus compliquée quand le foetus mesure plus de dix centimètres et se meut si bien, qu'après quelques semaines, la mère ressent ses mouvements ; et que ce foetus a un crâne, qu'il faudra écraser pour l'extraire de l'utérus de la femme qui demande une IVG tardive.

Consulter