Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et octobre 2019

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 91 triés par date — trier par pertinence

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 12/06/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Mon général, vous n'avez pas répondu à ma question relative à la possibilité, dans le futur, de posséder des missiles capables de voler à basse altitude, c'est-à-dire de coller au sol – et donc de ne plus avoir besoin d'avions du futur.

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 12/06/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Mon général, si j'ai bien compris, les pilotes qui partiront pour le raid ne reviendront pas. Comment préparons-nous, psychologiquement, des pilotes à mener des frappes nucléaires, à donner la mort et à accepter la leur ainsi que celle de leurs familles, puisque dans un combat nucléaire, il y aura problablement une destruction mutuelle des territoires ? Pour envoyer des missiles nucléaires, soit nous passons par l'espace, soit nous collons au sol le plus fortement possible. Demain, aurons-nous toujours besoin d'un avion pour coller au sol ? Les vecteurs ne seront-ils pas autoportés, pilotés directement depuis le sol français ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 05/06/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

L'objectif d'un SNLE c'est de porter seize missiles qui sont un concentré de technologie extraordinaire. Êtes-vous sûr de la capacité de départ de ces missiles ? Fait-on assez d'essais ? Combien en fait-on ? Vous avez parlé à plusieurs reprises des simulateurs. Comment bâtit-on les programmes de simulateurs ? Qui les fabrique ? Qui les conçoit ? Il arrive de plus en plus souvent que des bateaux soient bloqués en haute mer par des filets dérivants. Ce risque existe-t-il pour les hélices de nos sous-marins ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 22/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

À partir de 2040, le SCAF remplacera le Rafale, l'avion qui fait actuellement la fierté de notre pays, mais vous n'avez pas évoqué la question, fondamentale, de l'argent : quel est le coût du développement d'un tel projet, et combien d'argent public faut-il mobiliser pour voir ce projet aboutir ? Deuxièmement, l'Europe est-elle capable d'effectuer de façon totalement autonome, notamment par rapport aux États-Unis, le saut technologique que va représenter le passage au SCAF ? Troisièmement, compte tenu du fait que nos amis allemands ont parfois une position un peu réticente en matière d'exportations, comment peut-on organiser une vision à long terme ? ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 21/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

C'est parce que cette loi de programmation belge était excellente…

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 21/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Avant toute chose, je voudrais dire qu'on peut siéger dans l'opposition et dire que les choses vont bien ! Quand des contrats positifs et bien rédigés sont conclus, il y a tout lieu de s'en féliciter, en particulier lorsqu'il s'agit de vendre 500 engins blindés à nos voisins et amis belges, qui font confiance à notre industrie. Voici ma première question : nous avons eu des débats acharnés en ces lieux, quelques semaines auparavant, sur les exportations d'armes. Vendre à la Belgique ne pose pas de problème mais avons-nous prévu des clauses sur les reventes de ces équipements ? Ensuite, ce contrat est très positif mais je pense qu'il ne faut pas s'en ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 07/05/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Mme la ministre, je voudrais vous poser une question sur un pays dans lequel les armes ont beaucoup parlé, l'Afghanistan. Les États-Unis ne cachent pas leur volonté de quitter le pays et des discussions avec les talibans sont en cours. L'Occident dans sa globalité va-t-il se retirer d'Afghanistan ? La situation va-t-elle être identique à celle qu'a connue le Sud-Vietnam ? Les talibans vont-ils prendre le pouvoir ? L'intervention de l'Occident, dont la France qui compte 99 soldats tués en Afghanistan, et pour laquelle des centaines de milliards ont été dépensés, aura-t-elle finalement servi à quelque chose ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 02/04/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Je ferai une réflexion de profane sur le sujet. Tout à l'heure, j'ai abordé la question des satellites et de la sécurité des câbles sous-marins ; maintenant, il s'agit des logiciels. On voit bien que tous ces problèmes forment un ensemble. Or la proposition de loi ne traite que d'une partie de la question, qui va se poser pour ainsi dire immédiatement, car le déploiement de la 5G sur le territoire national va se faire de manière extrêmement rapide. Je nous invite donc tous à reprendre, dans le cadre de nos travaux, l'ensemble de la question dans les semaines et les mois à venir.

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 02/04/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Ah si : les « intérêts fondamentaux de la Nation », c'est de l'économie !

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 02/04/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Le texte se situe dans une logique de défense alors que, fondamentalement, l'enjeu est d'ordre économique. En voici un exemple : un jour, Airbus s'est rendu compte que son principal concurrent avait connaissance de ses propositions commerciales, ce qui montre que l'information avait été interceptée. L'enjeu du combat est peut-être militaire, autour de questions de sécurité, mais il est avant tout, et à court terme, économique. Je souhaite donc savoir, Monsieur le rapporteur pour avis, dans quelle mesure cette question est appréhendée et trouve une juste réponse.

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 02/04/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Il n'y a pas de honte à reconnaître qu'il y a des sujets sur lesquels on a du mal à être au niveau. Les questions que je vais vous poser, Monsieur le rapporteur, vous paraîtront donc peut-être élémentaires. Une réflexion, tout d'abord : on s'aperçoit que, dans le champ technologique et industriel dont nous parlons, la France a disparu au fil des décennies, et que l'Europe existe à peine. C'est là un premier sujet de préoccupation. Par ailleurs, on sent bien que le questionnement tourne autour de la Chine et de Huawei, mais la captation d'informations transitant par les réseaux sous-marins – et ce alors que 93 % des communications internationales passent par ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 27/03/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Vous n'allez pas être déçus du voyage. L'expression est libre et il est sain que l'Assemblée nationale soit la maison de toutes les libertés. Sans que je mette en doute l'ampleur de votre travail, vous accepterez donc d'entendre que certaines expressions sur la militarité et la religion m'ont choqué. C'est la première fois au cours de mes huit années à l'Assemblée nationale que je me sens mal à l'aise. Je refuse donc de m'exprimer sur le sujet.

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 12/03/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Amiral, j'aimerais d'abord vous interroger au sujet des sous-marins. L'Algérie vient de réceptionner son sixième sous-marin et l'Inde loue des sous-marins nucléaires d'attaque à la Russie : bref, le nombre de pays disposant de tels bâtiments ne cesse d'augmenter, tout comme le nombre de sous-marins en mer. Cette prolifération constitue-t-elle un danger pour les porte-avions ? Est-ce un risque qui vous inquiète ? Ma deuxième question est technique et concerne les nouveaux porte-avions anglais. Les avions qui s'y poseront auront-ils la même capacité d'emport de kérosène, mais aussi de bombes et de missiles, que les avions portés par le Charles de Gaulle ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 05/03/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Mon général, nous avions demandé sans succès, lors d'une précédente audition, la liste des pays disposant d'une capacité offensive dans l'espace. Merci d'y avoir répondu.

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 05/03/2019

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

L'OTAN a été créée dans le but de faire face au pacte de Varsovie. Aujourd'hui, elle fait face à la Russie dont le PIB se situe entre celui de l'Espagne et celui de l'Italie, et qui est totalement dépendante économiquement de ses ventes de gaz, de pétrole et de charbon à l'Union européenne – soit un pays très faible, économiquement. Certes, son armée provoque nos côtes et nos espaces aériens. Certes, le président Poutine fait de temps en temps de rodomontades sur ses missiles hyper véloces et ses nouvelles armes. Mais la Russie représente-t-elle encore un enjeu suffisant au regard de l'importante machine qu'est l'OTAN aujourd'hui ? Par ailleurs, les ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 12/12/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Permettez-moi d'évoquer à mon tour les conséquences du Brexit. D'après vous, la France maintiendra-t-elle l'ensemble des programmes bilatéraux conduits avec le Royaume-Uni dans le domaine de l'armement ? Je vous avoue que je m'interroge, alors que le Fonds européen de la défense sera abondé de 13 milliards d'euros à compter de 2021, avec des premières tranches de 5,5 milliards d'euros, afin d'encourager les pays européens à travailler ensemble. Pour rappel, il faudra que trois pays européens se réunissent pour bénéficier de ces subventions. Ne pensez-vous pas que ce dispositif, important pour l'Europe de la défense, les industries européennes de l'armement ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 28/11/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Vous avez mentionné le carburéacteur. J'aimerais savoir combien de carburants différents sont utilisés dans les armées et quelles sont leurs parts respectives. Je voudrais connaître également – j'aime les chiffres ! – le montant de nos achats d'essence. À qui achetons-nous, et qui raffine ? Une question taquine, au passage : quel est le montant des taxes payées par l'armée à Bercy sur les essences ? Quelle est, pour finir, l'évolution du budget des essences ? Nous sommes, il me semble, aux alentours de 450 millions d'euros actuellement. Nous avons déjà atteint, dans le passé, les 700 millions d'euros. Comment l'armée absorbe-t-elle la variation de ce ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 31/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Ceux d'entre nous qui ont la chance d'être inscrits à l'Institut des hautes études de défense nationale cette année ont régulièrement l'occasion d'échanger avec des militaires revenant d'un déploiement en OPEX. Je tiens ici à souligner combien ils sont fiers de servir la Nation ; cette fierté, nous la ressentons aussi chez les militaires d'origine étrangère. Leur témoignage est toujours éclairant à ce sujet. Nous devons leur en être reconnaissants, et surtout être fier de nos armées, de la plus haute hiérarchie, que nous avons souvent l'occasion de rencontrer en ces murs, aux jeunes militaires qui sont, il faut le dire, tout à fait remarquables. Les OPEX ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 24/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Nous avons reçu le chef d'état-major des armées qui nous disait, il y a quelques semaines, combien l'armée de terre était « à plat », « à bout », ce sont ses mots. Je ne dénie pas le droit à la majorité d'être fière de la LPM qu'elle a votée et des moyens qui sont alloués aux armées. Mais j'imagine, au regard du constat qui vient d'être fait, qu'il faudra sûrement de nombreuses années avant de revenir à un niveau opérationnel satisfaisant. J'ai eu le sentiment en vous écoutant, Monsieur le rapporteur, que nous avions encore nombre d'obstacles à franchir. J'aimerais avoir votre avis : combien d'années faudra-t-il et quelles difficultés devrons-nous ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 24/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Je remercie notre rapporteur pour avis d'avoir mis le doigt sur un des services de l'armée qui reste méconnu : le service des essences des armées. Il s'agit d'un service qui fait aujourd'hui des miracles dans le cadre d'une grande élongation des théâtres d'opérations extérieures. L'armée représente 0,7 % de la consommation pétrolière nationale, ce qui est loin d'être négligeable. Les prix d'acquisition des essences se caractérisent par des variations considérables. Le budget 2019 prévoit de consacrer 400 à 450 millions d'euros au soutien en hydrocarbures des forces armées. Nous avons déjà pu prévoir, par le passé, jusqu'à 700 millions d'euros pour ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 24/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Afin de recadrer les échanges, permettez à un député d'opposition de rappeler – puisque nous sommes un peu auto-satisfaits des budgets examinés depuis ce matin – que le budget voit, dans son ensemble, les dépenses, les déficits et la dette du pays augmenter. Je voudrais évoquer la question du logement et vous dire notamment que j'ai un peu de mal à avoir une vue d'ensemble de l'état du patrimoine immobilier de la gendarmerie. En réalité, qu'a fait la gendarmerie depuis un certain nombre d'années ? Elle s'est retirée de la gestion de son patrimoine détenu en pleine propriété pour travailler, de plus en plus, avec des investisseurs et, comme cela a été ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 24/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Ma question porte sur les musées de France. La France est le pays de tous les musées et de nouveaux musées y sont ouverts régulièrement. Or lorsque l'on regarde les choses dans le détail, nous nous rendons compte que la fréquentation de certains musées est très faible, voire anecdotique. Avez-vous étudié cette question s'agissant des musées militaires ? Selon vous, la mémoire sera-t-elle transmise prioritairement par l'existence, le maintien ou le développement de musées militaires ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 17/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Vous gérez une douzaine de chaudières nucléaires et ce, depuis très longtemps même si l'on en parle peu. Une modernisation ou une évolution des technologies est-elle prévue pour les futurs bâtiments ? Comment gérons-nous ce type de dispositif ? Par ailleurs, vous avez parlé de drones armés d'explosifs. N'existe-t-il pas un risque, en cas d'attaque de bateaux par des produits chimiques via des drones ? Le prenez-vous en compte ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 16/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Mon général, j'aimerais vous rassurer : dans ma circonscription, les relations entre gendarmes et élus sont absolument excellentes. Il y a environ trois ans, lors d'une réunion, les gendarmes nous ont informés qu'une bande, partie de la région parisienne pour rejoindre l'Europe de l'Est, commettait des cambriolages chemin faisant, de zones de police en zones de gendarmerie. De quels moyens disposez-vous pour suivre ce genre d'affaires particulièrement complexes puisqu'elles s'étendent sur des portions importantes du territoire national ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 03/10/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Il y a dans ce projet de budget plusieurs bonnes choses. Mais je n'oublie pas que ce budget général est marqué par la hausse des dépenses, du déficit et de l'endettement. Des craintes pèsent sur l'avenir de la LPM, s'il devait y avoir une hausse des taux d'intérêt ou une baisse de la croissance. S'agissant de l'inflation, vous raisonnez en termes d'enveloppe fermée. Or, sur une période de sept ans, une inflation de 10 % ou 12 % est largement possible, soit autant d'érosion monétaire. Cette année, l'inflation se situera entre 1,7 % et 2,3 %, c'est-à-dire l'équivalent d'à peu près 700 millions sur 1,7 milliard d'euros d'augmentation de crédits budgétaires. ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 25/09/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Faire la guerre, pour une démocratie, c'est aussi parler à son opinion publique, mais vous n'avez pas évoqué ce sujet. J'aurais aimé vous entendre à ce sujet. Comment faire la guerre aujourd'hui tout en gagnant la confiance de l'opinion publique ? Cela suppose-t-il de développer des stratégies particulières ? Est-ce aux militaires de le faire, ou aux politiques, ou encore est-ce un champ partagé entre les militaires et les politiques ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 25/07/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Vous avez indiqué un nombre qui m'a impressionné par son ampleur : celui des 160 000 combattants français engagés en OPEX. Je n'avais pas pris la mesure de cet effectif, et je regrette que l'engagement de nos soldats soit trop souvent abordé sous un angle strictement financier. Je suis élu dans l'un des trois départements libérés en 1918 et de nouveau annexés pendant la Seconde guerre mondiale. Ces territoires ont compté 50 000 morts pendant la Grande Guerre et 40 000 morts entre 1939 et 1945, mais pas sous uniforme français, du fait de leur annexion. Or cette histoire si particulière et si dramatique n'est plus enseignée ; n'est-il pas à craindre que la ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 04/07/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Vous avez évoqué les moyens limités de l'ANSSI : cette agence est aujourd'hui un service du Premier ministre ; ce statut juridique est-il satisfaisant ? Gagnerait-elle à un statut plus autonome ? Par ailleurs, si l'on considère que le cyberespace constitue un milieu d'opération à part entière au sens militaire du terme, cela n'a-t-il pas d'implications juridiques, peut-être constitutionnelles ? Enfin, on sait que pour nuire à un pays et le déstabiliser profondément, le plus efficace est de viser ses infrastructures énergétiques, mais aussi bancaires. Avec la numérisation croissante des opérations bancaires, cette vulnérabilité va en augmentant. Suffit-il à ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 04/07/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Votre intervention, Madame la directrice, appelle trois questions. Tout d'abord, pouvez-vous définir le taux de disponibilité ? On en parle souvent mais je ne suis pas sûr que nous ayons tous le même indicateur en tête. Ensuite, comment fait-on pour passer un marché public lorsqu'on n'a qu'un seul fournisseur et que l'on veut absolument que le gagnant soit le fournisseur français ? Comment respecter la règle ? Enfin, votre service est-il sous l'autorité du chef d'état-major de l'armée de l'air ou bien est-il autonome ? Mais cette indépendance ne risque-t-elle pas de poser problème ? Dans ce cas, ne serait-il pas logique qu'il existe un lien de subordination ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 23/05/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Je pensais poser ma question en alsacien, toutefois je me contenterai du français ! Être formateur consiste à préparer et penser une part de l'avenir. Les conflits étant de plus en plus internationalisés, quelle vision avez-vous de l'usage des langues étrangères dans l'armée, notamment de l'anglais ? Son apprentissage doit-il être généralisé et le combattant de demain devra-t-il être en mesure de parler anglais ? D'autre part, la guerre étant également de plus en plus numérisée, quel niveau en informatique devraient atteindre les soldats de demain ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 16/05/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Vous avez toutefois souligné avec sagesse que l'essentiel de l'effort portera après 2022, ce qui demeure l'un des réalités majeures de cette LPM. Il s'agit d'une date de rupture électorale – ou de reconduction d'ailleurs, nous verrons. J'ai été interpellé par le fait que, comme vous l'avez déclaré, « nous allions dans une impasse complète » sous la LPM précédente. Cette déclaration résonne en moi car, pendant cinq ans, les députés de l'opposition avaient souligné l'insuffisance des crédits militaires. M. Le Drian, qui a été ministre de la Défense pendant cinq ans, est toujours ministre aujourd'hui. Je pense que nous devrions l'auditionner au sujet ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 16/05/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Mon général, vous nous avez dit être « très satisfait » de la LPM, ce qui fera évidemment frissonner de bonheur nos collègues de la majorité…

Consulter

Commission du développement durable et de l'aménagement du territoire - Intervention le 03/04/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

La question sur le statut cristallise fortement les débats. On a présenté les surcoûts du système ferroviaire français qui seraient de l'ordre de 30 % par rapport à ceux de nos voisins, notamment le système ferroviaire allemand. Mais quel est le poids du statut dans ces 30 % ? L'analyse a-t-elle été conduite et pourriez-vous nous dire ce que représente, en termes de surcoût, le maintien du statut au sein de ce pourcentage ?

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 14/03/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

J'aurais toutefois aimé un complément d'information et une réponse à la question que je posais tout à l'heure : s'il me semble possible, sur une base fonctionnelle, de restreindre l'éligibilité de fonctionnaires du fait des sujétions propres à leur activité, cela ne me semble envisageable que sur la base du type de mandat à exercer, non de la taille des communes concernées. Il y a là, à mon sens, un problème de fond et de droit qui reste sans réponse. Je suis favorable à l'éligibilité des militaires dans l'ensemble des communes. Je rappelle qu'un militaire allemand basé en France reste éligible dans toutes les communes, à la différence d'un militaire ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 14/03/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Je suis, quant à moi, contre tout seuil, et ce pour plusieurs raisons. Tout d'abord, fixer un seuil en fonction de la dimension plus ou moins politique du mandat n'a pas de base juridique. De plus, la Constitution indique clairement que les communes sont un tout, je ne vois pas comment l'État peut différencier la fonction d'élu municipal en fonction de la population de la commune. La Constitution est claire, qui parle des communes sans distinguer entre elles en fonction de seuils. Nous pouvons créer du droit, la loi est là pour cela, mais notre droit prévoit un statut d'inéligibilité ou d'incompatibilité pour un certain nombre de fonctionnaires. Cette ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 14/03/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Ce distinguo entre la jeunesse qui habite en métropole, celle qui vit outre-mer et celle qui est établie à l'étranger est particulièrement surprenant, et même légèrement troublant, pour ne pas dire plus.

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 14/03/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

On pense au service mais peu aux entreprises. Pour avoir été directeur des ressources humaines dans un hôpital, je peux vous garantir que gérer des plannings en fonction des contraintes est un enfer et que le droit français est particulièrement riche de complexités. Quand on a inventé les RTT, on n'a pas facilité la gestion des entreprises ou des administrations publiques, et quand on a inventé le congé paternité on a renforcé les complexités. On ne cesse de vouloir en rajouter. Or il ne faut pas oublier que le mieux est l'ennemi du bien et que l'on peut détruire la compétitivité ou l'attractivité d'un territoire par une addition de bonnes volontés. Il faut ...

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 13/03/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Je partage l'idée selon laquelle la chasse aux rapports est nécessaire mais une vraie question se pose : nous avons, en France, de grands groupes d'armements qui font un travail remarquable, et qui ont des sous-traitants ; mais nous avons aussi des PME, des entreprises de taille intermédiaire (ETI) qui ont du mal à accéder au marché de la défense et aux marchés publics. Or le développement de ces entreprises s'inscrit dans la logique de développement stratégique de l'industrie de l'armement. L'idée de nos collègues ne me paraît-elle pas dénuée de bon sens dans une perspective à long terme.

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 13/03/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Monsieur le rapporteur, quand la confiance est donnée, elle ne saurait être reprise quelques instants plus tard. (Rires.)

Consulter

Commission de la défense nationale et des forces armées - Intervention le 13/03/2018

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Laurent Furst

Ma confiance en vous, Monsieur le rapporteur, est totale et vos propos vont bien dans le sens d'une transparence complète pour la fin de l'année 2020 et, concernant des objectifs précis, pour la fin de 2022. Aussi vais-je retirer mon amendement.

Consulter