Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et juin 2019

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 146 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 28/05/2019 : Modification du règlement de l'assemblée nationale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

La discussion générale doit servir à exposer les grandes orientations. Cinq minutes suffisent. À moins que vous vouliez ne rien changer et que les choses continuent ainsi ! Le statu quo n'est pourtant pas possible. Il faut vraiment réfléchir sur ce point qui est l'un des plus conflictuels du texte.

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/05/2019 : Modification du règlement de l'assemblée nationale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Il faut savoir ce que l'on veut. Si l'on souhaite véritablement changer les choses, il faut dynamiser nos débats. Ne nous leurrons pas. Quand les députés parlent dix minutes durant, on les écoute à peine. C'est beaucoup trop long. Ils pourraient être plus brefs dans la discussion générale puisqu'ils ont tout le temps, ensuite, de reprendre dans le détail les points qui leur semblent importants. Il y a bien d'autres occasions de reprendre la parole.

Consulter

Intervention en hémicycle le 21/05/2019 : Transformation de la fonction publique

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Nous, députés, avons fait des efforts dont témoigne la loi sur la moralisation de la vie publique, mais le peuple ne les voit guère. Vous avez raison de dire que les citoyens doutent des élus, ce qui est bien dommage. Nous avons fait des efforts, encore, avec l'écrêtement, dont vous avez parlé, mais la question emploi-retraite des personnes nommées dans les organismes publics doit être encore mise au clair et des efforts doivent être poursuivis s'agissant de la retraite des anciens Présidents de la République, qu'il faudra rendre plus transparente et plus raisonnable, comme nous le demandons quasiment tous. Pour cela, il est nécessaire de disposer d'éléments ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 03/04/2019 : Débat sur l'organisation de l'État et des services publics

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Je reviens, après mon collègue Vincent Bru, sur la question des services publics dans les territoires. Elle touche toutes les classes d'âge : personnes âgées, parents d'enfants scolarisés, jeunes en recherche d'emploi et j'en passe. Tous ceux qui nous ont parlé durant ces trois derniers mois ont souligné deux points : d'une part, leur attachement profond au service public et, d'autre part, leur crainte et leur souffrance face à la désertification. Évidemment, on ne peut nier une disparité des attentes : certains accordent une priorité à un service public plus efficace, d'autres à son coût. Globalement, les Français attendent un service public accessible, de ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Sans remettre en question les arguments de Mme la ministre, je souhaite tout de même appeler l'attention sur le fait que l'amendement en discussion est à la hauteur de notre souci de trouver des solutions pour nos régions et départements sous-dotés, ce qui n'est pas chose facile. Madame la ministre, voici ce que nous attendons de vous : faire en sorte que nous ayons, à l'issue du débat, des propositions à exposer aux citoyens de nos départements, leur montrant ainsi que nous avons avancé et que nous sommes parvenus à dégager quelques solutions pour traiter l'urgence. S'il faut penser au long terme, c'est vrai, l'urgence se fait, elle aussi, sentir. Merci d'en ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Je ne peux pas ne pas réagir quand j'entends dire que le rôle du député serait uniquement national. Madame la rapporteure, vous êtes élue de la même région que M. Vigier et moi-même. Vous savez donc que nous nous impliquons beaucoup dans ces questions de santé, notamment dans les zones peu denses. Nous sollicitons la directrice de l'ARS qui nous promet une coconstruction du projet. N'est-ce pas la preuve que nous avons un rôle à jouer ? D'ailleurs, quand ça ne va pas, les citoyens nous le rappellent. Dernièrement, sur les grilles de l'hôpital, pour protester contre la réforme de la santé, l'un d'eux avait écrit : « Merci, madame la députée ! » et non pas ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 18/03/2019 : Organisation et transformation du système de santé

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Chaque fois que nous vous avons fait part de nos inquiétudes quant aux difficultés d'accès aux soins de nos concitoyens dans certaines zones sous-denses, madame la ministre, et que nous avons avancé des propositions sur ce problème, comme le font ces amendements, vous nous avez opposé des arguments que nous comprenons, comme ici, mais qui nous laissent sur notre faim. Nous sommes réellement inquiets des inégalités d'accès aux soins et de l'absence de solution à ce problème. L'amendement no 328 de la commission des affaires culturelles et de l'éducation en est une ; c'est pourquoi je le soutiendrai, comme d'autres mesures susceptibles de faciliter l'accès aux ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 11/03/2019 : Agence nationale de la cohésion des territoires

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

… nous enverrions un signe très fort. Madame la ministre, j'espère que vous écouterez notre voix, car elle en vaut la peine ! Une telle mesure aurait beaucoup de sens pour nos territoires.

Consulter

Intervention en hémicycle le 11/03/2019 : Agence nationale de la cohésion des territoires

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

… alors que nous assistons plutôt à une recentralisation des principaux services de l'État et de l'administration. En localisant symboliquement à l'extérieur de Paris le siège de cette nouvelle agence tellement proche des territoires, …

Consulter

Intervention en hémicycle le 11/03/2019 : Agence nationale de la cohésion des territoires

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Je soutiens l'amendement no 378 rectifié de ma collègue Marguerite Deprez-Audebert. Contrairement à ce que vous dites, monsieur Perea, il faut aujourd'hui envoyer des signes forts de décentralisation réelle, …

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Le groupe du Mouvement démocrate et apparentés regrette aussi que les débats se soient parfois éloignés du texte pour se focaliser sur des sujets annexes, alors qu'il aurait fallu passer du temps sur chacun des riches enjeux qui nous étaient soumis. Ces réserves émises, monsieur le ministre, nous tenons à saluer votre engagement depuis votre prise de fonction, engagement que nous soutenons et que vous poursuivez à travers ce texte que les députés du groupe du Mouvement démocrate et apparentés soutiendront avec force.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Nous voici arrivés au bout de la première étape du parcours législatif du projet de loi pour une école de la confiance. Nos débats en commission et en séance ont été longs et fructueux. Ils ont porté, au fil des 1 500 amendements examinés, sur des sujets divers, parfois éloignés du texte, mais qui témoignent de ce que l'école demeure encore et toujours, dans notre pays, dans notre République, un enjeu qui passionne sur tous les bancs de cet hémicycle. On ne peut pas traiter ce sujet à la légère, tant il revêt une importance particulière pour les Français, dans leur vie quotidienne comme pour leur devenir. Cela a été rappelé à maintes reprises tout ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

La présence de ces symboles de la République, que nous respectons tous, dans les cours d'histoire-géographie et d'éducation civique, suffisait. Mais vous en voulez plus, vous les voulez dans toutes les classes. Soit. Je répète que cette adhésion à nos valeurs passera certes par des symboles mais, surtout, par la chance qui sera donnée aux élèves de mieux réussir grâce à notre école de la confiance, celle qui leur donnera les moyens de trouver leur place dans une nation qui se préoccupe de chacun et d'abord des plus fragiles, des moins favorisés en raison de leur naissance. L'unité de la nation passe autant par vos, par nos drapeaux, que par la fraternité et ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Ce n'est pas pour rien que la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales est issue de nos rangs. Nous avons discuté avec le Premier ministre auquel nous avons dit nos préoccupations sur ce sujet en commission, véritable lieu du débat. Nous avons reçu l'assurance que vous défendiez la territorialisation, monsieur le ministre. C'est pour cela que nous sommes derrière vous.

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Pressés par le rythme des débats, les députés du groupe du Mouvement démocrate et apparentés se sont peu exprimés à ce sujet, mais je ne voudrais pas laisser croire que les députés du groupe LR sont les seuls que cela préoccupe.

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

En faisant pression, les députés du groupe Les Républicains ont pu expliquer en long, en large et en travers, leurs préoccupations pour la territorialisation.

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

et réfute vos propos avec la dernière énergie : ces amendements sont le fruit du travail mené, en amont, par le député Isaac-Sibille avec la majorité. Je vous prie de réserver à votre propre groupe ces remarques aussi désagréables qu'indignes de cet hémicycle .

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Je regrette votre manque d'élégance, monsieur le député,

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Je tiens à remercier Mme la rapporteure et M. le ministre d'avoir compris l'intérêt d'harmoniser les pratiques, en favorisant une meilleure coopération entre les différents acteurs.

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Je ne voudrais pas faire perdre du temps à l'Assemblée mais je veux dire que nous sommes évidemment très attachés aux critères proposés. Cela permettrait d'aller vers une évaluation globale et ainsi de ne pas établir de classement entre les établissements. Cela dit, nous sommes d'accord sur le fait qu'il n'est pas nécessaire de rigidifier les choses dans la loi. Toutefois, nous espérons qu'on en tiendra compte, comme vous vous y engagez, monsieur le ministre. Enfin, je suis d'accord sur le fait qu'il serait nécessaire de discuter de ces questions. Malheureusement, nous n'en avons pas le temps, alors que nous avons passé un temps fou sur la question des drapeaux.

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Le groupe du Mouvement démocrate et apparentés est à fond pour un réel apprentissage d'une langue vivante dès la maternelle. Nous sommes persuadés que cela concourt à la réussite des élèves, et nous savons que cette réussite vous tient à coeur, monsieur le ministre. C'est pourquoi nous nous joignons à nos collègues pour vous demander l'ajout de cette disposition.

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Le groupe du Mouvement démocrate et apparentés pense qu'il est important de suivre l'évolution des établissements publics d'enseignement dans les zones rurales. On voit bien qu'avec une ou deux classes éparpillées, il n'y pas véritablement de dynamique. Les futurs établissements publics des savoirs fondamentaux permettront d'enclencher de nouvelles dynamiques. Ils rentrent pour moi dans le cadre des expérimentations possibles, et il ne faut pas craindre les avancées contenues dans ces propositions nouvelles. Je ne suis donc pas d'accord pour dire qu'il ne faut rien toucher à l'organisation actuelle du système éducatif français. À titre d'illustration, le Grand ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Je suis d'accord avec M. Pupponi. À vrai dire, le groupe du Mouvement démocrate et apparentés est divisé : si une partie d'entre nous est sensible à l'argumentaire du ministre, une autre possède la fibre régionale qui correspond bien à l'identité du MODEM. Nous souhaitons donc une garantie supplémentaire à ce sujet : les communes devraient être davantage encouragées à assurer l'enseignement des langues régionales et le Gouvernement devrait montrer sa volonté de promouvoir et de permettre la pratique des langues régionales autant que possible.

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Il s'agit d'un sujet important. Nous avons déjà évoqué en commission les questions de l'acquisition des langues étrangères et des conditions d'admission pour les enfants. Je vous remercie de ne pas imposer une condition à l'entrée. Mais, lors des auditions, nous avions identifié la possibilité pour les lycées internationaux de soutenir les enfants les intégrant à 4 ou 5 ans par exemple sans maîtriser encore une langue étrangère, afin qu'ils puissent rattraper assez rapidement les autres élèves. Je souhaite donc qu'on garde en tête cette disposition, de façon à faciliter l'intégration de ces élèves, dans un objectif de mixité sociale que le groupe ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Inutile de nous faire la morale ! J'ai visité récemment une classe de centre d'action médico-sociale précoce – CAMSP – intégrée dès l'école maternelle, et j'ai pu vérifier que lorsque les différents acteurs travaillent en bonne intelligence, l'inclusion est possible. Les mentalités progressent ; collectivement, nous avançons, et tous en retireront des bénéfices : les enfants en situation de handicap, les autres, et plus largement toute la société, qui y gagnera, je l'espère, en tolérance. Le problème des AESH que l'on remercie à la fin de leurs deux CDD, alors qu'ils ou elles s'étaient formés, était désolant. J'ai moi-même dû intervenir dans des ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Nous franchissons encore un nouveau cap ce soir en promouvant une école vraiment inclusive.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Je me souviens d'un temps pas si lointain où les enfants dits « différents » étaient cachés, mis à l'écart, et globalement maltraités, par méconnaissance et manque de moyens. Cette situation continue d'exister dans certains pays ; alors que nous nous écharpons pour créer ici de meilleures conditions, plus vite, il est bon de mesurer le chemin parcouru chez nous et de nous réjouir des avancées significatives que notre pays a pu réaliser dans le domaine de l'inclusion.

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Il s'agit d'un point conflictuel de ce projet de loi, celui-ci étant très important car il consacre des avancées formidables pour les enfants. Il serait dommage que cette disposition gâche le texte. Elle pèsera sur les finances des communes et créera une iniquité regrettable. Nous tous, députés, sommes déjà saisis sur ces questions. L'impact sera plus fort dans les grandes villes que dans les petites communes. Il faut regarder les choses en face et s'interroger avec les maires sur les solutions à trouver. J'aimerais que la réponse émerge des rangs de la majorité, par crainte de voir la situation dégénérer à cause d'une disposition ternissant l'appréciation ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Par cet amendement, nous réclamons donc une égalité de traitement pour assurer l'égalité devant la loi. Si cela pose un problème financier à l'État, alors il faut trouver une solution ; mais une compensation inégale n'en constitue pas une. On pourrait penser, par exemple, à une progressivité de la compensation aux communes, donc de la dotation aux écoles privées, avec un étalement sur trois ans, de manière à intégrer ce surcoût dans le budget de l'État comme dans celui des communes. Nous avons su trouver une souplesse similaire pour les jardins d'enfants. Quelle que soit la solution à laquelle nous nous arrêterons, elle devra être plus juste que n'est la ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

En fixant l'âge de l'instruction obligatoire à 3 ans, nous avons voté une mesure historique. Cette avancée vers plus de justice sociale aura des conséquences financières qui vont bien au-delà d'un simple aménagement de locaux, puisque la scolarisation en maternelle est bien plus chère que celle des cycles suivants. L'État s'est engagé à compenser de manière pérenne le surcoût réel de l'abaissement de l'âge de l'instruction obligatoire. Cette mesure rend aussi obligatoire le versement par les communes d'une dotation aux écoles privées sous contrat : elles devront, pour chaque enfant, verser ce qu'il coûterait dans le public. Il ne s'agit pas ici de discuter ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 14/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Tout d'abord, je regretterais que la limitation du nombre d'intervenants empêche certains groupes de s'exprimer : en ne donnant la parole qu'à la droite et à la gauche, mon groupe risque d'être oublié. Pour en venir à l'amendement, nous sommes, nous aussi, favorables à ce qu'on calcule chaque année le surcoût ou la diminution de coût : cela collerait davantage à la réalité des dépenses des communes et garantirait la pérennité d'une compensation qui serait, de la sorte, équilibrée chaque année.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

J'ai confiance dans la possibilité d'accorder des aménagements, sur le terrain, dans des cas exceptionnels.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Les commissaires du groupe MODEM ont réfléchi à cette question. S'il nous semble assez compliqué de garantir l'assiduité totale et sans aménagement, nous pensons que l'obligation de scolarisation permettra d'ancrer les apprentissages. L'école maternelle est un passage important pour l'avenir des enfants. Personnellement, je suivrai les recommandations du ministre et de la rapporteure.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Ces enfants ont besoin de plus d'égalité et d'une éducation renforcée. Nous ne pouvons que soutenir cette intéressante mesure.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Le groupe MODEM votera bien sûr contre ces amendements. On voit bien que les enfants qui ne sont pas à l'école à trois ans sont pour la plupart issus des quartiers prioritaires.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

L'article 2 abaisse l'âge du début de l'obligation d'instruction de 6 à 3 ans. Ce faisant, il consacre l'importance pédagogique de l'école maternelle dans le système éducatif français. En effet, de nombreuses études ont montré que les apprentissages fondamentaux s'acquièrent dès le plus jeune âge. En outre, l'article souligne le rôle décisif que joue l'enseignement préélémentaire dans la réduction des inégalités, notamment la première d'entre elles, l'inégalité devant le langage. Cette mesure, associée aux efforts réalisés en faveur des CP et des CE1, constituera un levier puissant d'amélioration du niveau global des élèves. Ses effets se feront ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Il existe déjà, depuis de nombreuses années, des dispositifs d'accompagnement à la fonction parentale, notamment dans les quartiers prioritaires ; ils visent à épauler les familles dans leur mission éducative. Inutile d'en rajouter.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Dispenser plus tôt la formation aux gestes de premier secours pourrait être intéressant pour la santé de nos enfants et celle de nos concitoyens. Il s'agit également d'un geste civique, qu'il serait important d'intégrer aux cours d'instruction civique.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Nous n'avons pas déposé d'amendements similaires, car nous envisagions d'intégrer cette formation au SNU, initiative très importante que nous saluons. Mais après avoir écouté les députés appartenant à différents groupes, nous soutiendrons ces amendements.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Comme nous l'avions dit en commission, nous sommes favorables à l'apprentissage des langues étrangères dès la maternelle. Nous ne sommes donc évidemment pas favorables à cet amendement.

Consulter

Intervention en hémicycle le 13/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Nous partageons également cet avis. De nombreuses interventions ont heureusement lieu dans les écoles, par exemple sur le thème de la mémoire. Des élus se rendent dans les classes, ce qui, vous le soulignez, intéresse beaucoup les élèves. Mais il n'y a pas lieu, à mon sens, d'inscrire cette mesure dans la loi.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Certains regroupements permettent qu'il n'y ait pas de fermeture. Les députés du groupe MODEM et apparentés ne soutiendront donc pas cet amendement.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Très peu de mouvements sociaux sont liés aux fermetures de classes, parce que la gestion de ces équilibres, dans les zones rurales, et même dans les villes moyennes, se fait avec une grande attention à l'égard des parents, des enfants et des communes.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Nous partageons les réserves qui viennent d'être exprimées. Nous préférons néanmoins soutenir l'amendement ultérieur de notre collègue Aude Luquet, qui va dans le même sens.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, oui, mais pas toujours, malheureusement. Inscrire dans la loi que l'école doit respecter les valeurs reçues des parents risque de soulever de sérieuses difficultés d'application. Ne serait-ce que pour des raisons pragmatiques, nous gagnerions donc à faire l'impasse sur ces amendements.

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Les amendements à venir portent sur la sensibilisation à divers thèmes. J'ai proposé en commission la possibilité d'examiner qu'une telle sensibilisation ait lieu dans le cadre du Plan mercredi, ce qui rend inutile tout amendement en la matière. Je demanderai également la mise en place d'une mission flash – nous verrons si elle est acceptée – précisément à propos du contenu du Plan mercredi : quelle est la place actuelle de la sensibilisation dans le programme et sur le temps scolaire ? Est-il possible de donner une place plus importante à cette mission de sensibilisation dans le cadre du Plan mercredi ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 12/02/2019 : Pour une école de la confiance

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nadia Essayan

Il faudrait donc trouver des financements. Au final, je trouve la position du ministre raisonnable : laissons les communautés éducatives régler le problème, cela leur donnera des sujets de discussion, ce qui sera très bien.

Consulter