⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2017 et mars 2021

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 1678 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 15/02/2021 : Santé au travail

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Monsieur le président, dans votre intention de terminer l'examen de l'article 8 ce soir, j'ai lu la volonté de finir par le meilleur – mon amendement, en l'occurrence. Ma collègue Véronique Hammerer et moi-même avions interpellé les rapporteures sur la nécessité de mieux lier la prévention santé, évoquée ici, avec les pratiques de la MSA – la Mutualité sociale agricole – dans le domaine agricole. Je remercie les rapporteures pour l'avancée que constitue l'article 8. L'amendement en propose une déclinaison pour l'organisation spécifique des services de santé au travail interentreprises du secteur agricole, la coordination de l'offre socle étant ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/01/2021 : Accès des experts forestiers aux données cadastrales

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois, rapporteur de la commission des affaires économiques

Nicolas Turquois Madame Panot, vous revenez sur des sujets déjà évoqués à l'occasion de l'examen de l'amendement précédent. Je n'ai pas voulu défendre une proposition de loi sur la forêt, parce que cela nous aurait conduits à aborder tout un tas de sujets. J'ai préféré modestement la limiter à la mise en place d'un outil issu d'une expérimentation, au bénéfice de professionnels dûment identifiés par les pouvoirs publics : experts forestiers, coopératives forestières, qui sont des groupements de producteurs, et gestionnaires forestiers. Je trouve que la niche parlementaire convient bien à ces textes qui n'arrivent jamais à l'ordre du jour faute d'être jugés ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/01/2021 : Accès des experts forestiers aux données cadastrales

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois, rapporteur de la commission des affaires économiques

Nicolas Turquois Je connais votre engagement sur la préservation de la biodiversité dans la forêt et son impact écologique. Quand je pense forêt, je pense aux quatre objectifs qu'on lui donne souvent. Premièrement, la production de bois. Alors que la France possède la plus grande forêt d'Europe, elle importe du bois pour un usage industriel. Le seul secteur pour lequel elle est excédentaire est celui des grumes sans transformation. Elle importe du bois parce que les trois-quarts des forêts sont privées et que la superficie moyenne des forêts est de 1,2 hectare, ce qui empêche la mobilisation du bois. Deuxièmement, on parle beaucoup de la forêt loisir. Pour certains, il ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 28/01/2021 : Accès des experts forestiers aux données cadastrales

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois, rapporteur de la commission des affaires économiques

Nicolas Turquois Avant toute chose, je tiens à dire ma fierté – due au hasard – de m'exprimer immédiatement après le vote de la proposition de loi de Nadia Essayan concernant l'accessibilité des commerces aux personnes présentant divers handicaps. C'est une avancée importante pour nos concitoyens. Avant même l'aboutissement du parcours législatif de ce texte, les députés de terrain que nous sommes doivent prendre leur bâton de pèlerin pour défendre ce sujet auprès des grandes surfaces. J'en viens à la proposition de loi visant à simplifier l'accès des experts forestiers aux données cadastrales : il s'agit d'inscrire dans la loi une pratique qui a été expérimentée ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 15/12/2020 : Projet de loi de finances pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Je me joins aux propos du président de la mission d'information, Julien Dive. Cette transition hors du glyphosate, entrée au coeur de nos débats ces dernières années, représente un coût financier important pour les agriculteurs, qui peut parfois être un frein. Je pense que la méthode du crédit d'impôt est judicieuse mais elle ne peut se limiter à un ensemble trop réduit de productions agricoles. Il est donc important de l'élargir, notamment aux éleveurs, parce que l'élevage est particulièrement en difficulté dans notre pays aujourd'hui.

Consulter

Intervention en hémicycle le 24/11/2020 : Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Merci, madame la ministre déléguée, pour cette longue explication sur un amendement qui vient pallier l'oubli initial de la MSA dans la politique d'autonomie menée par la CNSA. Si cet oubli n'avait pas été corrigé, cela aurait été la première fois qu'un risque n'aurait pas été intégré au code rural pour les ressortissants agricoles. Sans doute certains se disent-ils que, si c'est la CNSA qui s'occupe de l'autonomie plutôt que la MSA, ce n'est pas très grave. Si cela peut être vrai sur le fond, cela ne l'est absolument pas sur la forme. Les caisses de MSA sont régulièrement remises en cause par des rapports sur leurs performances de gestion et, de là à ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 23/11/2020 : Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

L'article 16 est la manifestation dans la loi de la création d'une cinquième branche de sécurité sociale. Les parlementaires ayant eu l'occasion de participer à la création d'une nouvelle branche sont sans doute peu nombreux. C'est une avancée majeure et remarquable qu'il faut saluer, même s'il ne s'agit que d'une première étape. Concrètement, l'article 16 définit le rôle et les missions de la CNSA afin de poser les bases de cette branche. Je regrette néanmoins, comme M. Bazin, que la MSA ait été oubliée de la réflexion dans un premier temps, même s'il s'est produit un rattrapage depuis. Ce serait le premier risque social non pris en charge par le ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 23/11/2020 : Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

En dessous de 45 000 euros de résultat et de cotisations sociales, ou si on est dans un endroit où on ne capte pas, on peut encore faire une déclaration papier. Je le redis, il s'agit là d'entreprises, certes de petite taille, mais dont les comptes sont la plupart du temps validés et déposés par des centres de gestion. On n'est pas du tout dans le cas de la veuve et de l'orphelin que vous décrivez ici.

Consulter

Intervention en hémicycle le 23/11/2020 : Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Il faudrait mettre à jour votre logiciel ! Dans cet article, on ne parle pas de particuliers, mais d'agriculteurs. Or aucun d'entre eux ne déclare directement ses résultats fiscaux et sociaux ; nous faisons tous appel à un centre de gestion pour valider nos comptes. Le centre de gestion les déclare et les agriculteurs les valident.

Consulter

Intervention en hémicycle le 23/11/2020 : Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Je serai en phase avec les deux précédents orateurs. Nous aurions pu reprendre nos discours de l'an passé : depuis 2017, le sujet du TODE est récurrent ; il a même donné lieu à quelques crises de nerfs dans l'hémicycle. Cette fois, on peut saluer la prolongation jusqu'en 2023 : pour la première fois, on s'engage pour deux ans, ce qui est quand même un progrès. Je voudrais toutefois souligner l'importance d'une pérennisation. Il ne s'agit pas de réduire les charges pour réduire les charges : l'emploi de saisonniers concerne les cultures de maraîchage, la production de fruits et l'agriculture bio, qui ont besoin de plus de main-d'oeuvre. Nous sommes ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 23/11/2020 : Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

L'attitude du groupe La France insoumise relève au mieux de la mauvaise foi, au pire de l'irresponsabilité. En adaptant en permanence l'évolution de l'ONDAM afin de tenir compte de l'ampleur de la crise inédite que nous connaissons, à la fois sanitaire, économique et sécuritaire, le Gouvernement fait preuve de responsabilité ; il évalue en permanence la situation. Or la situation demain sera sans doute différente de celle que nous prévoyons aujourd'hui, compte tenu de l'ampleur de la crise. Il est insupportable de se livrer ainsi au populisme pour reprocher au Gouvernement de revenir sur sa position ! Nous voterons contre cet amendement bien sûr.

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Cet amendement est plutôt l'occasion pour moi de demander un éclaircissement. Des échanges que j'ai eus avec des policiers, j'ai compris qu'ils ont tout à fait le droit de porter leur arme hors service et qu'ils doivent simplement en demander l'autorisation lorsqu'ils se rendent dans des établissements recevant du public. Dans ma circonscription, il ne m'a été fait état d'aucun problème à cet égard. En revanche, j'ai entendu plusieurs policiers s'interroger sur le fait qu'ils auraient implicitement à porter leur arme en toutes circonstances. Or ils demandent un temps de repos pendant lequel ils ne sont pas tenus à une vigilance permanente. En effet, par la ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

J'aurais bien aimé entendre une réponse du rapporteur ou du ministre : l'application de ces dispositions aux magistrats s'inscrirait pourtant dans une cohérence d'ensemble.

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

J'entends bien qu'on ne peut pas étendre le dispositif à toutes les catégories, mais dans un texte sur la sécurité globale, qui concerne l'ensemble des professions de sécurité, comment ne pas évoquer les magistrats ? Ils peuvent être personnellement menacés dans l'exercice de leur fonction – notre collègue Laurence Vichnievsky a ainsi bénéficié d'une protection rapprochée à certains moments de sa carrière. Il serait donc inimaginable d'adopter les dispositions de l'article 23 – que je soutiens – sans intégrer les magistrats à la liste des professions concernées.

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

J'aimerais qu'il soit retravaillé pour intégrer certaines des remarques pertinentes que j'ai pu entendre lors de la défense des sous-amendements.

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Ainsi, l'article 24, même dans sa nouvelle rédaction, me semble remettre en cause le difficile mais nécessaire équilibre entre sécurité et liberté d'informer. C'est pourquoi, à titre personnel, je ne voterai pas pour. Je ne suis pas contre, car il aborde un enjeu majeur, la sécurité de nos forces de l'ordre, et que je partage la volonté qui l'anime de les protéger ; je ne suis pas pour non plus, car son équilibre général ne me semble pas assuré.

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Or celle-ci est indissociable de la liberté d'informer. Vous avez dit, monsieur le rapporteur, que des policiers et des gendarmes étaient morts pour notre sécurité, et vous avez entièrement raison, mais je pense qu'il faut dire aussi, comme l'a souligné mon collègue Balanant, que des journalistes sont morts pour notre liberté d'expression.

Consulter

Intervention en hémicycle le 20/11/2020 : Sécurité globale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

J'incarne la première nuance de l'orange du groupe Dem – chacun sait combien les dégradés de cette couleur sont jolis… L'article 24, même dans sa nouvelle rédaction prévue dans l'amendement gouvernemental, me met particulièrement mal à l'aise. Il cherche à mieux protéger les membres des forces de l'ordre en sanctionnant les lynchages médiatiques dont ils sont l'objet sur les réseaux sociaux, objectif auquel je souscris pleinement. Néanmoins, il laisse supposer, à tort ou à raison, que la liberté d'information pourrait être remise en cause. Si certains propos ont cherché à rassurer, il n'en reste pas moins que la menace d'une sanction de 45 000 euros ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

… j'ai dit que le maintien de l'activité des commerçants était moins important que la sécurité sanitaire.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Je demande un rappel au règlement au titre de l'article 58, alinéa 1, pour interpellation par le député Dumont. Je n'ai jamais dit que le commerce était un sujet de détail, …

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Par exemple, nous n'avions pas anticipé un coup de froid aussi brutal que celui que nous avons connu à la fin du mois de septembre, lequel a fait exploser la propagation de l'épidémie. Nous découvrons cette pandémie ; aussi convient-il d'être modestes et de prendre du recul avant de débattre. Si nous discutons en permanence, nous discutons pour rien.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Quand on mélange différents niveaux de priorité, on instille le doute dans les esprits. Nous venons d'ailleurs d'en avoir le parfait exemple. L'un de nous, que vous reconnaîtrez aisément, a reparlé de l'hydroxychloroquine ! N'est-ce pas réactiver un débat qui n'a plus lieu d'être ? Le débat est nécessaire, mais il convient de disposer de plusieurs mois de recul. Il nous faut faire preuve de modestie vis-à-vis de ce virus, dont on découvre chaque jour, ou chaque semaine, de nouvelles caractéristiques.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Vous pointez l'illisibilité et le caractère contradictoire des mesures proposées, mais j'estime que la forme de nos débats y contribuent. S'attacher aux détails, alors que la protection de nos concitoyens devrait être notre absolue priorité, cela crée de l'illisibilité et de la contradiction. Il y a quelques jours, nous avons consacré deux heures de débat à la situation des commerçants. Celle-ci est très importante, mais il n'empêche qu'elle l'est infiniment moins, dans l'échelle des valeurs, que la santé de nos concitoyens.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

J'entends la volonté de débattre que certains expriment. Elle est légitime, et cet hémicycle devrait effectivement être le lieu approprié pour cela.

Consulter

Intervention en hémicycle le 07/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Cette semaine, nous avons entendu des propos quasi surréalistes au cours des débats, que j'ai même parfois trouvé indignes étant donné nos responsabilités face à l'urgence actuelle. Certains ont, par exemple, argumenté sans relâche au sujet des commerçants, dont la situation est un sujet à part entière. Ils nous ont expliqué qu'ils ne passeraient pas Noël et qu'il n'y aura pas de fête sans eux. En fait, ceux qui pourraient ne pas passer Noël, c'est le papi, la mamie, le beau-frère ou le tonton, car c'est bien ce qui risque de se produire dans certaines familles, et c'est de ce Noël-là dont personne ne veut. Il est indispensable d'agir rapidement. La ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 04/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Pour revenir à l'amendement à proprement parler, M. Millienne a développé la semaine dernière un argument intéressant qu'il convient de rappeler : hier, l'application relevait 36 330 nouveaux cas et elle indiquait un R effectif de 1,1 et un taux d'incidence de 474,6, etc. Grâce à TousAntiCovid, les députés peuvent donc suivre aisément la progression ou la régression de l'épidémie. J'ajoute qu'à ce jour, il y a exactement trente-trois minutes, 7 496 673 personnes l'avaient téléchargée.

Consulter

Intervention en hémicycle le 04/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Chez les croyants, le temps de réflexion personnelle est par ailleurs quelque chose de très important et ce n'est pas incompatible avec l'absence de cérémonie. Mais la chose la plus importante, je crois, c'est que, malgré les messages contradictoires des extrémistes de tous poils, la principale mission donnée aux croyants de France, quelles que soient leurs convictions, est l'attention à l'autre, l'attention aux plus faibles.

Consulter

Intervention en hémicycle le 04/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Donc, même si le prêtre était très attentif, on voit bien que le risque n'est pas le même.

Consulter

Intervention en hémicycle le 04/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

… une différence fondamentale entre ce qui se passe ici et une cérémonie religieuse. Je pense qu'il y a longtemps qu'il n'a pas participé à une cérémonie. Il y a en effet un temps qui s'appelle l'eucharistie. Comme M. Jumel, je me suis rendu à une cérémonie, c'était il y a huit jours. Au moment où l'on remet l'hostie, un certain nombre de pratiquants, parce qu'ils sont âgés ou ont toujours eu cette habitude, demandent qu'on leur remette l'eucharistie directement dans la bouche.

Consulter

Intervention en hémicycle le 04/11/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Par mon histoire familiale et personnelle, la liberté de culte a beaucoup d'importance pour moi et je ne vois pas en quoi elle est remise en cause par ce texte. Les édifices religieux sont ouverts, c'est seulement la participation à des cérémonies religieuses qui est interdite.

Consulter

Question orale du 03/11/2020 : Soutien au secteur industriel

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

… c'est un député en colère qui s'adresse à vous : le Châtelleraudais, dans la Vienne, est à nouveau touché au coeur. Cette fois-ci, c'est la filiale avionique de Thales qui annonce 998 suppressions de poste en France, dont 258 à Châtellerault, auxquels il faut ajouter la suppression de plus d'une centaine de postes d'intérimaires. Au final, ce sont au moins 220 familles qui seront durement touchées et qui s'ajoutent aux 300 familles des salariés des fonderies du Poitou, qui sont sur la sellette, et aux plus de 200 personnes qui font l'objet d'un PSE – plan de sauvegarde de l'emploi – chez Mecafi, un sous-traitant aéronautique. Comment un groupe de ...

Consulter

Question orale du 03/11/2020 : Soutien au secteur industriel

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Monsieur le ministre de l'économie, des finances et de la relance, …

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/10/2020 : Projet de loi de finances pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

À titre personnel, je m'abstiendrai car je ne mesure pas le nombre d'ETP qui seraient nécessaires, mais j'aimerais souligner l'intérêt de cet amendement d'appel. Pour réussir la transformation écologique que nous appelons de nos voeux, il est urgent, comme l'indique mon collègue Dominique Potier, de se préoccuper de la question du foncier. Les fermes de 1 000 ou de 2 000 hectares, comme on en voit aujourd'hui, ne mettront pas en place l'agroécologie que nous souhaitons tous. Il est donc urgent d'agir, dans les mois qui viennent, sur la régulation foncière.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/10/2020 : Projet de loi de finances pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Cet amendement de Justine Benin vise à accroître, comme l'a souligné Philippe Naillet, l'autonomie alimentaire des territoires ultramarins en portant le fonds CIOM à 45 millions, comme s'y était engagé le Président de la République lors de son dernier déplacement à La Réunion.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/10/2020 : Projet de loi de finances pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Nous avons voté 200 millions de crédits supplémentaires en faveur de la forêt, dont une partie reviendra, par définition, à l'ONF, auquel les missions correspondantes seront confiées. Je n'ai pas mémoire d'une autre mesure de cette ampleur ! Et il me paraît très réducteur d'opposer un aspect du débat à un autre. J'appelle l'attention sur les difficultés de l'ONF. Si l'on creuse un peu, on se rend compte que l'ONF est dans une phase de questionnement sur ses missions. Celles-ci ont évolué : nous sommes passés d'un ONF qui devait produire du bois à un ONF qui doit travailler sur la biodiversité et sur le stockage du carbone, en menant un dialogue avec les ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/10/2020 : Projet de loi de finances pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Je veux sortir de ce débat, un peu trop « noir ou blanc » à mon goût. L'ONF traverse effectivement une très grave crise, mais le problème ne se résume pas au manque de personnel, même si c'est un élément de l'équation. Depuis plus d'une dizaine d'années, le climat social y est très dégradé. En début d'année, un nouveau directeur général, sur la nomination duquel nous nous sommes prononcés, a pris ses fonctions.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/10/2020 : Mise sur le marché de produits phytopharmaceutiques en cas de danger sanitaire pour les betteraves sucrières

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Certains des textes que nous examinons dans cette Assemblée ont vocation à inscrire dans la loi un certain nombre de grands principes, ainsi la loi sur l'interdiction des néonicotinoïdes ; d'autres, à l'inverse, se focalisent sur une infinité de cas particuliers, au point de ressembler à des inventaires à la Prévert. Je me souviens d'un texte récent qui mentionnait aussi bien le miel que la clairette de Die… Or l'équilibre se trouve à mi-chemin. Les grands principes doivent pouvoir être mis en pratique. C'est tout l'objet de ce projet de loi qui entend répondre aux difficultés insurmontables rencontrées par les betteraviers pour qui l'interdiction des ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/10/2020 : Projet de loi de finances pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Les budgets ont en effet été stabilisés par le biais des taxes pour frais de chambres d'agriculture. Je vais retirer l'amendement mais je demande de porter une attention particulière à cette forêt si morcelée qui est souvent la source d'abandons de parcelles au milieu de la forêt, ce qui n'est pas sans poser problème pour l'exploitation et même pour l'avenir tout court de la forêt, de même que dans la lutte contre les incendies.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/10/2020 : Projet de loi de finances pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

M. Christophe Jerretie en est le premier signataire. La grande majorité des forêts françaises du territoire métropolitain sont privées. Elles appartiennent à plus de 3 millions de propriétaires qui sont éparpillés sans liens réels entre eux. Ce morcellement est préjudiciable au développement de la filière forêt-bois qui doit se doter d'un nouveau modèle économique lui permettant d'améliorer sa compétitivité. Dans ce contexte, les missions du CNPF – Centre national de la propriété forestière – sont primordiales. Elles consistent à développer et à améliorer la gestion des forêts privées pour rendre plus dynamique la mobilisation du bois de ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/10/2020 : Projet de loi de finances pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Il est vrai que devant un amendement agricole à 300 millions, on y regarde à deux fois, surtout quand il s'agit de prélever des crédits ailleurs. J'ai toujours été choqué de l'importance de la part que consacre le ministère de l'agriculture à la forêt – et plus encore depuis le plan de relance – par rapport à celle que lui consacre le ministère de la transition écologique : ce dernier fixe de plus en plus d'objectifs en matière d'agriculture et de sylviculture alors que, finalement, leur poids budgétaire repose presque uniquement sur le ministère de l'agriculture. Il faudrait que la part consacrée à la forêt dans les crédits gérés par le ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/10/2020 : Projet de loi de finances pour 2021

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Cette année encore, je crois, nous ne pouvons qu'admirer nos agriculteurs, qui, par leur force de travail, ont su faire preuve de résilience, d'inventivité et de volontarisme pour maintenir la continuité de l'approvisionnement alimentaire. Avec le projet de loi de finances pour 2021, le ministère de l'agriculture et de l'alimentation assure toute sa reconnaissance à nos paysans et entend les aider à traverser la crise économique tout en leur permettant de continuer à relever les défis que nous nous sommes fixés au début du quinquennat : l'amélioration de leur revenu, le renforcement de la compétitivité de leur exploitation et la transformation ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 24/10/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Le suivi de la dynamique de cette pandémie dans la population, de la diffusion du virus et de son expression plus ou moins forte selon les personnes concernées est fondamental. Aussi la collecte des données est-elle pertinente. Elle permettra de tracer le virus et de modéliser sa diffusion, ce que nous avons bien du mal à faire actuellement. Mieux nous comprendrons la diffusion du virus et son impact sur certaines catégories de personnes, selon leurs gènes ou leur condition physique ou sociale, plus notre réaction gagnera en pertinence. Je conviens que nous restreignons une partie de nos libertés, mais fondamentalement, c'est quand même cette épidémie majeure ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 24/10/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

En nous donnant les moyens de lutter contre elle, nous retrouverons pleinement l'exercice de nos libertés.

Consulter

Intervention en hémicycle le 24/10/2020 : Prorogation de l'état d'urgence sanitaire

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Certains parlent d'une mesure de restriction des libertés disproportionnée. Mais enfin, la première restriction des libertés, c'est la pandémie elle-même !

Consulter

Intervention en hémicycle le 05/10/2020 : Mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Nicolas Turquois

Je voudrais réagir à des propos tenus par M. Potier, et que j'avais déjà entendus chez M. Juanico. D'après vous, en deux ou trois ans, on peut trouver des solutions ; il me semble que nous devons nous montrer beaucoup plus modestes sur notre capacité à faire bouger les choses. Mon propre système d'exploitation a quinze cultures différentes aujourd'hui : il a fallu quinze ans pour le mettre en place. M. le ministre a raison, nous arriverons à dépasser les néonicotinoïdes, non pas en trouvant d'autres traitements, car ce n'est à l'évidence pas le chemin qu'il faut prendre, mais en atteignant un équilibre entre différentes solutions : il y a des prédateurs ...

Consulter