Tous les résultats

Affiner par date : entre juin 2022 et février 2023

S'abonner aux résultats
de cette recherche

e-mail
par e-mail
Flux rss
par RSS

Rechercher par législature

Affiner la recherche

Filtrer par type de résultat

Filtrer par type de séance

Filtrer par député

Filtrer par mot-clé

Résultats 1 à 50 sur 84 triés par date — trier par pertinence

Intervention en hémicycle le 06/12/2022 : Déclaration du gouvernement relative à la politique de l'immigration

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade Elle est une nécessité, enfin, car de nombreuses difficultés que nous rencontrons aujourd'hui dans l'Hexagone découlent des faiblesses du cadre européen. Je pense notamment à l'importance des mouvements secondaires des demandeurs d'asile dits dublinés. Alors que les arrivées de migrants et de réfugiés sur le sol européen repartent à la hausse dans un contexte géopolitique instable – 90 000 migrants pour l'année en cours, en ne tenant compte que de la Méditerranée centrale –, une réponse européenne est possible. Face à l'afflux de réfugiés le plus important depuis la seconde guerre mondiale, déclenché par l'agression russe en Ukraine, ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 06/12/2022 : Déclaration du gouvernement relative à la politique de l'immigration

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade Au terme de ce long débat, je veux vous faire part d'une conviction simple : il n'y aura pas de réforme nationale efficace sans une approche européenne des phénomènes migratoires, ni de réponse durable sans l'adoption du Pacte dit migration et asile. Nous pouvons avoir tous les débats que nous voulons, multiplier les plans d'action et les réunions de crise, nous ne serons pleinement efficaces qu'en agissant en tant qu'Européens, à vingt-sept. L'approche européenne est une nécessité, tout d'abord parce que l'absence de frontières intérieures au sein de l'espace Schengen nous rend inévitablement dépendants des politiques migratoires des autres États ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2022 : Soutien à l'ukraine et condamnation de la guerre menée par la russie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade

Aujourd'hui, vous qui, au sein de ces deux formations, vous réclamez des valeurs de la République, de la liberté et de la paix, aurez-vous le courage de soutenir le peuple ukrainien dans son martyr en votant ce texte, le courage de condamner les crimes de la Russie, le courage d'appeler à plus de livraisons d'armes et de sanctions ? Ou ferez-vous la même erreur, au regard de l'histoire, que vos collègues qui siègent à Strasbourg et ont refusé de voter en faveur du soutien financier qui doit aider l'Ukraine à passer l'hiver ? Nous avons fait le choix de soutenir l'Ukraine et d'ouvrir pour elle le chemin de l'intégration à l'Union européenne. Continuons ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2022 : Soutien à l'ukraine et condamnation de la guerre menée par la russie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade

…qui condamnent verbalement cette guerre mais s'opposent systématiquement aux livraisons d'armes et aux sanctions contre la Russie. La semaine dernière, au moment où celle-ci bombardait massivement l'Ukraine, les élus du Rassemblement national votaient au Parlement européen contre une résolution condamnant la Russie et ceux de la France insoumise s'abstenaient.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2022 : Soutien à l'ukraine et condamnation de la guerre menée par la russie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade

Nous savons bien que l'Ukraine est une cible parce qu'elle croit en la démocratie libérale, respectueuse de l'individu, des minorités et des droits fondamentaux, et parce qu'elle partage nos valeurs européennes. Dans notre for intérieur, nous savons aussi que nous ne trouverons la paix en Europe que dans la défaite du régime de Vladimir Poutine, lequel, en martyrisant l'Ukraine, cherche à anéantir la liberté, la démocratie et nos valeurs, et à redéfinir l'ordre de sécurité à sa manière sur notre continent. Quand je dis « nous », je suis volontairement optimiste car je sais bien en réalité que dans cet hémicycle, malheureusement, Vladimir ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2022 : Soutien à l'ukraine et condamnation de la guerre menée par la russie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade

Il nous permettra aussi de dire que les Français resteront aux côtés de l'Ukraine jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'elle ait recouvré toute son intégrité territoriale et sa souveraineté, jusqu'à ce que le dernier soldat russe ait quitté son territoire.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2022 : Soutien à l'ukraine et condamnation de la guerre menée par la russie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade

La France, avec ses partenaires européens, aide l'Ukraine depuis le premier jour. Le 13 décembre prochain, à l'initiative du Président de la République, notre pays accueillera une conférence internationale pour soutenir la résistance et la résilience de la nation ukrainienne. Cependant, le vote de notre assemblée est attendu car il affirmera, de façon symbolique, la solidarité de toute la nation française avec le peuple ukrainien. Il sera aussi un message envoyé au Kremlin pour lui dire que nous soutenons toujours les livraisons d'armes et les sanctions contre Moscou et que nous demandons au Gouvernement de les poursuivre.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2022 : Soutien à l'ukraine et condamnation de la guerre menée par la russie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade

Nous avons la conviction, madame la secrétaire d'État chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux, que nous devons travailler à la création d'un tribunal spécial pour la répression du crime d'agression contre l'Ukraine.

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2022 : Soutien à l'ukraine et condamnation de la guerre menée par la russie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade

Soyons-en certains : même plongé dans le froid et le noir, le peuple ukrainien combattra à la lumière de son courage et de sa résistance et survivra. Mais il n'oubliera pas. Et il est de notre devoir, à nous, Français, de ne pas oublier non plus les atrocités dont il a été victime : le bombardement de la gare de Kramatorsk, celui du théâtre de Marioupol qui abritait des enfants ou la destruction de Lyman, Sievierodonetsk, Marioupol et bien d'autres villes. Souvenons-nous aussi des massacres d'Izioum et de Boutcha – parmi d'autres – et de toutes les salles de torture qui, dans les zones envahies, sont la signature des mercenaires russes. ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2022 : Soutien à l'ukraine et condamnation de la guerre menée par la russie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade

Ce vote intervient à un moment crucial de la guerre. Alors que l'hiver est là, l'armée russe a intensifié ses frappes sur nombre de villes ukrainiennes, visant délibérément des installations énergétiques et bien d'autres cibles civiles. Force est aujourd'hui de constater que l'armée russe, défaite sur le champ de bataille, s'en prend avec cruauté à la population ukrainienne. Des pluies de missiles et de drones meurtriers s'abattent chaque jour sur le pays. Rien n'est épargné : ni les immeubles d'habitation ni les écoles ni les maternités ni les hôpitaux, selon une stratégie de terreur conçue, planifiée et organisée par le Kremlin. Terroriser ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 30/11/2022 : Soutien à l'ukraine et condamnation de la guerre menée par la russie

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade

Nous sommes réunis aujourd'hui pour un vote dont la portée est particulièrement chargée de sens et de gravité. Pour la première fois depuis le début de la guerre en Ukraine, l'Assemblée nationale entend, avec cette résolution, apporter son soutien au peuple ukrainien et à sa résistance face à l'agresseur russe et condamner sans ambiguïté le conflit odieux mené par la Russie de Vladimir Poutine contre l'Ukraine.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade mais de la réduire à la portion congrue. Une telle décision provoquerait un blocage de l'Union européenne, dans un moment où nous faisons face à des défis considérables – le nécessaire soutien au peuple ukrainien, la lutte contre le dérèglement climatique, la construction de l'Europe sociale, le renforcement de notre politique commerciale. Au fond, ce que vous proposez, c'est l'affaiblissement de l'Europe et, du même coup, celui de la France. Nous n'en voulons pas. Nous voterons donc contre cet amendement et pour l'article 25.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade Voilà la réalité de ce que propose le RN et qu'il n'ose plus assumer depuis maintenant de nombreuses semaines. Marine Le Pen, au cours de sa campagne présidentielle, n'a plus osé défendre clairement cette volonté. Aujourd'hui encore, vous le faites à mots couverts, puisque vous ne proposez pas de supprimer complètement la contribution française ,

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade En refusant de contribuer au budget de l'Union européenne, vous signeriez, de fait, la sortie de la France du projet européen.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade À travers l'amendement n° 201, le Rassemblement national propose purement et simplement de supprimer une partie de la contribution française au budget de l'Union européenne. En réalité, son projet est très clair : c'est un Frexit caché – un Frexit par petits bouts.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade En outre, nous savons très bien que la contribution nette de la France n'est pas égale à 25 milliards d'euros, car plus de la moitié de ce montant permet de soutenir directement nos agriculteurs, nos chercheurs, nos TPE-PME – très petites, petites et moyennes entreprises – ainsi que les personnes en situation de vulnérabilité. Pour le reste, ayons conscience que l'appartenance à l'Union européenne et les succès de cette union permettent à la France de s'affirmer et de peser sur la scène internationale. Les succès français se construisent à l'échelle européenne : lorsque l'Europe réussit, c'est la France qui réussit avec elle. Quand l'Europe ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade Et les bénéfices purement économiques ne s'arrêtent pas là. Quid, par exemple, des gains retirés de la hausse de compétences de nos jeunes permise par le programme Erasmus ? Quid des gains que procurent la stabilité de nos institutions et le règne de la paix entre nos pays ? Quid de la compétitivité obtenue grâce au soutien aux industries dans certains secteurs clés ?

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade Cent vingt-quatre milliards ! À côté, les 25 milliards du prélèvement sur recettes sont bien peu.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade À tous ceux qui, malgré cela, continuent de dénoncer le coût, pour la France, de l'Europe et de cette contribution, je veux dire ceci : puisqu'il s'agit, à travers leur prisme, d'adopter une triste approche comptable, ayons conscience que l'Europe, loin de nous coûter cher, nous rapporte immensément. La seule participation de la France au marché unique lui rapporte chaque année 124 milliards d'euros.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade C'est l'Europe qui, alors que ladite épidémie conduisait à la pire récession économique, a multiplié les initiatives afin de soutenir les entreprises et les ménages européens. C'est notre Europe qui assure la paix dans cette partie du continent et qui, alors que la guerre sévit en Ukraine, n'a pas hésité un seul instant à soutenir la résistance en lui livrant des armes et en sanctionnant durement la Russie. C'est notre Europe enfin qui, alors que le travail forcé concerne encore des millions de personnes à travers le monde, s'apprête à bannir de son marché intérieur les produits issus de ce travail forcé et à tarir ainsi les sources de ...

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade …l'Europe sans laquelle nous n'aurions pas eu accès aux vaccins, nous qui n'en produisons pas sur notre sol.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade Remettre en cause l'Europe, c'est remettre en cause notre stabilité et la protection des Français. Je crois, pour ma part, que nous pouvons être fiers de la contribution française et de notre appartenance à l'Europe, l'Europe qui nous a protégés

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade Je ne connais pas de club auquel on puisse participer sans payer sa cotisation. Votre démarche dit clairement une chose : le Rassemblement national reste le parti du Frexit – même s'il n'a pas le courage de l'avouer. C'est irresponsable.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade En parlant de « l'envolée inquiétante de la contribution française » et des « conséquences haussières dramatiques sur le PSR-UE », monsieur Sabatou, vous avez fait le choix, à mots couverts, de remettre en cause la contribution de la France au budget européen. Si vous aviez été honnête, si vous aviez eu le courage de vos convictions, vous auriez expliqué clairement les conséquences de ce que vous proposez : refuser la contribution française au budget, ce n'est rien d'autre qu'acter la sortie de la France de l'Union.

Consulter

Intervention en hémicycle le 19/10/2022 : Projet de loi de finances pour 2023

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Pieyre-Alexandre Anglade, président de la commission des affaires européennes

Pieyre-Alexandre Anglade Deux semaines après le débat sur l'Ukraine, nous sommes à nouveau réunis pour parler de l'Europe et des nombreux défis que nous avons à relever à l'échelle de l'Union. Dans ces conditions, je me désole que le rapporteur spécial de la commission des finances ait fait le choix de dénigrer la contribution française au budget européen.

Consulter